Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture

16 octobre 2021

Journée mondiale de l'alimentation

José Andrés

«Après une catastrophe grave, cuisiner est parfois la meilleure façon d’aider et de se rendre utile.»
13/07/2021

États-Unis

Le chef José Andrés est reconnu internationalement comme novateur, auteur et propriétaire de ThinkFoodGroup. Il est également le fondateur de la World Central Kitchen, une association sans but lucratif qui offre des repas à certaines communautés et soutient les économies en temps de crise et au-delà.

Depuis sa création en 2010, au lendemain du terrible tremblement de terre à Haïti, la World Central Kitchen n’a eu de cesse de répondre à des situations de catastrophes naturelles dans plus de 20 pays, en s’appuyant sur une équipe grandissante et passionnée de 60 employés et de nombreux volontaires. Leur travail se structure en trois temps: secours, reprise et résilience. L’étape de résilience se déroule en travaillant de près avec les agriculteurs, les pêcheurs et autres producteurs pour les aider à construire une durabilité à long terme des systèmes alimentaires qui ont été touchés par la catastrophe – et pourraient l’être à nouveau.

Face à la pandémie de covid-19, la World Central Kitchen a créé le programme Restaurants for the People, qui finance des restaurants pour leur permettre de cuisiner pour les travailleurs essentiels et dans le besoin. Ce programme a fourni 16 millions de repas et injecté 160 millions d’USD dans le secteur de la restauration aux États-Unis.

«J’espère que l’humanité apprendra à respecter la terre et comprendra au plus vite que nos ressources ne sont pas illimitées

Le chef Andrés accorde une grande importance à la nutrition et encourage les gens à manger davantage de légumes et une plus grande variété d’aliments produits localement. Avec la World Central Kitchen, il aide les petits producteurs alimentaires des Caraïbes et d’Amérique latine à développer leur entreprise et il œuvre à la création de systèmes alimentaires interdépendants afin de diminuer une trop grande dépendance par rapport aux filières internationales.

«Il y a tellement de choses auxquelles nous devons faire attention si nous voulons lutter à l’échelle mondiale en faveur de la sécurité alimentaire et nutritionnelle

Le chef Andrés exhorte à une prise de conscience non seulement à l’égard de ce que nous mangeons mais aussi à la manière dont nous cuisinons les aliments. Il répète souvent que trois milliards de personnes à travers le monde – pour la plupart des femmes – cuisinent avec du bois dans des feux ouverts qui peuvent être nocifs pour la santé et pour l’environnement. Il propose toute une série d’alternatives propres pour la cuisson, qu’il s’agisse de fours plus surs, l’utilisation de combustibles plus efficaces ou la réduction de la contamination potentiellement dangereuse de l’air domestique.