Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture

16 octobre 2021

Journée mondiale de l'alimentation

Elizabeth Siyapi

« Un revenu supplémentaire a permis à notre famille de construire et de meubler une nouvelle maison. J’ai aussi envoyé mes enfants à l’école, acheté des chèvres et ouvert un gîte où je peux offrir un hébergement à des visiteurs. »
13/07/2021

Zimbabwe 

Elizabeth Siyapi – une petite exploitante agricole de 59 ans, originaire du village de Khani dans le Shurugwi, au sud du Zimbabwe – s’est engagée de manière active pour éviter les pertes et le gaspillage alimentaires dans sa communauté et pour partager les connaissances en vue de réduire la malnutrition. 

Depuis 2017, Elizabeth a œuvré pour protéger les aliments et améliorer l’accès tout au long de l’année aux aliments locaux, qui autrement seraient restés saisonniers. 

« J’ai traité et vendu des fruits et légumes de production locale emballés, surtout séchés, comme des mangues, des goyaves, des patates douces, des choux, du colza, des feuilles de potiron et autres légumes locaux comme des feuilles de black jack et de thé Zumbani. » 

Le Programme d’appui aux moyens d’existence et à la sécurité alimentaire (LFSP) a soutenu Elizabeth dans son engagement pour le traitement et la conservation des aliments, la diffusion des informations et la formation entre pairs. Il a permis de rassembler un grand nombre de partenaires, dont la FAO. Le programme a permis de former 252 000 ménages dans le domaine du traitement des aliments, de la gestion et la conservation après la récolte et de l’usage des technologies vertes à bas coût comme les séchoirs solaires. 

Les connaissances en matière de traitement et de conservation des aliments ont permis à des exploitants comme Elizabeth, qui cultive des aliments de base de faible valeur, d’avoir accès aux marchés, d’obtenir une valeur ajoutée et d’augmenter les revenus de son ménage. 

Elizabeth gagne entre 120 USD et 180 USD par mois, avec la vente de ses produits séchés. Elle a amélioré les perspectives d’avenir de sa famille car elle a pu construire une nouvelle maison, envoyer ses enfants à l’école et investir dans de nouvelles activités. Son succès montre comment la participation des exploitants agricoles aux interventions ciblées, comme le LFSP, répond aux causes sous-jacentes de l’insécurité alimentaire et de la pauvreté. Ceci contribue à rendre les systèmes agroalimentaires plus résilients et plus durables et, par conséquent, à renforcer les capacités des communautés à la base. 

Elizabeth participe activement à la mobilisation de sa communauté pour la gestion des pertes et du gaspillage alimentaires, et pour la nutrition et la sécurité alimentaire. À travers le partage des connaissances, Elizabeth réduit la malnutrition et améliore la sécurité alimentaire dans la communauté. 

« Nous avons créé sept jardins pour la nutrition, où nous faisons pousser des légumes nutritifs et des aliments bio-fortifiés comme le maïs orange, les haricots NUA 45 et les patates douces à chair orange. Ils nous ont permis d’améliorer considérablement la nutrition des enfants dans notre région. » 

Cette héroïne de l’alimentation apporte des bénéfices tangibles à sa communauté et, en plus, elle donne aux autres les capacités nécessaires pour devenir des agents du changement.