This article is not available in Portuguese.

Click this message to close.

Faisons une vraie différence en réduisant les pertes et le gaspillage alimentaires!

Le Directeur général de la FAO encourage vivement toutes les parties prenantes à garder l’esprit ouvert pour mettre au point des solutions à un problème qui concerne plus de 30 pour cent des aliments que nous produisons

Rome/Jinan, le 10 septembre 2021 – L’ampleur des pertes et du gaspillage alimentaires dans le monde montre bien que les systèmes agroalimentaires fonctionnent mal et qu’il est très important de les réduire, car cela «peut faire la différence», a déclaré M. Qu Dongyu, le Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), lors d’une conférence internationale qui s’est tenue vendredi et à laquelle ont participé des ministres, des diplomates et des spécialistes du monde entier.
  
«Nous ne pourrons pas éradiquer la faim et toutes les formes de malnutrition si nous ne réglons pas le problème des niveaux élevés de pertes et de gaspillage alimentaires», a-t-il affirmé, lors de cette manifestation de trois jours, qui s’est tenue en ligne et sur place, à Jinan (Chine), et était organisée par le Ministère de l’agriculture et des affaires rurales de la Chine, la Commission nationale pour le développement et la réforme, l’Administration nationale des réserves alimentaires et stratégiques et le Gouvernement populaire de la province du Shandong.

M. Ji Bingxuan, Vice-Président du Comité permanent de l’Assemblée nationale populaire, qui a lu une lettre de félicitation du Président chinois, M. Xi Jinping, les ministres de l’agriculture de nombreux pays, notamment de la Chine, des États-Unis d’Amérique, de la France, de l’Indonésie, de l’Italie et du Royaume-Uni, ainsi que Mme Agnes Kalibata, Envoyée spéciale pour le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires qui se tiendra à la fin du mois, ont également pris la parole lors de la manifestation. 

Les pertes et le gaspillage alimentaires ont lieu à toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement, dès le labour et jusqu’à la table du consommateur, et environ 14 pour cent de tous les aliments produits sont perdus entre les activités après récolte et la vente au détail, a déclaré M. Ma Youxiang, Vice-Ministre de l’agriculture et des affaires rurales de la Chine, citant le rapport sur la Situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture 2019 publié par la FAO, lors de la Conférence de presse. Le Directeur général a indiqué que 17 autres pour cent étaient gaspillés lors de la vente au détail, dans les services de restauration et au niveau du consommateur. 

«Sans ces niveaux élevés de pertes et de gaspillage alimentaires, que l’on évalue à 400 milliards d’USD chaque année, on pourrait nourrir près de 1,26 milliard de personnes de plus par an», a déclaré M. Qu, qui a ajouté que, selon les dernières estimations de la FAO, jusqu’à 811 millions de personnes étaient sous-alimentées dans le monde et que des milliards de personnes n’avaient pas les moyens de s’alimenter sainement. 

En outre, les pertes et le gaspillage alimentaires produisent environ 8 pour cent des émissions mondiales de gaz à effet de serre et représentent un quart de l’eau douce utilisée dans l’agriculture chaque année.

Afin de s’attaquer efficacement au problème, et de produire plus avec moins, il faut «de l’engagement, de la collaboration, des partenariats et davantage de soutien du côté des parties prenantes», ainsi que des connaissances rigoureuses, scientifiques et fondées sur des éléments factuels sur les causes profondes des pertes et du gaspillage alimentaires, a affirmé M. Qu. 

«Un seul grain de riz demande mille gouttes de sueur»  

Après avoir cité ce proverbe, le Directeur général a insisté sur le fait qu’il fallait que chacun soit «ouvert à de nouvelles idées», afin de trouver des solutions adaptées à différents contextes. 

À titre d’exemple, la ville de Jinan a été louée pour son initiative novatrice consistant à faire consommer par des cafards des aliments inutilisés, puis à utiliser ces cafards pour nourrir le bétail, ce qui permet d’alléger la pression sur les décharges. Des applications qui font appel à l’internet des objets et permettent de réduire les pertes et le gaspillage alimentaires ont également été présentées lors de la conférence. 

«Les innovations en matière de modèles d’activité, de cadres institutionnels, de technologies et de solutions numériques telles que l’intelligence artificielle peuvent toutes contribuer à faire diminuer les pertes et le gaspillage alimentaires», a-t-il déclaré. 

Nous devons porter notre attention et agir sur les problèmes clés que sont les inégalités d’accès aux intrants agricoles, la mauvaise planification des activités de récolte, les lacunes en matière de logistique d’entreposage, la place insuffisante accordée aux normes de sécurité sanitaire des aliments, l’absence de connaissance de la part des consommateurs du coût des pertes et du gaspillage alimentaires pour leur foyer et les incitations à acheter plus que nécessaire, entre autres. 

La FAO, qui est l’organisme responsable de l’ODD 12.3 portant sur la réduction des pertes et du gaspillage alimentaires d’ici à 2030, a créé la Plateforme technique sur l’évaluation et la réduction des pertes et du gaspillage alimentaires, afin d’aider les Membres à adopter de bonnes pratiques.  L’Organisation a en outre consacré son rapport sur la Situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture 2019 à la question des pertes et du gaspillage alimentaires.

Par ailleurs, le Directeur général a signalé que cet objectif était une priorité de la Coalition pour l’alimentation, une initiative proposée par l’Italie et hébergée par la FAO. Il a également rappelé que les participants à la Réunion ministérielle de la FAO tenue en juin 2021 avaient adopté le Code de conduite volontaire pour la réduction des pertes et du gaspillage alimentaires, qui recommande tout un ensemble de mesures, principes et normes, afin d’orienter les améliorations et de promouvoir des systèmes agroalimentaires plus efficaces, plus inclusifs, plus résilients et plus durables qui ne laissent personne de côté.

En raison de l’ampleur des pertes et du gaspillage alimentaires et des nombreux aspects sur lesquels il faut intervenir, dès le labour et jusqu’à la table du consommateur, la collaboration et la coordination sont essentielles, a déclaré M. Qu. «Le secteur public, le secteur privé, le monde universitaire, les organisations internationales, les institutions financières, les producteurs, les consommateurs et la société civile sont concernés», a-t-il ajouté. 

Photo: ©FAO/...
M. Qu Dongyu, le Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), s’adressant à la conférence internationale sur les pertes et le gaspillage alimentaires à Jinan (Chine)