Programme de coopération technique

Créé en 1976, le Programme de coopération technique (PCT) permet à la FAO, grâce aux ressources du Programme ordinaire, de répondre aux besoins d’assistance technique les plus pressants des pays. Par l’intermédiaire du PCT, l’Organisation met à disposition une large palette de compétences techniques dans les domaines de l’agriculture, de l’alimentation et de la nutrition, et joue un rôle important dans la diffusion des connaissances et dans l’échange d’expériences et de bonnes pratiques.

Le Programme a été conçu à l’origine pour répondre à des besoins imprévus et urgents qui ne pouvaient être traités de manière efficace ni au moyen d’instruments plus traditionnels de l’aide, ni dans le cadre des activités du Programme ordinaire de l’Organisation, qui sont définies lors des processus de planification biennale de la FAO. En 2005, les organes directeurs de la FAO ont décidé de modifier la nature non programmée du PCT. Les critères de financement ont été modifiés pour faire en sorte que tous les projets soient alignés sur le Cadre stratégique de la FAO et qu’ils soient liés aux priorités fixées dans les cadres de programmation par pays (CPP). À l’occasion de ces modifications, on a insisté sur le fait que l’assistance fournie continuerait de répondre à la demande des États Membres et ne serait pas déterminée par la FAO.

Aujourd’hui, tous les nouveaux cadres de programmations par pays sont issus du Plan-cadre de coopération des Nations Unies pour le développement durable. Les ressources du PCT consacrées aux effets et aux produits des CPP contribuent directement aux cibles et aux indicateurs des ODD.

L’assistance fournie au titre du PCT est répartie en deux grandes catégories:

  1. l’aide au développement, qui s’inscrit dans le cadre du mandat et des compétences particulières de la FAO, définis dans le Cadre stratégique de l’Organisation, et relève des CPP;
  2. l’aide d’urgence, qui consiste en interventions immédiates et en activités de relèvement rapide lors de situations de crise ou de catastrophe.

Dans le cadre de l’exercice biennal 2020-2021, la dotation budgétaire du PCT s’élève à 140,8 millions d’USD, soit 14 pour cent du budget du Programme ordinaire de la FAO. Les fonds alloués aux projets d'urgence (15 pour cent du total) et aux projets interrégionaux (3 pour cent du total) sont gérés au Siège, tandis que le gros des ressources (82 pour cent du total) est géré par les bureaux régionaux, et réparti entre eux conformément aux décisions des organes directeurs.

Les projets du PCT disposent d’un budget maximum de 500 000 USD et d’un délai maximum de 24 mois pour leur réalisation. Des procédures simplifiées s’appliquent aux projets d’un budget inférieur à 100 000 USD, qui sont financés par le Fonds du PCT et ont en général un objectif plus restreint (formations spécialisées, études sectorielles ou assistance à la formulation de propositions de projet pour solliciter des fonds auprès des donateurs, par exemple).

Répartition régionale indicative des fonds du PCT destinés aux projets nationaux, sous-régionaux et régionaux hors des situations d’urgence:

Eligibilité et critères

Eligibilité à une assistance du PCT

Tous les États Membres de la FAO peuvent prétendre à une assistance au titre des projets de développement du PCT. Le PCT accorde toutefois une attention spéciale aux pays les plus défavorisés, en particulier les pays à faible revenu et à déficit vivrier (PFRDV), les pays les moins avancés (PMA), les pays en développement sans littoral (PDSL), et/ou les petits États insulaires en développement (PEID).

Les pays à revenu intermédiaire peuvent recevoir des financements du PCT sous forme de don, pour des interventions concentrées sur l’appui technique et le renforcement des capacités.

Les pays à économies à haut revenu ont accès à une assistance au titre des projets de développement du PCT sur la base du recouvrement intégral des coûts.

Tous les Membres de la FAO peuvent bénéficier, sous forme de don, d’une aide d'urgence du PCT.

Les critères des projets PCT

Pour être éligibles à un financement du PCT, toutes propositions d’intervention doit respecter les critères du PCT définis par les organes directeurs. En particulier, les projets PCT doivent:

  • Etre alignés sur les priorités nationales et le mandat de la FAO
    Au niveau des pays, l’assistance du PCT est en phase avec le Cadre stratégique de la FAO et les cadres de programmation par pays (CPP). Les nouveaux CPP sont tous directement issus du Plan-cadre de coopération des Nations Unies pour le développement durable. Les réalisations et les produits du Plan‑cadre en rapport avec l’action de la FAO, ainsi que les cibles et les indicateurs des ODD connexes, sont repris tels quels dans les cadres de programmation par pays. La matrice des ressources annualisées des cadres de programmation présente la manière dont sont réparties les ressources du PCT en vue d’obtenir les effets et les produits attendus des CPP et ainsi d’atteindre les cibles et les indicateurs des ODD. L’assistance apportée au titre du PCT aux niveaux sous-régional, régional et interrégional est conforme au Cadre stratégique et répond aux demandes ou aux priorités communiquées par la Conférence régionale, les organisations régionales ou sous-régionales ou des groupes de pays. La filiation avec les CPP et les nouvelles priorités des pays participants entrent aussi en ligne de compte dans la sélection des projets.
  • Répond à une lacune ou problème critique
    L’assistance fournie au titre du PCT doit répondre à une lacune ou un problème critique dans un domaine technique où la FAO possède des compétences et un avantage comparatif avérés, et qui ne peut être assuré plus efficacement par d’autres entités. Les ressources du PCT ne peuvent server à combler une lacune financière ou se substituer aux programmes et budgets ordinaires des gouvernements.
  • Assurer un impact durable
    L’assistance au titre des projets du PCT doit  aboutir à des produits concrets et clairement définis générateurs d’impacts. Elle doit entrainer des effets catalytiques ou multiplicateurs, tels que permettre la mobilisation de fonds de la part de partenaires  ou le développement de situations de cofinancement. Le document de projet doit clairement expliquer comment les contreparties entendent assurer la continuation des activités du projet, afin d’assurer sa pérennité et son impact.
  • Assurer l’engagement du gouvernement
    Les demandes d’assistance auprès du PCT doivent être signées afin de garantir l’engagement du gouvernement. Lors de la mise en œuvre  du projet, Le gouvernement doit également nommer un Coordonnateur national chargé de gérer le projet et d’en coordonner les activités en collaboration avec la FAO, sans coût pour le projet.