Ministres de l’agriculture du G20: Les systèmes agroalimentaires sont essentiels pour réduire les inégalités, selon le Directeur général de la FAO.

M. Qu Dongyu souligne la nécessité de gérer les effets à long terme de la pandémie de covid-19.

Florence, le 17 septembre – Les dirigeants des pays du G20 doivent continuer à soutenir le bon fonctionnement des systèmes agroalimentaires mondiaux, qui sont actuellement confrontés à des défis dans le contexte de la pandémie de covid-19, a déclaré M. Qu Dongyu, Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), dans une allocution prononcée à l’ouverture de la réunion des ministres de l’agriculture du G20 à Florence (Italie).

M. Qu a salué le rôle de premier plan joué par le G20 au cours des 18 derniers mois pour atténuer les effets de la pandémie sur le secteur. «Je suis absolument convaincu que nos efforts collectifs ont permis de préserver le fonctionnement des systèmes agroalimentaires et la fluidité des échanges commerciaux», a-t-il ajouté.

Pourtant, des difficultés demeurent, notamment du fait de «l’aggravation des inégalités existantes» engendrée par la pandémie, a-t-il dit. Il a évoqué l’estimation du Fonds monétaire international selon laquelle la perte de revenu par habitant pour les marchés émergents et les économies en développement a été deux fois et demie plus importante que pour les économies avancées. Il a également mentionné les évaluations réalisées par la FAO selon lesquelles l’insécurité alimentaire touchant la population mondiale serait passée de 8,4 pour cent à quelque 9,9 pour cent.

Selon le Directeur général de la FAO, les faits indiquent clairement que «les systèmes agroalimentaires sont essentiels pour réduire ces inégalités, en particulier dans les zones rurales».

Il a également mis l’accent sur le fait que des crises nouvelles et complexes ne cessent d’apparaître, en rappelant la situation en Afghanistan et en Haïti et en appelant les membres du G20 et les autres donateurs à prêter rapidement assistance aux agriculteurs des régions en difficulté. La FAO a lancé un appel à lever d’urgence 36 millions d’USD sous la forme d’une aide immédiate à court terme, afin que les agriculteurs afghans ne manquent pas la prochaine campagne de semis du blé d’hiver.

M. Qu a montré aux ministres présents un court message vidéo de Thomas Pesquet, Ambassadeur de bonne volonté de la FAO, qui se trouve actuellement dans la station spatiale internationale. Le Directeur général de la FAO avait demandé au spationaute français de faire part de ses réflexions aux ministres du G20.


L’Italie contribue à la Coalition pour l’alimentation à hauteur de 10 millions d’USD.

Lors d’une conférence de presse conjointe avec M. Qu, le Ministre de l’agriculture de l’Italie, M. Stefano Patuanelli, a indiqué que son pays contribuait à hauteur de 10 millions d’USD à la Coalition pour l’alimentation, une initiative stratégique lancée à l’instigation de l’Italie et hébergée par la FAO que le Directeur général a décrit comme étant «un mécanisme souple de coordination permettant de construire ensemble une alliance inclusive de partenaires et de parties prenantes, afin de répondre aux besoins particuliers des pays».

En outre, il a salué le potentiel des nouvelles technologies s’agissant de «concilier des éléments contradictoires» et de produire davantage de nourriture pour davantage de personnes à partir d’une moindre quantité de ressources naturelles. «Cela dépend de nous. Il faut que nous y croyions: nous devons commencer à agir. Les mots ne suffisent pas. Les réunions ne suffisent pas. Il est indispensable que les gouvernements prennent des mesures concrètes», a déclaré M. Patuanelli.

Le Directeur général a remercié l’Italie, en insistant sur la générosité de longue date de l’État italien, de la population et de la ville de Rome, qui accueillent la FAO depuis 70 ans. «L’Italie joint le geste à la parole», a déclaré M. Qu.


La réunion

La présidence italienne du G20 accueille la réunion de deux jours, qui est axée sur la durabilité des systèmes agricoles et alimentaires.

Des fonctionnaires des ministères de l’agriculture ont participé à des réunions préparatoires. Celles-ci ont été l’occasion d’échanger des idées sur le rôle joué par la recherche et l’innovation et la nécessité de mettre en commun les connaissances techniques, qui permettent d’accroître la résilience, ainsi que sur les nouvelles méthodes de sélection et le rôle que pourrait jouer la traçabilité numérique. L’Italie a organisé deux ateliers scientifiques, portant respectivement sur la résistance aux antimicrobiens et sur l’agriculture et le changement climatique.

La réunion ministérielle porte également sur l’objectif «Faim zéro», l’approche «Une seule santé» et la contribution du G20 au prochain Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires (2021) et à la vingt-sixième Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique (COP 26). Les dirigeants de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), de la Banque mondiale, de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), du Programme alimentaire mondial (PAM), de l’Organisation internationale du travail (OIT) et du Fonds international de développement agricole (FIDA) ont également participé à la manifestation.

Le Directeur général de la FAO a félicité la présidence italienne du G20 pour les efforts constructifs qui ont été déployés tout au long de l’année 2021 et pour avoir fait de la sécurité alimentaire une priorité, comme le proclame la Déclaration de Matera.

M. Qu a également attiré l’attention sur les réformes menées sous sa direction, notamment le nouveau Cadre stratégique 2022-2031, qui s’articule autour des «quatre améliorations» – amélioration de la production, amélioration de la nutrition, amélioration de l’environnement et amélioration des conditions de vie – et qui vise à accélérer la mobilisation de l’ensemble des compétences et du capital humain de la FAO dans le cadre du renforcement de ses activités en tant qu’organisation spécialisée, novatrice et axée sur les connaissances.

La FAO est prête à soutenir les Membres dans la transformation des systèmes agroalimentaires et la concrétisation des objectifs de développement durable, a-t-il déclaré. Il a exhorté les ministres de l’agriculture du G20 à accélérer les progrès en reconnaissant l’importance que revêtent la coopération au sein du G20, les investissements responsables et ciblés, l’approche «Une seule santé», la recherche et l’innovation, et les flux commerciaux mondiaux ouverts dans le secteur agroalimentaire.

Photo: ©FAO/Giuseppe Carotenuto
La réunion des ministres de l’agriculture du G20 à Florence (Italie).