G20: le Directeur général de la FAO appelle à réduire la fracture numérique.

La FAO encourage l’utilisation des technologies numériques pour la transformation des systèmes agroalimentaires.

Trieste, le 5 août 2021 – M. QU Dongyu, Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), a appelé aujourd’hui à la réduction de la fracture numérique et a réaffirmé l’engagement de la FAO à promouvoir l’utilisation des technologies numériques, jugées essentielles pour la transformation indispensable des systèmes agroalimentaires. 

S’exprimant lors de la réunion des ministres de l’économie numérique du G20, M. Qu a plaidé en faveur d’une utilisation accrue des technologies numériques, en particulier dans les zones rurales, où ces technologies pourraient être utilisées pour remédier aux multiples défaillances du marché (par exemple, l’asymétrie des informations sur les prix des produits et des intrants, le manque d’accès aux services financiers, les coûts de recherche liés à la traçabilité) et aider les petits exploitants agricoles à accéder aux marchés. M. Qu a souligné que les femmes rurales, en particulier, sont les plus désavantagées par le manque de connectivité. 

Il a également déclaré que la connectivité s’est considérablement améliorée, mais qu’une fracture numérique subsiste entre les pays et entre les zones rurales et urbaines.  
 

Selon l’UIT, à la fin de 2019, un peu plus de 51 pour cent de la population mondiale, soit 4 milliards de personnes, utilisaient internet. La Commission sur le haut débit estime qu’il faudrait un investissement de 428 milliards d’USD pour que tout le monde soit connecté d’ici à 2030.

«Collectivement, nous ne pouvons pas supporter le coût énorme de cette fracture numérique. La pandémie de covid-19 a clairement montré qu’aujourd’hui, plus que jamais, la connectivité est une condition préalable à l’inclusion sociale», a dit le Directeur général de la FAO.

Il a aussi réaffirmé l’engagement de la FAO à travailler en partenariat pour mettre en place des systèmes agroalimentaires plus efficaces, inclusifs, résilients et durables en vue d’améliorer la production, la nutrition, l’environnement et les conditions de vie, en ne laissant personne de côté. Une telle transformation ne serait pas possible sans les technologies numériques.
M. Qu a ensuite présenté des exemples de la manière dont la FAO a accéléré l’adoption des technologies numériques dans les secteurs de l’alimentation et de l’agriculture ainsi que la promotion de la transformation numérique rurale.

Lutter contre la faim, la pauvreté et les inégalités grâce aux technologies numériques

L’Initiative «1 000 villages numériques» de la FAO vise à convertir 1 000 villages dans le monde entier en centres numériques dans le but d’appuyer la transformation des systèmes agroalimentaires.
 
L’Initiative comprend trois éléments principaux: «l’e-agriculture», qui consiste à améliorer la productivité agricole grâce aux TIC et aux solutions numériques, notamment «l’agriculture intelligente face au climat», l’agriculture de précision et les installations intelligentes, les «services numériques aux agriculteurs», qui visent à améliorer l’accès des agriculteurs aux services, notamment aux services financiers, à la protection sociale et à l’emploi, et les services numériques pour la «transformation rurale», qui ont pour but d’améliorer la prestation des services publics dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’emploi, de la protection sociale, de l’écotourisme et de l’agrotourisme.
Lancée en juillet 2020, la Plateforme géospatiale «Main dans la main» de la FAO est un bien public numérique qui permet de créer des cartes de données interactives, d’analyser les tendances et de cerner les lacunes et les possibilités en temps réel dans les secteurs de l’alimentation et de l’agriculture, et donc d’orienter et de garantir des investissements efficaces. 
La FAO joue également un rôle central en rassemblant un large éventail de partenaires sur la question de l’utilisation des technologies numériques dans l’alimentation et l’agriculture. À cet égard, la Plateforme internationale pour l’alimentation et l’agriculture numériques de la FAO, qui sera bientôt opérationnelle, constituera un lieu de dialogue, d’élaboration de politiques et de renforcement des liens entre les forums de l’agriculture et de l’économie numérique. Elle aidera les gouvernements à renforcer les avantages de l’agriculture numérique et à progresser en tirant parti des savoirs de leurs pairs tout en répondant aux préoccupations potentielles.   

La FAO, en collaboration avec l’Académie pontificale pour la vie, Microsoft, IBM et le Ministère italien de l’innovation technologique et de la transition numérique, a également lancé un Appel pour une éthique de l’intelligence artificielle afin de promouvoir une approche éthique dans ce domaine.

Photo: ©FAO
QU Dongyu, le directeur général de la FAO, à la réunion des ministres de l'économie numérique du G20