Nouveau coronavirus (COVID-19)
Un producteur équatorien donne gratuitement son lait aux familles, aidant ainsi les personnes dans le besoin et évitant le gaspillage de nourriture
Les parcelles sous abri et les jardins verticaux raccourcissent les chaînes d'approvisionnement, garantissant l'accès à l’alimentation pendant la pandémie de COVID-19
Dans les zones rurales d’Arménie, le soutien de la FAO aux habitants les aide à affronter la pandémie de COVID-19 avec plus de confiance
Cultiver des légumes pour répondre aux nouvelles demandes pendant la pandémie

Pour des mises à jour sur la nouvelle maladie à coronavirus (COVID-19 ) et des détails sur la santé humaine, veuillez vous référer à l'Organisation mondiale de la santé (OMS)

Outils politiques

La FAO a mis en place un ensemble d'outils pour soutenir les analyses politiques et évaluer l'impact de la pandémie de COVID-19 sur l'alimentation et l'agriculture, les chaînes de valeur, les prix des produits alimentaires, la sécurité alimentaire dans le monde entier.

Mesures politiques urgentes

Réponses actuelles des pays à l'impact de la pandémie COVID-19 sur les systèmes alimentaires

Notes d'information

Toutes les notes d'information comprenant une évaluation des impacts de la pandémie sur le système alimentaire

Réponses politiques

Les réponses politiques pour atténuer les perturbations des systèmes alimentaires lors des crises passées

Big Data | Mises à jour quotidiennes

Données en temps réel sur l'impact de la pandémie de COVID-19 sur les chaînes alimentaires et les prix

Alertes sur les prix des produits alimentaires

Analyse mensuelle des tendances des prix des produits alimentaires de base

Calendriers des cultures

La plantation et la récolte à l'époque de la pandémie de COVID-19

Le renforcement des systèmes de production et de distribution des denrées alimentaires est essentiel pour lutter contre la faim et suppose de contribuer à combattre les maladies qu’elles soient apparues chez les humains, les animaux, les plantes ou dans l'environnement. La maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) est une crise sanitaire mondiale et la FAO joue un rôle dans l'évaluation et la réponse à ses impacts potentiels sur la vie et les moyens d’existence des populations, le commerce alimentaire mondial, les marchés, les chaînes d'approvisionnement alimentaire et l'élevage. 

La FAO estime que cela permettra aux pays d'anticiper et d'atténuer les éventuelles perturbations que la pandémie pourrait déclencher pour la sécurité alimentaire et les moyens d’existence des populations, en évitant les réactions de panique qui peuvent aggraver les perturbations et détériorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des plus vulnérables.

La FAO travaille en étroite collaboration avec l'OMS, le PAM, le FIDA, l'OIE et d'autres partenaires, en exploitant de vastes réseaux pour stimuler la recherche, soutenir les recherches en cours et partager les connaissances essentielles.

Quel est le rôle de la FAO?

Comprendre et atténuer l'impact de la pandémie sur l'alimentation et l'agriculture

Comprendre et atténuer l'impact de la pandémie sur l'alimentation et l'agriculture

Dans le but de fournir aux décideurs du monde entier des informations fiables sur les mesures politiques visant à préserver les systèmes alimentaires, la FAO :

  • Analyse la manière dont la pandémie COVID-19 affecte le secteur de l'alimentation et de l'agriculture. Cette analyse permettra de délimiter, par régions géographiques, les degrés d'exposition des pays au choc provoqué par la pandémie. Sur la base des résultats de cette analyse, une taxonomie de l'exposition des pays sera élaborée et constamment mise à jour.
  • Produit une série de notes techniques et politiques présentant une évaluation quantitative et qualitative des impacts de la pandémie sur les moyens d’existence, l'alimentation et l'agriculture, les marchés ainsi que sur la pauvreté et la nutrition.
  • Réalise - grâce à son laboratoire de données (Data Lab) et à l'utilisation de données massives (Big Data), à l’analyse de textes et à l'intelligence artificielle - une évaluation mondiale qui identifie et suit les réponses politiques adoptées par les pays lors des crises passées. Les pratiques et les réponses politiques sont collectées et constamment mises à jour sur la plateforme dédiée de la FAO, qui les classe en six domaines thématiques principaux : Urgences, Nutrition, Commerce, Protection sociale, Développement et transformation ; et Incitations et désincitations.
  • Utilise sa base de données d'analyse des décisions en matière de politiques alimentaires et agricoles (FAPDA) pour proposer un panorama des décisions politiques actuelles que les pays membres adoptent pour atténuer les effets de la pandémie COVID-19 sur les systèmes alimentaires et agricoles.

Sauvegarder la sécurité alimentaire et les moyens d’existence des plus vulnérables

Sauvegarder la sécurité alimentaire et les moyens d’existence des plus vulnérables

La FAO réorganise ses programmes humanitaires et sur la résilience pour assurer la poursuite de la fourniture de l'aide là où les besoins sont déjà élevés tout en répondant aux nouveaux besoins découlant des effets directs et indirects de COVID-19.

Nous accélérons nos programmes sur le terrain pour :

  • Fournir aux petits exploitants agricoles et aux éleveurs des semences, des outils, des aliments pour le bétail et d'autres intrants agricoles, ainsi qu'un soutien en matière de santé animale, afin qu'ils puissent continuer à générer des revenus et à produire de la nourriture pour leurs familles et leurs communautés ;
  • Distribuer, dans les communautés où la sous-alimentation et la pauvreté sont répandues, des semences et des kits de jardinage à domicile, des systèmes de stockage des aliments, des volailles et autres petits stocks pour améliorer la nutrition des ménages et diversifier les revenus. Des activités similaires seront entreprises dans les camps de réfugiés et de personnes déplacées ;
  • Stabiliser, partout où nous travaillons, l'accès à la nourriture en soutenant le pouvoir d'achat des gens par des apports en espèces (sans condition, ou « travail contre rémunération » lorsque cela est possible et approprié), afin que les familles touchées puissent répondre aux besoins essentiels du ménage sans vendre leurs principaux actifs. Nous travaillons avec les gouvernements pour renforcer les systèmes de protection sociale, en particulier dans les zones rurales difficiles d'accès.

Comprendre l'origine et la propagation du virus

Comprendre l'origine et la propagation du virus

Comprendre comment le nouveau coronavirus est apparu et s'est propagé constitue une part importante de la capacité de la FAO à contribuer aux efforts visant à prévenir, contenir et atténuer l'épidémie. D'autres foyers de coronavirus, dont le SRAS-CoV-1 et le MERS-CoV, ont été découverts chez des animaux. Toutefois, la source du nouveau virus n'a pas été confirmée. La Division mixte FAO/AIEA des techniques nucléaires dans l’alimentation et l’agriculture (AGE) travaille, par le biais de son réseau de laboratoires vétérinaires dans 69 pays, à soutenir le diagnostic potentiel du virus SARS-CoV-2 chez les animaux et la surveillance de la circulation du virus dans l'environnement. À ce jour, il n'existe aucune preuve que les animaux jouent un rôle dans la propagation du COVID-19. Le meilleur conseil reste d’observer les pratiques d'hygiène habituelles lors de l'interaction avec les animaux domestiques. Il n'y a aucune raison pour que le bien-être des animaux soit compromis.

Des équipements pour réaliser des diagnostics et des formations sont proposés aux laboratoires, des réseaux de spécialistes évaluent le risque d'exposition des animaux et des directives sont disponibles pour les agriculteurs et les travailleurs du secteur de la santé animale. En coordonnant les actions et en facilitant le partage des informations, la FAO aide les pays à réagir de manière appropriée, à prévenir les perturbations des systèmes alimentaires et à éviter de nouvelles épidémies.

Garantir l’approche unifiée « Une seule santé »

Garantir l’approche unifiée « Une seule santé »

L'approche "Une seule santé" permet de prendre en compte les liens entre les humains, les animaux, les plantes et leurs environnements communs dans un effort intégré pour réduire les menaces de maladies et de parasites et assurer un approvisionnement alimentaire sûr. Il est bien connu que des maladies circulent chez les animaux et dans l'environnement, dont certaines peuvent déborder et affecter la santé humaine. La FAO travaille en permanence pour aider les pays à prévenir, détecter et contrôler les maladies et les menaces sanitaires connexes, où qu'elles apparaissent. Cela inclut la surveillance de l'émergence de la résistance aux antimicrobiens ainsi que des programmes actifs pour combattre et éradiquer les maladies animales telles que la peste des petits ruminants et la peste porcine africaine, ainsi que les maladies qui se transmettent des animaux aux humains, notamment la grippe aviaire et la rage.

L'interconnexion des humains, des animaux et de l'environnement est pertinente dans la lutte contre toute menace pour les systèmes alimentaires, la production agricole et les moyens d’existence. Cette priorité est particulièrement importante dans les communautés agricoles rurales où les animaux fournissent transport, carburant, vêtements ainsi que nourriture. Relevant ce défi, la FAO travaille avec de nombreux partenaires, dont l'OMS et l'OIE, pour déployer une approche "Une seule santé" aux niveaux local et mondial, en mettant l'accent sur le renforcement des capacités là où c’est nécessaire et sur la protection des communautés les plus vulnérables.

Messages clés

  • La pandémie COVID-19 est une crise mondiale qui touche déjà le secteur de l'alimentation et de l'agriculture. Des mesures rapides sont nécessaires pour préserver les chaînes d'approvisionnement alimentaire, au niveau national et international, afin d'atténuer le risque de chocs importants qui auraient un impact considérable sur tout le monde, en particulier sur les pauvres et les plus vulnérables.
  • Bien que les perturbations dans la chaîne d'approvisionnement alimentaire soient minimes jusqu'à présent, des difficultés ont déjà été rencontrées en termes de logistique. Les denrées alimentaires doivent circuler à travers les frontières sans restrictions et dans le respect des normes de sécurité alimentaire existantes.
  • Pour atténuer les effets de la pandémie sur l'alimentation et l'agriculture, la FAO exhorte les pays à répondre aux besoins alimentaires immédiats de leurs populations vulnérables, à renforcer leurs programmes de protection sociale, à maintenir le commerce alimentaire mondial, à faire tourner les rouages habituels de la chaîne d'approvisionnement nationale et à soutenir la capacité des petits exploitants agricoles à accroître la production alimentaire.
  • Les pays qui connaissent déjà des crises humanitaires sont particulièrement exposés aux effets de la pandémie COVID-19. Même si leurs propres besoins intérieurs peuvent augmenter en raison de la pandémie, il est essentiel que les pays donateurs garantissent la poursuite de la fourniture de l'aide humanitaire là où l'insécurité alimentaire est déjà élevée. La maladie ne connaît pas de frontières. Si elle reste incontrôlée à un endroit, c'est toute la communauté humaine qui est menacée.
  • Alors que des recherches sont en cours pour étudier une origine animale potentielle du nouveau coronavirus (SRAS-CoV-2), la propagation et le développement de l'actuelle pandémie humaine sont dus à une transmission interhumaine.
  • Il n'existe actuellement aucune preuve que les animaux jouent un rôle dans la propagation du COVID-19. En règle générale, lorsque vous vous occupez d'un animal, quel qu'il soit, lavez-vous toujours les mains avant et après toute interaction avec lui.
  • La viande provenant d'animaux d'élevage sains et bien cuite reste propre à la consommation. Il est interdit de manipuler, d'abattre, de parer, de vendre, de préparer ou de consommer de la viande provenant d'animaux sauvages ou de bétail malade ou mort de causes inconnues. La viande sauvage crue ou les plats non cuits contenant du sang d'animaux sauvages ne doivent pas être consommés, car de telles pratiques exposent les personnes à un risque élevé de contracter de nombreux types d'infections.
  • La viande sauvage crue ou les plats non cuits à base de sang d'animaux sauvages ne doivent pas être consommés. Ces pratiques exposent les personnes à un risque élevé de contracter un certain nombre d'infections.
  • Toute morbidité ou mortalité inhabituelle des animaux doit être signalée aux autorités de santé animale.

Partagez