Journée mondiale de la pêche: la FAO et le Vatican plaident en faveur de programmes de protection sociale pour les pêcheurs.

Selon le Directeur général de la FAO, nous devons accorder aux petites pêcheurs la considération et le soutien qu’ils méritent si nous voulons mettre un terme à la faim et à la pauvreté.

© FAO/GMB Akash

©FAO/GMB Akash

21/11/2022

Rome – À l’occasion de la Journée mondiale de la pêche, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Vatican et Stella Maris, association caritative catholique qui œuvre en faveur des gens de mer, ont appelé aujourd’hui à un renforcement de la protection sociale pour les pêcheurs et travailleurs du secteur de la pêche artisanale.

Alors que l’Année internationale de la pêche et de l’aquaculture artisanales 2022 touche à sa fin, la FAO, le Saint-Siège et Stella Maris ont organisé, au siège de la FAO à Rome, une manifestation de haut niveau intitulée «Investir dans la protection sociale pour assurer une transformation bleue équitable dans le secteur de la pêche».

M. Qu Dongyu, Directeur général de la FAO, a déclaré qu’un grand nombre de personnes travaillant dans le secteur de la pêche ne disposaient que d’un accès restreint aux financements, aux services d’assurance et aux réseaux et programmes de protection sociale dont ils avaient besoin pour survivre et prospérer.

«La pêche artisanale produit 40 pour cent de tous les poissons que nous consommons», a indiqué M. Qu. «C’est une activité de petite échelle, mais de grande valeur! Pourtant, de nombreux pêcheurs et travailleurs du secteur sont confrontés à la pauvreté et à la marginalisation, à des taux de mortalité élevés, ainsi qu’à de mauvaises conditions de travail qui mettent en danger leur sécurité et leur santé. 

L’événement, qui se déroulait dans un format hybride, a été l’occasion d’aborder les effets dévastateurs de la pandémie de covid-19, des chocs climatiques et des difficultés économiques sur le secteur de la pêche, et d’évoquer la nécessité de protéger les pêcheurs et de défendre leurs droits. Les restrictions imposées pendant la pandémie ont bouleversé les chaînes de valeur, causé des pertes d’emploi et entraîné l’arrêt complet des activités de pêche dans de nombreux pays.

Les mesures de protection sociale et les interventions sur le marché du travail ont été les principaux dispositifs de riposte ayant permis de contrer les impacts socioéconomiques de la covid-19. C’est ce qu’a indiqué M. Qu, avant d’ajouter que, grâce à l’aide sociale dont ils avaient bénéficié, les ménages avaient pu investir dans l’éducation et dans l’emploi des jeunes.

M. Qu a par ailleurs fait valoir que les Directives volontaires visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l’éradication de la pauvreté, élaborées par la FAO et approuvées en 2014, constituaient un appel à l’action.

Dans son allocution, le Cardinal Michael F. Czerny, Préfet du Dicastère du Vatican pour le service du développement humain intégral, a exhorté les États Membres à appliquer les directives de la FAO et a invité les participants à interpeller les gouvernements et les autres parties prenantes pour qu’ils améliorent la gestion et la gouvernance.

Les participants ont évoqué la nécessité de renforcer la cohérence entre les programmes de protection sociale et les politiques en matière de pêche en vue de promouvoir le développement social et de favoriser une gestion équitable et durable de la pêche.

La manifestation a permis de mettre en commun des idées et des recommandations visant à contribuer au développement durable et à une transformation bleue équitable – en alliant ces deux objectifs pour promouvoir à la fois la viabilité sociale et économique et la durabilité des pêches. 

Dans la Déclaration sur la durabilité de la pêche et de l’aquaculture qu’il a adoptée en 2021, le Comité des pêches appelle les États à faciliter l’accès des pêcheurs, des aquaculteurs et de leurs communautés aux programmes de protection sociale.
Contacts

FAO Actualités et Médias (+39) 06 570 53625 [email protected]