D’objet de curiosité toxique à ingrédient populaire


Comment les tomates sont devenues connues pour leurs bienfaits en matière de santé, de sécurité alimentaire et de moyens d’existence

Aujourd’hui, la tomate est un ingrédient populaire dans les cuisines du monde entier – mais ça n’a pas toujours été le cas! ©FAO/Alessandro Penso

07/04/2022

Que ce soit disposées sur une pizza, mélangées dans une salade ou réduites en sauce, les tomates sont un ingrédient phare partout dans le monde. Mais ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que ça n’a pas toujours été le cas!

À l’origine, la tomate vient d’Amérique du Sud. Elle était consommée par les Aztèques de Méso-Amérique dès l’an 700, mais ce n’est qu’au début du XIXe siècle qu’elle est devenue un ingrédient populaire dans le bassin méditerranéen. 

Il existe plusieurs théories expliquant son arrivée en Europe. La première est que la tomate a été importée sur le continent après la conquête espagnole. De l’Espagne, elle a ensuite migré vers l’Italie grâce aux relations étroites qu’entretenaient les familles régnantes de l’époque. La deuxième théorie est que la tomate est arrivée en France depuis le Pérou ou le Mexique.

Quel qu’ait été son parcours, elle a d’abord été considérée par les Européens comme un objet de décoration ou une curiosité botanique. En réalité, les gens pensaient qu’elle était toxique car, comme les autres plantes de la famille des solanacées, elle contient de la solanine, qui est une neurotoxine. 

Quelques siècles plus tard, les tomates sont cultivées à des fins commerciales et mangées dans le monde entier, procurant ainsi de nombreux bienfaits. 

Mais alors, que nous apportent les tomates à l’ère moderne? 

1)     Des bienfaits pour la santé

Les tomates sont des petits superhéros de l’alimentation qui, dans le cadre d’une alimentation équilibrée, ont de multiples bienfaits pour la santé. Une seule petite tomate crue est remplie de nutriments et d’antioxydants. La tomate peut contribuer à la santé cardiaque car elle est riche en fibres et en potassium, qui aident à prévenir les maladies cardiovasculaires. Elle contient plusieurs vitamines, dont la vitamine C, qui renforce le système immunitaire, et la vitamine K, qui est essentielle pour avoir des os solides.

Les tomates sont plus variées qu’on pourrait le croire. Il en existe plus de 10 000 variétés, ce qui fait qu’elles peuvent être cultivées par les agriculteurs et mangées par les consommateurs tout au long de l’année. À gauche/en haut: © FAO/Cristiano Minichiello. À droite/en bas: ©FAO/Alessandro Penso

2)     Des variétés à cultiver et à manger toute l’année

Pensiez-vous que toutes les tomates étaient rouges? Eh bien non! Même le mot italien pour «tomate», «pomodoro» («pomme d’or»), laisse penser que les premières tomates introduites en Italie auraient pu être jaunes.

La tomate est un fruit incroyablement divers, puisqu’il en existe environ 10 000 variétés. Le système agricole de l’Horta, à Valence (Espagne), en est la preuve. La FAO a déclaré ce site Système ingénieux du patrimoine agricole mondial (SIPAM) du fait de son réseau d’irrigation novateur et historique. Le site comprend environ 6 000 petites exploitations où l’on cultive au moins 12 variétés de tomates, notamment: les platanitos, des tomates jaunes et allongées, les perlas, des petites tomates cerises, les masclets, des tomates vertes et rouges en forme de cœur, et les valencianos, de grosses tomates côtelées souvent utilisées dans les salades. 

3)     Un appui aux moyens d’existence

Les tomates sont une source de revenus essentielle pour de nombreuses personnes dans le monde. C’est par exemple le cas des agriculteurs d’un autre site SIPAM à Djebba el Olia, en Tunisie. Grâce à un impressionnant système agroforestier, où les tomates sont associées à une culture intercalaire de figuiers qui protègent les plants de tomates et leur procurent une ombre indispensable, les agriculteurs peuvent produire des tomates malgré la chaleur extrême.  

Ces tomates durables sont récoltées en juillet, traditionnellement par des femmes, et sont très importantes pour l’économie locale. Il s’agit du deuxième fruit le plus consommé au niveau local, après les figues. Les tomates sont vendues sur les marchés locaux et nationaux et génèrent des revenus substantiels pour la population locale.

Les tomates sont également un moyen d’existence primordial pour la communauté autochtone Wixáritari de Mezquitic, un petit village de l’État mexicain de Jalisco. Dans cette région montagneuse, les terres arables et les ressources qui permettent de rendre les terres productives sont rares et une grande partie de la population de la municipalité vit dans la pauvreté extrême. 

En 2016, la FAO a mis à disposition de la population locale une serre de 200 mètres carrés, un système d’irrigation au goutte-à-goutte et un réservoir d’eau d’une capacité de 5 000 mètres cubes. Cela a permis aux habitants de gagner leur vie dans leur propre village plutôt que d’avoir à parcourir des kilomètres pour travailler en tant que journaliers dans d’autres exploitations.

Aujourd’hui, la communauté a huit serres qui regorgent de tomates, mais aussi de piments serrano et jalapeño, de concombres, de choux, de courgettes et de haricots verts. Les habitants ont suffisamment de nourriture pour leur propre consommation et pour la vendre, ce qui en fait une source de revenus vitale.

Les tomates sont riches en nutriments, en vitamines et en antioxydants. ©FAO/Riccardo De Luca

4)     Une contribution à la sécurité alimentaire

Certains types de tomates peuvent supporter des températures très élevées. Ils sont donc indispensables à la sécurité alimentaire, étant donné qu’ils offrent aux agriculteurs une source de revenus et un aliment nutritif lorsque de nombreuses autres espèces cultivées ne survivent pas. Sur cette base, la FAO et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), en partenariat avec le National Food and Agricultural Research and Extension Institute, ont mis au point des variétés de tomates encore plus résistantes à la chaleur en utilisant la technologie nucléaire. 

À Maurice, les tomates sont cultivées sur une superficie de 750 hectares, pour une production annuelle moyenne de 11 000 tonnes. Toutefois, lorsque les températures dépassent les 30 °C – comme c’est souvent le cas –, les tomates peuvent être exposées au stress thermique et les récoltes peuvent subir des pertes allant jusqu’à 80 pour cent. Cette situation est lourde de conséquences pour les moyens d’existence des agriculteurs et la sécurité alimentaire des populations locales. 

La FAO et l’AIEA aident Maurice à créer des variétés de tomates résistantes à la chaleur. En septembre 2019, trois nouvelles variétés à haut rendement ont été introduites et distribuées à plus de 100 agriculteurs, et la demande continue de croître. Ce n’est là qu’un exemple de la façon dont la technologie nucléaire est utilisée partout dans le monde pour créer des variétés d’espèces cultivées qui sont plus résilientes face au changement climatique et permettent de répondre aux besoins de populations en expansion.

En 2021, nous avons célébré l’Année internationale des fruits et des légumes, mais nous pouvons faire l’éloge de ces aliments merveilleux à tout moment! De la santé aux moyens d’existence, en passant par la biodiversité et la sécurité alimentaire, la tomate est un parfait exemple de ce que les fruits et les légumes peuvent nous apporter.


En savoir plus

2. Zero hunger, 3. Good health and well-being, 8. Decent work and economic growth