Des éleveurs attendent de faire vacciner leur bétail contre les parasites et autres maladies, près du village de Bandar Beyla, Puntland, Somalie. ©FAO/Karel Prinsloo

La FAO et le Fonds du Qatar pour le développement s’associent pour combattre l’insécurité alimentaire en Somalie

25/11/2021

La contribution de 1,7 million d’USD versée par le Qatar servira à améliorer la petite production agricole et animale par la voie de mesures préventives axées sur la résilience climatique.

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Fonds du Qatar pour le développement (Qatar Fund for Development – QFFD), l’organisme public qatari chargé de cette question, unissent leurs forces dans le cadre d’un nouveau partenariat et donnent ainsi un coup d’accélérateur aux efforts menés pour aider les communautés rurales vulnérables de la Somalie à parvenir à la sécurité alimentaire et à mieux s’adapter aux effets du changement climatique.

Le partenariat, signé aujourd’hui, démarrera avec une contribution de 1,7 million d’USD du QFFD. Les parties travailleront ensemble pour aider à améliorer la gestion de l’eau et l’accès à celle-ci et apprendre aux petits exploitants et éleveurs à affronter les difficultés qu’entraîne le changement climatique ainsi qu’à prévoir les conditions météorologiques extrêmes et y faire face. Ces efforts concertés devraient bénéficier à 78 050 ménages, soit environ 468 300 personnes, et l’on veillera particulièrement à ce que les populations pauvres, vulnérables ou marginalisées, notamment les femmes et les jeunes, soient pris en compte.

La Somalie est très exposée aux crises à répétition – notamment les sécheresses et inondations dévastatrices – et l’évolution du climat augmente la fréquence et l’intensité des phénomènes climatiques, situation que le fonctionnement et la gestion médiocres des infrastructures hydriques rendent encore plus alarmante. Ces bouleversements perturbent continuellement les moyens de subsistance et aggravent sans cesse la vulnérabilité et la pauvreté des populations, ce qui se traduit par une faim et une malnutrition aiguës.