Intensification du développement du numérique dans les zones rurales de la région Asie et Pacifique en vue d’atteindre les ODD

Le Directeur général de la FAO souligne la diversité des modèles et le rôle déterminant de l’Organisation dans la diffusion du savoir

©FAO/Giulio Napolitano

La FAO s’emploie à élargir la plateforme de façon à ce que l’ensemble des innovations numériques, des initiatives relatives aux villages numériques, des meilleures pratiques et des sources de savoir soit facile d’accès

©FAO/Giulio Napolitano

27/06/2022

Bangkok – L’accélération rapide du développement du numérique dans les communautés rurales en Asie et dans le Pacifique est cruciale pour retrouver l’élan nécessaire à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD), ont convenu les décideurs gouvernementaux à l’issue d’une manifestation d’une journée sur ce sujet, organisée aujourd’hui par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Plus de 200 participants se sont connectés à la manifestation régionale de suivi consacrée à l’échange des connaissances et au dialogue stratégique en matière de villages numériques, qui avait pour objectif de mieux faire connaître les modalités de mise en œuvre des technologies numériques dans les milieux ruraux et les petites villes et villages de la région Asie et Pacifique. La manifestation a été organisée à l’appui de l’Initiative 1 000 villages numériques de la FAO, inaugurée au Siège en janvier 2021.

Selon M. Qu Dongyu, Directeur général de la FAO, le programme pilote en Asie et dans le Pacifique visait à tirer des enseignements des réussites et des bonnes pratiques de nombreux pays de la région et à faire part plus largement de ces expériences.

La manifestation a montré que la généralisation rapide de l’accès à Internet et des applications numériques dans les zones rurales agricoles de la région a permis d’améliorer la production et la nutrition, de limiter les dégâts environnementaux et plus généralement de renforcer les moyens de subsistance de millions d’habitants de cette vaste région.

Le Directeur général de la FAO a pris la parole, suivi des ministres de divers pays d’Asie et du Pacifique qui ont présenté des bonnes pratiques et méthodes appliquées dans leurs communautés et villages ruraux afin de tirer parti des technologies numériques les plus récentes pour améliorer la production et les conditions de vie de tous, et particulièrement des agriculteurs, des pêcheurs et des éleveurs.

Parmi les participants de haut niveau à la manifestation figuraient le Ministre de l’agriculture du Bangladesh, M. Muhammad Abdur Razzaque, le Ministre de l’agriculture d’Indonésie, M. Syahrul Yasin Limpo, le Ministre de l’alimentation, de l’agriculture et de l’industrie légère de la Mongolie, M. Zagdjav  Mendsaikhan, le Ministre de l’agriculture, de l’alimentation et des affaires rurales de la République de Corée, M. Chung Hwang-keun, et le Ministre de l’agriculture et des pêches du Samoa, M. La’aulialemalietoa Leuatea Polataivao Fosi Schmidt.

M. Qu a mis en relief les trois dimensions du village numérique:

-        pour la production agricole: l’e-agriculture vise à améliorer la productivité à l’aide des technologies de l’information et de la communication et des solutions numériques applicables à l’agriculture;

-        pour la vie des agriculteurs: les «services numériques aux agriculteurs» ont pour objet de leur donner un meilleur accès à différents types de services sociaux et économiques, notamment à des services financiers, à la protection sociale et au marché de l’emploi;

-        pour le village: les services numériques favorisent la transformation rurale en améliorant la prestation de services publics dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’emploi, de la protection sociale et du tourisme, notamment l’écotourisme et l’agrotourisme. 

«En Asie et dans le Pacifique, il existe plusieurs manières de mettre en place et d’encourager la transition numérique des zones rurales.» Il a cité plusieurs pays, dont la Chine et l’Inde, dans lesquels un grand nombre de zones rurales bénéficient du développement du numérique. «La FAO a un rôle déterminant à jouer puisqu’elle peut apporter ces connaissances à ses Membres d’une façon qui soit utile et concrète, notamment au moyen de nouveaux outils et méthodes qui permettront de réaliser des études de terrain, le cas échéant», a ajouté M. Qu.

Plusieurs exemples de villages numériques performants dans différents pays d’Asie ont été présentés, illustrés par des récits de terrain frappants. Au Bangladesh, on met actuellement en place des services et solutions numériques qui contribuent à l’agriculture et favorisent l’autonomisation des femmes rurales, grâce à la généralisation de l’accès aux smartphones et à internet et de leur utilisation. En Indonésie, les innovations numériques en service de l’aquaculture se popularisent dans les communautés et villages de pêcheurs de la province de Java occidental et d’ailleurs. En Thaïlande, un certain nombre d’innovations relatives à l’«agriculture intelligente» sont mises à l’essai au bénéfice des agriculteurs et des communautés rurales, notamment des personnes présentant un handicap. D’autres exemples de technologies numériques novatrices et porteuses de changement ont été mis en vedette, comme l’agriculture intelligente de la République de Corée, à un stade avancé, ou encore l’important secteur de l’élevage en Mongolie, où l’on adopte volontiers des solutions numériques. Au cours de la manifestation ont également été présentés des récits tirés de villages numériques d’autres régions: Amérique latine, Afrique, Europe et Proche-Orient. 

La nature multidisciplinaire et multipartite du développement du numérique a été l’un des thèmes mis en avant: il convient de ne pas se limiter aux technologies physiques et de réfléchir à des écosystèmes numériques globaux, en s’efforçant de créer les conditions, les politiques et les réglementations propices à la transformation des zones rurales. Il importe notamment de réduire la fracture numérique, d’abattre les obstacles qui empêchent une participation plus importante des populations et de donner un meilleur accès aux informations et aux données.

Plateforme de partage et d’échange de connaissances sur les villages numériques

Les participants ont pu avoir un premier aperçu de la plateforme de partage et d’échange des connaissances sur les villages numériques, conçue par la FAO pour jouer le rôle d’une «place de village» unique sur laquelle pourront être exposées les pratiques optimales de centaines de villages numériques et leurs technologies. La plateforme servira aussi de forum d’échange et de dialogue.

La FAO s’emploie à élargir la plateforme de façon à ce que l’ensemble des innovations numériques, des initiatives relatives aux villages numériques, des meilleures pratiques et des sources de savoir soit facile d’accès et puisse être mis à la disposition de tous, dans la droite ligne des efforts consentis en vue d’atteindre les ODD, notamment au bénéfice des habitants des zones rurales les plus inaccessibles de la région Asie et Pacifique.

Contacts

FAO Actualités et Médias (+39) 06 570 53625 [email protected]