Que les avantages coulent à flot!


Cinq façons dont le secteur laitier peut contribuer à des systèmes agroalimentaires durables

Au niveau mondial, le lait est la troisième source de protéines et la cinquième source de calories. Il est riche en glucides, en graisses et en protéines, ainsi qu’en micronutriments essentiels tels que la vitamine A, la vitamine B12, le calcium et le magnésium. © FAO/K. Purevraqchaa

31/05/2022

Le lait et les produits laitiers sont des aliments essentiels pour des milliards de personnes dans le monde. Des jeunes enfants aux personnes âgées, le lait peut contribuer à une vie saine et active. Sa composition riche en nutriments faisant de lui la troisième source de protéines et la cinquième source d’énergie, le lait contribue à l’amélioration de la nutrition à l’échelle mondiale et fortifie la santé humaine.

Les systèmes agroalimentaires sont aujourd’hui confrontés à des défis majeurs. La nécessité de produire davantage d’aliments pour nourrir une population croissante n’est qu’une des données du problème. Le besoin véritable est de garantir à chacun l’accès à des nutriments essentiels en quantité suffisante. Dans un monde où, en 2020, 720 à 811 millions de personnes souffraient de la faim, le lait et les produits laitiers peuvent concourir à l’éradication de la faim.

La production laitière mondiale s’est accrue en grande partie pour faire face à l’essor de la demande des consommateurs, ce qui retentit sur la durabilité des systèmes de production laitière. La FAO et la Plateforme mondiale des produits laitiers joignent leurs forces pour conférer à la production laitière une plus grande durabilité et augmenter la contribution des produits laitiers à l’amélioration des systèmes agroalimentaires.

Voici les cinq aspects par lesquels le secteur laitier nous est bénéfique et contribue à la bonne santé des systèmes agroalimentaires:

1. Assurer la sécurité alimentaire et une bonne nutrition

Le lait et les produits laitiers sont des alliés indispensables dans la lutte contre la faim et l’insécurité alimentaire. Ils sont riches en macronutriments (glucides, graisses et protéines), ainsi qu’en micronutriments essentiels tels que la vitamine A, la vitamine B12, le calcium et le magnésium. La consommation de lait et de produits laitiers est à l’origine d’une croissance linéaire accrue, tant chez les populations riches que chez les populations pauvres.

Alors que des millions de personnes n’ont toujours pas accès à une alimentation nutritive en quantité suffisante, subissent des pénuries alimentaires chroniques, souffrent de malnutrition et de carences en nutriments, le lait et les produits laitiers concourent efficacement à une bonne nutrition à tous les âges de la vie.

Face à la nécessité de nourrir une population toujours plus nombreuse, les systèmes laitiers peuvent contribuer à améliorer la nutrition, à assurer la sécurité alimentaire et à favoriser l’agriculture durable. © FAO/Alessandra Benedetti

2. Offrir des moyens de subsistance et stimuler une croissance économique inclusive

Les systèmes laitiers font vivre des centaines de millions de personnes dans le monde. En outre, ils contribuent directement aux moyens de subsistance de plus de 500 millions de personnes extrêmement pauvres, dont beaucoup sont de petits producteurs laitiers. 

Plus d’un quart des 570 millions d’exploitations agricoles qui existent dans le monde comptent au moins un animal laitier (vache, bufflonne, chamelle, chèvre ou brebis). La vache est de loin l’animal laitier le plus répandu, tant dans les pays à revenu élevé que dans ceux à revenu faible ou intermédiaire. Sous l’effet de la croissance démographique et économique, en particulier dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, la demande de produits de l’élevage devrait augmenter sensiblement au cours des 30 prochaines années. En promouvant les pratiques optimales de gestion de l’élevage, la FAO aide à faire en sorte que cet accroissement de la demande soit géré de manière durable.

3. Promouvoir l’approche «Une seule santé»

La santé humaine est étroitement liée à la santé et au bien-être des animaux et au bon équilibre de l’environnement. L’amélioration de la santé animale est d’importance capitale pour la santé des humains et de la planète; ce concept, résumé dans l’expression «Une seule santé», fait partie de l’approche intégrée que la FAO met en avant. En outre, les maladies animales freinent la production et réduisent la contribution de l’élevage à la résilience des moyens d’existence, à la croissance économique et à la sécurité alimentaire.

La santé humaine et la santé animale bénéficient de longue date de l’utilisation des antimicrobiens. Néanmoins, l’utilisation d’antimicrobiens est aujourd’hui près de trois fois plus intensive dans l’élevage que dans la médecine humaine. Compte tenu de l’augmentation des niveaux de résistance aux antimicrobiens et des conséquences qui en découlent à l’échelle mondiale, les systèmes d’élevage devraient chercher des solutions du côté de la durabilité de manière à réduire le besoin de recourir à ces médicaments. La FAO prête son appui à une prévention renforcée des maladies et des traitements vétérinaires améliorés, de bons usages agricoles et programmes de vaccination qui protègent la santé des animaux laitiers, tout en aidant les agriculteurs et les éleveurs à réduire le recours aux antimicrobiens et à gérer le risque de résistance aux antimicrobiens en traitant le problème à la racine.

La majorité des personnes qui vivent dans les zones rurales dépendent largement de l’agriculture et de l’élevage. © FAO/Patrick Zachmann/Magnum Photo

4. Contribuer à la conservation de la biodiversité et des ressources génétiques

La plupart des gens sont conscients de l’impact de l’élevage sur les ressources naturelles et de sa part de responsabilité dans les émissions de gaz à effet de serre, mais peu nombreux sont ceux qui savent comment les systèmes d’élevage durables peuvent contribuer à la conservation de la biodiversité et des ressources génétiques pour l’alimentation et l’agriculture. Lorsqu’il est géré de manière durable, l’élevage participe aux importantes fonctions écosystémiques que sont le cycle des nutriments, le piégeage du carbone organique dans le sol et l’entretien des paysages agricoles. 

Le Partenariat pour l’évaluation et la performance environnementales de l’élevage (LEAP) de la FAO, par exemple, offre aux gouvernements, aux agriculteurs, aux décideurs, aux producteurs et aux chercheurs du monde entier une plateforme mondiale leur permettant d’envisager et d’élaborer ensemble des lignes directrices qui permettent d’évaluer les impacts de l’élevage sur l’environnement.

5. Réduire les émissions de gaz à effet de serre

La production laitière mondiale a progressé de 30 pour cent entre 2005 et 2015. Toutes choses égales par ailleurs, cela aurait eu pour effet d’augmenter les émissions de gaz à effet de serre de 38 pour cent. Toutefois, la croissance de la production a été en partie le fruit de gains d’efficience et d’une amélioration des rendements laitiers, si bien que les émissions de gaz à effet de serre n’ont progressé que de 18 pour cent sur cette période. Le secteur laitier s’efforce de capitaliser sur ces acquis face au réchauffement de la planète et de réduire ses émissions de gaz à effet de serre.

La bonne nouvelle est qu’il existe des possibilités nombreuses de réduire les émissions du bétail. L’initiative Pathways to Dairy Net Zero (vers des systèmes laitiers à bilan d’émission neutre), par exemple, est une nouvelle initiative pour le climat, lancée par un groupe de parties prenantes du secteur laitier, dont la Plateforme mondiale des produits laitiers est le fer de lance et qui bénéficie du concours de la FAO. Elle a pour objet de réduire la part du réchauffement climatique imputable aux systèmes laitiers, tout en continuant de fournir des aliments nutritifs et des moyens de subsistance à des millions de personnes.

La FAO, la Plateforme mondiale des produits laitiers et d’autres partenaires s’efforcent de construire un avenir durable pour les produits laitiers et les systèmes agroalimentaires dans leur ensemble. En continuant de concourir à la durabilité, les produits laitiers peuvent jouer un rôle majeur dans l’avènement d’un monde libéré de la faim.


En savoir plus

2. Zero hunger, 13. Climate action, 15. Life on land