Directives volontaires visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale
dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l'éradication de la pauvreté

Développement social, emploi et travail décent

Un grand nombre de personnes ignorées ou marginalisées
Quatre-vingt-dix pour cent des pêcheurs de capture et des travailleurs du secteur des pêches dans le monde travaillent dans la pêche artisanale qui à son tour contribue à plus de 50 % des captures de poisson dans les pays en développement. Pourtant, les communautés d’artisans-pêcheurs sont souvent les plus pauvres et les plus politiquement et socialement marginalisées. Cette marginalisation implique souvent que les communautés n’aient accès ni aux services de base tels que l’eau potable et le logement ni aux services d’éducation et de santé.

La plupart des emplois du secteur sont informels. Les recettes sont instables, en partie en raison de la variabilité saisonnière des captures de poisson. Dans certains cas, il n’existe aucun régime de protection sociale auquel les pêcheurs et les ouvriers de la pêche peuvent avoir recours. Dans d’autres cas, des régimes existent, mais les pêcheurs et les aquaculteurs peuvent avoir du mal à adhérer à des régimes de sécurité sociale exigeant le paiement d’une redevance mensuelle.

Généralement, la pêche est considérée comme une activité très dangereuse et les travailleurs doivent souvent endurer de longues heures de travail et de mauvaises conditions de sécurité et de santé. La violence, le travail des enfants, le travail forcé, les abus sexuels et la sécurité insuffisante en mer peuvent dans certains cas accroître la vulnérabilité des acteurs de la pêche artisanale.

Associer le développement social à la gestion durable des pêches
Pour que les droits des pêcheurs et des aquaculteurs soient reconnus, il est essentiel que les pêcheurs et les aquaculteurs soient consultés au sujet des décisions les concernant et des ressources dont ils dépendent. Les travailleurs du secteur formel et informel tout au long de la chaîne de valeur de la pêche devraient pouvoir travailler dans des conditions décentes et rémunératrices. Cela inclut les travailleurs migrants, qui jouent un rôle important dans la pêche au niveau mondial. Le travail forcé, la violence et la servitude pour dettes doivent cesser.

Les Directives sur la pêche artisanale appellent au développement social et économique des communautés de pêcheurs artisanaux afin qu’elles puissent jouir de leurs droits fondamentaux. Les gouvernements sont invités à veiller à ce que les normes internationales soient incluses dans les législations nationales. Cela inclut le droit à un niveau de vie suffisant, à un travail décent et à la satisfaction des besoins essentiels en matière de santé, d’éducation et autres.

Les Directives sur la pêche artisanale recommandent en outre aux états d’investir dans le développement humain des communautés d’artisans-pêcheurs et d’intégrer la santé et la sécurité au travail dans la gestion de la pêche. La sécurité sociale et l’accès aux systèmes de crédit et d’assurance constituent une autre recommandation importante adressée aux états sur la manière de renforcer les communautés de pêcheurs artisanaux. Les états ont également la responsabilité de mettre en place des lois régissant la sécurité en mer et de rendre les formations et les équipements de sécurité accessibles.

Le chapitre 6 des Directives sur la pêche artisanale porte sur le développement social, l’emploi et le travail décent.