A Oman, les marchés aux poissons très animés à l’heure des enchères en ligne


Dans le Sultanat, l'innovation numérique dynamise la chaîne d'approvisionnement de la pêche lors de la pandémie de COVID-19

Il est rare que ce marché aux poissons omanais moderne soit vide et calme. Aujourd'hui, comme beaucoup d'autres, ce marché a mis en place des mesures de distanciation physique pour lutter contre le COVID-19. A Oman, les marchés aux poissons se tournent vers les solutions numériques pour continuer à vendre leurs produits.  Khalid Albalushi / Marché central de poissons en gros.

08/06/2020

Avec 3 165 kilomètres de côtes, il n'est guère surprenant que les marchés aux poissons soient un élément important de la vie quotidienne des habitants d'Oman. Le Sultanat d'Oman est l'un des plus grands producteurs de poisson de la région du Golfe, avec une production totale de 580 000 tonnes en 2019, et sa consommation intérieure est bien supérieure à la moyenne mondiale. Les Omanais sont d'importants consommateurs de produits de la mer, et la pêche constitue le moyen d’existence de nombreuses communautés côtières du pays.

En temps normal, l'un des marchés aux poissons les plus animés du Sultanat se trouve dans sa capitale, Mascate. Le marché aux poissons de Mutrah, niché au bord de la mer dans le plus grand port d'Oman, grouille de vie. Ici, les journées commencent avant l'aube, lorsque les pêcheurs commencent à arriver pour décharger leurs prises. Le marché est un tourbillon de curiosités, d'odeurs, de sons et d'activités quotidiennes. Les Omanais et les touristes internationaux se pressent autour des étals du marché.

Les vendeurs de poisson, pour la plupart vêtus du traditionnel vêtement blanc, un dishdasha, se tiennent derrière des étals empilés en hauteur avec les prises quotidiennes : thon, rouget, thazard, mérou et crabes. En arabe et en anglais, ils vantent les mérites de leurs produits. 

Mais dans le sillage de la pandémie de COVID-19, de nouvelles réglementations ont remis en question les chaînes d'approvisionnement de la pêche dans le Sultanat. Avec la nécessité de mettre en place des règles d'éloignement physique et d'autres réglementations pour faire face au COVID-19, les vastes espaces du marché aux poissons de Mutrah et d'autres importants marchés aux poissons dans tout le pays demeurent pour la plupart désormais silencieux.

Une question restait : Les produits de poisson frais pouvaient-ils encore parvenir aux consommateurs omanais ?

Il s'est avéré que la réponse était oui grâce à l'approche innovante du gouvernement qui a transformé les marchés aux enchères de poisson – le coeur de la chaîne d'approvisionnement en poisson d'Oman - d'un marché physique à une plateforme numérique.

Behar : une plateforme de vente avec des enchères numérique 

Le résultat se nomme Behar, une plateforme en ligne intégrée pour la vente aux enchères de poissons. Lancée par le ministère de l'agriculture et de la pêche d'Oman, en coopération avec le Fonds technologique d'Oman, Behar est actuellement testée dans le deuxième plus grand marché du pays, le marché central du poisson à Al Fulaaij. Avant la fermeture, ce marché de gros servait de pierre angulaire pour les détaillants, tant à Oman qu'à l'étranger. Des ventes aux enchères animées y avaient lieu, fournissant les prises quotidiennes aux restaurants, aux hôtels, aux chaînes de supermarchés et aux pays de toute la région.

Behar : une plateforme de vente aux enchères numérique. A gauche/en haut : les pêcheurs s'assoient avec leurs prises, avant que la pandémie de COVID-19 ne frappe. FAO/Rosetta Messori A droite / en bas : Le thon fraîchement pêché, un poisson de grande valeur, au marché central de poissons en gros. Khalid Albalushi / Marché central de poissons en gros.

La mise en place de l'outil de commerce électronique Behar permet d'assurer le bon fonctionnement du marché aux poissons d'Al Fulaij, tout en préservant la santé et la sécurité des pêcheurs, des employés du marché et des clients. Les employés du marché téléchargent désormais des photos et des détails des prises sur la plateforme Behar, où les grossistes, les détaillants et les restaurants peuvent consulter l'offre quotidienne et passer leurs commandes par le biais d'une vente aux enchères en ligne. Après l'enchère électronique des acheteurs et des marchands, les factures sont automatiquement émises sur des comptes personnels préalablement enregistrés, complétant ainsi le processus de paiement électronique. 

La mise en place de l'outil de commerce électronique Behar permet d'assurer le bon fonctionnement du marché aux poissons d'Al Fulaij, tout en préservant la santé et la sécurité des pêcheurs et des employés du marché. "La plateforme a été lancée pour faciliter la vente aux enchères en gros de produits de la mer frais par les négociants en produits de la mer, les détaillants et les entreprises du secteur de la pêche de différents gouvernorats du Sultanat d'Oman", explique Saud Alhabsi, sous-secrétaire du ministère omanais de l'agriculture pour la pêche.

"On s'attend à ce que cette plateforme ait un impact positif en facilitant le commerce des fruits de mer dans le pays et en stimulant l'économie. Surtout, elle devrait permettre un flux commercial durable pendant la pandémie de COVID-19".

"Il existe un plan pour une deuxième étape au cours des semaines et des mois à venir pour commercialiser et vendre à l'international", poursuit le sous-secrétaire d'État Saud Alhabsi. "Il y a aussi l'idée d'étendre la pratique à d'autres marchés de poisson en gros dans les ports de pêche du pays... Avec un peu de chance, avant la fin de l'été, trois autres marchés pourront rejoindre la plateforme".

La FAO et Oman se sont associés pour soutenir la pêche à petite échelle et renforcer sa durabilité, tant au niveau national que régional. FAO/Rosetta Messori

Comment cette nouvelle plateforme a-t-elle été accueillie ?

La réaction a été extrêmement positive. Une semaine seulement après les mesures de confinement à Oman, la plateforme d'enchères en ligne était déjà opérationnelle, ce qui témoigne des compétences de la jeune génération prête à mettre en oeuvre des approches créatives basées sur l’innovation numérique.

"Les jeunes Omanais ont su transformer une crise en opportunité et trouver des solutions en peu de temps. Notre expérience montre que lorsque toutes les parties prenantes et les décideurs se réunissent pour relever un défi, une solution peut être trouvée", explique Redha Bait Faraj, directrice générale de la commercialisation et des investissements dans le secteur de la pêche au ministère de l'agriculture et de la pêche.

La représentante de la FAO à Oman, Nora Ourabah Haddad, a salué cette réponse innovante à la pandémie de COVID-19 et les efforts déployés pour soutenir les moyens d’existence des pêcheurs dans tout le pays. "Les innovations technologiques et organisationnelles telles que la plateforme Behar témoignent de la grande capacité de pays comme Oman à s'adapter rapidement et à répondre aux besoins des producteurs et des consommateurs de denrées alimentaires. Le rôle de la FAO dans le suivi de ces initiatives et dans le soutien de leur transposition à d'autres contextes est de la plus haute importance". 

S'appuyant sur la plateforme Behar, la FAO prévoit de soutenir davantage Oman dans la numérisation de sa chaîne de valeur des pêches et de développer un programme de coopération pour aider d'autres pays de la région et au-delà à bénéficier de l'expérience réussie du Sultanat.

La FAO s'associe au Sultanat d'Oman pour de nombreuses activités liées à la promotion de la gestion durable des pêches et de l'aquaculture dans le pays et dans la région. L'une de ces initiatives est la collaboration Sud-Sud, qui consiste à échanger des connaissances sur les pratiques innovantes en matière d'agro-aquaculture dans des pays où l'eau est rare, comme l'Algérie, l'Égypte et Oman. La FAO et Oman se sont également associés dans le cadre de projets nationaux visant à stimuler la durabilité de la gestion des pêches, à aider la pêche à petite échelle, à élaborer un cadre réglementaire pour l'industrie des farines et des huiles de poisson et à mettre en œuvre un système amélioré de surveillance des navires pour lutter contre la pêche illégale, non déclarée et non réglementée.

La pêche joue un rôle important pour la vie de millions de personnes dans le monde. En temps de crise, il est important de se tourner vers l'innovation numérique et les solutions créatives dans tous les secteurs pour s'assurer que les gens puissent conserver leurs moyens d’existence et subvenir à leurs besoins en cas d'urgence et au-delà.


En savoir plus

 

 

9. Industry innovation and infrastructure, 14. Life below water