Bureau régional de la FAO pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord

La FAO et la Banque mondiale poursuivent leur soutien aux opérations de surveillance et de lutte contre le criquet pèlerin au Yémen

Ces efforts sont essentiels pour préserver les moyens d’existence basés sur l’agriculture, car une éventuelle recrudescence de criquets pèlerins menace d’aggraver une situation de sécurité alimentaire déjà précaire.

24 septembre 2021, Sana’a- Une nouvelle campagne de lutte contre le criquet pèlerin a été lancée dans les gouvernorats yéménites de Lahj, Abyan et Shabwah, alors que l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et la Banque mondiale poursuivent leur partenariat pour soutenir les autorités yéménites dans la lutte contre le criquet pèlerin. 

L’intensification des efforts de lutte contre le criquet pèlerin, largement reconnu comme le ravageur migrateur le plus dangereux au monde, intervient après qu’une activité de reproduction accrue ait été observée dans les zones ciblées. Cela est dû à des conditions de reproduction favorables déclenchées par de fortes pluies et des inondations en juillet et août, offrant des conditions écologiques idéales pour que les criquets se multiplient et se propagent rapidement. Plus de 30 agents et techniciens de terrain chargés de la lutte contre le criquet pèlerin ont été équipés et déployés dans les zones infestées des trois gouvernorats afin de contenir la propagation du ravageur qui, s’il n’est pas combattu de toute urgence, peut causer des dégâts considérables aux pâturages et aux cultures dans tout le pays, menaçant ainsi la sécurité alimentaire des communautés agricoles qui sont déjà au bord du gouffre. 

Le représentant de la FAO au Yémen, Dr Hussein Gadain, a souligné la nécessité de poursuivre les efforts concertés pour faire face à la propagation du criquet pèlerin, en insistant sur ses effets potentiellement dévastateurs sur la sécurité alimentaire dans un contexte déjà fragile. « Un seul essaim peut se dupliquer 16 à 20 fois en moins de trois mois s’il n’est pas contrôlé. La coordination d’actions d’intervention et de lutte précoces comme celles-ci permet donc d’économiser du temps, des efforts et des coûts, et de réduire les risques de propagation des infestations de criquets pèlerins à d’autres régions », a-t-il ajouté. 

Dr Gadain a exprimé sa gratitude à la Banque mondiale pour son soutien continu à la lutte contre le criquet pèlerin au Yémen, citant le soutien intégré de la Banque mondiale à l’amélioration de la sécurité alimentaire au Yémen par le biais de multiples projets qui offrent aux familles rurales la possibilité de se doter de moyens d’existence durables. Dr Gadain a réitéré l’engagement de la FAO à continuer à utiliser son expertise technique dans la lutte contre ce ravageur et a appelé à un soutien financier continu pour réduire l’infestation locale dans les principales zones de reproduction afin d’empêcher de nouveaux essaims de criquets d’envahir les pays voisins. 

La campagne de deux mois, qui a débuté début septembre, s’étendra jusqu’à la saison de reproduction hivernale. Les équipes de terrain chargées de la lutte contre le criquet pèlerin suivront l’activité et le statut des criquets grâce à la mise en œuvre d’enquêtes de terrain et d’interventions rapides qui permettront de contrôler la reproduction locale. Selon Ashraf AlHawamdeh, responsable du projet de lutte d’urgence contre le criquet pèlerin à la FAO, environ 67 1244 ha de terres ont été prospectés au cours des saisons d’hiver et d’été de cette année, de mars à septembre 2021. « Nous nous attendons à ce que les opérations de surveillance et de lutte actuelles réduisent le nombre et la taille des infestations et diminuent toute reproduction supplémentaire, réduisant ainsi le risque pour les cultures et les pâturages », a-t-il expliqué. 

Depuis 2020, la FAO et la Banque mondiale collaborent avec les autorités yéménites pour lutter contre les essaims de criquets pèlerins par le biais de campagnes nationales de lutte ciblant les zones de reproduction saisonnières à travers le pays. Grâce au projet actuel de Réponse d’urgence aux invasions acridiennes (ou ELRP selon son acronyme anglais)financé par la Banque mondiale, la FAO soutient le rétablissement des moyens de subsistance dans les zones touchées par le criquet pèlerin et la mise en place d’un réseau national de centres de lutte contre le criquet pèlerin (ou DLCC selon son acronyme anglais) qui comprendra des systèmes d’alerte précoce et de réponse pour permettre aux autorités de réagir rapidement aux nouvelles infestations de criquets. Le système d’alerte et de réponse sera connecté au Service d’information sur le Criquet pèlerin de la FAO, un service mondial qui reçoit et analyse les données des pays touchés par le criquet pour émettre des avertissements et des alertes, favorisant la collaboration entre les pays et tenant la communauté mondiale informée de l’évolution de la situation acridienne. 

Les opérations de lutte contre le criquet pèlerin soutenues par la FAO ont bénéficié à des milliers de communautés dépendantes de l’agriculture dont la résilience et les mécanismes d’adaptation ont été érodés par près de sept ans de conflit. En 2021, la FAO recherche 90 millions de dollars pour réduire l’insécurité alimentaire aiguë et préserver les moyens d’existence de 6,3 millions de yéménites vulnérables. 

Fin 

Contact :

Sithembile Siziba

Spécialiste de la sensibilisation et des rapports

Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture Sana’a - République du Yémen

Tél. : +967-1-432681/2 Ext. : 48

Courriel : [email protected]

 

Ali Al-Alshwal

Consultant en communication et sensibilisation

Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture Sana’a - République du Yémen

Tél. : +967-1-432681/2 Ext. : 48

Cellulaire : +967 739955525

Courriel : [email protected]

 

http://www.fao.org/countryprofiles/index/en/?iso3=YEM

 


27/09/2021