Les conflits, les chocs économiques – notamment ceux qui ont pour origine la covid-19 – et les conditions météorologiques extrêmes ont plongé de plus en plus de personnes dans l’insécurité alimentaire aiguë en 2020. ©FAO/Petterik Wiggers

L’insécurité alimentaire aiguë atteint son niveau le plus élevé en cinq ans, selon le Rapport mondial sur les crises alimentaires

14/09/2021

En 2020, le nombre de personnes confrontées à l'insécurité alimentaire aiguë et connaissant le besoin urgent d'une aide qui préserve leur existence et leurs moyens de subsistance a atteint son niveau le plus élevé en cinq ans dans les pays en proie à des crises alimentaires. C'est ce qui ressort d'un rapport annuel publié aujourd'hui par le Réseau mondial contre les crises alimentaires (GNAFC), alliance internationale qui rassemble des institutions des Nations Unies, l'Union européenne et des organismes gouvernementaux et non gouvernementaux dans la lutte contre les crises alimentaires.

C'est un avertissement sévère que nous adresse le Rapport mondial de 2021 sur les crises alimentaires: les conflits, les chocs économiques - souvent liés à la covid-19 - et les conditions météorologiques extrêmes continuent de précipiter des millions de personnes dans l'insécurité alimentaire aiguë.

Principales conclusions du rapport:

Le rapport du Réseau mondial contre les crises alimentaires révèle qu'au moins 155 millions de personnes dans 55 pays ou territoires faisaient face à l'insécurité alimentaire aiguë à un niveau de crise ou pire (phases 3 à 5 du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire) en 2020, soit environ 20 millions de personnes de plus que l'année précédente. Par ailleurs, la publication met en garde contre une évolution inquiétante: l'insécurité alimentaire aiguë ne cesse de progresser depuis 2017, année de la première édition de ce rapport.