La production halieutique et aquacole record apporte une contribution essentielle à la sécurité alimentaire mondiale

D’après le rapport La Situation mondiale des pêches et de l’aquaculture de la FAO, la croissance est due à l’aquaculture.

©Theerawat Payakyut/Dreamstime.com

Les aliments aquatiques contribuent plus que jamais à la sécurité alimentaire et à la nutrition.

©Theerawat Payakyut/Dreamstime.com

29/06/2022

Rome – Sous l’impulsion de la forte croissance de l’aquaculture, la production halieutique et aquacole mondiale a atteint des niveaux records alors que les produits alimentaires aquatiques apportent une contribution de plus en plus essentielle à la sécurité alimentaire et à la nutrition au XXIe siècle, d’après un rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) paru aujourd’hui.

Selon l’édition 2022 de La Situation mondiale des pêches et de l’aquaculture, la croissance de l’aquaculture, en particulier en Asie, a permis à la production halieutique et aquacole totale d’atteindre en 2020 un record absolu de 214 millions de tonnes, à savoir 178 millions de tonnes d’animaux aquatiques et 36 millions de tonnes d’algues.

La production d’animaux aquatiques en 2020 était supérieure de 30 pour cent à la moyenne observée dans les années 2000, et de plus de 60 pour cent à la moyenne des années 1990. Ces résultats sont en grande partie imputables à une production aquacole record de 87,5 millions de tonnes d’animaux aquatiques.

Le secteur continue de se développer, et la FAO estime que des changements porteurs de transformation plus ciblés sont nécessaires si l’on veut que le secteur halieutique et aquacole soit plus durable, plus inclusif et plus équitable. Une «transformation bleue» de la production, de la gestion, du commerce et de la consommation des produits alimentaires aquatiques doit s’opérer pour que l’on puisse atteindre les objectifs de développement durable fixés par l’ONU.

«La croissance de la pêche et de l’aquaculture est un aspect vital de notre action visant à éliminer la faim et la malnutrition dans le monde, mais de nouveaux changements sont nécessaires dans le secteur face aux défis que nous devons relever», a dit le Directeur général de la FAO, M. Qu Dongyu. «Nous devons transformer les systèmes agroalimentaires afin que les produits alimentaires aquatiques soient récoltés et capturés de manière durable, que les moyens d’existence soient préservés et que la biodiversité et les habitats aquatiques soient protégés.»       

Les produits alimentaires aquatiques contribuent plus que jamais à la sécurité alimentaire et à la nutrition. La consommation mondiale de ces produits (à l’exclusion des algues) a progressé à un taux annuel moyen de 3,0 pour cent depuis 1961, soit près du double de la croissance démographique mondiale annuelle, pour atteindre 20,2 kg par habitant, plus de deux fois la consommation enregistrée dans les années 1960. 

En 2020, plus de 157 millions de tonnes (89 pour cent) de la production d’animaux aquatiques étaient destinées à la consommation humaine directe, soit une légère augmentation par rapport à 2018, et ce malgré les répercussions de la pandémie de covid-19. En 2019, à l’échelle mondiale, les produits alimentaires aquatiques ont fourni quelque 17 pour cent des protéines animales consommées. Cette part s’établissait à 23 pour cent dans les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure et dépassait les 50 pour cent dans plusieurs régions d’Asie et d’Afrique.

En 2020, les pays asiatiques représentaient 70 pour cent de la production mondiale d’animaux aquatiques dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture, suivis des pays des Amériques, de l’Europe, de l’Afrique et de l’Océanie. La Chine est restée le premier producteur des pêches, suivie de l’Indonésie, du Pérou, de la Fédération de Russie, des États-Unis d’Amérique, de l’Inde et du Viet Nam.

L’aquaculture façonne l’avenir des produits alimentaires aquatiques

La croissance de l’aquaculture a été plus rapide que celle de la pêche de capture ces deux dernières années et devrait se poursuivre au cours de la décennie à venir. En 2020, la production d’animaux aquatiques s’est établie à 87,5 millions de tonnes, soit 6 pour cent de plus qu’en 2018. En revanche, la production de la pêche de capture est tombée à 90,3 millions de tonnes, ce qui représente un recul de 4,0 pour cent par rapport à la moyenne des trois dernières années. 

La diminution de la production de la pêche de capture tient essentiellement à la pandémie de covid-19, qui a fortement perturbé les activités de pêche, l’accès aux marchés et les ventes, ainsi qu’à la réduction du volume des captures de la Chine et à la baisse des prises d’anchois, qui fluctuent naturellement.

La demande croissante de poisson et d’autres produits alimentaires aquatiques transforme rapidement le secteur de la pêche et de l’aquaculture. La consommation devrait progresser de 15 pour cent et atteindre en moyenne 21,4 kg par habitant en 2030, principalement sous l’effet de la hausse des revenus et de l’urbanisation, des modifications apportées aux pratiques après récolte/capture et aux pratiques de distribution, et de l’évolution des tendances alimentaires vers une meilleure santé et une meilleure nutrition.

La production totale d’animaux aquatiques devrait s’élever à 202 millions de tonnes en 2030, en raison principalement d’une croissance soutenue de la production aquacole, laquelle devrait franchir le cap des 100 millions de tonnes pour la première fois en 2027, puis atteindre 106 millions de tonnes en 2030.

Une transformation bleue nécessaire

La FAO signale qu’il reste beaucoup à faire pour nourrir une population mondiale en expansion et en même temps améliorer la durabilité des stocks et des écosystèmes fragiles et protéger les vies et les moyens d’existence sur le long terme. D’après l’édition 2022 du rapport La Situation mondiale des pêches et de l’aquaculture, la pérennité des ressources halieutiques marines reste un problème de taille, surtout lorsque l’on considère que le pourcentage de stocks exploités à un niveau durable est tombé à 64,6 pour cent en 2019, soit un repli de 1,2 pour cent par rapport à 2017. 

Toutefois, certaines données sont encourageantes: 82,5 pour cent du volume total des débarquements de 2019 provenaient de stocks exploités à un niveau durable, ce qui représente une amélioration de 3,8 pour cent par rapport à 2017. Ces données semblent indiquer que les grands stocks sont gérés plus efficacement. 

La FAO encourage la transformation bleue, stratégie visionnaire devant permettre de relever le double défi de la sécurité alimentaire et de la viabilité écologique, ainsi que de parvenir à une situation équitable et à l’égalité des genres.

Les politiques et pratiques inoffensives pour le climat et respectueuses de l’environnement ainsi que les innovations technologiques sont également des composantes essentielles du changement.

«La transformation bleue est un processus axé sur des objectifs, par lequel les Membres et les partenaires de la FAO peuvent maximiser la contribution des systèmes alimentaires aquatiques à la sécurité alimentaire, à la nutrition et à une alimentation saine et abordable, dans le respect de l’environnement», a précisé M. Manuel Barange, Directeur de la Division des pêches et de l’aquaculture de la FAO.

La pêche et l’aquaculture contribuent à l’emploi, au commerce et au développement économique. La valeur totale à la première vente de la production d’animaux aquatiques dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture a été estimée à 406 milliards d’USD en 2020, dont 265 milliards d’USD pour l’aquaculture.

D’après les dernières données disponibles, 58,5 millions de personnes seraient employées dans le secteur, dont environ 21 pour cent de femmes. On estime que quelque 600 millions de personnes dépendent de la pêche et de l’aquaculture d’une manière ou d’une autre pour vivre et assurer leur subsistance. Il est primordial d’accroître la résilience pour que le développement soit équitable et durable.

Chiffres clés tirés de La Situation mondiale des pêches et de l’aquaculture 2022

Production

- Production mondiale totale d’animaux aquatiques et d’algues: 214 millions de tonnes - Valeur à la première vente de la production d’animaux aquatiques: 406 milliards d’USD

- Pêche de capture en mer: 78,8 millions de tonnes - Pêche de capture en eau douce: 11,5 millions de tonnes - Production aquacole d’animaux aquatiques: 87,5 millions de tonnes, un nouveau record 

Consommation et commerce

- Consommation humaine totale (à l’exclusion des algues): 157 millions de tonnes

- Valeur du commerce international des produits halieutiques et aquacoles: 151 milliards d’USD

Emploi et flottilles

- Nombre total de personnes employées dans le secteur primaire de la pêche et de l’aquaculture: 58,5 millions de personnes, dont 21 pour cent de femmes

- Région comptant le plus de pêcheurs et de pisciculteurs: Asie (84 pour cent) - Nombre de bateaux de pêche dans le monde: 4,1 millions

- Région possédant la plus grande flottille: Asie (2,68 millions de bateaux, soit deux tiers environ de la flottille mondiale)

Stocks halieutiques

- Stocks exploités à un niveau durable: 64,6 pour cent en 2019, soit un recul de 1,2 pour cent par rapport à 2017 

- Part du volume total des débarquements provenant de stocks exploités à un niveau durable: 82,5 pour cent en 2019, soit une progression de 3,8 pour cent par rapport à 2017

Contacts

FAO Actualités et Médias (+39) 06 570 53625 [email protected]

Francis Markus FAO Actualités et Médias (Rome) [email protected]