©FAO

La Belgique et la FAO appuient le Gouvernement d’Haïti afin de restaurer les moyens d’existence des ménages touchés par le tremblement de terre à Grand’Anse

10/09/2021

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et la Belgique soutiennent la population haïtienne touchée par le récent tremblement de terre et la tempête tropicale Grace. Le projet intitulé «Protection et réhabilitation des moyens d’existence des populations touchées par le tremblement de terre», financé par la Belgique pour un montant de 500 000 USD, vise à fournir une assistance agricole d’urgence à 4 200 ménages vulnérables (21 000 personnes) dans trois communes du département de la Grand’Anse. 

En effet, le 14 août 2021, un séisme de magnitude 7,2 a frappé les régions du sud et de l’ouest d’Haïti, en particulier les départements de la Grand’Anse, des Nippes et du Sud. Les premiers dommages et pertes enregistrés comptaient plus de 12 200 personnes respectivement décédées ou blessées et près de 130 000 maisons détruites ou endommagées. De plus, certaines infrastructures agricoles, telles que des magasins de transformation, des laiteries, des canaux d’irrigation et des routes rurales, ont été endommagées. Deux jours après la catastrophe, la tempête tropicale Grace frappe le pays et provoque inondations et glissements de terrain, endommageant les cultures de la saison agricole estivale dans les mêmes zones touchées par le séisme. De plus, des routes et des ponts ont été détruits, perturbant ainsi les chaînes d’approvisionnement en intrants alimentaires et agricoles dans les zones enclavées. Avant ces catastrophes, Haïti était déjà marqué par une crise humanitaire complexe, notamment en lien avec l’instabilité politique, l’aggravation de la violence des gangs armés, les effets de la maladie à coronavirus 2019 (covid-19) et de forts taux d’insécurité alimentaire, avec notamment 4,4 millions de personnes en situation d’insécurité alimentaire aiguë (phase 3 et plus du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire), soit près de 46 pour cent de la population.

Afin de soutenir les ménages touchés, le projet prévoit de mettre en oeuvre les activités suivantes: (i) fournir des semences et outils pour la culture climato‑résiliente à 1 500 ménages vulnérables (7 500 personnes), dont au moins 40 pour cent dirigés par les femmes, afin de relancer leur production agricole pour la saison hivernale (octobre 2021–février 2022); (ii) fournir des semences maraîchères et un appui technique à 1 200 ménages vulnérables (6 000 personnes), dont au moins 60 pour cent dirigés par les femmes, pour la diversification des sources d’alimentation et de revenus; (iii) distribuer des chèvres à 500 ménages dirigés par les femmes/filles afin de créer une source de revenus alternative; et (iv) mettre en place des cliniques vétérinaires mobiles pour le traitement d’environ 4 000 animaux domestiques malades appartenant à au moins 1 000 ménages d’agropasteurs. Le projet permettra d’atténuer les impacts des catastrophes sur les populations, leur permettant ainsi de rétablir leurs moyens d’existence, tout en contribuant à améliorer la cohésion sociale.