Situation alimentaire mondiale

Indice FAO des prix des produits alimentaires

L’indice FAO des prix des produits alimentaires est une mesure de la variation mensuelle des cours internationaux d’un panier de produits alimentaires de base. Il s’agit de la moyenne des indices des cinq groupes de produits de base, pondérée selon la part respective moyenne des exportations de chacun des groupes pour la période 2014-2016. Un article publié dans le numéro de juin 2020 des Perspectives de l’alimentation présente les modifications apportées à l’indice, à savoir la révision de la période de référence et l’élargissement du panier de produits, qui seront appliquées à partir de juillet 2020. Cet article de novembre 2013 contient des informations techniques sur les formules précédemment employées pour composer l’indice.

Dates de sortie mensuelle pour 2022: 6 janvier, 3 février, 3 mars, 7 avril, 5 mai, 2 juin, 7 juillet, 4 août, 8 septembre, 6 octobre, 3 novembre, 8 décembre.

L’Indice FAO des prix des produits alimentaires a enregistré une nouvelle hausse en novembre

Date de parution: 02/12/2021

» L’Indice FAO des prix des produits alimentaires s’est établi en moyenne à 134,4 points en novembre 2021, soit 1,6 point (1,2 pour cent) de plus qu’en octobre et une hausse de 28,8 points (27,3 pour cent) par rapport à novembre 2020. Il s’agit de la quatrième hausse mensuelle consécutive de la valeur de l’Indice, qui atteint son plus haut niveau depuis juin 2011. Parmi les sous-indices, les hausses les plus marquées en novembre sont à mettre au compte des céréales et des produits laitiers, puis du sucre, tandis que les prix de la viande et des huiles végétales ont baissé, quoique modérément, depuis le mois dernier.

» L’Indice FAO des prix des céréales a affiché une valeur moyenne de 141,5 points en novembre, soit 4,3 points (3,1 pour cent) de plus qu’en octobre et 26,6 points (23,2 pour cent) de plus que son niveau enregistré il y a un an. Une forte demande sur fond de resserrement des disponibilités, en particulier en blé de qualité supérieure chez les principaux exportateurs, a continué de tirer vers le haut les prix du blé, qui progressent pour le cinquième mois de suite et atteignent leur plus haut niveau depuis mai 2011. La possible baisse de la qualité de la récolte en cours en Australie, à la suite de précipitations intempestives, et les incertitudes au sujet d’éventuels changements dans les mesures liées aux exportations en Fédération de Russie ont également soutenu les prix. Parmi les céréales secondaires, les prix internationaux de l’orge ont continué d’augmenter, en raison de la faiblesse de l’offre et des retombées de la situation que connaissent les marchés du blé. Les prix du maïs à l’exportation ont légèrement progressé en novembre, soutenus par des ventes dynamiques en Argentine, au Brésil et en Ukraine, tandis que la pression saisonnière sur l’offre a fait plafonner les prix des exportations en provenance des États-Unis d’Amérique. En revanche, les prix internationaux du riz sont restés globalement stables en novembre, freinés par la progression des récoltes chez plusieurs fournisseurs d’Asie et une demande à l’importation éparse.

» L’Indice FAO des prix des huiles végétales s’est établi en moyenne à 184,6 points en novembre, en légère baisse (de 0,3 point ou 0,2 pour cent) par rapport au niveau record enregistré le mois dernier. Ce léger fléchissement est dû au fait que les valeurs de l’huile de soja et de l’huile de colza ont quelque peu diminué, tandis que les cours de l’huile de palme sont restés pratiquement identiques. Les prix internationaux de l’huile de palme ont confirmé leur bonne tenue en novembre, la pression à la baisse liée aux craintes de plus en plus vives quant aux répercussions de la résurgence des cas de covid-19 ayant été largement compensée par le soutien qu’a apporté le ralentissement de la production dans les principaux pays producteurs. En ce qui concerne l’huile de soja et l’huile de colza, les prix mondiaux ont accusé un retrait modéré largement imputable à la diminution de la demande. Par ailleurs, la baisse des cours du pétrole brut a également pesé sur les prix des huiles végétales.

» L’Indice FAO des prix des produits laitiers a enregistré une valeur moyenne de 125,5 points en novembre, soit une hausse de 4,1 points (3,4 pour cent) par rapport au mois d’octobre et un niveau supérieur de 20,2 points (19,1 pour cent) à celui enregistré au même mois un an auparavant. En novembre, les cours internationaux du beurre et des laits en poudre ont grimpé pour le troisième mois consécutif, principalement en raison de disponibilités exportables limitées au niveau mondial et de l’épuisement des stocks, car les livraisons de plusieurs pays d’Europe de l’Ouest qui produisent d’importantes quantité de lait ont diminué et, dans le même temps, la production s’est avérée plus faible que prévu en Océanie. La demande mondiale à l’importation est restée forte, car les acheteurs se sont employés à trouver des disponibilités sur le marché au comptant afin d’anticiper le resserrement des marchés, ce qui a accru davantage la pression sur les prix, malgré l’incertitude qui règne sur le marché quant à la demande à court terme, en raison du renforcement des restrictions sociales liées à la covid-19. Les cours du fromage ont légèrement progressé, sous l’effet de la hausse de la demande et des retards dans les expéditions qui ont perturbé les ventes des fournisseurs mondiaux.

» L’Indice FAO des prix de la viande* s’est établi en moyenne à 109,8 points en novembre, soit 1,0 point (0,9 pour cent) de moins qu’en octobre. Il s’agit du quatrième mois consécutif de recul de l’Indice, qui reste toutefois en hausse de 16,5 points (17,6 pour cent) par rapport à sa valeur enregistrée au même mois, il y un an. En novembre, les cours internationaux de la viande porcine ont chuté pour le cinquième mois de suite, sous l’effet d’une diminution des achats de la Chine, en particulier de ses achats en Union européenne. Les prix de la viande d’ovins ont eux aussi fortement reculé, en raison de l’accroissement des disponibilités exportables, en particulier de celles provenant d’Australie. Les prix internationaux de la viande de bovins sont, quant à eux, restés stables, car la baisse des cours de la viande en provenance du Brésil a été contrebalancée par une hausse des valeurs des exportations en provenance d’Australie, où les ventes de bétail à abattre ont été faibles dans un contexte de forte demande en vue de la reconstitution des cheptels. Les prix de la viande de volaille sont également restés globalement stables, car les disponibilités mondiales semblaient suffisantes pour satisfaire la demande malgré des contraintes sur le plan de l’offre, en particulier la pénurie de conteneurs d’expédition et la grippe aviaire en Europe et en Asie.

» L’Indice FAO des prix du sucre a affiché une valeur moyenne de 120,7 points en novembre, soit 1,6 point (1,4 pour cent) de plus qu’en octobre, ce qui compense la plus grande partie de la baisse du mois dernier et porte l’Indice à des niveaux supérieurs de 40 pour cent à ceux de l’année dernière au même mois. Le rebond des cours internationaux du sucre en novembre est principalement dû à la hausse des prix de l’éthanol, qui a favorisé un accroissement de l’utilisation de canne à sucre dans la production d’éthanol au Brésil, le premier exportateur de sucre dans le monde. Les prix mondiaux du sucre ont également bénéficié d’un renforcement de la demande mondiale à l’importation provoqué par la baisse des prix du fret. Globalement, la tendance à la hausse des prix du sucre a toutefois été limitée par les expéditions abondantes en provenance de l’Inde et les perspectives positives concernant les exportations de sucre par la Thaïlande.

* À la différence des autres catégories de produits, la plupart des prix utilisés pour calculer l'Indice FAO des prix de la viande ne sont pas disponibles au moment où l'Indice général est calculé et publié; c'est pourquoi la valeur de l'Indice des prix de la viande concernant les mois les plus récents est obtenue en panachant des projections chiffrées et des prix avérés. Ceci peut parfois donner lieu à des révisions non négligeables de la valeur finale de cet Indice, lesquelles peuvent, par suite, impliquer une modification de la valeur de l'Indice FAO des prix des aliments.

Télécharger l'ensemble des données: Excel, CSV

| Pour plus d'informations contactez-nous.


Télécharger l'ensemble des données: Excel