En mai, les prix des produits laitiers font grimper l’Indice FAO des prix des produits alimentaires

Les stocks de céréales restent élevés, les prévisions pour la production mondiale de céréales revues à la hausse

7 juin 2018, Rome-Les prix mondiaux des produits alimentaires ont augmenté en mai, avec notamment une forte hausse des prix des produits laitiers. L'Indice FAO des prix des produits alimentaires affichait une moyenne de 176,2 points au cours du mois, soit une hausse d'1,2 pour cent par rapport à avril.

L'Indice FAO des prix des produits alimentaires est un indice pondéré qui mesure la variation mensuelle de plusieurs denrées alimentaires sur les marchés internationaux.

La progression du mois de mai s'explique par une récente tendance vers la hausse des cotations de prix des principales céréales et des produits laitiers et par une tendance vers la baisse de celles du sucre et des huiles végétales.

L'Indice FAO des prix des produits laitiers a augmenté de 5,5 pour cent en mai, affichant une moyenne 11,5 fois plus importante que l'année dernière. La solidité du marché de ces derniers mois s'explique en grande partie par des approvisionnements réduits en Nouvelle Zélande, le principal exportateur de produits laitiers.

L'Indice FAO des prix des produits céréaliers a augmenté de 2,4 pour cent depuis avril, marquant une hausse de 17 pour cent pendant l'année, pour finalement atteindre son plus haut niveau depuis janvier 2015. Les valeurs du blé ont fortement augmenté en raison des inquiétudes liées aux perspectives de production dans de nombreux pays exportateurs, tandis que les prévisions faisant état de la détérioration des récoltes en Amérique du Sud ont contribué à faire augmenter les prix des céréales secondaires. Les prix mondiaux du riz sont également restés fermes, stimulés par des acquisitions considérables en provenance d'Asie du Sud-Est.

L'Indice FAO des prix des huiles végétales a chuté de 2,6 pour cent pour atteindre son plus bas niveau en l'espace de 27 mois. Les prix cités pour les huiles de palme, de soja et de tournesol ont tous chuté, cela est dû en partie à des stocks mondiaux abondants.

L'Indice FAO des prix de la viande a légèrement chuté, tandis que l'Indice FAO des prix du sucre a connu son sixième affaiblissement mensuel consécutif, avec une baisse de 0,5 pour cent depuis avril. Une situation qui reflète des conditions de récolte favorables dans les principales régions productrices au Brésil, le plus grand producteur et exportateur de sucre au monde.

Les prévisions pour la production céréalière de 2018 revues à la hausse

Dans son Bulletin sur l'offre et la demande de céréales, également publié aujourd'hui, la FAO a revu à la hausse ses prévisions concernant la production mondiale de céréales en 2018 pour lui faire atteindre les 2 610 millions de tonnes, qui, si confirmée, représenterait une baisse annuelle d'1,5 pour cent par rapport au niveau de l'année précédente.

Selon la FAO, la production mondiale de blé devrait atteindre 754,1 millions, soit en hausse par rapport aux prévisions du mois dernier, et ce, en raison de meilleures perspectives dans plusieurs des principaux pays producteurs. Les prévisions pour la production de céréales secondaires demeurent à 1 345 millions de tonnes, soit en baisse de 3,2 pour cent par rapport au niveau record atteint l'année dernière. Une situation qui s'explique par la décision de nombreux fermiers de s'orienter vers des cultures plus rentables et par des conditions climatiques sèches dans certains pays.

La production mondiale de riz devrait augmenter d'1,3 pour cent par rapport à 2017 pour atteindre un nouveau record avec 511,3 millions de tonnes, une hausse qui reflète surtout de meilleures perspectives en Inde.

Le nouveau rapport de la FAO revient sur les dernières prévisions de l'Organisation concernant l'utilisation de céréales, mais aussi son commerce qui est appelé à atteindre un niveau record cette année.

Les prévisions pour les stocks mondiaux de céréales à l'issue de la saison qui prendra fin en 2019 ont été revues à la hausse, avec une augmentation de 5 pour cent par rapport au dernier rapport publié en mai, pour finalement atteindre les 772 millions de tonnes. Une situation qui reflète surtout une révision à la hausse des estimations historiques des stocks de maïs chinois.

Malgré cette augmentation mensuelle, les stocks mondiaux de céréales devraient néanmoins baisser de 5,4 pour cent par rapport à leur niveau initial.

Ces nouvelles estimations devraient provoquer une hausse du ratio stock-utilisation de céréales à travers le monde en lui faisant atteindre 28 pour cent, un chiffre pourtant légèrement inférieur à celui atteint lors de la saison 2017/2018.

Photo: ©FAO/Carly Learson
Une ferme laitière en Turquie.