FAO/SMIAR: Rapport sur l'Afrique No.3, décembre 2001 3

Previous PageTable Of ContentsNext Page



FAITS SAILLANTS


La situation alimentaire en Somalie est très alarmante. La récolte obtenue pendant la campagne principale agricole en 2001 a été l'une des plus basses enregistrées au cours des sept dernières années en raison, essentiellement, des pluies tardives et irrégulières. Une reprise de la production au cours des deux campagnes précédentes avait détendu la situation des approvisionnements alimentaires, mais les mauvais résultats de cette campagne "gu" ont annulé le répit momentané et durement touché les mécanismes de survie déjà affaiblis par plusieurs vagues de sécheresse et par le conflit civil de longue durée, qui a connu une nouvelle flambée dans le sud au cours des dernières semaines. En outre, l'interdiction continue d'importer du bétail en provenance d'Afrique de l'Est, imposée par les pays riverains de la Péninsule arabe en raison de la fièvre de la vallée du Rift, a fortement amputé les recettes en devises et gravement restreint la capacité d'importation du pays. Cette situation est exacerbée par la fermeture récente de la société de virements monétaires Al-Barakaat qui rapatriait pour plusieurs millions de dollars de salaires de Somaliens travaillant à l'étranger. En outre, de récentes inondations dans certaines régions ont entraîné des déplacements localisés de population. L'on constate une augmentation de la malnutrition et des mouvements de personnes en quête de nourriture et de travail. On estime que quelque 800 000 personnes risquent de graves pénuries alimentaires et auront besoin d'environ 70 000 tonnes d'aide alimentaire d'urgence pour faire la soudure avec la récolte de la prochaine campagne "gu" en août 2002. Le sort d'environ 300 000 personnes vulnérables est particulièrement inquiétant, surtout dans la région de Gedo, mais aussi dans les régions de Hiran, Bay et Bakool.

Ailleurs en Afrique de l'Est, la situation des approvisionnements alimentaires s'est nettement améliorée par rapport à l'année dernière. En Érythrée, en Éthiopie, au Kenya, au Soudan, en Tanzanie et en Ouganda, les récoltes engrangées et les perspectives de récolte sont satisfaisantes car les conditions climatiques demeurent favorables. Toutefois, les régions pastorales d'Éthiopie et du Kenya continuent d'éprouver des difficultés alimentaires dues à une succession de mauvaises pluies, et de nombreuses personnes dépendent de l'aide alimentaire. En Érythrée, malgré une amélioration des perspectives, les personnes déplacées lors du conflit avec l'Éthiopie et celles précédemment touchées par la sécheresse sont encore dans une situation alimentaire difficile.

Dans la région des Grands Lacs, la situation et les perspectives alimentaires restent précaires en République démocratique du Congo à cause de l'insécurité persistante et des mouvements de population, même si les conditions végétatives sont favorables pour les cultures. Plus de 2,5 millions de personnes déplacées à l'intérieur de leur pays (PDI) ont désespérément besoin d'une aide alimentaire d'urgence, mais l'insécurité entrave les opérations de distribution. La situation nutritionnelle et sanitaire des PDI reste grave et des rapports font état de taux alarmants de malnutrition chez les enfants. Ailleurs dans la région, la situation des approvisionnements alimentaires s'est améliorée considérablement au Burundi et au Rwanda grâce à la hausse importante de la production alimentaire des première et deuxième campagnes de 2001.

En Afrique australe, la campagne agricole principale a commencé dans de bonnes conditions climatiques. Cependant, la situation des approvisionnements alimentaires dans la sous-région est tendue et des pénuries vivrières localisées sont signalées même dans des pays où la production céréalière totale a augmenté cette année. En Angola, 1,34 millions de personnes déplacées à l'intérieur du pays et de personnes vulnérables ont besoin d'une aide alimentaire. De grosses commandes d'importations de maïs ont été annoncées par le Malawi, la Zambie et le Zimbabwe, où les stocks sont épuisés et où les prix ont grimpé en flèche. Au Mozambique, malgré une bonne récolte, il faudra recourir à l'aide alimentaire pour environ 100 000 personnes dans les provinces méridionales où sévit un temps sec. Au Botswana, au Lesotho, en Namibie et au Swaziland, où la production céréalière a été mauvaise, de nombreux foyers devraient avoir des difficultés à se nourrir. Au contraire, à Madagascar, la situation générale des approvisionnements alimentaires s'est améliorée après une récolte exceptionnelle de paddy qui a engendré d'importants stocks de report.

En Afrique de l'Ouest, des récoltes céréalières particulièrement bonnes ont été enregistrées au Sahel, reflétant les conditions végétatives généralement favorables. Cela permettra de reconstituer les stocks des agriculteurs et du gouvernement. Des récoltes records sont attendues au Burkina Faso, en Gambie et au Niger, tandis que des récoltes supérieures à la moyenne sont estimées pour le Tchad, le Mali et le Sénégal. Toutefois, les perspectives sont moins favorables au Cap-Vert, en Mauritanie et en Guinée-Bissau par rapport à l'année dernière. Dans les pays côtiers, la situation des approvisionnements alimentaires reste tendue en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone à cause de l'impact des conflits civils récents.

Les besoins d'importations céréalières de l'Afrique subsaharienne devraient diminuer en 2002 par rapport à 2001, grâce aux récoltes favorables de l'Afrique de l'Est et au Sahel, en Afrique de l'Ouest, qui compensent la production réduite de l'Afrique australe.


FAO/SMIAR - décembre 2001

Previous PageTop Of PageTable Of ContentsNext Page