Conférence des Nations Unies sur les océans: la production d’aliments d’origine aquatique est essentielle pour lutter contre la faim, selon le Directeur général de la FAO

Le secteur de la pêche et de l’aquaculture est très prometteur en vue de l’amélioration des droits, des revenus et des moyens de subsistance des communautés de pêcheurs et d’aquaculteurs.

©FAO/Ines Gonsalves

Les aliments d’origine aquatique constituent des sources de protéines animales et de micronutriments extrêmement accessibles et abordables

©FAO/Ines Gonsalves

30/06/2022

Lisbonne – La production d’aliments d’origine aquatique est plus efficace, a moins d’impact sur l’environnement et émet moins de gaz à effet de serre que la plupart des systèmes terrestres de production de protéines animales, a affirmé M. Qu Dongyu, le Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), dans une déclaration lue en son nom aujourd’hui.

La déclaration prononcée en séance plénière pendant la Conférence des Nations Unies sur les océans indiquait qu’il était essentiel d’atteindre l’objectif de développement durable 14 (Vie aquatique), non seulement pour protéger les océans, mais également pour réduire la pauvreté et éradiquer la faim.

«Le monde fait face à des défis colossaux, mais le secteur de la pêche et de l’aquaculture est très prometteur», a affirmé le Directeur général de la FAO dans sa déclaration, qui précisait que les systèmes alimentaires aquatiques durables et inclusifs amélioraient les droits, les revenus et les moyens de subsistance des communautés de pêcheurs et d’aquaculteurs.

Les aliments d’origine aquatique constituent des sources de protéines animales et de micronutriments extrêmement accessibles et abordables et jouent donc un rôle essentiel dans la sécurité alimentaire et nutritionnelle d’un grand nombre de personnes dans le monde, en particulier les populations côtières vulnérables.

Le Directeur général a toutefois souligné que, si l’on n’agissait pas de toute urgence pour conserver, protéger, restaurer et gérer durablement les écosystèmes marins, les océans ne seraient plus en mesure de continuer à jouer leur important rôle dans la sécurité alimentaire et la prospérité économique.

Le programme de la FAO sur la transformation bleue offre des solutions efficaces pour relever le double défi de la sécurité alimentaire et de la durabilité environnementale. Il vise à intensifier et développer l’aquaculture durable, à parvenir à une gestion durable de toutes les pêches et à moderniser les chaînes de valeur afin de garantir la viabilité sociale, économique et environnementale des systèmes alimentaires aquatiques.

Alors que la production halieutique et aquacole a atteint un niveau record, l’aquaculture représente un quart des aliments d’origine aquatique que nous consommons et offre de grandes perspectives pour nourrir notre population croissante, a affirmé M. Qu dans sa déclaration, qui a été prononcée au lendemain du lancement du rapport sur La Situation mondiale des pêches et de l’aquaculture 2022.

Le développement de la production aquacole contribuera aux moyens de subsistance de millions de personnes, notamment les femmes et les peuples autochtones. 

La FAO n’a cessé de souligner que, pour mener à bien la transformation bleue, il fallait que les gouvernements, le secteur privé, le monde universitaire, la société civile et toutes les parties prenantes se mobilisent. Il faut des partenariats public-privé volontaristes pour améliorer la production, réduire les pertes et le gaspillage alimentaires et améliorer l’équité d’accès aux marchés lucratifs. Il est essentiel de faire une place aux aliments d’origine aquatique dans les stratégies nationales sur la sécurité alimentaire et la nutrition et d’accompagner ces stratégies de politiques qui favorisent l’investissement et l’innovation.

Contacts

FAO Actualités et Médias (+39) 06 570 53625 [email protected]