Русская версия данной статьи недоступна.

Чтобы закрыть, щелкните мышью в окне сообщения.

Pertes et gaspillage alimentaires: un fléau à combattre d’urgence pour atteindre les objectifs que le monde s’est fixés pour 2030

La FAO, le Programme des Nations Unies pour l’environnement et leurs partenaires célèbrent la deuxième Journée internationale de sensibilisation aux pertes et gaspillages de nourriture

Rome, le 29 septembre 2021 – Il faut absolument transformer les systèmes agroalimentaires et les rendre plus efficaces, inclusifs et durables pour que les pertes et le gaspillage alimentaires cessent de saper les efforts menés pour éradiquer la faim, améliorer la nutrition et atténuer la pression exercée sur les ressources naturelles et l’environnement. Tel est le message qui s’est dégagé d’une manifestation qui rassemblait aujourd’hui l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et leurs partenaires à l’occasion de la Journée internationale de sensibilisation aux pertes et gaspillages de nourriture.

À l’échelle mondiale, environ 14 pour cent des aliments produits sont perdus entre la récolte et la vente au détail, soit 400 milliards d’USD de pertes en valeur alimentaire par an, et l’on estime que 17 pour cent de la production totale de nourriture est gaspillée (11 pour cent dans les ménages, 5 pour cent dans les services de restauration et 2 pour cent au stade de la vente au détail).

«Nous devons presser le pas pour atteindre la cible 12.3 des objectifs de développement durable (ODD) d’ici à 2030, c’est-à-dire réduire les déchets alimentaires de moitié à l’échelle mondiale et diminuer les pertes de produits alimentaires tout au long des chaînes de production et d’approvisionnement, y compris les pertes après récolte», a souligné le Directeur général de la FAO, M. Qu Dongyu. Il a d’ailleurs rappelé qu’il ne restait plus que «neuf saisons (de récolte) avant l’échéance».

«Les pertes et gaspillages de denrées alimentaires causent jusqu’à 10 pour cent des émissions de gaz à effet de serre. On peut dire que les précieuses ressources en terres et en eau qui servent à produire cette nourriture sont exploitées pour rien», a déploré Mme Inger Andersen, Directrice exécutive du PNUE. «En réduisant sensiblement ces pertes et gaspillages, nous ralentirons le changement climatique, protégerons la nature et améliorerons la sécurité alimentaire à un moment où nous en avons désespérément besoin.»

La cérémonie marquait la deuxième Journée internationale de sensibilisation aux pertes et gaspillages de nourriture, créée par l’Organisation des Nations Unies (ONU) en 2019. Des messages du Secrétaire général de l’ONU, M. Antonio Guterres, du Ministre italien des politiques agricoles, alimentaires et forestières, M. Stefano Patuanelli, du Ministre slovène de l’agriculture, de la foresterie et de l’alimentation, M. Joze Podgorsek, de la Commissaire européenne à la santé et à la sécurité sanitaire des aliments, Mme Stella Kyriakides, du Président du Fonds international de développement agricole, M. Gilbert F. Houngbo, et du Directeur exécutif adjoint du Programme alimentaire mondial, M. Amir Abdulla, ont également été diffusés.

Dans son message de bienvenue, l’Économiste en chef de la FAO, M. Maximo Torero Cullen, a fait observer que la présence de différents partenaires à cette manifestation était le signe «qu’aucune entité ne peut venir à bout seule des pertes et du gaspillage alimentaires». Il a ajouté qu’il était «essentiel de passer à l’action et de s’attaquer aux facteurs déterminants de ce phénomène». 

La Directrice générale du Département de l’environnement et du changement climatique du Ministère rwandais de l’environnement, Mme Beatrice Cyiza, est intervenue lors d’un débat d’experts sur les moyens d’accélérer la réduction des pertes et gaspillages de nourriture pour améliorer les résultats des systèmes agroalimentaires. 

La cérémonie s’est déroulée après le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires, qui se tenait la semaine dernière et dont l’un des aboutissements a été la création de la coalition «Food is Never Waste», alliance en faveur de l’action contre les pertes et le gaspillage alimentaires au niveau des pays. En parallèle, la FAO héberge la Plateforme technique sur l’évaluation et la réduction des pertes et du gaspillage alimentaires et la Coalition pour l’alimentation, mise sur pied à l’initiative du Gouvernement italien.

Une action efficace et utile

Dans son allocution, le Directeur général de la FAO a indiqué qu’il fallait s’attaquer aux pertes et au gaspillage alimentaires en introduisant des solutions novatrices efficaces dans toute la chaîne d’approvisionnement agroalimentaire et en diffusant ces produits, services, modèles d’activité et technologies à plus grande échelle. La réduction des pertes et du gaspillage de nourriture conduirait à une utilisation plus rationnelle des terres et à une meilleure gestion des ressources en eau qui auraient des effets positifs sur le changement climatique et les moyens d’existence.

«Pour trouver une solution au problème des pertes et du gaspillage, il faut privilégier des modes de production et de consommation plus durables, augmenter les disponibilités alimentaires et réduire l’empreinte écologique», a affirmé M. Qu Dongyu. «Nous perdons 75 milliards de mètres cube d’eau chaque année dans la production de fruits et de légumes, et cela ne peut plus durer», a-t-il ajouté.

La FAO se mobilise

La FAO est l’une des organisations responsables de la cible 12.3 des ODD – réduire le gaspillage alimentaire au niveau du consommateur d’ici à 2030 – et héberge à ce titre la Plateforme technique sur l’évaluation et la réduction des pertes et du gaspillage alimentaires (G20/FAO/Institut international de recherche sur les politiques alimentaires), facilitant ainsi l’échange de bonnes pratiques entre les membres.  L’édition 2019 de La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture avait pour thème les pertes alimentaires, notamment, ainsi que l’indice mondial des pertes alimentaires, et la Conférence de la FAO a approuvé en juin 2021 le Code de conduite volontaire pour la réduction des pertes et du gaspillage alimentaires.

Définitions

D’après l’indice des pertes alimentaires de la FAO, les pertes alimentaires se produisent du stade de la production à celui du commerce de détail (non compris).

Le gaspillage alimentaire est une diminution de la quantité d’aliments ou de la qualité de ceux-ci du fait de décisions et de mesures prises par les détaillants, les services de restauration et les consommateurs.  Le gaspillage de nourriture prend de nombreuses formes:

  • Les produits frais jugés imparfaits, par exemple en raison de leur forme, de leur taille ou de leur couleur, sont souvent retirés de la chaîne d’approvisionnement au cours des opérations de tri.
  • Détaillants et consommateurs se débarrassent souvent des aliments dont la date limite de consommation est proche ou dépassée.
  • Les ménages et les établissements de restauration jettent souvent de grandes quantités d’aliments inutilisés ou de restes de nourriture pourtant sains et comestibles. 

Photo: ©FAO/Sumy Sadurn
À l’échelle mondiale, environ 14 pour cent des aliments produits sont perdus entre la récolte et la vente au détail, soit 400 milliards d’USD de pertes en valeur alimentaire par an, et l’on estime que 17 pour cent de la production totale de nourriture est gaspillée