Le pastoralisme est un mode d’élevage qui a résisté à l’épreuve du temps, et qui est pratiqué encore aujourd’hui par plus de 200 millions de personnes dans 100 pays. ©FAO/Carl de Souza

Les sept voies par lesquelles le pastoralisme favorise un avenir meilleur

12/11/2021

Cette pratique éprouvée fondée sur le travail avec la nature offre de nombreux avantages.

Le pastoralisme, mode d’élevage extensif traditionnel, emploie plus de 200 millions de personnes dans 100 pays. Les bergers guident leurs animaux à la recherche de nourriture à travers différents paysages – plaines herbeuses, savanes ou toundra.

Les activités pastorales exploitent des races locales de diverses espèces qui s’adaptent à des environnements variables, et sont un moyen essentiel de réduire la pauvreté et d’apporter la sécurité alimentaire dans ces milieux. Fondé sur le travail avec la nature, il favorise la productivité, la durabilité et le bien-être animal.

Le pastoralisme contribue de manière essentielle à un avenir meilleur, par sept voies: 

1.  Diversification de la production alimentaire

Dans un monde caractérisé par une variabilité de plus en plus forte des ressources naturelles disponibles et des conditions climatiques, on peut diluer le risque de déficit de production en répondant à la demande de lait et de viande par différentes méthodes, dont le pastoralisme. Celui-ci apporte des protéines et des nutriments abordables, de qualité élevée, pour satisfaire la demande locale, et peut contribuer à réduire la dépendance d’un pays au regard des importations. À cela s’ajoute le faible niveau des intrants en comparaison des produits, étant donné que les bergers se déplacent avec leurs animaux et utilisent leurs connaissances de la nature pour trouver de l’eau et des pâturages.