Un technicien de lutte contre le criquet pèlerin entreprenant des activités de lutte. ©FAO

La FAO et la Banque mondiale poursuivent leur soutien aux opérations de surveillance et de lutte contre le criquet pèlerin au Yémen

27/09/2021

Une nouvelle campagne de lutte contre le criquet pèlerin a été lancée dans les gouvernorats yéménites de Lahj, Abyan et Shabwah, alors que l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et la Banque mondiale poursuivent leur partenariat pour soutenir les autorités yéménites dans la lutte contre le criquet pèlerin. 

L’intensification des efforts de lutte contre le criquet pèlerin, largement reconnu comme le ravageur migrateur le plus dangereux au monde, intervient après qu’une activité de reproduction accrue ait été observée dans les zones ciblées. Cela est dû à des conditions de reproduction favorables déclenchées par de fortes pluies et des inondations en juillet et août, offrant des conditions écologiques idéales pour que les criquets se multiplient et se propagent rapidement. Plus de 30 agents et techniciens de terrain chargés de la lutte contre le criquet pèlerin ont été équipés et déployés dans les zones infestées des trois gouvernorats afin de contenir la propagation du ravageur qui, s’il n’est pas combattu de toute urgence, peut causer des dégâts considérables aux pâturages et aux cultures dans tout le pays, menaçant ainsi la sécurité alimentaire des communautés agricoles qui sont déjà au bord du gouffre. 

Le représentant de la FAO au Yémen, Dr Hussein Gadain, a souligné la nécessité de poursuivre les efforts concertés pour faire face à la propagation du criquet pèlerin, en insistant sur ses effets potentiellement dévastateurs sur la sécurité alimentaire dans un contexte déjà fragile. « Un seul essaim peut se dupliquer 16 à 20 fois en moins de trois mois s’il n’est pas contrôlé. La coordination d’actions d’intervention et de lutte précoces comme celles-ci permet donc d’économiser du temps, des efforts et des coûts, et de réduire les risques de propagation des infestations de criquets pèlerins à d’autres régions », a-t-il ajouté.