La paix est primordiale afin de réduire le nombre de personnes souffrant de la faim, dixit le Directeur général de la FAO

M. Graziano da Silva ouvre le Conseil de la FAO et appelle à soutenir davantage les efforts de l’Organisation en faveur de la lutte contre la faim

4 juin 2018, Rome - Lors de son discours inaugural prononcé devant les membres du Conseil, la branche exécutive de l'Organisation, M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO, a insisté aujourd'hui sur le rôle des guerres et des conflits comme principales causes de la faim dans le monde et a déploré une augmentation des dépenses militaires.

«Les pays devraient garder à l'esprit qu'une paix durable et la fin des conflits sont essentiels en vue de réduire le nombre de personnes souffrant de la faim. En tant que responsable de l'Organisation des Nations Unies, permettez-moi de vous dire qu'il est extrêmement frustrant de constater que le budget ordinaire de la FAO est resté le même ces sept dernières années, alors que les dépenses militaires au niveau mondiale n'ont cessé d'augmenter», a-t-il déclaré.

Les derniers chiffres démontrent qu'après une décennie de déclin, le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde a de nouveau augmenté, avec 815 millions de personnes souffrant de sous-alimentation chronique en 2016. En 2017, près de 124 millions de personnes avaient besoin d'aide pour survivre et pour protéger leurs moyens d'existence afin d'éviter le risque de sombrer dans une situation de famine, tandis qu'ils étaient 108 millions en 2016.

Plus efficace et effective

M. Graziano da Silva a noté que, lors des dernières Conférences régionales de la FAO, les Etats membres ont exprimé leur satisfaction à propos de la cohérence du travail de la FAO avec les Objectifs de développement durable, en particulier l'ODD2, qui vise à éradiquer la faim d'ici à 2030.

«Les Conférences régionales ont souligné la nécessité de poursuivre la voie engagée par l'Organisation, reconnaissant que la FAO s'était montrée plus efficace et effective», a précisé le Directeur général de la FAO.

«Laissez-moi insister sur le fait que la FAO peut s'engager à accroître son efficacité tout en étant rentable. Mais gardez à l'esprit qu'il sera difficile d'en faire plus avec de moins en moins de ressources dans notre budget», a-t-il ajouté.

Rapprocher le travail de l'Organisation des Etats membres

M. Graziano da Silva a souligné que lors du dernier exercice biennal, la FAO a réussi à compenser son budget fixe grâce à une augmentation des ressources extrabudgétaires d'1 pour cent, pour finalement atteindre les 2,1 milliards de dollars, et que 80 pour cent de cette somme avait été mobilisée par des projets nationaux, régionaux et sous-régionaux.

«Ceci est le résultat direct des efforts de décentralisation visant à rapprocher la FAO et son travail des pays membres», a-t-il souligné.

M. Graziano da Silva a pris l'exemple du rapport de la FAO sur la mise en œuvre du Programme qu'il a décrit comme le plus important point à l'ordre du jour de cette 159ème session du Conseil. «Le rapport révèle non seulement les performances de la FAO au cours du dernier exercice biennal, mais il donne aussi l'opportunité de discuter des priorités pour les années à venir».

La 159ème session du Conseil de la FAO s'achève vendredi et une série d'événements parallèles seront organisés en marge du programme principal.

Photo: ©FAO/GiulioNapolitano
M. Graziano da Silva lors de son discours inaugural à l’ouverture du Conseil de la FAO.