Résistance aux antimicrobiens: le moment est venu d’agir ensemble

L’Alliance quadripartite inaugure sa Plateforme de partenariat multipartite sur la résistance aux antimicrobiens pour aider à neutraliser cette menace globale qui pèse sur la santé humaine et animale et les écosystèmes

©FAO/Luis Tato

Les éleveurs de poulet au Kenya s'échange des informations sur les risques liés à la RAM

©FAO/Luis Tato

18/11/2022

Rome/Nairobi/Genève/Paris – La Plateforme de partenariat multipartite sur la résistance aux antimicrobiens, inaugurée aujourd’hui, a pour mission d’apporter une réponse à la multiplication des dangers qu’entraîne la résistance aux antimicrobiens et de ses conséquences à l’échelle mondiale.

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’Organisation mondiale de la santé animale (OMSA) et le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), rassemblés au sein de l’Alliance quadripartite, unissent leurs forces dans le cadre de cette initiative pour mettre en évidence la menace que représente la résistance aux antimicrobiens pour l’humanité, les animaux, les plantes, les écosystèmes et les moyens de subsistance. T

On estime que la résistance bactérienne aux antimicrobiens cause directement la mort de 1,3 million de personnes dans le monde chaque année. Si rien n’est fait, ce nombre pourrait connaître une augmentation spectaculaire qui ferait monter les coûts liés à la santé publique et plongerait davantage de personnes dans la pauvreté, en particulier dans les pays à faible revenu, d’où la nécessité pour la Plateforme de mobiliser davantage d’efforts coordonnés.

Les antibiotiques et autres antimicrobiens jouent un rôle fondamental dans la médecine moderne et ont considérablement amélioré la santé des humains et des animaux, mais leur utilisation excessive et à mauvais escient les a rendus moins efficaces et de plus en plus d’agents pathogènes développent la capacité de résister aux antimicrobiens conçus pour les éliminer.

La résistance aux antimicrobiens apparaît lorsque ces derniers n’ont plus d’effet sur les bactéries, les virus, les champignons et les parasites. La résistance aux médicaments rend les antibiotiques et autres agents antimicrobiens inefficaces et les infections deviennent difficiles voire impossibles à traiter, ce qui augmente le risque de propagation des maladies, de maladie grave et de décès.

Par ailleurs, 1,3 milliard de personnes vivent de l’élevage et 20 millions de l’aquaculture, en particulier dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, et la multiplication des souches résistantes d’agents pathogènes menace inexorablement leurs moyens de subsistance en aggravant la souffrance et les pertes animales. L’utilisation des antimicrobiens sur les cultures et une mauvaise élimination des médicaments inutilisés ou périmés ainsi que des déchets des industries et des communautés peuvent polluer les sols et les cours d’eau, ce qui facilite le développement, chez des micro-organismes indésirables, d’une résistance aux solutions destinées à les freiner et les éliminer.

La Plateforme de partenariat multipartite sur la résistance aux antimicrobiens qui vient de voir le jour est un forum international inclusif où se réunissent des acteurs de tous les domaines, secteurs et contextes autour d’une approche globale et systémique fondée sur le principe d’«Une seule santé» pour définir une vision commune face à la nécessité de renforcer la coordination des efforts entre des parties prenantes très nombreuses.

Citations des dirigeants de l’Alliance quadripartite

«La résistance aux antimicrobiens menace la santé animale, la sécurité sanitaire des aliments, la sécurité alimentaire, la prospérité économique et les écosystèmes dans le monde entier», a déclaré le Directeur général de la FAO, M. Qu Dongyu. «L’humanité doit s’unir dès maintenant pour empêcher l’apparition de maladies qui résistent aux médicaments et atténuer leurs incidences.»

«Les problèmes qu’entraîne la résistance aux antimicrobiens ne peuvent être appréhendés ni réglés indépendamment des trois crises planétaires actuelles – le changement climatique, l’appauvrissement de la nature et de la biodiversité, et la pollution et les déchets –, car tous trouvent leur origine dans des modes de consommation et de production non durables», a expliqué la Directrice exécutive du PNUE, Mme Inger Andersen. «La crise climatique et la résistance aux antimicrobiens sont parmi les menaces les plus graves et les plus complexes qui pèsent actuellement sur la planète. Elles ont toutes les deux été aggravées par l’action humaine, mais cette même action humaine peut aussi nous aider à en venir à bout.»

«La Plateforme sera un moyen essentiel d’appeler l’attention sur la nécessité de faire reculer de toute urgence la résistance aux antimicrobiens et de générer et conserver un élan politique et un soutien public», a affirmé le Directeur général de l’OMS, M. Tedros Adhanom Ghebreyesus. «Elle nous aidera à stimuler la coordination mondiale afin que notre action collective soit plus stratégique, plus efficace au regard de l’utilisation des ressources, et plus durable.»

«Avec les bons partenariats et modèles de collaboration, nous pouvons vaincre la résistance aux antimicrobiens. C’est maintenant qu’il faut agir», a déclaré la Directrice générale de l’OMSA, Mme Monique Eloit. «Nous nous efforçons de protéger chacun de la menace que représente la résistance aux antimicrobiens.»

La Plateforme et la Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens

Personne n’étant à l’abri des infections résistantes aux médicaments, ce sont la santé publique, les systèmes agroalimentaires et les écosystèmes du monde entier qui sont en danger. La Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens 2022, qui commence aujourd’hui, a pour thème «Ensemble, prévenons la résistance aux antimicrobiens» car nous partageons tous la responsabilité de combattre cette menace.

La Plateforme permettra d’intensifier les efforts collectifs menés pour sauver des millions de vies et faire en sorte que les antimicrobiens restent efficaces pour les générations actuelles et futures en veillant à ce qu’ils soient utilisés de façon durable.

La nouvelle Plateforme permettra à des parties prenantes de tous les secteurs concernés par l’approche «Une seule santé» de se rassembler dans un environnement transparent et inclusif pour dégager un consensus parmi les acteurs publics et privés sur la vision mondiale à adopter face à la résistance aux antimicrobiens, accumuler des connaissances et parvenir à une compréhension commune des défis et possibilités associés à la résistance aux antimicrobiens, et entreprendre des initiatives multipartites pour maîtriser, combattre et faire reculer ce phénomène, conformément au Plan d’action mondial et aux plans d’action nationaux.

Contacts

OMSA Demandes de renseignements des médias [email protected]

OMS Demandes de renseignements des médias (+41) 22 791 2222 media[email protected]

PNUE Actualités et médias (+254) 722 677747 [email protected]

FAO Actualités et Médias (+39) 06 570 53625 [email protected]