©FAO

La FAO, soutenue par le Canada et la Suède, accompagne le Gouvernement du Burkina Faso dans la mise en valeur de sites de production rizicole pour la campagne agricole 2021/22

27/07/2021

Grâce à l’appui financier du Canada et de la Suède, la FAO soutient le Gouvernement du Burkina Faso, dans le cadre de l’Initiative du Président qui vise à «Produire 1 million de tonnes de riz paddy d’ici à 2021» à travers la mise en valeur de sites de production rizicole au titre de la campagne agricole de la saison humide 2021/22. Les ressources financières disponibles vont permettre la mise en valeur de 750 ha de basfonds au profit de 3 677 ménages des régions de la Boucle du Mouhoun, du Centre-Nord, du Nord et du Sahel, à travers la préparation des sols (labour et hersage), l’appui en intrants (semences et fertilisants), la fourniture d’équipements de production et de post-récolte, ainsi que l’appui conseil de proximité. 

Le Gouvernement de la Suède, à travers l’Agence suédoise de coopération internationale au développement, a financé le projet OSRO/BKF/801/SWE, qui vise à renforcer la résilience des ménages vulnérables, augmenter la productivité agricole et améliorer la situation des femmes. Ce projet fait partie intégrante d’un portefeuille de projets, dont les objectifs à atteindre sont conjoints à la Suède et au Burkina Faso, et qui s’inscrit dans le domaine de l’agriculture, de l’accès à l’eau, de l’assainissement, de la foresterie et de la protection sociale. Le Gouvernement du Canada, à travers le financement du projet GCP/BKF/061/CAN, se réjouit quant à lui de contribuer à l’Initiative du Président du Burkina Faso pour l’autonomisation des producteurs, en particulier des productrices de riz dans la Boucle du Mouhoun, grâce à une meilleure maitrise des bonnes pratiques agricoles et des mesures de mitigation aux effets du changement climatique. M. Dauda Sau, Représentant de la FAO au Burkina Faso, réaffirme l’engagement de la FAO à accompagner le Gouvernement: «Je remercie nos partenaires, que sont le Canada et la Suède, qui ont bien voulu unir leurs efforts à ceux de la FAO pour appuyer le Gouvernement à la mise en œuvre effective de l’Initiative du Président du Burkina Faso qui prévoit de – produire 1 million de tonnes de riz paddy d’ici à 2021 – ce qui viendra une fois de plus renforcer la résilience des ménages vulnérables dans les régions qui sont aujourd’hui victimes des chocs liés à l’insécurité et aux effets néfastes du changement climatique.»

À ce jour, les opérations de préparation des sols portent notamment sur la mise en valeur de: (i) 50 ha de terres dans la Boucle de Mouhoun au profit de 200 ménages bénéficiaires des provinces du Mouhoun et du Nayala, pour un rendement moyen attendu de 3,5 tonnes/ha, soit une production estimée à 175 tonnes de riz paddy; (ii) 262,5 ha dans la région du Centre-Nord au profit de 1 739 ménages bénéficiaires des provinces du Bam, Sanmatenga, Namantenga, pour un rendement moyen attendu de 4 tonnes/ha, soit une production estimée à 1 050 tonnes; (iii) 250 ha dans la région du Nord au profit de 1 000 ménages bénéficiaires dans les provinces de Yatenga, Passoré, Zondoma et Loroum, pour un rendement moyen attendu de 3,7 tonnes/ha soit une production estimée à 925 tonnes; et (iv) 187,5 ha dans la région du Sahel au profit de 738 ménages dans les provinces du Séno, de l’Oudalan et du Soum avec un rendement moyen attendu de 3 tonnes/ha, soit une production estimée à 563 tonnes. La production totale attendue pour la campagne agricole 2021/22 sur les 750 ha mis en valeur est de 2 713 tonnes de riz paddy. 

L’appui de la FAO contribuera à l’amélioration de la résilience des populations vulnérables dans les régions touchées par l’insécurité et les impacts du changement climatique, notamment au profit des jeunes, des femmes et des personnes déplacées internes. Kindo Justin, un bénéficiaire du village de Zomkalga dans la commune de Séguénéga, région du Nord, explique: «Avant, il était difficile de produire du riz, mais grâce au projet de la FAO, qui a permis de mettre en valeur ma parcelle rizicole cette année, je sais que désormais le riz de mon champ fera partie de mon menu. Les appuis en labour, semences, engrais et conseil technique reçus me permettront d’avoir une bonne récolte et de vendre le surplus de ma production pour améliorer mes conditions de vie, ainsi que celles de ma famille.» En effet, la modernisation des systèmes de production dans les exploitations agricoles, notamment grâce à la mécanisation et aux opérations de labour et d’hersage réalisées selon les normes techniques recommandées par la FAO, permet de réduire l’intensité et la difficulté des travaux des agriculteurs, et ainsi de contribuer à augmenter la production et à améliorer leur sécurité alimentaire. 

Contact:

  • Alizeta Tapsoba, Responsable communication, FAO Burkina Faso/ [email protected]
  • Aminata Diallo, chargée de communication et de la mobilisation des ressources, FAO Burkina Faso/ [email protected]