Les pêcheuses au travail


À Oman, au Nigéria et au Guyana, les femmes font progresser le secteur de la pêche et de l’aquaculture

À travers le monde, plus de 50 millions de femmes prennent part à la pêche et à l’aquaculture et contribuent ainsi de façon significative aux revenus des ménages et aux économies.©FAO/Fahad Al-Dhuhli

08/03/2022

Pendant des générations, ce secteur a été considéré à tort comme un monde d’hommes. Les femmes y ont toujours été présentes, mais la pêche et l’aquaculture connaissent aujourd’hui une forte augmentation du nombre de femmes qui lancent leur propre entreprise dans tous les domaines du secteur.

À travers le monde, plus de 50 millions de femmes prennent part à la pêche et à l’aquaculture et leurs contributions aux revenus des ménages et aux communautés ne peuvent être ignorées.

Prenons l’exemple de Muzna Saif Rashid Al Hatm, du Sultanat d’Oman.  Elle avait toujours rêvé de créer sa propre entreprise. Son diplôme en science des aliments et en nutrition humaine en poche, cette jeune chef d’entreprise de 29 ans a poursuivi sa formation au centre d'innovation industrielle géré par l’État, qui vient en aide aux jeunes entrepreneurs dans divers secteurs, avant d’établir sa propre entreprise de transformation du poisson.

«Je pense que tout le monde peut le faire, mais il faut se dire que l’on peut y arriver», dit Muzna.

Muzna emploie désormais quatre femmes et vend ses produits (pâte de poisson, émietté de poisson, cubes de poisson et bouillon en poudre fait à partir de sardines, de crevettes et d’anchois) à Oman et à l’étranger.

«Notre petite entreprise a ouvert il y a trois ans», raconte Muzna. «Nous nous efforçons d’améliorer la commercialisation et de gagner la confiance des clients à Oman. Nous cherchons également à vendre nos produits en ligne aux pays du Golfe, au Moyen-Orient et en Asie de l’Est.»

Muzna est l’une des bénéficiaires du projet de la FAO visant à renforcer les capacités des associations de femmes des zones côtières. Ce projet permet d’appuyer et de renforcer le rôle des femmes dans le secteur de la transformation de la pêche artisanale au niveau national. Muzna a acquis des compétences en matière d’administration et de planification stratégique qui l'ont aidée à élaborer un plan d’entreprise concret.

Le Sultanat est l’un des plus gros producteurs de poisson de la région du Golfe. La production de la pêche par capture a atteint un total de 580 000 tonnes en 2019 et la consommation intérieure de produits comestibles de la mer est bien supérieure à la moyenne mondiale. Malgré les perturbations causées par la pandémie de covid-19 et les effets du cyclone Shaheen survenu en octobre 2021, Muzna a confiance en l’avenir et pense que les femmes prenant part à la pêche et les femmes des zones côtières peuvent apporter une contribution encore plus grande si elles ont accès à la bonne formation et aux bonnes possibilités. 

«Elles doivent avoir confiance en elles et en ce qu’elles ont acquis grâce à leurs connaissances ou à leurs capacités», ajoute-t-elle.

L'initiative FISH4ACP a pour objet de promouvoir le développement durable de la pêche et de l'aquaculture moyennant la création d’emplois et de débouchés commerciaux, en particulier pour les femmes et les jeunes. À gauche/En haut: ©Agbato Olubunmi À droite/En bas: ©Subrina Singh

Production halieutique au Nigéria

Quand Agbato Olubunmi a lancé son entreprise de production et de transformation du poisson au Nigéria en 2017, les personnes de son entourage, femmes et hommes, se demandaient si elle serait à la hauteur. Agbato a persévéré et, aujourd’hui, son entreprise prospère dans un pays qui est considéré comme le plus gros producteur au monde de poisson-chat africain.

Après avoir obtenu deux diplômes en gestion des pêches et de l’aquaculture, Agbato a réuni ses économies et les sommes empruntées auprès d’amis qui croyaient en son projet et a acheté une parcelle de terre, ce qui d’après elle lui a permis d’être davantage respectée par la communauté.

«Avant que j’aie mes terres, les gens étaient réticents à l’idée de vendre à une femme», se rappelle-t-elle.

À ses débuts, elle avait seulement un bassin et un four. Aujourd’hui, elle emploie 13 personnes (11 femmes et 2 hommes) et possède huit bassins aquacoles.  

«Tant que la population continue de croître, une multitude de possibilités s’offrent à de nombreuses personnes tout du long de la chaîne de valeur», dit Agbato.

Son entreprise produit et conditionne divers articles, dont du poisson-chat fumé, de l’assaisonnement pour poisson, de l’huile de poisson et de la poudre de poisson, destinés à un marché intérieur et à des marchés d’exportation (pays voisins d’Afrique, mais aussi États-Unis, Europe et Moyen-Orient) en pleine expansion.

La FAO travaille avec des producteurs et productrices comme Agbato dans le cadre du projet FISH4ACP, initiative mondiale menée par l’Organisation des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique avec l’appui financier de l’Union européenne et du Ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement, qui vise à promouvoir le développement durable de la pêche et de l'aquaculture et à créer des emplois et des débouchés commerciaux, en particulier pour les femmes et les jeunes.

La production aquacole du Nigéria est passée de 22 000 tonnes en 1999 à plus de 300 000 tonnes en 2017. Étant donné que le secteur du poisson-chat représente un million d’emplois directs ou indirects dans le pays, Agbato estime qu’il peut se développer bien plus encore. 

En plus de gérer son entreprise, elle forme d’autres femmes à lancer leur propre entreprise dans le secteur de la transformation du poisson et espère voir naître une communauté répondant à tous les besoins des femmes. 

 «J’aspire à la création d'une communauté de la transformation du poisson où toutes les femmes qui travaillent dans la pisciculture ou la transformation peuvent amener leurs produits et les vendre à un marché déjà établi», dit-elle.

Depuis des siècles, les femmes jouent un rôle essentiel dans la pêche et l’aquaculture, mais aujourd’hui, elles font des avancées considérables pour ce qui est de créer leur entreprise ou de briguer des postes de direction. ©FAO/Fahad Al Dhuhli

Contrôle de la qualité au Guyana

De l’autre côté de l’océan Atlantique, Subrina Singh travaille en tant que responsable principale de la qualité pour l’une des plus grandes entreprises de traitement du poisson et de la crevette du Guyana.

Cette femme de 33 ans a été recrutée par son entreprise après avoir été diplômée de l’Université du Guyana. Elle a donc intégré l’entreprise il y a 13 ans et a depuis occupé différents postes avant d’être promue à son poste actuel de responsable. 

Subrina aime interagir avec les autres employés et les former au système de gestion de la sécurité sanitaire qu’elle a aidé à mettre au point. 

«Je suis chargée de contrôler que la qualité et la sécurité sanitaire des produits de l’entreprise sont conformes aux attentes des consommateurs ainsi qu’à l’ensemble des lois, des exigences et des règlements», explique Subrina.

Subrina fait savoir qu’il est courant que les entreprises emploient des femmes pour gérer le contrôle de la qualité, même si elle reconnaît que les hommes restent surtout employés sur les navires de pêche.

La collaboration établie dans le cadre de l’initiative FISH4ACP est importante pour assurer la durabilité à long terme du secteur halieutique car, comme le rappelle Subrina, les pêcheurs et les transformateurs des produits de la pêche du Guyana sont confrontés aux effets du changement climatique. Subrina explique que le changement climatique a entraîné une diminution des prises, en particulier de crevettes seabob, et a contribué à l’augmentation des sargasses dans les eaux au large des côtes.

«En tant que femme, les possibilités sont infinies si l’on fait partie d'un secteur dynamique comme la pêche», indique-t-elle. 

Depuis des siècles, les femmes jouent un rôle essentiel dans la pêche et l’aquaculture, mais aujourd’hui, elles accomplissent des progrès considérables et tirent parti des possibilités qui s'offrent à elles pour créer leur entreprise ou briguer des postes de direction. La FAO les aide en faisant mieux connaître leur rôle ainsi que leur contribution à ce secteur d'une importance mondiale.


Pour en savoir plus

2. Zero hunger, 9. Industry innovation and infrastructure, 14. Life below water