À propos de

Qu'est-ce que la GDF

La gestion des forêts est un processus de planification et de mise en oeuvre de pratiques pour une gestion et utilisation responsable des forêts et des autres terres boisées en vue d’atteindre des objectifs environnementaux, économiques, sociaux et culturels spécifiques (FAO 2005). Elle se penche sur l’ensemble des aspects administratifs, économiques, juridiques, sociaux, techniques et scientifiques liés aux forêts naturelles et plantées. Elle suppose différents degrés d’intervention volontaire de l’homme, allant des mesures de sauvegarde et de maintien des écosystèmes forestiers et de leurs fonctions, aux mesures qui privilégient des espèces ou groupes d’espèces socialement et économiquement utiles pour l’amélioration de la production de biens et de services forestiers (FAO 1993).

À l'échelle mondiale, la gestion durable des forêts (GDF) ne peut être définie que d’une manière très générale en raison de l'immense diversité des types de forêts, des conditions et des contextes socio-économiques existant dans le monde. Le plus souvent, toutefois, la GDF peut être perçue comme l'utilisation et la conservation durable des forêts dans le but de maintenir et de renforcer les multiples valeurs des forêts à travers les interventions de l’homme. Les personnes sont au centre de la GDF parce que son but est de contribuer à satisfaire les différents besoins de la société dans le temps.

 

Application de la gestion durable des forêts

L’instrument juridiquement non contraignant concernant tous les types de forêts (NLBI) identifie sept éléments thématiques de GDF lui servant de «cadre de référence». Ces éléments, ainsi que les nombreux critères et indicateurs identifiés pour chaque élément thématique, permettent aux propriétaires forestiers et aux parties prenantes de définir une GDF adaptée à leurs conditions spécifiques, d'identifier leurs propres objectifs et de décider comment les forêts devraient être gérées pour atteindre ces objectifs, à condition que le principe de maintenir et de renforcer les valeurs des forêts à perpétuité est respecté.

Un concept pluridimensionnel et dynamique

Once deforested, restored forests outside Seoul, Korea, now serve as an oasis of green space for the city residents. ©FAO/Kenichi ShonoLes forêts assurent de multiplesfonctions qui sont interdépendantes. Elles peuvent être affectées à un usage principal pour des fins, par exemple, de production, de conservation de la biodiversité, de protection des sols et de l'eau, culturelles et spirituelles, ou bien assurer une combinaison de ces fonctions et d’autres encore. La GDF est donc un concept pluridimensionnel et polyvalent. Les forêts peuvent assurer de nombreuses fonctions simultanément et offrir de nombreuses combinaisons de biens et de services, selon les conditions nationales et locales qui peuvent varier dans le temps. Cette capacité et cette souplesse exigent que les multiples valeurs des forêts soient préservées à vie. Les forêts affectées à plus d'une fonction sont souvent désignées sous le nom de forêts à usages multiples.

Dans le cas de forêts avec de nombreuses fonctions, toutefois, un choix doit être fait et ce choix peut supposer des compromis positifs ou négatifs entre les parties prenantes, ou encore, mettre en jeu des intérêts opposés. La GDF est un outil qui permet de trouver des compromis et un équilibre des intérêts dans différentes conditions écologiques et socio-économiques en se fondant sur: des méthodes participatives de planification et de mise en œuvre permettant de légitimer les interventions et de gérer les intérêts opposés; les connaissances scientifiques et traditionnelles disponibles; des technologies de pointe, le cas échéant; et des systèmes de gestion efficaces.

Pour la science forestière, le concept de durabilité a été surtout développé en vue d’assurer une production durable de bois d'oeuvre et satisfaire des objectifs économiques. Au cours des dernières années toutefois, le but de la GDF s’est élargi pour couvrir à la fois les valeurs sociales, culturelles et environnementales des forêts. Cela a également étendu les contextes dans lesquels la GDF peut être appliquée à tous les types de forêts naturelles, modifiées et plantées, qui peuvent ainsi assurer tous les usages. En même temps, la complexité et les frais de mise en oeuvre de la GDF ont augmenté. La complexité dépend des compromis positifs et négatifs qui sont à trouver entre les objectifs et les difficultés de mesurer et d’obtenir des rémunérations pour les nombreux avantages sociaux, culturels et environnementaux assurés par les forêts

Dans les pays où de bonnes pratiques de gouvernance sont suivies, les sociétés peuvent définir les objectifs nationaux de GDF dans leurs politiques et leurs programmes forestiers par des voies démocratiques et d’autres processus de participation. La réalisation de ces objectifs ne devrait pas mettre en péril les besoins économiques, sociaux, culturels et environnementaux de gestion des forêts, qui devraient être fixés par la législation nationale. Au fur et à mesure que les valeurs et les objectifs nationaux de développement socio-économique et de conservation de l'environnement changent, les objectifs de GDF changeront également.

Comme toute autre activité de l’homme liée aux ressources naturelles, la gestion des forêts est un processus en amélioration permanente. Les nouvelles informations sont prises en compte lorsque les objectifs et les modes de GDF sont réexaminés en tant qu’éléments d’une gestion adaptative. La GDF réagit et s'adapte toujours aux connaissances et aux besoins en évolution.

Le fait de maintenir et de renforcer les valeurs des forêts à vie ne signifie pas que les forêts restent dans une situation figée. Elles seront toujours soumises à des perturbations naturelles ou anthropiques, c’est pourquoi la GDF doit être perçue comme un processus dynamique. L’essentiel de la GDF est de préserver la résilience des forêts pour leur permettre de résister aux perturbations tout en assurant leur capacité d’adaptation aux changements environnementaux à long terme.

Échelles géographiques

L'échelle à laquelle la GDF est appliquée est très importante. Que ce soit à l’échelle mondiale, nationale, sous-nationale, du paysage, de l’unité forestière d’aménagement (UFA) ou du peuplement forestier, la GDF devrait être traitée à toutes ces échelles (OIBT 2012).

Aux échelles mondiales et nationales, la GDF a pour objectif de contribuer à la gestion, la conservation et le développement durable de tous les types de forêts en assurant également leurs nombreuses fonctions complémentaires. Les services environnementaux fournis par les forêts au niveau mondial, comme l’atténuation des changements climatiques et la conservation de la biodiversité, devraient être traités sur le plan international car toutes les nations ont un intérêt à les maintenir. Des mécanismes mondiaux de paiement de ces services existent déjà et sont en cours d’élaboration par de nombreux forums internationaux.

Aux échelles sous-nationales et du paysage (comme une zone de captage des eaux, une unité administrative ou géographique, par exemple), une plus forte prise de conscience de l’importance socio-économique, environnementale et culturelle des forêts a porté à l’élaboration de nouvelles modalités de GDF centrées sur le maintien et le renforcement des différents services environnementaux qu’elles offrent. Ces nouvelles modalités aident aussi les propriétaires des forêts à s’organiser conjointement pour produire et commercialiser des services environnementaux en développant également les infrastructures nécessaires. À ces échelles, une approche commune est adoptée à travers des processus de planification intéressant toutes les parties prenantes pour clarifier en quoi consiste la GDF dans une unité sous-nationale ou du paysage particulière, en tenant compte des limites physiques, économiques, et d’autre genre.

À l'échelle de l'UFA (par ex. une propriété forestière), la GDF est appliquée pour atteindre des résultats spécifiques dans des conditions locales particulières qui sont compatibles avec les processus écologiques et sociaux assurant le maintien des ressources forestières et des écosystèmes. Dans une UFA, les peuplements forestiers individuels sont aménagés en conséquence et leur situation varie dans le temps: il peut arriver, par exemple, que pendant un certain temps le couvert arboré de quelques peuplements soit faible ou absent (pendant qu'ils se régénèrent après la récolte), alors que d'autres peuplements à des stades de développement différents présentent un couvert dense.

Le but essentiel de la GDF est de maintenir et d’améliorer le potentiel des forêts à toutes les échelles pour fournir les différents biens et services environnementaux dont la société a besoin dans le temps. Les buts, les objectifs, les stratégies, les politiques, les instruments juridiques, les arrangements institutionnels et les lignes directrices pour mettre en oeuvre la GDF peuvent varier considérablement en raison de la grande diversité des conditions que l'on retrouve aux différentes échelles géographiques. Les objectifs nationaux de GDF servent de cadre pour les programmes sous-nationaux et au niveau du paysage qui aident les UFA à fixer leurs propres objectifs dans des conditions locales spécifiques. Chaque UFA devrait être gérée de manière durable en fonction de ou des objectifs fixés, en tenant compte des exigences du paysage liées, par exemple, à la conservation de la biodiversité, des sols, de l'eau et d'autres ressources naturelles dans le but de préserver la résilience de l'écosystème en imitant même, si nécessaire, les perturbations naturelles.

dernière mise à jour:  mercredi 4 novembre 2020