This article is not available in Portuguese.

Click this message to close.

Journée mondiale contre le travail des enfants 2020: lutter contre le travail des enfants dans l’agriculture pendant le COVID-19 et après

La FAO appelle à renforcer les efforts visant à protéger les enfants en temps de crise

12 juin 2020, Rome - La FAO a célébré aujourd'hui la Journée mondiale contre le travail des enfants en soulignant le besoin absolu d'intensifier les efforts afin de prévenir une hausse du travail des enfants dans l'agriculture suite aux perturbations que la pandémie du COVID-19 a provoqué, à l'échelle mondiale, au niveau des moyens d'existence, de l'éducation, et des systèmes alimentaires et sanitaires.

L'édition de cette année se penche sur les mesures susceptibles de combattre le travail des enfants et notamment grâce à l'aide alimentaire, le soutien aux moyens d'existence, la protection sociale, et les programmes pour la santé et l'éducation qui contribuent à protéger les enfants en leur atténuant les impacts de la pandémie. La FAO et ses partenaires soutiennent ce type d'initiatives dans le cadre de leurs actions qui visent à garantir des conditions de travail décentes dans les secteurs agricoles.

Même avant la pandémie, plus de 70 pour cent de la main-d'œuvre infantile - 108 millions de garçons et de filles dans le monde - était employée dans les secteurs agricoles, qui comprennent la pêche et l'aquaculture, la foresterie, l'élevage et les cultures.

Le COVID-19 risque d'exacerber cette situation et d'augmenter le nombre d'enfants qui quitteront l'école pour aller travailler. Au moins 320 millions d'enfants n'ont plus accès aux repas scolaires depuis que la crise du COVID-19 a éclaté.

À cause des fermetures d'écoles et des difficultés économiques auxquelles les ménages sont confrontés du fait de la pandémie, les enfants risquent d'être mis à contribution dans des conditions de travail dangereuses et inacceptables.

Pour sensibiliser le public aux répercussions que cela pourrait avoir et susciter un élan en vue de l'Année internationale de l'élimination du travail des enfants en 2021, la FAO en collaboration avec le Partenariat international de coopération sur le travail des enfants dans l'agriculture (IPCCLA) a organisé un débat intitulé Meant to (l)earn sur le thème de la prévention et de la réduction du travail des enfants dans l'agriculture pendant le COVID-19 et après.

Le débat compte avec la participation, entre autres, de l'activiste, réalisatrice libanaise nommée aux Oscars et pluri-récompensée Nadine Labaki et de Molly Namirembe, anciennne enfanant travailleur en Ougand. La modératrice est Valériane Gauthier, la journaliste et présentatrice de France 24.

Un enregistrement vidéo est accessible ici.

À l'occasion de la Journée mondiale contre le travail des enfants, M. QU Dongyu, Directeur général de la FAO, a enregistré un message vidéo pour le débat virtuel de haut niveau Le COVID-19 et le travail des enfants: perspectives d'avenir en temps de crise, organisé par l'Organisation internationale du travail (OIT).

Pour visionner l'événement, accéder au lien ici.

Le Cadre FAO pour l'élimination du travail des enfants dans l'agriculture

Pour célébrer cette Journée, la FAO a également lancé un nouveau Cadre pour l'élimination du travail des enfants dans l'agriculture qui devra guider l'Organisation et son personnel en vue d'intégrer les mesures de lutte contre le travail des enfants dans les programmes de la FAO à l'échelle locale, régionale et mondiale. Le Cadre aidera aussi les bureaux nationaux à interagir avec les parties prenantes de la FAO, comme les ministères compétents en matière d'agriculture et d'autres ministères et partenaires concernés, en les sensibilisant à l'interconnexion entre le travail des enfants et les domaines de travail de la FAO.

La vidéo du message du Directeur général de la FAO présentant le Cadre est accessible ici.

Le travail de la FAO pour la prévention et la réduction du travail des enfants

La FAO n'a cessé d'intensifier ses efforts en vue de réduire le travail des enfants dans l'agriculture, en mettant en œuvre différents programmes nationaux et en aidant les gouvernements à élaborer et à mettre en œuvre des politiques et des programmes agricoles contre le travail des enfants dans l'agriculture.

En Ouganda, par exemple, la FAO travaille depuis 2016 au renforcement des capacités des acteurs dans les secteurs de l'agriculture et de l'emploi face à la question du travail des enfants dans l'agriculture. Pour ce faire, elle a mis en place des formations régionales avec des agents de vulgarisation et des inspecteurs du travail, ainsi qu'une campagne nationale de sensibilisation aux emplois dangereux pour les enfants.

Au Pakistan, la FAO, en collaboration avec l'OIT et l'UE, fournit des connaissances, renforce les capacités et apporte des alternatives aux activités génératrices de revenus dans les communautés qui cultivent le coton. La FAO soutient également la création d'une méthode champ-école pour lutter contre le travail des enfants et les emplois dangereux.

De plus, la FAO intervient de manière ponctuelle pour prévenir l'exposition des enfants aux pesticides dangereux. Au Mali, par exemple, l'agence onusienne a formé des animateurs de fermes-écoles et des agents de divulgation agricole afin de sensibiliser les populations aux emplois dangereux pour les enfants, et elle a élaboré un guide visuel d'animation sur la protection des enfants des pesticides, disponible en plusieurs langues et adapté selon les régions.

Au Nigéria, la FAO apporte son soutien au Ministère de l'Agriculture afin que les thèmes de la protection des enfants et de la prévention contre le travail des enfants figurent dans les manuels de formation qu'il destine aux agents responsables de la protection des cultures - qui sont chargés de l'application des pesticides dans les champs.

La FAO a également mis au point avec l'OIT une série de cours en ligne sur l'élimination du travail des enfants dans l'agriculture. Plus d'informations sur le travail des enfants dans l'agriculture sont disponibles ici.

Photo: ©FAOAlbert Gonzalez Farran
YKuoi Malak et sa sœur, jeunes gardiens de bétail, emmènent leurs veaux vers un champ à Yirol, au Soudan du Sud.