Le Directeur général de la FAO tire la sonnette d’alarme sur l’obésité en Amérique latine et aux Caraïbes

L’objectif est d’éradiquer toutes les formes de malnutrition, selon M. José Graziano da Silva

6 mars 2018, Montego Bay, Jamaïque -  Le Directeur général de la FAO a exhorté les gouvernements en Amérique latine et aux Caraïbes à continuer de placer la lutte contre la faim au cœur de leurs programmes politiques et appelé à une «transformation radicale» des systèmes alimentaires afin de lutter contre le surpoids et l'obésité rampante.

«Eradiquer la faim ne doit pas être notre unique préoccupation dans une région où 7 pour cent des enfants âgés de moins de cinq ans sont en surpoids et que 20 pour cent des adultes dans 24 pays sont obèses», a-t-il déclaré lors de son discours inaugural à l'occasion de la 35ème Conférence régionale de la FAO pour l'Amérique latine et les Caraïbes.

Pour la première fois, les 33 pays de la région sont représentés à la réunion qui s'étalera sur trois jours et qui s'achèvera jeudi.

«Nous devons créer des systèmes alimentaires vraiment durables au sein desquels la production, le commerce, les transports et la consommation sont conjugués de manière efficace afin de garantir un bon apport alimentaire», a précisé M. José Graziano da Silva, rappelant que l'Objectif de développement durable numéro 2 mettait l'accent sur la nécessité d'éradiquer toutes les formes de malnutrition.

«Manger des produits frais cultivés localement au lieu d'aliments extrêmement transformés est essentiel. Aujourd'hui, le surpoids et l'obésité représentent une «épidémie mondiale» qui se répand dans les pays développés comme dans les pays en développement», a-t-il ajouté.

Selon les données de la FAO, près d'1,9 milliard d'adultes sont en surpoids à travers le monde, tandis que 650 millions d'adultes sont obèses. La situation est particulièrement inquiétante en Amérique latine où 96 millions d'adultes sont obèses.

La faim persiste mais l'éradication est encore possible

«L'Amérique latine et les Caraïbes ont d'ailleurs montré l'exemple, lorsqu'en 2015, la région est devenue la première au monde à atteindre deux objectifs internationaux relatifs à la réduction de la faim», a rappelé le Directeur général. 

Selon le Panorama sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle en Amérique latine et aux Caraïbes, en 2017, le nombre de personnes souffrant de sous-nutrition dans la région a pourtant augmenté depuis, passant de 40 à 42,5 millions.

Malgré ce revers, le Directeur général de la FAO s'est dit convaincu que la même volonté politique qui a su rendre possible ces résultats positifs permettra également d'inverser cette dernière tendance.

 Les pays doivent continuer d'élaborer des politiques plus productives et inclusives au niveau social, économique, ainsi que des cadres juridiques et des systèmes de gouvernance, qui permettront de garantir une sécurité alimentaire pour tous. 

«Il est essentiel pour la communauté des Etats d'Amérique latine et des Caraïbes de respecter leurs engagements vis-à-vis de l'objectif Faim Zéro d'ici 2025», a souligné M. José Graziano da Silva.

Il a salué le travail des Fronts parlementaires contre la faim établis dans 19 pays de la région.

Une protection sociale et des secteurs agricoles renforcés

Des mesures de protection sociale et des initiatives visant à renforcer l'agriculture familiale, qui pourront stimuler le développement et l'économie locale, sont essentiels en vue de réduire la pauvreté rurale et de lutter contre les différentes formes de malnutrition, a également indiqué le Directeur général de la FAO dans son discours.

Il a incité les gouvernements à profiter pleinement de la Décennie dédiée à l'agriculture familiale, qui vient d'être proclamée par les Nations Unies et qui débutera en 2019 avec l'objectif d'attirer l'attention du public sur ceux qui produisent plus de 80 pour cent de la nourriture de ce monde mais qui pourtant, paradoxalement, sont aussi les plus vulnérables face à la faim.                            

Le changement climatique: adaptation et atténuation de ses effets

Le changement climatique affecte profondément les systèmes alimentaires et agricoles du monde et les dernières catastrophes naturelles, telles que le tremblement de terre au Mexique et les ouragans qui ont dévasté de vastes pans d'Amérique centrale et des Caraïbes, démontrent que la région est particulièrement vulnérable. 

La FAO encourage les pays à adapter leurs secteurs agricoles au changement climatique, tout en protégeant les communautés rurales pauvres.

M. José Graziano da Silva a souligné que la FAO offrait une vaste gamme de services aux Etats membres, notamment en termes de conception de projet et de mobilisation de ressources. L'année dernière, le Fonds vert pour le climat a approuvé une subvention de 90 millions de dollars pour soutenir un projet développé avec le Gouvernement du Paraguay et la FAO.

«Conserver la biodiversité dans la région, qui abrite une grande variété de plantes et d'espèces animales importantes pour l'agriculture, l'alimentation et le tourisme, est également crucial», a-t-il ajouté.    

Photo: REUTERS/Mariana Bazo
Un jeune péruvien mange dans un fast-food.