Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture

16 octobre 2021

Journée mondiale de l'alimentation

Anastasie Obama

«Avec le peu de moyens dont nous disposons, les faibles bénéfices de nos ventes couvrent nos frais. Ce n’est pas assez mais nous nous en sortons.»
13/07/2021

Cameroun 

«Avec le peu de moyens dont nous disposons, nos bénéfices suffisent à peine à couvrir nos frais», dit Anastasie Obama, qui mène depuis des années sa propre activité de fumage de crevettes à Yaoundé, la capitale du Cameroun. 

«Quand j’étais enfant, j’étais fascinée par les femmes qui préparaient les fruits de mer», dit-elle. «Dès l’âge de sept ans, quand j’allais encore à l’école, j’achetais des crevettes pour ma tante, je les fumais et je les vendais. C’est comme ça que ça a commencé.» 

Le Cameroun se trouve sur la côte atlantique, au croisement entre l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale. Les explorateurs portugais l’avaient dénommé le «Rio dos Camarões», autrement dit le fleuve des crevettes, du fait de la présence abondante de ce crustacé. 

Aujourd’hui, les crevettes sont le principal fruit de mer d’exportation du Cameroun. Le secteur de la crevette emploie environ 1 500 personnes et fournit de la nourriture saine à beaucoup. Mais les commerçants de crevettes ont du mal à élargir leur portée internationale et à répondre à la demande nationale, alors même que l’impact environnemental pose problème. 

«Nous avons du mal à nous procurer des fruits de mer et à les conserver», dit Anastasie qui explique comment le covid-19 a ultérieurement déprimé le marché local. «Si nous avions les capitaux, nous achèterions une chambre froide pour stocker notre poisson et ne le fumer que lorsque nous recevons un ordre d’achat.» 

L’initiative mondiale  FISH4ACP apporte son appui au développement durable de la pêche et de l’aquaculture dans les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique: il aide les femmes comme Anastasie Obama à libérer le potentiel du secteur de la crevette au Cameroun et il soutient les pays d’Afrique afin qu’ils rendent cette chaîne de valeur plus compétitive et durable. Ceci contribue à la croissance économique, à l’amélioration de la sécurité alimentaire et la réduction de l’empreinte écologique du secteur. 

L’initiative FISH4ACP est dirigée par l’Organisation des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEACP) et est financée par l’Union européenne (UE) et le Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)

Faits et chiffres: http://www.fao.org/documents/card/fr/c/cb5032en/

Site Internet: http://www.fao.org/in-action/fish-4-acp