La riziculture redonne de l’espoir à une communauté kenyane

Première récolte exceptionnelle depuis des années

Dans le cadre de son Initiative contre la flambée des prix alimentaires, la FAO a lancé, au point culminant de la crise alimentaire de 2008, une série de projets de fourniture d'intrants pendant un an afin d'aider les agriculteurs vulnérables à cultiver et à gagner davantage. Au Kenya, où les troubles civils, la sécheresse et les prix élevés des aliments, du carburant et des intrants ont porté un rude coup aux familles pauvres, cette assistance a redonné l'espoir d'un avenir meilleur à toute une communauté.

Ahero, Kenya - En ce mois de septembre, les champs de riz d'Ahero, communauté rurale du sud-ouest du Kenya, bourdonnent d'activité.

Sur tout le périmètre irrigué d'Ahero qui s'étend sur plus de 2 000 acres, femmes et hommes nivellent leur terre et repiquent les jeunes plants de riz.

Tous espèrent que la prochaine récolte sera comparable au résultat exceptionnel obtenu cette année. Avec le doublement, voire le triplement, des rendements par rapport aux années précédentes, c'est désormais la course à qui rentrera le plus grand nombre de sacs par acre!", explique Richard Arodi, un agriculteur de 75 ans à la tête d'un des 30 groupements d'agriculteurs du périmètre.

Le succès de la récolte rizicole de la dernière campagne a imprimé un nouvel élan à cette communauté de 20 000 personnes en créant des emplois et en injectant de nouveaux fonds dans l'économie locale.

Une ville fantôme

Il y a de cela un peu plus d'an an, avant que la FAO n'intervienne en fournissant des intrants aux agriculteurs d'Ahero pour les aider à relancer la production de riz, la scène était bien différente.

Seule une petite fraction des 2 168 acres du périmètre était cultivée, la production était faible et les agriculteurs de plus en plus paralysés par le coût élevé des semences, des engrais et du carburant.

"Ils n'avaient pas eu une seule bonne récolte de riz en 8 ou 9 ans, ils étaient vulnérables", témoigne Paul Omanga, Consultant national FAO-Kenya pour la production agricole.

A Ahero, le niveau de pauvreté est élevé et la diffusion du VIH/sida a sérieusement ébranlé la communauté. Avant le boom actuel du riz, la plupart des habitants vivaient tant bien que mal avec ce qu'ils réussissaient à cultiver sur leurs petites parcelles autour de chez eux ou en vendant leurs animaux ou d'autres biens. Les parents, ne pouvant se permettre les droits de scolarité, étaient souvent contraints de retirer leurs enfants de l'école.

Les retombées des violences qui ont suivi les élections et la flambée mondiale des prix des aliments et du carburant en 2007-2008 n'ont fait qu'aggraver la situation.

"Avant le démarrage du projet de riziculture, nous recevions un peu d'argent pour acheter du maïs ou du mil, mais nous ne pouvions même pas acheter un sac entier", raconte Karen Awuor, une veuve de 47 ans, mère de sept enfants. "Parfois, nous n'avions que de l'eau à boire et il ne nous restait plus qu'à aller dormir le ventre vide car nous n'avions rien d'autre".

Etant donné les rares possibilités rémunératrices dans le coin, en particulier pour les jeunes, "Ahero ressemblait à une ville fantôme", évoque M. Omanga.

Relance de la riziculture

Un précédent investissement de la FAO pour l'achat de deux nouvelles pompes à eau a contribué à revitaliser le Périmètre d'irrigation d'Ahero, qui s'était effondré à la fin des années 90.

En septembre 2008, afin de relancer la faible production, la FAO a travaillé en étroite collaboration avec le National Irrigation Board (NIB) du Kenya, la Agricultural Finance Corporation (AFC) et le Relief and Environmental Care Africa (RECA) pour fournir à 540 familles agricoles des semences de riz à haut rendement, des engrais, des pesticides et une assistance technique.

Ils ont aidé les agriculteurs à s'organiser en petits groupes et les ont mis en contact avec des pourvoyeurs de services comme les établissements bancaires et les sociétés de location de matériel.

Première récolte exceptionnelle depuis des années

Grâce à un marché du riz local et régional solide, la hausse des rendements de cette dernière récolte s'est traduite par un accroissement des profits.

En une seule campagne, les agriculteurs ont gagné entre 100 000 et 250 000 KS chacun (environ 1600-3300 dollars), ce qui représente 7 à 8 fois leurs recettes de l'année précédente.

Les négociants locaux ont acheté plus de la moitié de la production, et le reste a été vendu dans d'autres zones du Kenya et aux pays voisins. Le Programme alimentaire mondial (PAM) a acheté quelque 40 tonnes qu'il a distribuées aux communautés kenyanes victimes de la sécheresse dans la Vallée du Rift. Il s'agissait du premier achat du PAM au Kenya dans le cadre du nouveau projet P4P (Achats pour le progrès), une initiative destinée à relier les agriculteurs pauvres aux marchés. 

Maintenir l'impulsion

Les paysans d'Ahero ont commencé à voir l'agriculture comme un business et se sont lancés sur la voie de l'autosuffisance en créant également un fonds de crédit renouvelable pour financer les achats d'intrants.   

Mais ils nécessitent une formation sur tout un ensemble de techniques qui vont de la gouvernance de groupe et de la gestion financière à la commercialisation collective et aux pratiques agricoles améliorées. Ils ont aussi besoin de meilleures machines et de matériel de transformation pour abaisser les coûts et rendre leur riz plus compétitif, ainsi que d'un système d'irrigation par gravité pour éliminer leur dépendance à l'égard de l'électricité servant à pomper l'eau de la rivière.

Ces investissements devraient permettre d'assurer le succès de la communauté dans la réduction de la pauvreté, selon John Mike Ocharo, agriculteur et président du périmètre. "Si nous réussissons à rentrer une récolte aussi exceptionnelle que la précédente, nous n'aurons plus de problèmes; Ahero sera tranquille pour cinq ans."

Investir dans l'agriculture

A un moment où tous les Kenyans sont plus vulnérables à la sécheresse et à d'autres chocs, la nécessité d'accroître les investissements dans l'agriculture se fait d'autant plus pressante.  

"La plupart du temps, nous ne faisons que répondre aux urgences en offrant une aide alimentaire, des transferts d'espèces ou des intrants pour une campagne", explique Castro Camarada, Représentant de la FAO au Kenya.  "Et, deux ou trois ans plus tard,  une nouvelle crise nous fait retomber dans la même situation".

"Nous devons nous concentrer davantage sur les investissements à long terme dans l'agriculture, notamment le stockage de l'eau pour les zones les plus arides, l'irrigation, la diversification des cultures et les liens avec les marchés" ajoute-t-il. "Je crois qu'ainsi, d'ici 5 à 10 ans nous pourrions sensiblement inverser la situation". 

6 novembre 2009

Photo: ©FAO/Sarah Elliott
Tous espèrent que la prochaine récolte sera comparable au résultat exceptionnel de la dernière campagne