Le Congrès forestier mondial expose sa vision de l'avenir des forêts

Les forêts sont vitales pour la réalisation des Objectifs de développement durable

11 septembre 2015, Durban/Rome - Les forêts du monde doivent être reconnues comme «bien plus que des arbres»: telle est l'une des principales recommandations du XIVe Congrès forestier mondial qui vient de s'achever à Durban, en Afrique du Sud.

Les forêts détiennent un potentiel immense pour jouer un rôle décisif dans la lutte contre la faim, l'amélioration des moyens d'existence et la lutte contre le changement climatique, ont souligné les participants au Congrès.

Le plus grand rassemblement mondial sur les forêts de cette décennie a exposé sa vision des forêts et de la foresterie pour 2050, vision consignée dans la Déclaration de Durban adoptée après une semaine de débats.

La vision souligne que les forêts de l'avenir doivent être un élément «fondamental» de la sécurité alimentaire et pour l'amélioration des moyens d'existence.

Les forêts et les arbres doivent être intégrés à d'autres utilisations des terres, notamment l'agriculture, afin de traiter les causes de la déforestation et des conflits sur les terres, selon la déclaration.

Les forêts gérées durablement doivent être une «solution essentielle» dans le cadre de la lutte contre le changement climatique et il convient d'optimiser leur capacité à absorber et stocker le carbone tout en fournissant d'autres services environnementaux.

Importance des investissements et des partenariats

La déclaration de Durban préconise toute une gamme de mesures pour réaliser la vision décrite ci-dessus, notamment de nouveaux investissements dans l'éducation forestière, la communication, la recherche et la création d'emplois, surtout pour les jeunes.

Elle souligne également que de nouveaux partenariats sont nécessaires entre la forêt, l'agriculture, la finance, l'énergie, l'eau et d'autres secteurs, ainsi qu'un engagement fort aux côtés des peuples autochtones et des communautés locales.

«La déclaration reflète l'ensemble extrêmement riche et diversifié des points de vue et des expériences de tous les participants au Congrès, qui ont recommandé des moyens susceptibles de transformer cette vision en réalité», a déclaré Tiina Vähänen, Directrice adjointe de la Division de la FAO chargée de l'évaluation, de la gestion et de la conservation des forêts.

Quelque 4 000 délégués de 142 pays ont pris part au Congrès, notamment des représentants de la société civile, d'organisations intergouvernementales, d'ONG, d'universités et du secteur privé, ainsi que des ministres et autres responsables gouvernementaux.

Message relatif aux Objectifs de développement durable

Les forêts sont essentielles pour atteindre les 17 Objectifs de développement durable (ODD), ont souligné les participants au Congrès dans un message adressé au Sommet du développement durable des Nations Unies, qui se réunira ce mois-ci à New York pour adopter l'ordre du jour de l'Agenda du développement de l'après 2015.

Alors que l'ODD 15 met l'accent sur la nécessité de gérer durablement les forêts, les congressistes ont rappelé, dans leur message, que les arbres et les forêts permettent également d'atteindre plusieurs autres objectifs, notamment ceux liés à l'éradication de la pauvreté, à l'instauration de la sécurité alimentaire, à la promotion de l'agriculture durable et à la diffusion de l'énergie durable pour tous.

Message sur le changement climatique

Le Congrès a également adressé à la 21e conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21) un message préconisant l'avènement d'un nouvel accord mondial sur le changement climatique. La COP21 doit se réunir à Paris en décembre prochain.

Le changement climatique constitue une menace sérieuse pour la planète, les forêts et les personnes qui en dépendent. Mais dans le même temps, les réponses des pays au changement climatique peuvent présenter de nouvelles opportunités pour les forêts, tels que des sources de financement supplémentaires et un soutien politique accru à la gouvernance forestière.

Les participants au Congrès ont, par ailleurs, recommandé une série de mesures susceptibles d'aider les gouvernements et les autres parties prenantes à mieux appréhender les défis et les opportunités que pourrait représenter le changement climatique.

Forêts et eau

Le Congrès a également servi de plateforme au lancement d'un programme d'action international de cinq ans sur les forêts et l'eau, qui vise à renforcer le rôle des forêts et des zones boisées dans le maintien du cycle de l'eau et d'une grande partie de l'eau douce disponible dans le monde.

Le Congrès forestier mondial se tient tous les six ans. Sur le thème Les forêts et les populations: investir dans un avenir durable, l'événement s'est tenu cette fois-ci en République d'Afrique du Sud avec le soutien de la FAO. C'était la première fois que le Congrès se tenait sur le sol africain depuis sa naissance en 1926.

Photo: ©FAO/Simon Maina
Les forêts détiennent un potentiel immense pour jouer un rôle décisif dans la lutte contre la faim, l'amélioration des moyens d'existence et la lutte contre le changement climatique