Mécanisme pour la restauration des forêts et des paysages

Un groupe de travail sur les meilleures pratiques

Groupe de travail de la Décennie des Nations Unies sur les meilleures pratiques

POURQUOI UN GROUPE DE TRAVAIL?

L’utilisation non durable des terres et la destruction des écosystèmes naturels ont contribué à la dégradation des terres, au changement climatique et à la perte de biodiversité à l’échelle mondiale. Pour prévenir, enrayer et inverser la dégradation des écosystèmes dans le monde, l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé la période 2021-2030 Décennie de la restauration des écosystèmes.

Tous les écosystèmes, autant terrestres qu’aquatiques, ont le potentiel d’être restaurés. Pour la Décennie, la restauration des écosystèmes englobe un large ensemble d’activités qui contribuent à protéger les écosystèmes encore intacts, à éviter toute nouvelle dégradation et à réparer les écosystèmes dégradés. Une telle diversité d’interventions signifie que la restauration peut se faire de nombreuses façons et qu’il n’est pas toujours possible – ou souhaitable – de ramener un écosystème à son état d’origine. Dans ce cas, l’objectif est d’optimiser les fonctions et les services de l’écosystème, et d’améliorer les pratiques de gestion et la gouvernance.

Pour soutenir la mise en œuvre des travaux dans le cadre de la Décennie, un groupe de travail sur les meilleures pratiques, dirigé par la FAO, a été créé. Il se concentre sur l’élaboration de la composante concernant les connaissances de la Décennie des Nations Unies, y compris les efforts en matière de renforcement des capacités et la capitalisation, ainsi que le partage et la diffusion des bonnes pratiques de restauration dans tous les écosystèmes.

RÉSULTATS

Une feuille de route collaborative a été élaborée:

  • Résultat 1: Le Groupe de travail est opérationnel, possède des termes de référence clairs et intègre des représentants d’organisations techniques clés.

  • Résultat 2: Les écosystèmes et les zones géographiques sur lesquels la capitalisation des connaissances sera axée au cours de la première étape sont classés par ordre de priorité.

  • Résultat 3: Des partenaires sont recensés, et les moyens d’interagir avec eux pour partager, collecter ou générer des connaissances sont convenus.

  • Résultat 4: Une évaluation des besoins en capacités est entreprise au niveau mondial pour toutes les parties prenantes impliquées dans la restauration des écosystèmes.

  • Résultat 5: Un plan d’action sur les connaissances et l’apprentissage est élaboré et approuvé par le Groupe de travail, sur la base des résultats de l’évaluation des besoins en capacités.

  • Résultat 6: Des termes de référence pour une liste restreinte de produits phares qui pourraient être élaborés dans le contexte de la Décennie des Nations Unies sont développés.

  • Résultat 7: Les bonnes pratiques sont collectées et / ou capitalisées selon des formats convenus au préalable, approuvées et mises à disposition par le biais du centre numérique de la Décennie des Nations Unies et des sites Web et ressources d’autres partenaires.

PRINCIPALES RÉALISATIONS

Résultat 1: Le Groupe de travail est opérationnel, possède des termes de référence clairs et intègre des représentants d’organisations techniques clés.

Un groupe de 138 membres de 57 organisations de premier plan au niveau mondial dans le domaine de la capitalisation et de la diffusion des connaissances a rejoint le Groupe de travail sur une base volontaire pour accomplir les résultats. Les membres du Groupe de travail concentrent actuellement leurs efforts sur les résultats 4 (évaluation des besoins en capacités), 5 (plan d’action sur les connaissances et l’apprentissage) et 7 (collecte/capitalisation des bonnes pratiques). Le Groupe de travail collabore également avec des organismes menant d’autres efforts pertinents, notamment les groupes de travail de la Décennie des Nations Unies sur le suivi et la science.

Résultat 4: Une évaluation des besoins en capacités est entreprise au niveau mondial pour toutes les parties prenantes impliquées dans la restauration des écosystèmes.

Une évaluation des besoins en capacités à l’échelle mondiale visant à déterminer quelles sont les «capacités à l’échelle du système» qui doivent être renforcées, et auprès de quels acteurs, pour atteindre les objectifs de la Décennie a été réalisée, pour:

  • fournir une base de référence des capacités existantes;

  • aider à recenser les points forts, les lacunes, les besoins et les obstacles à la réalisation des objectifs mondiaux en matière de restauration;

  • guider les efforts de la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes en matière de renforcement des capacités, dans l’intérêt de toutes les parties concernées, en contribuant à l’élaboration d’un plan d’action sur les connaissances et l’apprentissage (résultat 5).

Un rapport complet sur cette évaluation sera présenté début septembre 2021, lors du Congrès mondial de la nature de l'UICN.

Résultat 7: Les bonnes pratiques sont collectées et / ou capitalisées selon des formats convenus au préalable, approuvées et mises à disposition par le biais du hub numérique de la Décennie des Nations Unies et des sites Web et ressources d’autres partenaires.

Pour réussir à intensifier la restauration, les praticiens doivent pouvoir accéder facilement aux bonnes pratiques. Pour cela, le groupe de travail s’est concentré sur:

  1. Élaboration de principes directeurs pour la restauration des écosystèmes: dix principes applicables à tous les secteurs, dans tous les biomes et dans toutes les régions ont été proposés et publiés dans la brochure «Principes pour la restauration des écosystèmes visant à guider la Décennie des Nations Unies 2021-2030». Pour élaborer cette publication, outre le PNUE et la FAO (la coordinatrice du groupe de travail), les agences chefs de file de la Décennie, la Société pour la restauration écologique (SER) et la Commission de la gestion des écosystèmes (CGE) de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) ont été les principales organisatrices, en collaboration avec le WWF, CIFOR-ICRAF et le réseau Ecohealth.
  2. Capitalisation et mise à profit des bonnes pratiques existantes: Un inventaire des plateformes de connaissances qui collectent et diffusent des bonnes pratiques reconnues dans différents écosystèmes est en cours d’établissement. Cet effort vise à faciliter l’accès aux bonnes pratiques en reliant ces plateformes existantes au centre numérique de la Décennie des Nations Unies et en guidant les utilisateurs vers le contenu le plus pertinent en fonction de leurs besoins.
  3. Collecte de nouvelles pratiques: Le Groupe de travail prépare le processus à long terme de collecte de nouvelles pratiques pendant la Décennie. Accédez au modèle et soumettez votre bonne pratique ICI.

COMMENT POUVEZ-VOUS COLLABORER AVEC NOUS?

Une coopération solide avec les partenaires et les parties prenantes du domaine de la restauration est essentielle pour répondre aux besoins spécifiques existants et parvenir à la réussite de la restauration des écosystèmes dans le monde entier. Si vous souhaitez participer à cet effort, soutenez la collecte et la diffusion des bonnes pratiques en partageant largement le modèle de bonnes pratiques et les bases de données de bonnes pratiques existantes et autres ressources de connaissances parmi vos réseaux.