Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture

16 octobre 2021

Journée mondiale de l'alimentation

Naheda Slayih

«J’aime dire au monde que même si nous ne commençons qu’avec de modestes actions, nous pouvons vraiment faire la différence.»
15/10/2021

Italie, Palestine, Israël 

Naheda Slayih est une éducatrice israélo-palestinienne de 62 ans et plus de 40 ans d’expérience dans la rééducation des malvoyants et des aveugles. En 2015, Naheda a mis au point un nouveau projet à Rome, Italie, appelé TAA (Tocco, Annuso, Assaggio qui signifie Je touche, Je sens, Je goûte). C’est un atelier de cuisine qui fait découvrir les aliments de saison et comment les cultiver et qui permet d’en savoir plus sur l’environnement. Grâce à la préparation de plats simples, l’atelier a pour but de donner aux enfants aveugles et malvoyants une approche novatrice aux régimes durables et à une alimentation saine. 

«Vivre sans repères visuels peut être une limite mais il y a beaucoup d’autres choses que vous pouvez faire. Il suffit d’apprendre les bonnes techniques.» 

Tous les quinze jours, un groupe de 10-15 enfants et de jeunes adultes se réunissent à la paroisse de Santa Maria Regina Pacis dans le quartier de Monteverde, Rome, où ils se lancent dans une passionnante aventure culinaire à base de légumes. Pendant deux heures, ils découvrent la texture des différents aliments, leur utilisation et la transformation magique qu’ils peuvent opérer en les touchant et les travaillant. Les participants sont amenés à découvrir tous les aspects du processus de cuisine en utilisant le toucher, l’odorat et le goût comme outils de base durant ce voyage amusant à travers l’alimentation. Ils coupent, pèsent et mélangent, et ils s’amusent à jouer ensemble et à écouter de la musique avec une thérapeute musicale pendant la cuisson des aliments. À la fin de chaque session, ils s’asseyent tous ensemble et goûtent le résultat de leur travail. 

Naheda accorde un soin particulier à choisir les ingrédients de ses recettes «sucrées» et «savoureuses» pour s’assurer qu’elles soient bonnes, végétariennes et saines. Elle utilise des herbes aromatiques, de l’huile à la place du beurre et elle diminue de moitié la teneur en sucre. En ne choisissant que des légumes de saison et en limitant l’usage du plastique, elle contribue aussi à placer l’environnement au cœur de son initiative. 

Les élèves de Naheda apprennent des comportements nouveaux avec des produits saisonniers, ils les consomment de manière quotidienne et ils reproduisent chez eux les bonnes habitudes apprises. Ils ont une plus grande confiance dans un domaine qui est souvent hors de portée pour eux du fait de leur handicap. 

«Cet atelier a ouvert l’esprit à mes élèves en leur faisant imaginer d’autres possibilités comme devenir un chef cuisinier ou s’inscrire à une émission culinaire à la TV. Ils veulent montrer au monde entier ce qu’ils savent faire… et c’est une grande nouveauté.» 

Naheda a l’intention de créer un potager dans le jardin paroissial, pour enrichir l’expérience de la découverte et permettre aux élèves d’entrer en contact avec la terre, de prendre soin des plantes et de suivre les étapes depuis la plantation jusqu’à la récolte. Son intention est de vendre le surplus au marché voisin, dans un effort pour promouvoir l’intégration de la communauté et de recevoir un soutien pour son initiative. 

Le projet TAA de Naheda porte en lui l’aspect inclusif et social des chaînes alimentaires durables. Son dévouement prouve que l’accès à une alimentation saine peut responsabiliser les groupes marginalisés, comme les personnes et les jeunes en situation de handicap, à continuer au changement. 

Podcast: Enfants, il est temps de cuisiner!