1. Identification
    1. Caractéristiques biologiques
  2. Profil
    1. Contexte historique
    2. Principaux pays producteurs
    3. Habitat et biologie
  3. Production
    1. Cycle de production
    2. Systèmes de production
    3. Maladies et mesures de contrôle
  4. Statistiques
    1. Statistiques de production
    2. Marché et commercialisation
  1. Situation et tendances
    1. Problèmes et contraintes majeurs
      1. Pratiques pour une aquaculture responsable
    2. Références
      1. Liens utiles
    Identification


    Anguilla japonica  Temminck & Schlegel, 1847 [Anguillidae]
    FAO Names:  En - Japanese eel,   Fr - Anguille du Japon,  Es - Anguila japonesa
       
    Caractéristiques biologiques
    Le corps est allongé, cylindrique vers l’avant, comprimé vers l’arrière, charnu et lisse. Le coin de la bouche se prolonge jusqu’à la marge postérieure des yeux. La mâchoire inférieure est légèrement plus longue que la mâchoire supérieure. Les lèvres ayant des plis sont symétriques. Le museau est enfoncé et gros. La distance entre l'origine de l'aileron dorsal et l’orifice varie de 9,0 à 13,5 pour cent de la longueur totale du corps. La longueur de la tête est de 11,2 à 11,9 pour cent de la longueur du corps. La longueur de la mâchoire supérieure constitue 3,7 à 4,3 fois la longueur de la tête. La longueur de l'aileron pectoral est de 2,2 à 3,7 pour cent la longueur de la tête. Les dents sont de petite taille, coniques, sous forme de bandes cardiformes sur les mâchoires et le vomer. Les dents maxillaires forment une bande étroite. Les bandes de dents Vomerines sont légèrement plus larges et plus longues (ou aussi longues) que celles des maxillaires (Chen et Weng, 1967). Les ailerons dorsaux et anaux confluents avec l'aileron caudal. La distance entre les origines dorsales et annales sont plus courtes que la longueur de la tête. Le corps est couvert d’écailles rudimentaires incorporées qui sont organisés en petits groupes et sont placé obliquement et perpendiculairement à ceux des groupes voisins. De couleur unie, ni marbré ni chiné. Les spécimens conservés dans l’alcool ont une couleur uniforme, brun foncé sur le dos et plus claire sur le ventre. Ils ont 114 à 117 vertèbres (la moyenne est de115,8) (Lindberg et Legeza, 1969).
    Profil
    Contexte historique
    L'aquaculture de l'anguille a commencé en Asie en 1879 à Tokyo par l’élevage des anguillettes. Alors qu’au Taiwan, province de Chine et à la République de la Corée cet élevage n’a initié qu’en 1968. La République populaire de Chine l’a démarré en 1975. Les éleveurs d'anguille de la Chine sont les principaux producteurs, plusieurs fermes se trouvent dans la province de Guangdong et une grande proportion de la production est exportée à l’état vivant ou comme kabayaki au Japon. Avec une demande annuelle de 130 000 tonnes, le Japon constitue le marché le plus important de l'anguille dans le monde; cependant, sa propre production (principalement de l'aquaculture), est insuffisante pour couvrir la demande et le reste est principalement importé de la Chine, du Taiwan province de Chine, de la République de la Corée et de la Malaisie.

    Pendant les quatre dernières décennies, cependant, les captures des civelles des anguilles japonaises en Asie ont diminué considérablement. Les apports relativement abondants en civelles européennes (Anguilla anguilla) [voir la fiche documentaire séparée des feuilles d’information de la FAO pour cette espèce] avec leurs bons prix, ont rivalisé avec les espèces japonaises. Soixante dix pour cent des fermes d'anguille en République populaire de Chine ont commencé leur élevage à la fin des années 90. En 1965, la capture des civelles au Japon s'élevait à 140 tonnes, mais elle a diminué en dessous de 40 tonnes en 2000. La principale restriction à l’élevage de l'anguille au Japon est la disponibilité des alevins. Les scientifiques essayent de surmonter ce problème en les reproduisant en captivité, mais jusqu'ici il n’y a pratiquement pas eu de succès.
    Principaux pays producteurs
    Principaux pays producteurs d’Anguilla japonica (Statistiques des Pêches, 2006)
    Habitat et biologie
    Les jeunes anguilles japonaises entrent dans les fleuves en petits bancs entre février et mai, et montent aux extensions supérieures des fleuves et des lacs de montagne. Après plusieurs années dans l'eau douce et avec le début de la maturité sexuelle, les anguilles émigrent en aval et se dirigent vers la mer entre août et octobre. Cependant, certaines anguilles japonaises ne sont jamais entrées en eau douce (des anguilles de mer); en fait; il y a trois différentes catégories d’anguilles, chacune avec un historique de migration différent: l’anguille de fleuve, l’anguille d'estuaire et l’anguille de mer. L’Anguilla japonica a un modèle de migration flexible, qui s'adapte à divers habitats et salinités. Les migrations de l'anguille en eau douce ne sont pas nettement une voie migratrice obligatoire, et ce comportement diadrome devrait être défini facultativement en tant que catadrome, avec l'anguille de mer incluant plusieurs éco-phénotypes.

    Les adultes se nourrissent des crustacés benthiques, des poissons osseux et des insectes. Les anguilles japonaises ont des modèles de migration et de recrutement très semblables aux anguilles européennes. La ponte de l'anguille du Japon a lieu à côté de certains monts sous-marins dans la ride occidentale de Marianne. L'anguille japonaise est trouvée abondamment autour du Japon et de la Chine. Les limites nord sont l'île du Hokkaido, la côte de la mer de Bohai et le fleuve de Liao Ho. Les limites méridionales sont l'île de Hainan et le Golfe de Tonkin. La distribution se prolonge vers les îles du Bénin.
    Production
    Cycle de production

    Cycle de production de Anguilla japonica

    Systèmes de production
    La production des anguilles est basée sur les captures dans le milieu naturel des civelles (anguillettes) pour leur grossissement ultérieur. Les civelles et les anguillettes sont mises dans les réservoirs d'intérieur avant d'être déplacées vers les structures de grossissement. Le grossissement des anguillettes jusqu’à la taille commerciale peut se faire dans les systèmes de réservoir ou des étangs en terre.
    Approvisionnement en juvéniles  
    Les civelles sont capturées autour des rivages de la Chine, Taiwan province de Chine, la République de la Corée et de la Malaisie, et sont utilisées dans le pays ou exportées aux éleveurs d'anguille dans d'autres pays.
    Nurserie   
    Au début, les civelles (~0,2 g chacune) sont maintenues dans de petits réservoirs de 80-100 m3 pour la quarantaine. A ce stade, la densité est de 0,3-0,5 kg/m3. La température de l'eau est maintenue stable à 25-29 ºC. Les anguilles sont examinées pour dépister d’éventuelles maladies et, selon le diagnostic, elles seront traitées. Elles sont également sevrées suivant des régimes artificiels avec le ver de sang et plus tard, l'alimentation avec l’aliment sec artificiel commence. Quand les anguilles atteignent approximativement 5 g, elles sont transférées à une unité de production de juvéniles dans de plus grands réservoirs (300-600 m3) avec des densités de mise en charge variant entre 0,8 et 1,0 kg/m2. Les anguilles peuvent alors,digérer les aliments granulés (1 millimètre).
    Techniques de grossissement   
    Systèmes d’étang extensif
    Dans la république populaire de Chine, l’élevage traditionnel de l’anguille s’effectuait dans des étangs en terre, construits sur un sol non poreux. Il est possible de tapisser les étangs de telle sorte à éviter toute fuite d’eau; cependant, les coûts de construction sont plus importants. La taille des étangs varie entre 3000 et 5000 m2, et leur profondeur de 1 à 1,5-2,0 m. Une fois les anguilles atteignent la taille commerciale, elles sont transférées dans de plus grands étangs (5000-10 000 m2). L’eau des étangs peut être de nature stagnante ou courante. La meilleure gamme de température dans les étangs est entre 20 et 30 ºC. Les taux de croissance individuels changent sensiblement, un tri toutes les 5 semaines est nécessaire afin d’atteindre de bonnes performances de croissance en général.

    Systèmesde bassins en ciment
    Ces systèmes consistent en des bassins circulaires ou carrés de 100-300 m2 habituellement construits en ciment. Les anguilles sont stockées à une taille de 50g. Les densités atteignent 1-5 kg/m2. L’aliment sec extrudé (1,5-3 millimètre) est utilisé plusieurs fois dans la journée. Le tri est nécessaire toutes les 6 -7 semaines.
    Apport de nourriture   
    Les aliments de l'anguille contiennent de grande concentration en hydrate de carbone (environ 22 pour cent) et ont une teneur élevée en farine de poisson (65-70 pour cent) et un contenu élevé de 50 pour cent en protéine brute. A côté de la farine de poisson, il y a d'autres ingrédients communs comme la levure, le blé, la farine de soja, l'amidon, le maïs, le phosphate dicalcique, la graisse d’origine végétale ou animale, et les pré mélanges de minéraux traces et de vitamines. La plupart des anguilles (approximativement 95 pour cent ou plus) sont alimentées avec des aliments en poudre, et sont alimentées 2 ou 3 fois quotidiennement. A l’aliment en poudre, on ajoute de l'eau et de l'huile de poissons et on le passe par une fraiseuse au niveau de la ferme. En Chine il y a plus de 100 broyeurs qui produisent un total de 350 000 tonnes d'aliment pour anguille.
    Techniques de récolte   
    Les anguilles sont récoltées à un poids variant de 150 g à plusieurs kilogrammes, selon le marché cible. L'alimentation est arrêtée 1-2 jours au minimum avant la récolte. La récolte peut être effectuée par vidange de l'étang, en utilisant un filet de seine ou (au moment de l'alimentation) un filet épuisette. Les anguilles sont alors triées en différentes tailles. Les anguilles n’ayant pas atteint la taille commerciale sont remises dans les réservoirs d'élevage pour plus de temps.
    Manipulation et traitement  
    Après la récolte, les anguilles sont rapidement classées selon leurs tailles, en utilisant un système de tri. Elles sont alors placées dans des réservoirs de maintient pendant plusieurs jours sans alimentation afin de purger leurs estomacs. Elles sont refroidies et puis emballées dans des sachets en plastique solides avec uniquement une quantité suffisante d’eau pour que leur peau reste humide. Les sacs sont alors remplis d'oxygène et transportés au marché. Si elles sont destinées au traitement, elles sont transportées vivantes vers l'unité de transformation.
    Coûts de production  
    Le coût des civelles (les anguillettes) change de manière significative selon les captures annuelles et l'intérêt des producteurs des autres anguilles. Le prix des civelles de l’anguille japonaise a monté énormément; parfois elles peuvent facilement coûter plus de 10 000 dollars EU/kg. Les éleveurs d'anguille de la Chine produisent des anguilles à un prix, qui est plus bas par rapport aux autres pays producteurs. Alors que les coûts de production y sont de 3,6-4,2 dollars EU/kg, ces coûts sont de 4,2-5,6 dollars EU/kg au Taiwan, province de Chine et de 8,4 dollars EU/kg au Japon.
    Maladies et mesures de contrôle
    Les anguilles japonaises sont susceptibles à certaines bactéries, à beaucoup de parasites, virus et champignons. Cependant, en aquaculture seuls certains peuvent être la cause de manifestations de maladie qui diminuent la croissance ou augmentent la mortalité. Les agents les plus généralement rencontrés sont énumérés dans le tableau suivant:

    Dans certains cas, des antibiotiques et d'autres produits pharmaceutiques ont été utilisés pour les traitements mais leur inclusion dans ce tableau n'implique pas une recommandation FAO.
    MALADIEAGENTTYPESYNDROMEMESURES
    Edwardsiellosis Edwardsiella fujianensisBactérieLésions de la peau; nécrose du foie et du rein ; foie friable ; hémorragie d'aileronAntibiotiques
    Septicémie hémorragiqueAeromonas hydrophilaBactérieTaches rouges sur les zones ventrales et latérales; septicémie hémorragiqueQualité d’eau améliorée, les antibiotiques
    Peste rouge de l’anguilleVibrio anguillarumBactérieLes symptômes externes sont sous forme de dermatite ou d'entérite hémorragique, avec des lésions et un développement du myosotis ulcératif profondAntibiotiques
    Nécrose erythrocytique virale  Iridovirus Les signes externes peuvent être subtiles ou inexistants; les poissons malades sont anémiques, et peuvent avoir comme conséquence des branchies et des organes internes pâlesPas connu
    Saprolegniase Saprolegnia spp. ChampignonDes tâches cotonneuses blanches à brunes sur la peau, les ailerons et les branchies; infection habituellement secondaireBain de Na Cl (0,1 pourcent)
    Maladie de coton ou maladie de la moussePseudodactylogyrus anguillae; P. biniMonogeneans Envahissant les branchies; le tissu des branchies. distinctement hydropique; le filament des branchies s'étend avec beaucoup de mucus et devient anémique et de couleur matte; une détresse respiratoireBain de formol (40 pourcent) à 30 ppm; mebendazole
    Fournisseurs d’expertise en pathologie:
    • Institut d'hydrobiologie, CAS, 7 # South Road, Wuhan City, Hubei Province, P.R. China 430072.
    • Université de Pêche de Shanghaï, 334 # Route De Jungong, Shanghaï, P.R. Chine 200090.
    • Institut de Recherche Halieutique du Fleuve de Perle, CAFS, Xilang, Zone De Fangcun, Ville De Guangzhou, Chine 510380.
    • Centre de Recherche Halieutique en Eau Douce, CAFS, 9 # Shanshui East Road, Wuxi,, Province De Jiangsu, Chine 214081.
    Statistiques
    Statistiques de production
      
    La Chine est de loin le producteur le plus important des anguilles japonaises cultivées (par exemple 73 pour cent de la production globale en 2003) mais le Taiwan, province de Chine et le Japon sont également de grands producteurs. Les autres pays déclarant leur production aquacole à la FAO quant à cette espèce sont la République de la Corée et la Malaisie.
    Marché et commercialisation
    Constituant un important plat à base de poisson en Chine et au Japon (c'est le plat à base de poisson le plus cher au Japon), les anguilles japonaises ont été introduites dans d’autres régions (le Cambodge, la Thaïlande, le Brésil). Elles sont utilisées fraîches, fumées, en boîte et congelées mais aucune production a été encore reportée à la FAO. Les anguilles sont consommées grillées, fumées et cuites à la vapeur.

    Les principaux pays consommateurs d'anguille sont le Japon, la Corée, la Chine, d'autres pays asiatiques du sud est, l'UE, les Etats-Unis et le Canada. Les principaux produits de l'anguille sont les anguilles fumées, fraîches et surgelées. Les anguilles fumées contribuent à 98 pour cent. Le Japon est le plus grand consommateur dans le monde des produits d'anguille: on a signalé 60 000 tonnes d'anguilles en boîte importées en 2002, et des exportations d'anguille en boîte d’à peu près 67 000 tonnes. Celles du Taiwan, province de Chine étaient presque de 5700 tonnes.

    La consommation annuelle d’anguille fraîche en Corée est de 10 000-13 000 tonnes, provenant principalement de la République populaire de Chine et de Taiwan, province de Chine. Actuellement, le marché japonais est presque saturé, mais il y a un potentiel de développement dans d'autres marchés tels que la Corée, l'Europe, etc.
    Situation et tendances
    Il y a eu certain développement dans les techniques utilisées dans l’élevage de l'anguille japonaise, quoique cette espèce ait été cultivée pendant plusieurs années. Le progrès a principalement concerné le développement des mesures préventives et de contrôle pour certaines maladies significatives. Il y a un manque de civelles et une grande opposition à leur collecte à partir du milieu naturel pour des fins d’élevage.

    Des efforts de recherche et de développement concernant l'anguille japonaise sont exigés dans les secteurs suivants:
    • L’augmentation de la durabilité de la population naturelle.
    • Les écloseries, destinées à l’approvisionnement stable et de haute qualité.
    • La prévention et le contrôle des maladies.
    • La commercialisation améliorée, avec la consolidation des marchés existants et le développement de nouveaux marchés.
    • La formation du personnel technique avec des qualifications combinées en technologie d'aquaculture et gestion des affaires.
    Problèmes et contraintes majeurs
    Les stocks de l'anguille japonaise étaient en dehors des limites biologiques sûres et ces dernières années les captures n'ont pas été stables. Ce qui veut dire qu’il y a un danger réel et que la population a atteint le point critique de non retour au delà duquel il n’y aura pas suffisamment de poissons pour pouvoir se reproduire avec succès.
    Pratiques pour une aquaculture responsable
    L’élevage d'anguille devrait suivre les principes des codes suivants:
    • Code de conduite de l’aquaculture européenne (FEAP).
    • Code de conduite pour la pêche responsable (la FAO).
    Références
    Bibliographie  
    Aoyama, J., Hissmann, K., Yoshinaga, T., Sasai, S., Uto, T. & Ueda, H. 1999. Swimming depth of migrating silver eels Anguilla japonica released at seamounts of the West Mariana Ridge, their estimated spawning sites. Marine Ecology-Progress Series, 186:265-269.
    Bauchot, M.-L, Desoutter, M. & Castle, P.H.J. 1993. Catalogue critique des types de poissons du Muséum national d'Histoire naturelle. Cybium, 17(2):91-151.
    Chen, J.T.F. & Weng, H.T.C. 1967. A review of the Apodal fishes of Taiwan. Biological Bulletin, 32:1-86.
    Cheng, P.W. & Tzeng, W.N. 1996. Timing of metamorphosis and estuarine arrival across the dispersal range of the Japanese eel Anguilla japonica. Marine Ecology-Progress Series, 131:87-96.
    Degani, G. & Gallagher, M.L. 1995. Growth and Nutrition of Eels. Laser Pages Publishing Ltd., Jerusalem, Israel. 119 pp.
    Ege, V. 1939. A revision of the genus Anguilla Shaw. A systematic, phylogenetic, and geographical study. In: C.A. Retzels (ed.). Reports of the Dana Expedition, 16. Copenhagen, Denmark. 256 pp.
    Eldredge, L.G. 1994. Freshwater fishes. In: L.G. Eldredge (ed.), Perspectives in aquatic exotic species management in the Pacific Islands. Vol. 1. Introductions of commercially significant aquatic organisms to the Pacific Islands, pp. 73-84. South Pacific Commission, New Caledonia.
    Frimodt, C. 1995. Multilingual illustrated guide to the world's commercial coldwater fish. Fishing News Books, Osney Mead, Oxford, England. 215 pp.
    Ishikawa, S., Suzuki, K., Inagaki, T., Watanabe, S., Kimura, Y., Okamura, A., Otake, T., Mochioka, N., Suzuki, Y., Hasumoto, H., Oya, M., Miller, M.J., Lee, T.W., Fricke, H. & K. Tsukamoto 2001. Spawning time and place of the Japanese eel Anguilla japonica in the North Equatorial Current of the western North Pacific Ocean. Fisheries Science, 67(6):1097-1103.
    Lindberg, G.U. & Legeza, M.I. 1969. Fishes of the Sea of Japan and the adjacent areas of the Sea of Okhotsk and the Yellow Sea. Part 2. Israel Program Scientific Translations, Jerusalem, Israel. 389 pp.
    Man, S.H. & Hodgkiss, I.J. 1981. Hong Kong freshwater fishes. Urban Council, Wishing Printing Company, Hong Kong. 75 pp.
    Masuda, H., Amaoka, K., Araga, C., Uyeno, T. & Yoshino, T. 1984. The fishes of the Japanese Archipelago. Vol. 1 (text). Tokai University Press, Tokyo, Japan. 437 pp. (text), 370 pls. 21, pl. 24.
    Matsui, I. 1952. Studies on the morphology, ecology, and pond culture of the Japanese eel (Anguilla japonica Temminck u. Schlegel). Journal of the Shimonseki College of. Fisheries, 2:1-257.
    Sasai, S., Aoyama, J., Watanabe, S., Kaneko, T., Miller, M.J. & Tsukamoto, K. 2001. Occurrence of migrating silver eels Anguilla japonica in the East China Sea. Marine Ecology-Progress Series, 212:305-310.
    Smith, D.G. 1997. Anguillidae. Freshwater eels. In: K.E. Carpenter and V.H. Niem (eds.) FAO species identification guide for fishery purposes. The living marine resources of the WCP. Vol. 3. Batoid fishes, chimaeras and bony fishes part 1 (Elopidae to Linophrynidae), pp. 1630-1636. FAO, Rome, Italy.
    Tsukamoto, K. 1992. Discovery of the spawning area for Japanese eel. Nature, 356:789-791.
    Tsukamoto, K. Arai, T. 2001. Facultative catadromy of the eel Anguilla japonica between freshwater and seawater habitats. Marine Ecology-Progress Series, 220:1599-1616.
    Tsukamoto, K., Umezawa, A. & Ozawa, T. 1992. Age and growth of Anguilla japonica leptocephali collected in western North Pacific in July 1990. Nippon Suisan Gakkaishi, 58(3):457-459.
    Welcomme, R.L. 1988. International introductions of inland aquatic species. FAO Fisheries Technical Paper No. 294. FAO, Rome, Italy. 318 pp.
    Liens utiles
     
    Powered by FIGIS