Page précédente Table des matières Page suivante


B. REVUES PAR RÉGION(continuer)

RÉFÉRENCES

Alheit, J. et Bernal, p. 1999. Effects of physical and biological changes on the biomass yield of the Humboldt Current Ecosystem. In K. Sherman et Q. Tang (éds). Large Marine Ecosystems of the Pacific Rim. Assessment, Sustainability and Management , pp. 251–267 Blackwell Science Inc. Etats-Unis.

Arcos, D. et Grenchina, A.S. 1994. Biología y Pesca Comercial del Jurel en el Pacífico Sur. Instituto de Investigación Pesquera, Talcahuano, Chili, 203p.

Arntz, W.E. et Fahrbach, E.J. 1996. El Niño: experimento climático de la naturaleza. Fondo de Cultura Económica. Ciudad de México. Mexique, 312p.

Arntz, W., Landa, A. et Tarazona, J. (éds). 1985. El Niño, su impacto en la fauna marina. Bol. Inst. Mar Perú, Callao . Volumen Extraordinario: 222p.

Barría, p., Aranís, A., Mora, S., Böhm, G., Serra, R., Martínez, C., Catasi, B., Reyes, H., Muñoz, G. et Gómez, A. 2003. Diagnóstico de la pesquería chilena del jurel (Trachurus symmetricus murphyi). In E. Yánez (éd). Actividad pesquera y de acuicultura en Chile, pp. 123–141. Pontificia Universidad Católica de Valparaíso, Chili.

Beltrán, C.S. et Villaneda, A.A. 2000. Perfil de la pesca y la acuicultura en Colombia. Instituto Nacional de Pesca y Acuicultura - INPA, Subdirección de Investigaciones. Santa Fé de Bogota, D.C. juin 2000. (www.rlc.fao.org/prior/recnat/pdf/pescol.pdf)

Bernal, p.A., Robles, F.L. et Rojas, O. 1983. Variabilidad física y biológica en la región meridional del sistema de corrientes Chile-Perú. In G.D. Sharp et J. Csirke (éds). Proceedings of the expert consultation to examine changes in abundance and species composition of neritic fish resources, San Jose, Costa Rica, 18–19 avril 1983. FAO Fisheries Report, No. 291(3): 683–711.

Boerema, L.K., Saetersdal, G., Tsukayama, I., Valdivia, J.E. et Alegre, B. 1967. Informe sobre los efectos de la pesca en el recurso peruano de anchoveta. Bol. Inst. Mar Perú, Callao , 4(Vol.1): 133–186.

Bouchón, M., Cahuín, S., Díaz, E. et Ñiquen, M. 2000. Captura y Esfuerzo pesquero de la pesquería de anchoveta peruana (Engraulis ringens). Boletín Inst. Mar Perú 19(1–2): 109–116.

Castillo, R., Gutiérrez, M. et Gonzales, A. 1998. Biomasa de la principales especies pelágicas en el mar peruano a fines de otoño 1998. Crucero Bic José Olaya Balandra 9805–06 de Tacna a Máncora. IMARPE, Informe No. 137.

Cerda, R., Pavez, p., Urbina, M., Arancibia, L., Melo, T. et Yáñez, E. 2003. Aspectos del manejo de la merluza común (Merluccius gayi Guichenot 1848) en la unidad de pesquería centro-sur.In E. Yánez (ed.). Actividad pesquera y de acuicultura en Chile, pp. 221–232. Pontificia Universidad Católica de Valparaíso, Chili.

Chavez, F., Ryan, J., Lluch-Cota, S.E. et Ñiquen, M. 2003. From anchovies to sardines and back: multidecadal change in the Pacific Ocean. Science, 299: 217–221.

CITT 2004. Atunes y peces picudos en el Océano Pacífico Oriental en 2003. Inter-American Tropical Tuna Comisión. 72a Reunión, Lima. Pérou, 14–18 juin 2004. Document IATTC-72-04, 87p.

CPPS 2003. Octava Reunión del Grupo de Trabajo CPPS/FAO sobre evaluación de recursos y pesquerías artesanales en el Pacífico Sudeste. Valparaíso, Chili, 15–17 octobre 2003. (www.cpps.org).

Csirke, J. 1980. Recruitment in the Peruvian anchovy and its dependence on the adult population. In A. Saville (éd.) The assessment and management of pelagic fish stocks. Rapp.P.-V. Réun. CIEM, 177: 307–313.

Csirke, J. 1988. Small shoaling pelagic fish stocks. In J.A. Gulland (ed.). Fish population dynamics, pp. 271–302. 2de éd. John Wiley et Sons, New York, 422p.

Csirke, J. 1989. Changes in the catchability coefficient in the Peruvian anchoveta (Engrauliis ringens) fishery. In D. Pauly, p. Muck et I. Tsukayama (éds). The Peruvian upwelling ecosystem: dynamics and interactions, pp. 207–219. ICLARM Conference Proceedings 18: 438p.

Csirke, J. 1995. Fluctuations in abundance of small and mid-size pelagics. In C. Bas, J.J. Castro et J.M. Lorenzo (éds). International Symposium on Middle-Sized Pelagics, pp. 481–490. Sci. Mar., 59 (3–4): 660p. + Erratum In Sci. Mar. 60(2–3).

Csirke, J. et Gumy, A.A. 1996. Análisis bioeconómico de la pesquería pelágica peruana. Bol. Inst. Mar Perú, Callao, 15(2): 25–68.

Csirke, J. et Sharp, G. 1984. Proceedings of the expert consultation to examine changes in abundance and species composition of neritic fish resources, San Jose, Costa Rica, 18–19 avril 1983. FAO Fisheries Report, No. 291(Vol.1): 102p.

Csirke, J., Bombín, L.M., González de la Rocha, J., Gumy, A.A., Jensen, N., Medina-Pizzali, A.F., Ruckes, E. et Shawyer, M. 1992. La ordenación y planificación pesquera y la reactivación del sector pesquero en el Perú. Informe del Programa de Cooperación FAO/Govierno de Noruega. FI:GCP/INT/466/NOR, Informe de Campo 92/15: 92p.

Csirke, J., Guevara-Carrasco, R., Cárdenas, G., Ñiquen, M. et Chipollini, A. 1996. Situación de los recursos anchoveta (Engraulis ringens) y sardina (Sardinops sagax) a principios de 1994 y perspectivas para la pesca en el Perú, con particular referencia a las regiones norte y centro de la costa peruana. Bol. Inst. Mar. Perú 15(1): 1–23.

Cubillos, L.A., Bucarey, D.A. et Canales, M. 2002 Monthly abundance estimation for common sardine (Strangomera benticki) and anchovy (Engraulis ringens) in the central-south area off Chile (34°S–40°S). Fisheries Research, 57: 117–130.

Dioses, T. 1995. Análisis dela distribución y abundancia de los recursos jurel y caballa frente a la costa peruana. Inf Prog. Inst. Mar Perú, 6: 35.

Espino, M., Castillo, R. et Fernández, F. 1995. Biology and fisheries of Peruvian hake (Merluccius gayi peruanus). In J. Alheit et T.J. Pitcher (éds). Hake, Fisheries, ecology and markets , pp. 339–363. Chapman et Hall, Londres.

Espino, E., Samamé, M. et Castillo, R. 2001. La merluza peruana (Merluccius gayi peruanus): biología y pesquería. Instituto del Mar del Perú, Callao, Pérou, 120p.

Estrella, C., Palacios, J., Avila, W., et Medina, A. 2001. Informe Estadístico de los recursos hidrobiológicos de la pesca artesanal marina por especies, artes, meses y lugares de desembarque durante el segundo semestre del 2000. INFORME Inst. Mar Perú No 164, 163p.

FAO. 1990. FAO species catalogue. Gadiform fishes of the world. FAO Fisheries Synopsis No.125, Volume 10: 442p.

FAO. 2003. Resumen Informativo sobre la pesca por países: la República del Ecuador. FID/CP/ECU, Avril 2003. (www.fao.org/fi/fcp/es/ECU/profile.htm)

Gulland, J.A. 1968. Informe sobre la dinámica de la población de anchoveta peruana. Bol. Inst. Mar Perú, Callao, 6(Vol.1): 305–346.

Guillén, O. 1983. Condiciones Oceanográficas y sus fluctuaciones en el Pacífico sur oriental. In G.D. Sharp et J. Csirke (éds). Proceedings of the expert consultation to examine changes in abundance and species composition of neritic fish resources, San Jose, Costa Rica, 18–19 avril 1983. FAO Fisheries Report, No. 291(3): 607–658.

Gutiérrez, M. 2000. Estimados de biomasa hidroacústica de los cuatro principales recursos pelágicos en el mar peruano durante 1983–2000. Bol. Inst. Mar Perú, 19(1–2): 139–156.

GTE IMARPE-IFOP 1994. Evaluación conjunta de los stocks de sardina y anchoveta del sur de Perú y norte de Chile. Informe Técnico, Grupo de Trabajo IMARPE-IFOP sobre pesquerías de pequeños pelágicos. Tercer Taller, Callao, 9–20 mai 1994 (mimeo): 37p. + tableaux et graphiques.

GTE IMARPE-IFOP 1999. 6° Taller. Evaluación conjunta de los stocks de sardina y anchoveta del sur del Perú y norte de Chile. Grupo de Trabajo IMARPE-IFOP sobre pesquerías de pelágicos pequeños. Callao, 8–19 novembre 1999. Rapport final. 47p. + annexes.

GTE IMARPE-IFOP 2003. 9° Taller. Evaluación conjunta de los stocks de anchoveta y sardina del sur del Perú y norte de Chile. Grupo de Trabajo IMARPE-IFOP sobre pesquerías de pelágicos pequeños. Callao, 17–21 novembre 2003. Rapport final. 39p. (mniquen@imarpe.gob.pe;rserra@ifop.cl)

IMARPE, 1970. Informe del cuadro de expertos sobre dinámica de la población de la anchoveta peruana. Bol. Inst. Mar Perú, Callao, 2(6): 324–372.

IMARPE, 1972. Informe sobre la segunda reunión del panel de expertos en dinámica de la población de la anchoveta peruana. Bol. Inst. Mar Perú, Callao , 2(7): 373–458.

IMARPE, 1973. Tercera sesión del panel de expertos sobre la dinámica de la población de la anchoveta peruana. Bol. Inst. Mar Perú, Callao, 2(9): 525–599.

IMARPE, 1974. Informe de la cuarta sesión del panel de expertos de la evaluación del stock de anchoveta peruana. Bol. Inst. Mar Perú, Callao, 2(10): 605–671.

IMARPE. 1998. Crucero 9811–12 de Evaluación Hidroacústica de Recursos Pelágicos: Isla Lobos de Tierra a Sama - B/C Olaya - L/P Imarpe IV. Informe Ejectuvio del Crucero 9811–12: 21p. (ftp://ftp.imarpe.gob.pe/pub/informes/cru 981112.pdf)

IMARPE. 2000. Trabajos expuestos en el Taller Internacional sobre la anchoveta peruana (TIAP) 9–12 mai 2000. Bol. Inst. Mar Perú, 19 (1): 1–204.

IMARPE. 2003. Informe del panel internacional de expertos «Evaluación de la merluza peruana». IMARPE, Callao, Peru, 18–21 mars 2003, par J. Castro, H. Lassen et J. Lleonart. Rapport interne, 46p.

IMARPE. 2004a. II Panel Internacional de expertos para la evaluación de la merluza peruana (15–22 mars 2004). (www.imarpe.gob.pe).

IMARPE. 2004b. Informe del panel internacional de expertos «Evaluación de la merluza peruana», IMARPE, Callao, Pérou, 15–22 mars 2004, por E. Ferrandis, F. González, H. Lassen y J. Lleonart. Rapport interne, 46p. (rguevara@imarpe.gob.pe).

IMARPE. 2004c. Anuario Científico y Tecnológico IMARPE, jan–déc. 2001. Vol. 1.

Jordán, R. 1971. Distribution of anchoveta (Engraulis ringens J.) in relation to the environment. Invest. Pesq. 35: 113–126.

Jordán, R. 1979. Recursos pesqueros y medio ambiente marino en el Océano Pacífico Oriental. Rev. Com. Perm. Pacífico Sur, 10: 189–208.

Jordán, R. 1983. Variabilidad de los recursos pelágicos en el Pacífico sudeste. In G.D. Sharp et J.Csirke (éds). Proceedings of the expert consultation to examine changes in abundance and species composition of neritic fish resources, San Jose, Costa Rica, 18–19 avril 1983. FAO Fisheries Report, No. 291(3): 113–130.

Kawasaki, T. 1983. Why do some pelagic fishes have wide fluctuations in their numbers? - Biological basis of fluctuation from the viewpoint of evolutionary ecology. In G.D. Sharp et J. Csirke (éds). Proceedings of the expert consultation to examine changes in abundance and species composition of neritic fish resources, San José, Costa Rica, 18–19 avril 1983. FAO Fisheries Report, No. 291(3): 1065–1080.

Klyashtorin, L.B. 2001. Climate change and long-term fluctuations of commercial catches: the possibility of forecasting. FAO Fisheries Technical Paper No. 410. FAO, Rome, 86 p.

Lleonart, J. et Guevara, R. 1995. Ordenación de la pesquería: Peru. Estado de la merluza, otras especies demersales y especies costeras. FAO Programa de Cooperación Técnica, FI:TCP/PER/4451, Document de terrain No.2, 90 p.

Lluch-Belda, D., Crawford, R.J.M., Kawasaki, T., MacCall, A., Parrish, R.H., Schwartzlose, R.A. et Smith, p.E. 1989. World wide fluctuations of sardine and anchovy stocks: the regime problem. S. Afr. J. Mar. Sci., 8: 195–205.

Lluch-Belda, D., Schwartzlose, R.A., Serra, R., Parrish, R., Kawasaki, T., Hedgecock, D. et Crawford, R.J.M. 1992. Sardine and anchovy regime fluctuations of abundance in four regions of the world oceans: a workshop report. Fish. Oceanogr., I, 4: 339–347.

Nigmatullin, Ch.M., Nesis, K.N. et Arkhipkin, A.I. 2001. A review of the biology of the jumbo squid Dosidicus gigas (Cephalopoda: Ommastrephidae). Fisheries Research, 54: 9–19.

Ñiquen, M., Bouchón, M., Cahuín, S. et Díaz, E. 2000. Pesquería de anchoveta en el mar peruano. 1950–1999. Bol. Inst. Mar Perú, 19(1–2): 117–123.

Parrish, R.H., Serra, R. et Grant, W.S. 1989. The monotypic sardines, sardina and sardinops: their taxonomy, distribution, stock structure and zoogeography. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 46(11): 2019–2036.

Pauly, D. et Palomares, M.L. 1989. New estimates of monthly biomass, recruitment and related statistics of anchoveta (Engraulis ringens) off Peru (4–14°S), 1953–1985, p 189–206. In D. Pauly, p. Muck, J. Mendo et I. Tsukayama (éds). The Peruvian upwelling ecosystem: dynamics and interactions. Instituto del Mar del Perú (IMARPE), Callao, Perú; Deutsche Gesellschaft fur Technische Zusammenarbeit (GTZ), GmbH, Eschborn, Federal Republic of Germany; and International Center for living Aquatic Resources Management, manila Philippines. ICLARM Conference Proceedings, 18: 438.

Pauly, D. et Tsukayama, I., 1987. The Peruvian anchoveta and its upwelling ecosystem: three decades of change. Instituto del Mar del Perú (IMARPE), Callao, Perú; Deutsche Gesellschaft fur Technische Zusammenarbeit (GTZ), GmbH, Eschborn, Federal Republic of Germany; and International Center for living Aquatic Resources Management, Manila, Philippines. ICLARM Studies and Reviews, 15: 351.

Pauly, D., Muck, p., Mendo, J. et Tsukayama, I. 1989. The Peruvian Upwelling Ecosystem: Dynamics and Interactions. Instituto del Mar del Perú (IMARPE), Callao, Pérou; Deutsche Gesellschaft fur Technische Zusammenarbeit (GTZ), GmbH, Eschborn, Federal Republic of Germany; and International Center for living Aquatic Resources Management, Manille, Philippines. Comptes rendus de la conference ICLARM, 18: 438.

Payá, I., 2003. Asesoría biológica para el manejo de la pesquería de merluza común (Merluccius gayi gayi): Evaluación del stock y análisis de riesgo. In E. Yánez (éd.). Actividad pesquera y de acuicultura en Chile, pp. 189–207. Pontificia Universidad Católica de Valparaíso, Chili.

Payá, I., Pool, H., Aguayo, M., Ojeda, V. et Céspedes, R. 2000. Estrategias de explotación en merluza del sur y congrio dorado en la zona sur austral bajo incertidumbre del tamaño y rendimiento sustentable del stock. (cité dans: Pérez, A et Buschmann A. 2003. Sustentabilidad e Incertidumbre de las principales pesquerías Chilenas. Publicaciones Oceanía, Santiago de Chile). Rapport final. Projet FIP-IT 97–14.

Payá, I., Rubilar, p., Pool, H., Céspedes, R., Reyes, H., Ehrhardt, N., Adarme, L. et Hidalgo, H. 2002. Evaluación de la merluza de cola y merluza tres aletas. (cité dans: Pérez, A et Buschmann A. 2003. Sustentabilidad e Incertidumbre de las principales pesquerías Chilenas. Publicaciones Oceanía, Santiago de Chile). Rapport final Projet FIP 2000–15, 163 p.

Pérez, A. et Buschmann, A. 2003. Sustentabilidad e Incertidumbre de las principales pesquerías Chilenas. Publicaciones Oceana, Santiago de Chile. 163p.

PRODUCE, 2002. Anuario Estadístico 2002. Oficina General de Tecnología de la Información y Estadística, Ministerio de la Producción, Lima, Pérou. 227p. (www.produce.gob.pe).

Rabí, M., Yamashiro, C. et Quiroz, M. 1996. Revisión de la biología y pesquería del recurso chanque Concholepas concholepas (Bruguiere, 1789) (Mollusca: gastropoda: Muricidae) Inf. Prog. Inst. Mar Perú, 31: 3–23.

Rasmusson, E.M. et Carpenter, T.H. 1982. Variations in tropical sea surface temperature and surface wind fields associated with the Southern Oscillation/El Niño. Mon. Wea. Rev., 110: 354–384.

Rodhouse, p.G. 2001. Managing and forecasting squid fisheries in variable environments. Fisheries Research, 54: 3–8.

Salazar, C., Martínez, C., Mendieta, J. et Böhm, G. 1984. Evaluación del recurso sardina española (Sardinops sagax musica) de la zona norte de Chile, por análisis de Población Virtual. Invest. Pesq. (Chile), 31: 3–16.

Samamé, M., Castillo, J. et Mendieta, A. 1985. Situación de las pesquerías demersales y los cambios durante «El Niño».In W. Arntz, A. Landa et J. Tarazona (éds). «El Niño». Su impacto en la fauna marina, pp. 153–158. Bol. Inst. Mar Perú, Vol. Extraord. 222p.

Schaefer, M.B. 1967. Dynamics of the fishery for the anchoveta Engraulis ringens, off Peru. Bol. Inst. Mar Perú, Callao, 5(Vol.1): 265–304.

Schwartzlose, R.A., Alheit, J., Bakun, A., Baumgartner, T., Colte, R., Crawford, R.J.M., Fletcher, W.J., Green-Ruiz, Y., Hagen, E., Kawasaki, T., Lluch-Belda, D., Lluch-Cota, S.E., MacCall, A., Matsuura, Y., Nevarez-Martínez, M.O., Parrish, R.H., Roy, C., Serra, R., Shust, K.V., Ward, M.N. et Zuzunaga, J. 1999. Worldwide large-scale fluctuations of sardine and anchovy populations. S. Afr. J. Mar. Sci., 21: 289–347.

Schweigger, E. 1964. El litoral peruano (2de édition). Universidad Nacional Federico Villarreal, Lima, Pérou, 435p.

Serra, R. 1983. Changes in the abundance of pelagic resources along Chilean coast. In G.D. Sharp et J. Csirke (éds). Proceedings of the expert consultation to examine changes in abundance and species composition of neritic fish resources, San Jose, Costa Rica, 18–19 avril 1983. FAO Fisheries Report, No. 291(3): 255–284.

Serra, R. 1991. Important life history aspects of the Chilean jack mackerel, Trachurus symmetricus murphyi. Invest. Pesq., Chili, 36: 67–83.

Serra, R. et Tsukayama, I. 1988. Sinopsis de datos biológicos y pesqueros de la sardina Sardinops sagax (Jenyns, 1842) en el Pacífico suroriental. FAO Sinopsis sobre la pesca 13.

Serra, R. et Zuleta, A. 1982. Antecedentes biológico pesqueros de los recursos pelágicos de la pesquería de la zona norte, con énfasis en la sardina española. Subsecretaría de Pesca, Santiago, Chili. Rapport interne.

Sharp, G.D. et Csirke, J. (éds). 1983. Proceedings of the expert consultation to examine changes in abundance and species composition of neritic fish resources, San José, Costa Rica, 18–19 avril 1983. FAO Fisheries Report, No. 291 (Vols 2 et 3): 1–1224.

Strub, p. T., Mesías, J., Montecino, V., Rutlant, J. et Salinas, S. 1998. Chapitre 10. Coastal ocean circulation off western South America, coastal segment (6, E). In A.Robinson et K. Brink (éds). The Sea . John Wiley et Sons, Inc.

Tsukayama, I. 1966. El número de branquispinas como carácter diferencial de sub-poblaciones de anchoveta (Engraulis ringens Jenyns) en la costa del Perú. In Memorias 1er. Seminario Latino-Americano sobre el Océano Pacífico Oriental, pp. 139–145. Universidad Nacional Mayor de San Marcos, Lima, Pérou.

Tsukayama, I. 1983. Recursos pelágicos y sus pesquerías en el Perú. Rev. Com. Perm. Pacífico Sur, 13: 25–63.

Valdivia, J. 1978. The Anchoveta and El Niño. Rapp.P.-v. Réun. Cons. Int. Explor. Mer., 173: 196–202.

Yañez, E., Barbieri, M.A. et Silva, C. 2003. Fluctuaciones ambientales de baja frecuencia y principales pesquerías pelágicas chilenas. In E. Yánez (éd.). Actividad pesquera y de acuicultura en Chile, pp. 109–121. Pontificia Universidad Católica de Valparaíso, Chili.

Zuta, S., Tsukayama, I. et Villanueva, R. 1983. El ambiente marino y las fluctuaciones de las principales poblaciones pelágicas de la costa peruana. In G.D.Sharp et J. Csirke (éds). Proceedings of the expert consultation to examine changes in abundance and species composition of neritic fish resources, San José, Costa Rica, 18–19 avril 1983. FAO Fisheries Report, No. 291(3): 179–254.

Zuzunaga, J. 1985. Cambios del equilibio poblacional entre la anchoveta (Engraulis ringens) y la sardina (Sardinops sagax) en el sistema de afloramiento frente al Perú. In W. Arntz, A. Landa et J. Tarazona (éds). «El Niño». Su impacto en la fauna marina, pp. 107–117. Bol. Inst. Mar Perú, Vol. Extraord. 222p.

B16. RÉGION DES ÎLES DU PACIFIQUE

Robert D. Gillett *

INTRODUCTION

Cette section concerne une zone du Pacifique qui couvre la moitié orientale de la zone statistique 71 de la FAO et la partie nord de la zone statistique 77 de la FAO et constitue une région de pêche à part (Figure B16.1), avec de nombreux pays et territoires insulaires membres de la Commission du Pacifique Sud (CPS). Cette étude est largement extraite d'un rapport antérieur sur la zone (Gillett, 2002).

Figure B16.1 - ZEE des pays et territoires insulaires du Pacifique et zone statistique de la SPC

Figure B116.1

Les entités politiques des îles du Pacifique sont caractérisées par de vastes zones économiques exclusives (ZEE) et des superficies terrestres en général très petites. La superficie totale des ZEE de la région est estimée à 30569000 km2, soit environ 28 pour cent de la superficie des ZEE du monde. La superficie des terres est estimée à 552789 km2, dont 461690km2 (84 pour cent) rien que pour la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

D'une manière générale, la taille des îles augmente en allant vers l'ouest. La plupart des îles montent en pente abrupte à partir du fonds des océans et ont une superficie de plateau continental très limitée. Elles sont généralement entourées de récifs coralliens, soit en bordure du littoral (récifs frangeants) soit plus au large (récifs barrières), ces derniers formant alors un lagon côtier fermé. La zone comprend de nombreux atolls, vestiges des récifs barrières d'îles qui se sont enfoncées. Quelques-unes des îles les plus récentes de la zone sont dépourvues de récifs coralliens. Des forêts de mangrove bordent souvent les côtes, en particulier des plus grandes îles, et fournissent un habitat aux juvéniles de nombreuses espèces de poissons comestibles importantes.

Comme la majorité des îles sont petites, il y a peu de grands plans d'eau douce dans la sous-région et seules quelques-unes des plus grandes îles de la Mélanésie ont des cours d'eau et des lacs de quelque importance. Du fait de leur superficie terrestre généralement limitée, les écoulements d'eau douce et d'éléments nutritifs provenant des îles sont limités, de sorte que les eaux marines qui les entourent sont pauvres en nutriments. Les eaux profondes de la zone sont généralement claires et peu productives. Au niveau des zones de contact entre les courants et dans d'autres zones localisées, se produisent des upwellings qui ont des incidences notables sur l'exploitation des ressources marines.

Le fait que les terres de la région soient dispersées sur une si vaste zone maritime a plusieurs incidences sur la gestion des pêches. En ce qui concerne les ressources côtières, la présence de nombreuses petites îles, avec les zones côtières et les récifs coralliens qui leur sont associés, très éloignées les unes des autres et parfois séparées par des profondeurs abyssales, fait que de nombreuses espèces à dispersion larvaire limitée peuvent être gérées de manière efficace comme des unités de stocks. En revanche, la gestion des stocks partagés d'espèces de grands migrateurs, comme les thons, ne peut être efficace que si elle relève de plusieurs pays. La présence de vastes étendues d'eaux internationales (haute mer) au milieu des ZEE de la région rend l'aménagement des pêcheries très complexe.

Dans le cadre des services qu'il rend à ses États Membres, le Secrétariat de la Communauté du Pacifique (SCP, ex-Commission du Pacifique Sud, http://www.spc.int) rassemble régulièrement des statistiques détaillées sur les pêches maritimes. L'essentiel de ce chapitre se fonde sur ces statistiques et sur d'autres estimations produites sous diverses formes par l'Organisme des pêches du Forum du Pacifique Sud (FFA) et la Banque asiatique de développement (BAsD), qui utilisent leurs propres critères de classement des zones statistiques, qui ne correspondent ni à la région du SPC (Figure B16.1) ni aux zones statistiques de la FAO.

Plusieurs zones géographiques différentes sont utilisées pour décrire la «région» aux fins des pêches. Ces zones sont, par ordre de taille décroissant: l'océan Pacifique Centre-Ouest, la zone du Traité sur le thon du Pacifique Sud avec les États-Unis, la zone statistique du SCP, la zone statistique 71 de la FAO, la zone du SCP et les ZEE des États insulaires du Pacifique membres de la FFA. Depuis 1999, le SCP fournit généralement un rapport régional sur le thon pour l'Océan Pacifique Centre-Ouest (OPCO). Sauf précision contraire, les informations ci-après sur les captures régionales de thon se rapportent à l'OPCO.

Figure B16.2 Limite entre le Pacifique Ouest et Central utilisée par le FFA

Figure B16.2

Ressources halieutiques

Les ressources halieutiques de la région peuvent en gros être divisées en deux grandes catégories, à savoir les ressources océaniques et les ressources côtières.

Les pêcheries

Les pêcheries des îles du Pacifique peuvent être classées selon divers critères, le plus classique étant l'échelle des opérations:

On estime qu'environ 25 000 embarcations non motorisées et 17 000 navires de pêche motorisés opèrent dans la région des îles du Pacifique (McCoy, 1991). Cette flottille comprend aussi bien de simples barques que des senneurs sophistiqués de plus de 70 mètres de long, souvent équipés d'hélicoptères.

La distinction entre pêcherie commerciale et pêcherie de subsistance devient de plus en plus floue dans de nombreuses zones au fur et à mesure que les économies rurales se monétisent et qu'augmentent les quantités de produits marins vendues contre des espèces. En outre les produits d'exportation de la principale pêcherie côtière (troques et concombres de mer) sont exploités selon des méthodes qui tiennent plus de la pêche de subsistance que de la pêche commerciale.

La pêcherie la plus importante est celle de thons, avec une production près de dix fois plus élevée en volume et plus de sept fois plus élevée en valeur que la production totale combinée de toutes les autres pêcheries de la région (TableauB16.1). La valeur débarquée des captures de thon provenant de la région a été estimée à environ 375millions de dollars EU en 1982 (Clark, 1983), 1,2 milliards de dollars EU en 1993 (Banque mondiale, 1995), 1,6 milliard de dollars EU en 1994 (FFA, 1995), 1,7 milliard de dollars EU en 1995 (FFA, 1996) et 1,9 milliard de dollars EU en 1998 (Van Santen et Muller, 2000).

Coopération régionale en matière de pêche

Figure B16.3 - Captures de thons dans le Pacifique Ouest et Centre 1971–2001 ('000t)

Figure B16.3

Source SPC

Tableau B16.1 Production estimée, en volume et en valeur, des pêcheries des îles du Pacifique, 1999
(extrait de Gillett et al., 2001)

CatégorieVolume (t)Valeur ($EU)
P. industrielle thons1 074 1131 900 000 000
Crevette9469 043 618
P. commerciales83 914179 914 623
P. de subsistance24 32781 800 664
Total1 183 3002 170 758 905

La coopération, encouragée par les organisations régionales, est un trait caractéristique de la gestion des pêches dans les îles du Pacifique. La région a trois principales organisations compétentes en matière de pêche et plusieurs autres qui ont un rôle moins central:

En outre, des programmes régionaux importants pour les pêches sont gérés par l'Université du Pacifique Sud (UPS), la Commission océanienne de recherches géoscientifiques appliquées (SOPAC) http://www.sopac.org.fj/ , et le Secrétariat du Forum.

RESSOURCES OCÉANIQUES

État des ressources

Environ 1,6 million de tonnes de thons, plus un volume non déterminé de prises accessoires, ont été capturées dans le Pacifique occidental et central chaque année durant la décennie 90. Selon le Comité directeur du SCP sur les thons et les marlins (Lewis et Williams, 2002), les captures totales de thons sont estimées à 2005000 tonnes en 2002, soit le plus haut niveau enregistré depuis 1998, et les captures étaient principalement constituées de quatre espèces (Figure B16.3) http://www.spc.int/ OceanFish/.

Le listao représente les deux tiers des quatre principales espèces de thon présentes dans les captures de l'OPCO. D'après les meilleures estimations disponibles, en 2002 les prises de listao ont été de l'ordre de 1,32 million de tonnes (un record sans précédent), en majorité pêchées par les flottilles de senneurs (70 pour cent). D'après les indicateurs disponibles (pêche à la senne, pêche à la ligne) les taux de captures varient au fil du temps dans cette pêcherie.

Les captures d'albacore ont progressé depuis les années 80, où la pêche à la senne a commencé à connaître un développement significatif dans la région OPCO. Depuis 1990, les captures ont oscillé entre 320000 tonnes (1996) et 500000 tonnes (1998). En 1999, les conditions défavorables sur le marché des poissons pêchés à la senne ont incité à réduire l'effort de pêche et les captures avec ce type d'engin. En outre, la même année, la production d'albacores pêchés à la palangre est tombée à son plus bas niveau en près de 30 ans, à 52580 tonnes. Le volume total des captures de 2002 a été estimé à 446000 tonnes, en majorité produites par des senneurs. Les taux de capture des flottilles de senneurs restent variables, sans afficher de tendance précise, dans les séries de données chronologiques disponibles.

Le thon obèse représente une part relativement faible (6 pour cent) des captures totales de thons dans l'OPCO mais ce poisson a une valeur économique notable (approximativement 1 milliard de dollarsEU par an). Les captures totales estimées du Pacifique ont atteint un pic de 221288 tonnes en 2002, dont 96062 tonnes dans l'océan Pacifique Centre-Ouest et 73821 tonnes dans l'océan Pacifique Est.

Figure B16.4 Localisation de la poche d'eau chaude (isotherme 29°C) et captures des senneurs américains pendant les épiso des La Niña
(haut) et El Ninño (bas) (d'après Lehodey et al., 1997)

Figure B16.4

Les débarquements de germon du Pacifique Sud ont été estimés à 51473 tonnes en 2001, soit une légère baisse par rapport à 1998, où ils avaient atteint 52414 tonnes. En 2001, les captures ont atteint des niveaux records, avec 45708 tonnes pour la pêche à la palangre et 5765 tonnes pour la pêche aux lignes traînantes. Dans plusieurs pays insulaires du Pacifique, les captures de germon ont enregistré une progression continue depuis dix ans, avec des records individuels en 2001 pour les îles Fidji (7791 tonnes), Samoa (4820 tonnes), la Polynésie française (4261 tonnes) et les Samoa américaines (3253 tonnes). Ces captures représentent environ 45 pour cent de la production totale des pêcheries de germon du Pacifique Sud, en 2001.

Figure B16.5 - Captures de thons par régions ('000t)

Figure B16.5

D'une manière générale, les principaux stocks de thon sur lesquels repose la pêcherie sont aujourd'hui considérés comme surexploités. En outre, des scientifiques du SCP estiment que les captures de listao pourraient être augmentées. En revanche, les captures de thon obèse semblent être dans une phase déclinante.

Comme la plupart des autres méthodes de pêche, la pêche thonière industrielle entraîne la capture d'espèces non ciblées ou accessoires, telles que: marlins, voiliers, mahimahi, thazard-bâtard et autres espèces appréciées de ceux qui pratiquent la pêche sportive; requins (ce qui suscite des préoccupations croissantes, car il sont très vulnérables à la pêche); et reptiles, mammifères et oiseaux marins parfois menacés d'extinction ou officiellement protégés dans certaines juridictions.

Les captures accessoires dans les pêcheries de thon de la région suscitent des préoccupations croissantes, en raison des engagements pris dans les traités internationaux et dans les accords internationaux non contraignants, de l'attention croissante d'organisations environnementales non gouvernementales pour ce problème et de la fermeture en 2000 de la pêcherie palangrière d'espadons, à Hawaï. De l'avis général, une connaissance plus approfondie de la situation, reposant sur une extension des programmes d'observateurs, est fondamentale pour prendre des décisions d'aménagement en connaissance de cause, à l'avenir.

Une grande partie des captures des senneurs thoniers de la région proviennent du Pacifique équatorial. Cette région se caractérise par une température élevée de la mer en surface, ce qui lui a valu le nom de Bassin d'eau chaude du Pacifique occidental.

Le bassin d'eau chaude du Pacifique occidental

Le Bassin d'eau chaude du Pacifique occidental est l'une des 56 provinces biogéochimiques définies par Longhurst (1995), qui répond à la définition de Grand écosystème marin (GEM), à savoir une zone de 200 000 km2 ou plus, caractérisée par une bathymétrie, une hydrographie et une productivité distincte et par des populations trophiquement dépendantes (Figure B16.4). Les GEM ont été décrits comme des unités régionales pour un aménagement des pêcheries conforme aux principes de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) et ils peuvent servir de cadre pour l'application des engagements de la CNUED (Lehodey et al ., 1997).

Le Bassin d'eau chaude est une zone peu productive qui peut s'étendre sur 80° de longitude et a la température la plus élevée de toutes les mers du monde à la surface. On estime que pratiquement 100pour cent des captures des senneurs, 90 pour cent de celles des canneurs et 60 pour cent de celles des palangriers-thoniers de la région en proviennent. Ce bassin a des limites dynamiques qui changent en fonction des caractéristiques océanographiques. Le bassin d'eau chaude peut être déplacé de plus de 40° de longitude (près de 4 000 km) en moins de 6 mois, par le phénomène ElNiño/La Niña. L'abondance et la production de thons se déplacent aussi d'est en ouest, sous l'effet du même phénomène et la localisation géographique exacte des captures de la flottille de senneurs des États-Unis peut être prévue plusieurs mois à l'avance, sur la base des déplacements d'est en ouest de l'isotherme 29°C, et de la variation de l'indice de l'oscillation australe (qui mesure la différence de pression barométrique entre le Pacifique oriental et le Pacifique occidental).

Le Bassin d'eau chaude constitue une unité écologique fonctionnelle importante pour toute la planète, qui inclut les stocks de poissons, leurs proies, leurs prédateurs et divers facteurs physiques. En plus des éléments de l'écosystème les plus évidents, qui sont exploités à des fins commerciales, il existe de nombreux autres organismes exploitables à d'autres niveaux trophiques (plancton, poissons, requins, mammifères et oiseaux marins). L'exploitation des ressources du Bassin d'eau chaude deviendrait plus durable si les diverses composantes de l'écosystème étaient étudiées et gérées comme un ensemble cohérent, plutôt que séparément.

Les pêches hauturières

Il existe quatre grandes zones de pêche au thon dans le monde, qui sont les pêcheries des îles du Pacifique (plus de 1 million de tonnes par an), du Pacifique oriental (525000 tonnes par an en moyenne), de l'Afrique occidentale (385000 tonnes) et de l'océan Indien occidental (450000tonnes). La pêcherie des îles du Pacifique fait figure de géante à côté des trois autres (Figure B16.5), par le volume de sa production, et comme une grande partie des captures sont destinées au marché du sashimi, qui a une valeur marchande élevée, la valeur relative du thon des îles du Pacifique est encore plus grande.

Tableau B16.2 Montant estimé des droits de pêche (en milliers de dollars EU)

 PalangriersSenneursCanneursTotal
Japon5 1289 1991 40515 732
États-Unis d'A.016 693016 693 026
Rép. de Corée34926 25009 742
Prov. chinoise de Taïwan2 09910 642012 741
Chine50000500
Accords EFM 105790579 357
Autres904 20004 290
Total11 30947 5631 40560 277

1 Accord des États Fédérés de Micronésie garantissant un accès préférentiel aux senneurs des pays insulaires du Pacifique, membres de la FFA. Source: Gillett et al. (2001).

La pêche industrielle du thon est principalement pratiquée par des flottilles hauturières de pays comme la Chine, le Japon, la province chinoise de Taïwan, la Corée, les Philippines et les États-Unis d'Amérique. D'après les estimations de la FFA, une organisation régionale des pêches basée aux îles Salomon, 949 navires de pêche étrangers (716 palangriers, 194 senneurs et 39 canneurs) étaient munis d'une licence pour pêcher dans la région, en août 2000.

Pour pêcher dans les zones économiques exclusives des États insulaires du Pacifique, ces navires acquittent des droits, qui représentent souvent une part significative des recettes totales des gouvernements. Les montants estimés des droits de pêche versés aux pays insulaires du Pacifique en 1999 sont récapitulés dans le Tableau B16.2.

Dans les années 70 et 80, peu de pays insulaires du Pacifique pêchaient le thon à l'échelle industrielle mais ils sont maintenant plus nombreux à le faire depuis l'établissement de petites pêcheries palangrières de thon obèse et d'albacore de qualité sashimi. Les captures nominales attribuées aux pays insulaires du Pacifique ont aussi augmenté grâce à la réimmatriculation de navires de pêche à la palangre et à la senne coulissante venant d'Asie, dans des pays de la région.

Dans l'Océan Pacifique central et occidental, les principaux engins utilisés pour la pêche industrielle sont les sennes coulissantes, les palangres, les cannes et les lignes traînantes. La majorité des captures sont effectuées par des navires d'Asie ou des États-Unis. En 2002, 56 pour cent du volume total des poissons capturés a été pêché à la senne coulissante, alors que les parts des canneurs et des palangriers ont respectivement été de 17 pour cent et de 12 pour cent (Figure B16.6), le reste étant pêché à la traîne ou d'autres méthodes artisanales.

Bien que les navires opérant à la senne coulissante aient pêché plus des trois quarts du volume total des poissons capturés en 1998, cela ne représentait que 59 pour cent de la production totale, en valeur, alors que la part des palangriers était de 11,5 pour cent du volume total mais de 27,5 pour cent de la valeur totale (Van Santen et Muller, 2000). La majorité des thons pêchés à la senne sont destinés aux conserveries, alors que le thon pêché à la palangre est principalement écoulé sur le marché très prisé du sashimi, au Japon. Il existe cinq conserveries de thon dans la région: deux à Pago Pago dans les Samoa américaines, une à Levuka, à Fidji, une à Noro dans les îles Salomon, et une à Madang en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

La pêche au thon procure des recettes aux gouvernements de la région et des emplois aux habitants des îles du Pacifique mais la région pourrait en retirer beaucoup plus d'avantages. Moins de 0,25 pour cent des captures provenant de la pêcherie de thon de la région sont écoulés sur les marchés alimentaires des pays insulaires du Pacifique, malgré la grande quantité de poissons rejetée en mer (espèces indésirables ou thons trop petits). Les droits versés par les pays pratiquant la pêche en eaux lointaines pour accéder aux ressources thonières représentent moins de 4 pour cent de la valeur de leurs captures et peu de membres de l'équipage des navires-thoniers industriels opérant dans la région sont des ressortissants des îles. L'un des objectifs de développement que se sont fixés de nombreux pays de la région est d'accroître les profits qu'ils retirent de leurs ressources thonières.

Figure B16.6 - Captures de thons dans le Pacifique Ouest et Centre par engin ('000t)

Figure B16.6

Source SPC

Gestion des pêches

Avec le nouveau régime du droit de la mer et la proclamation des zones économiques exclusives de 200 milles, les pays insulaires du Pacifique ont acquis plus de pouvoir et de responsabilité pour gérer leurs ressources halieutiques. La taille de l'ensemble de leurs ZEE et une approche d'aménagement à forte connotation régionale leur ont permis, petit à petit, d'exercer un contrôle croissant sur les activités de pêche internationales de la région.

Bien que la pêche au thon soit une activité d'un grand rapport, bon nombre des avantages ont jusqu'à présent échappé à la région et les mesures prises par les pays insulaires du Pacifique pour tenter d'améliorer cette situation ont surtout consisté à augmenter les recettes provenant des licences de pêche et, plus récemment, à promouvoir une plus grande participation intérieure à la pêche industrielle et aux activités de service connexes, notamment en créant des emplois locaux. Bon nombre de ces initiatives ont été prises au niveau régional, principalement par l'entremise de l'Organisme des pêches du Forum du Pacifique Sud (FFA).

Les accords de gestion actuels incluent un traité multilatéral avec les États-Unis, le traité de Nioué relatif à la surveillance régionale, les clauses et conditions minimales harmonisées des accords d'accès bilatéraux, une interdiction du transbordement des captures en mer, des programmes d'observateurs efficaces pour contrôler les données biologiques et le respect des règlements et l'introduction d'un système obligatoire de surveillance par satellite des navires.

Ces dernières années, l'aménagement a aussi été recentré sur la durabilité des ressources, un changement qui a été motivé par l'augmentation de l'effort et des captures (en particulier dans quelques zones) et par les prescriptions de l'Accord de mise en œuvre de la Convention des NationsUnies sur le droit de la mer. La première initiative d'aménagement des pêcheries de la région orientée vers la conservation a été l'Accord de Palau pour l'aménagement de la pêcherie à la senne coulissante du Pacifique occidental. L'arrangement, entré en vigueur en novembre 1995, a plafonné le nombre de licences de pêche à la senne pouvant être attribuées par les sept pays insulaires du Pacifique adhérant à l'accord.

Au cours des années récentes, la plupart des pays insulaires du Pacifique ont formulé des plans de gestion des thons, le plus souvent avec le concours de l'Organisme des pêches du Forum du Pacifique Sud et avec un financement du Canada. Ces plans ont servi de catalyseurs dans de nombreux pays, en permettant la sensibilisation aux problèmes d'aménagement de ces pêcheries.

Après quatre ans de négociations difficiles avec les États côtiers de l'OPCO et les États pêchant dans cette région, la Convention sur la conservation et l'aménagement des stocks de poissons grands migrateurs dans l'ouest et le centre de l'Océan Pacifique a été mise en vigueur à la signature en septembre2000. http://www.ocean-affairs.com/ . Cette Convention a pour objectif de garantir, grâce à une gestion efficace, la conservation à long terme et l'utilisation durable des stocks de poissons grands migrateurs dans cette région du Pacifique. À cette fin, la Convention établit une Commission pour la conservation et la gestion des stocks de poissons grands migrateurs dans le Pacifique central et occidental. La Convention s'applique à toutes les espèces de poissons grands migrateurs de la zone couverte par la Convention, à l'exception des balaous.

RESSOURCES CÔTIÈRES

Les ressources des pêcheries côtières sont vitales pour les îles du Pacifique. La nutrition, le bien-être, la culture, l'emploi et les activités récréatives reposent en grande partie sur les ressources marines vivant entre le rivage et les récifs externes de la région. Le maintien des modes de vie actuels, les possibilités de développement futures et la sécurité alimentaire dépendent dans une très large mesure des ressources halieutiques côtières.

Bien qu'elles paraissent minuscules, aussi bien en volume qu'en valeur, à côté des pêcheries hauturières de thon, les pêcheries côtières fournissent à la région l'essentiel de ses approvisionnements en poissons non importés, d'où leur rôle crucial dans la sécurité alimentaire. Une gamme très diversifiée de poissons, d'algues et d'invertébrés est capturée dans ces pêcheries par des milliers de pêcheurs opérant pour leur subsistance, à l'échelle artisanale ou commerciale, dans toute la région. Àla différence de la pêcherie de thons, pratiquement tous les poissons capturés dans les eaux côtières sont pêchés par les ressortissants des îles et très peu de navires étrangers ont accès à ces ressources.

Les rares statistiques sur les pêches côtières directement disponibles sont généralement peu fiables. Les estimations de production actuelles sont tout à fait approximatives et dérivées de recensements agricoles, d'enquêtes auprès des ménages ou d'études sur la nutrition. Selon Visser (2001), qui a examiné les statistiques des pêches de la région, la pêche de subsistance n'est pratiquement jamais incluse dans les statistiques nationales et, quand elle l'est, la pêche artisanale est seulement couverte en partie par les centres administratifs, les données étant ensuite extrapolées à l'ensemble de la nation.

Afin de promouvoir une meilleure information sur les pêcheries côtières de la région, Dalzell, Adams et Polunin, (1996) ont consulté les diverses sources disponibles à l'époque pour estimer, de concert, les débarquements des pêcheries côtières dans chaque pays insulaire du Pacifique. Gillett et Lightfoot (2002) ont mis à jour ces estimations pour les 14 pays indépendants de la région (Tableau B16.3).

Tableau B16.3 Production annuelle estimée des pêcheries côtières dans les pays insulaires du Pacifique
(Dalzell et al., 1996, Gillett et Lightfoot, 2002)

PaysProduction des pêcheries (tonnes)
SubsistanceCommercialesTotal
Samoa américaines21552267
Îles Cook79580875
États Fédérés de Micronésie5 0005 00010 000
Fidji21 6009 32030 920
Polynésie française3 6912 3526 043
Guam472118590
Kiribati10 0006 00016 000
Îles Marshall2 8004443 244
Nioué19412206
Nauru110315425
Nouvelle Calédonie2 5009813 481
Mariannes septentrionales2 8251412 966
Palau1 2508652 115
Papouasie-Nouvelle-Guinée26 0005 50031 500
Îles Pitcairn808
Samoa4 2932 8767 169
Îles Salomon13 0003 20016 200
Tokelau1910191
Tonga2 8634 14 1737 036
Tuvalu8802201 100
Vanuatu2 7002302 930
Wallis & Futuna621296917
Total1 02 00842 1751 441 483

* Les estimations en caractères gras ont été mises à jour en 2001.

Consommation de poissons côtiers

Si l'on exclut la Papouasie-Nouvelle-Guinée, dont la population est essentiellement continentale, la consommation régionale par habitant dans les zones côtières est de l'ordre de 35 kg par an, un chiffre relativement élevé par rapport à d'autres régions. Dans quelques pays (par exemple Tuvalu, Kiribati, Tokelau) la dépendance à l'égard des poissons côtiers pour l'alimentation est parmi les plus élevées du monde. Dans quelques îles périphériques, on estime que la consommation de poisson par habitant est supérieure à 200 kg par an. D'après les données de la FAO, le poisson (qui provient en grande majorité des zones côtières) représente 38,7 pour cent de la ration totale de protéines animales dans la région des îles du Pacifique, ce qui est très supérieur à la moyenne mondiale (16, 1 pour cent).

Tableau B16.4 Estimations historiques de la production des pêcheries côtières et de l'approvisionnement en poissons

PériodeProduction des pêcheries côtières (tonnes)Population (en milliers d'hab.)Approvisionnement en poissons côtiers/hab. (kg)Source
196031 4203 15010.0Van Pel (1961)
Fin années 7055 1304 41012.5Crossland et Grandperrin (1979)
Début années 90108 2426 06817.8Dalzell et Adams (1994)

D'une manière générale, la consommation de poisson est une tradition solidement ancrée parmi les habitants des îles du Pacifique, qui donnent la préférence à cet aliment souvent au mépris d'autres considérations économiques, en particulier en Micronésie et en Polynésie. Les gens achètent souvent du poisson frais, même s'il coûte plus cher que les aliments de substitution - principalement queues de dinde, viande en conserve ou bas morceaux de mouton importés. Il est intéressant de noter que l'importance des ressources côtières comme source de nourriture ne fait apparemment que croître. Le tableauB16.4, présente les résultats de trois études qui indiquent que cette tendance augmente.

Pêcheries de subsistance

Dans la région des îles du Pacifique, environ 102000 tonnes par an sont capturées aux fins de la subsistance, soit environ 70 pour cent de la production halieutique totale des eaux côtières. Dans quelques pays, plus de 80 pour cent des captures côtières proviennent du secteur de subsistance. Dans tous les États insulaires du Pacifique, les pêches de subsistance contribuent dans une très large mesure à la sécurité alimentaire, à l'équilibre nutritionnel des ménages et à la substitution des importations. La contribution des pêches de subsistance au produit intérieur brut est vraiment importante dans un certain nombre de pays insulaires du Pacifique (Gillett et Lightfoot, 2002). À Samoa, la «pêche non monétaire» représente environ 5 pour cent du PIB, alors qu'à Tuvalu, la part de la «pêche non destinéé sur le marché» est de l'ordre de 7 pour cent.

Une récente étude économique régionale (Banque mondiale, 2000a) a évalué la production annuelle (destinée à la subsistance) de poissons, crustacés et coquillages, en équivalent protéines, à 6,7 millions de dollars EU à Fidji, 18 millions de dollars EU à Kiribati, 13,9 millions de dollars EU aux îles Salomon et 14,7 millions de dollars EU à Vanuatu.

Malgré cette importance économique, les gouvernements de la région n'ont généralement guère accordé d'attention au secteur des pêches de subsistance. Les études, les initiatives de développement et les efforts d'aménagement des organismes gouvernementaux des pêches tendent à être orientés vers le secteur des pêches commerciales. Presque tout ce que l'on sait sur les pêches de subsistance de la région nous vient des ONG, des universités, des programmes féminins, des agents de nutrition et des organisations régionales ou internationales.

Les pêches de subsistance exploitent généralement des espèces très diverses, dont des poissons, des mollusques, des crustacés, des algues et d'autres groupes. Ainsi, Zann (1992) signale que dans les Samoa occidentales, les pêches de subsistance exploitent 500 espèces. Dans une étude récente (Banque mondiale, 2000b), les habitants de villages côtiers de cinq pays de la région ont été invités à désigner les ressources côtières qu'ils considéraient comme les plus importantes (Tableau B16.5).

Tableau B16.5 Principales ressources côtières dans quelques pays insulaires du Pacifique

PaysPrincipales ressources côtières
(par ordre d'importance décroissant)
FidjiPoissons classiques, concombre de mer, poulpe, algues, langouste, crabe de palétuvier et mollusques bivalves divers.
TongaPoissons classiques, poulpe, langouste, concombre de mer, turbot, tridacne géante , algues et arche.
SamoaPoissons classiques (en particulier chirurgien, mérou, mulet, carangidés, Chimère commune), poulpe, tridacne géante, concombre de mer, turbot et crabe.
Îles SalomonPoissons classiques, concombre de mer, troque, tridacne géante, langouste, turbot et mangroves
PalauPoissons classiques, tridacne géante, crabe de palétuvier, langouste, tortue et concombre de mer.

La pêche de subsistance tend à être plus importante dans les zones rurales mais avec la monétisation croissante des économies rurales, la quantité de poissons vendus contre des espèces s'accroît et la pêche est de moins en moins pratiquée pour nourrir la famille ou pour remplir des obligations sociales et de plus en plus pour obtenir un revenu. Dans les îles du Pacifique, la pêche de subsistance a des caractéristiques spécifiques: connaissances spécialisées souvent transmises de génération en génération, opérations basées sur la main d'œuvre auxquelles participe parfois la communauté tout entière, partage des captures entre les membres de la communauté, restrictions/prohibitions sociales et spécialisation des tâches, en fonction du sexe.

En général, les femmes participent aux activités pratiquées près du rivage comme la pêche à pied sur le récif, la récolte d'invertébrés et la préparation d'aliments avec les produits de la pêche, alors que les hommes tendent à se réserver les activités plus pénibles pratiquées plus loin des côtes, comme la pêche de grosses espèces de poissons et la plongée. Toutefois, plusieurs observateurs qui ont examiné la situation des pêches de subsistance dans la région des îles du Pacifique estiment que les activités des femmes contribuent plus à l'alimentation familiale que celles des hommes.

Plusieurs projets de développement ont tenté de faire une plus grande place à la commercialisation dans les communautés vivant de la pêche de subsistance mais généralement sans grand succès. Concernant la situation de la commercialisation du poisson dans de nombreux pays insulaires du Pacifique, Carleton (1983) conclut que la structure de base du secteur de subsistance ne permet pas de garantir aux communautés urbaines des approvisionnements en poissons réguliers et suffisants pour répondre à leur demande.

Pêcheries côtières commerciales

Par rapport aux pêcheries de subsistance, les pêcheries côtières commerciales sont plus petites et capturent une gamme plus restreinte d'espèces mais elles sont loin d'être négligeables. Par exemple, plus de 100 espèces de poissons et 50 espèces d'invertébrés sont incluses dans les statistiques sur le marché du poisson aux Fidji. Les pêcheries commerciales de la région produisent toute une gamme de produits, dont des poissons de récifs ou du pied du talus (environ 43 pour cent du poids total), des poissons pélagiques côtiers (18 pour cent), des coquillages (troques, burgaus, huîtres perlières) (9pourcent), des crustacés (8 pour cent), des concombres de mer (7 pour cent) et des poissons d'estuaires (6 pour cent).

Une bonne partie de la production commerciale des eaux côtières des îles du Pacifique est destinée à l'exportation. En général, la région exporte des produits de grande valeur (TableauB16.6) et importe surtout des produits alimentaires à bas prix, comme le maquereau en boîte. Beaucoup de produits d'exportation traditionnels sont même capturés par des artisans pêcheurs avec des méthodes typiques de la pêche de subsistance, puis transformés dans les maisons et vendus à des intermédiaires qui les revendent en gros, après une transformation plus poussée.

Tableau B16.6 Exportations annuelles estimées des principaux produits des pêcheries côtières de la région des îles du Pacifique (données du SCP)

ProduitVolume
Concombre de mer1500 t (poids sec, équivalent à 15 000 T, en poids vif)
Troque2300 t de coquillages
Huître perlière400 t (principalement coquillages de culture)
PerlesEnviron 1 tonne, d'une valeur de plus de 100 millions de $ EU
Vivaneaux (principalement Tonga)300 t
Tridacne géante (principalement Fidji)20 t de muscles adducteurs
Mérous vivantsInconnu, mais en hausse
Poissons d'aquariumPetit tonnage, mais valeur relativement élevée

Dans la région, les efforts de développement des pêches ont été largement orientés vers les produits d'exportation. L'augmentation de la demande mondiale de produits de la pêche et la hausse des prix qui en découle, ne feront que stimuler encore les exportations. Or la poursuite de cette tendance serait plutôt inquiétante. Quelques pêcheries axées sur l'exportation ont compromis les sources d'alimentation traditionnelles (par exemple, les exportations de tridacne géante) parfois même avec des effets nuisibles (ventes de poissons vivants à l'Asie). Dans certains cas, seuls quelques individus tirent profit de la pêche d'exportation, alors que ceux qui en subissent les retombées négatives (par exemple les exportations de corail) sont nombreux. On dispose souvent d'informations insuffisantes sur les quantités de produits de la pêche exportés pour évaluer les avantages ou la durabilité de ces pêcheries axées sur l'exportation

Certaines opérations des pêcheries côtières commerciales sont typiquement artisanales (par exemple, dans de nombreux pays, des femmes pêchent à pied sur les récifs pendant quelques heures et vendent la plus grande partie de leur récolte), alors que d'autres se font à plus grande échelle, ce qui est le cas pour la pêche aux poissons de fond aux Tonga, où les pêcheurs partent en mer pour une semaine à bord de navires pouvant mesurer jusqu'à 15 mètres de long. D'une manière générale, dans les opérations à grande échelle, les pêcheurs sont des salariés travaillant pour le compte d'un armateur non pêcheur. Aux Îles Cook, la majorité des petites embarcations spécialisées dans la pêche aux poissons volants sont manœuvrées par leur propriétaire, alors qu'aux Samoa occidentales quelques catamarans de pêche appartiennent à des hommes d'affaires qui ne sont pas du métier et aux Tonga, la plupart des bateaux utilisés pour pêcher le vivaneau n'appartiennent pas à l'équipage qui les manœuvre.

Durant la dernière décennie, les pêcheries côtières ont pris une orientation beaucoup plus commerciale. Les captures commerciales dans les eaux côtières des États Fédérés de Micronésie ont augmenté d'au moins un ordre de grandeur dans les années 90. Une étude réalisée au milieu de la même décennie sur la pêche côtière dans l'île principale des Fidji a révélé que les captures commerciales étaient considérablement plus élevées que celles estimées à partir d'une extrapolation des résultats d'une enquête effectuée au cours de la décennie précédente.

Les ressources les plus notables des pêcheries côtières des îles du Pacifique sont décrites ci-après, avec les faits nouveaux les concernant.

Trocha: Le trocha nacrier Trochus niloticus est un gastéropode qui ne se trouve à l'état naturel que dans la partie occidentale de la région, mais qui a été transplanté dans presque tous les pays insulaires du Pacifique. Depuis quelques années, la récolte annuelle de Trochus niloticus dans la région est de l'ordre de 2300 tonnes, représentant une valeur à l'exportation de 15 millions de dollars EU. C'est relativement peu, du point de vue strictement financier, mais l'impact local de cette pêche est significatif. Du fait qu'aucun équipement n'est nécessaire pour récolter les trochas et que les coquilles peuvent être stockées pendant de longues périodes avant d'être expédiées sur le marché, ces gastéropodes représentent une des rares pêcheries commerciales à la portée des communautés éloignées. Dans plusieurs pays insulaires du Pacifique, le trocha est une importante source de revenus dans les villages, en particulier depuis l'effondrement de l'industrie du coprah.

Concombre de mer : Une vingtaine d'espèces sont actuellement exploitées dans la région, principalement pour être exportées vers l'Asie. Comme dans le cas des trochas, les villageois peuvent transformer le concombre de mer en une denrée non périssable qui peut être stockée pendant des périodes prolongées en attendant des opportunités de transport avantageuses jusqu'aux marchés. On emploie souvent l'expression «pêche par à-coups» pour décrire ce type de pêche, caractérisé par des périodes d'exploitation intensive, suivies d'une brusque chute de l'abondance de la ressource au cours de laquelle l'exploitation commerciale devient difficile, puis d'une période plus longue de fermeture de la pêche pendant laquelle on laisse la ressource se reconstituer. Par exemple, en Papouasie-Nouvelle -Guinée, on a récolté plus de 500 tonnes de concombres de mer chaque année au début des années 90 mais quelques années plus tard, ils étaient devenus si peu abondants que l'on envisageait une prohibition totale des exportations.

Poissons de récifs des eaux peu profondes : Dans la plupart des îles du Pacifique, les poissons vivant dans les eaux relativement peu profondes (moins de 50 m) sont les plus exploités à des fins commerciales. Environ 300 espèces représentant 30 à 50 familles de poissons constituent l'essentiel des captures. Dans la région, on estime que les rendements ont oscillé entre 5 et 50 kg par hectare et par an (Wright, 1993). Les exportations de poissons de récifs des eaux peu profondes passent rarement par le circuit commercial officiel car ce sont généralement les habitants des îles qui les transportent dans leurs bagages lorsqu'ils se rendent en avion à Guam, à Hawaï, en Australie et en NouvelleZélande.

Vivaneaux et mérous du pied du talus : Ces poissons se rencontrent sur des talus, entre 100 et400mètres de fond, au large de la plupart des îles du Pacifique. Comme ils sont très cotés sur les marchés d'exportation mais sous-exploités dans la plupart des pays, de nombreux investisseurs se sont intéressés au développement de ces pêcheries dans les années 70 et 80. Par la suite, beaucoup d'opérateurs se sont convertis à la pêche à la palangre du thon, qu'ils pratiquent à petite échelle, si bien que Tonga est désormais le seul pays à capturer des quantités significatives de vivaneaux et de mérous.

Langoustes : La pêche commerciale de langouste dans la région repose sur trois espèces du genre Panulirus, dont une, P. ornatus, alimente une pêcheriequi produit jusqu'à 400 tonnes par an dans la zone comprise entre la Papouasie-Nouvelle-Guinée et l'Australie du Nord. Dans le reste de la région, on a tenté d'établir de nombreuses pêcheries de langouste orientées vers l'exportation mais la plupart ont échoué car cette ressource, qui paraissait substantielle, s'est rapidement épuisée.

Poissons d'aquarium : Ceux qui pêchent des poissons d'aquarium ciblent un grand nombre d'espèces, les principales familles étant les papillons (Chaetodontidae), les pomacentridés (Pomacentridae), les chirurgiens (Acanthuridae) et les demoiselles (Pomacanthidae). La plupart des espèces d'aquarium se caractérisent par leur relativement petite taille, leurs couleurs vives et un bon taux de survie en captivité. La capture de poissons d'aquarium s'est répandue dans la plupart des îles du Pacifique au cours des 20 dernières années. L'un des aspects positifs est que ces poissons sont rarement pêchés à des fins alimentaires, de sorte que cette pêcherie ne concurrence pas les activités de subsistance. Les valeurs FOB à l'exportation des captures nominales de poissons d'aquarium déclarées par quelques pays en 1999sont les suivantes: Fidji, 178000 dollars EU, Îles Marshall, 473000 dollars EU, Vanuatu 16500 dollars EU, Îles Cook 73500 dollars EU et Kiribati 1160000dollars EU Le commerce des poissons d'aquarium qui existe depuis relativement peu de temps à Kiribati et aux îles Marshall représente à présent respectivement 78 pour cent et 95 pour cent des exportations halieutiques totales provenant de ces pays.

Poissons vivants destinés à l'alimentation : À partir du milieu des années 80, à Palau, de nombreuses pêcheries axées sur la vente de poissons vivants destinés à l'alimentation ont été ouvertes dans les îles du Pacifique, en particulier dans la partie occidentale de la région. Les espèces cibles, en particulier les mérous (Serranidae) et la saumonée (Plectropomus spp.), sont exportées vers les marchés des métropoles asiatiques. Plusieurs pays souhaitent vivement développer cette pêcherie lucrative, malgré les nombreux problèmes rencontrés dans le passé à cause de l'utilisation des cyanures et du ciblage des rassemblements de ponte qui met en péril la durabilité de la ressource. Bien que cette pêcherie soit au centre de l'attention dans la région, on ne dispose d'aucune estimation sur le volume ou la valeur du commerce des poissons vivants dans les îles du Pacifique.

Pêche sportive : Cette forme particulière de pêche commerciale à petite échelle est de plus en plus populaire dans la région. Les espèces ciblées vont des grands pélagiques côtiers à la banane de mer. Les adeptes de ce type de pêche, en particulier les touristes, font rentrer des devises fortes pour payer leurs dépenses d'affrètement des navires, d'hébergement, de loisirs sur la plage, etc. Il existe actuellement des établissements de pêche sportive dans la plupart des pays insulaires du Pacifique. En outre, des compétitions internationales sont organisées chaque année dans la plupart des pays de la région.

Aménagement des pêcheries côtières

Si les ressources côtières sont importantes, les défis auxquels elles sont confrontées le sont tout autant. Les problèmes les plus sérieux sont les suivants:

Les ressources côtières sont confrontées à un autre problème moins évident qui est l'appauvrissement de la biodiversité. De nombreuses espèces commercialement importantes (par exemple le concombre de mer, les huîtres perlières) ont été tellement surexploitées qu'il n'est plus rentable de les récolter dans de nombreuses zones. Pire encore, certaines espèces côtières risquent peut-être l'extinction biologique, notamment le crabe de cocotier, certaines espèces de tridacne géante, la plupart des espèces de tortues et les mangroves dans certains groupes d'îles.

Jadis, la plupart des communautés côtières des îles du Pacifique adoptaient un système quelconque pour l'aménagement des ressources marines adjacentes. Celui-ci reposait souvent sur des restrictions de l'accès, imposées par les chefs des communautés aux navires étrangers, et sur divers types d'interdictions de la pêche applicables aux résidents. On pense aujourd'hui que ces mécanismes ont été relativement efficaces dans le contexte pour lequel ils avaient été conçus mais que celui-ci a bien changé à de multiples égards, notamment:

Le résultat net de ces changements semble être une diminution marquée de l'efficacité des anciens systèmes d'aménagement des ressources côtières.

Les circonstances ont considérablement varié d'un pays à l'autre de la région mais d'une manière générale, pendant la période coloniale, les administrateurs des pêches, qui étaient le plus souvent des expatriés, ont introduit des systèmes de gestion des ressources centralisés dans la plupart des pays insulaires du Pacifique. Adams (1997) affirme que pendant la première moitié du XXe siècle, les gouvernements se sont désintéressés des questions marines. À partir du milieu des années 50, la plupart des gouvernements des îles du Pacifique ont introduit diverses formes de gestion centralisée des ressources côtières, le plus souvent basées sur de multiples restrictions - sur les engins, les saisons et les zones de pêche, ou le volume des captures (contingents) - entérinées par les législations nationales sur les pêches. Les nouveaux régimes centralisés avaient souvent un fondement juridique mais le soutien technique et la mise en application des lois faisaient défaut, en particulier dans les zones éloignées de centres urbains.

La gestion centralisée reposait aussi sur une hypothèse plutôt optimiste, à savoir que des études biologiques et économiques des ressources côtières permettraient d'optimiser la rentabilité d'une pêcherie. Or, les gouvernements n'ont généralement pas eu les moyens ni la volonté de mettre en pratique les résultats de ces études.

À partir du milieu des années 70, les responsables de la gestion des pêches et la communauté environnementale ont commencé à établir des zones marines protégées. Compte tenu des difficultés qu'il y a à baser la gestion des pêcheries côtières sur des restrictions de l'accès, des efforts ont été déployés pendant de nombreuses décennies pour inciter les pêcheurs opérant dans les zones côtières à se diversifier vers les zones de pied de talus ou de haute mer (pour la pêche au poisson de fond/thon). L'aquaculture est aussi encouragée depuis longtemps dans la région, notamment parce que la culture des organismes marins pourrait atténuer la pression sur les ressources côtières. Les campagnes de sensibilisation des populations côtières sont aussi largement utilisées, en particulier par les institutions environnementales.

Les responsables de l'aménagement des pêcheries sont de plus en plus conscients du fait que la gestion des ressources halieutiques côtières serait plus efficace si elle était en grande partie assurée par les communautés. Cette tendance se note aussi dans la communauté écologique qui, après un échec dans l'établissement de zones protégées marines conventionnelles, a redoublé d'efforts pour faire intervenir les communautés dans la formulation et l'application d'accords de conservation. Il existe cependant de grandes différences dans la manière dont les communautés des différents pays insulaires du Pacifique gèrent les ressources de leurs pêcheries côtières, en termes de volonté politique, de légitimité juridique des initiatives partant de la base, des fonds disponibles, et des activités d'aménagement communautaire.

Il est aussi de plus en plus évident que la situation des statistiques des pêches dans la région impose une approche différente de l'information pour la gestion des pêcheries. Il est impossible, vu les difficultés, de récolter des données d'évaluation des stocks dans des pêcheries récifales tropicales composées de multiples espèces très dispersées dans l'espace. Ainsi, Johannes (1998) a estimé qu'il faudrait 400 scientifiques par an uniquement pour produire une estimation de base, statistiquement valide, de l'abondance des poissons de récif autour de la côte indonésienne. Les pays tropicaux n'ont pas les moyens d'effectuer ces recherches et même s'ils les avaient, ce ne serait pas du tout rentable. C'est pourquoi les responsables de la gestion des pêches commencent à envisager des approches d'aménagement sans données statistiques, ce qui ne signifie pas qu'elles se feraient sans informations.

Dans les îles du Pacifique, les pêches sont gérées depuis des siècles sans données statistiques, selon la tenure coutumière de pêcherie marine. Les méthodes de gestion des pêches modernes, reposant sur des bases scientifiques, n'ont généralement pas donné de meilleurs résultats que les méthodes traditionnelles et bien souvent elles ont abouti à l'épuisement des ressources.

La tenure coutumière de pêcherie marine n'optimise pas nécessairement la production halieutique et elle peut conduire à l'adoption de modalités de gestion différentes d'un endroit à l'autre. Toutefois, on estime généralement qu'il sera à la fois plus facile et plus rentable que les communautés se chargent de faire respecter les règles d'aménagement qu'elles ont édictées plutôt que de mettre en place un système de répression centralisé.

Une récente étude de la Banque mondiale a passé en revue la gestion de 31 pêcheries côtières des îles du Pacifique. L'une de ses principales conclusions a été qu'il était urgent de réduire l'effort de pêche global. Bien que de nombreuses communautés couvertes par l'étude aient restreint l'accès des pêcheurs venus de l'extérieur, peu d'entre elles ont réussi à réglementer les captures des pêcheurs locaux. De nouveaux efforts doivent être déployés pour sensibiliser les chefs traditionnels aux avantages qu'il y a à limiter l'effort de pêche et en particulier aux techniques de pêche les plus efficaces (Bettencourt et Gillett, 2001). Cette étude a également fait des observations sur les réglementations de l'aménagement des pêcheries et conclu que certaines règles fonctionnaient mieux que d'autres. Les communautés ont identifié les trois types de règles qui leur paraissaient les mieux appliquées:

RÉFÉRENCES

Adams, T. 1997. The interface between traditional and modern methods of fishery management in the Pacific Islands. Version prélim. pour: Ocean and Coastal Management, Commission du Pacifique sud, Nouméa.

Banque mondiale. 1995. Pacific Island Economies - Building a Resilient Economic Base for the Twenty First Century. Country Department III, Washington DC, Etats-Unis.

Banque mondiale. 2000a. Cities, Seas, and Storms: Managing Change in Pacific Island Economies. Volume 3 - Managing the Use of the Oceans, Papua New Guinea and Pacific Islands Country Unit.

Banque mondiale. 2000b. Voices from the Village - a Comparative Study of Coastal Resource Management in the Pacific Islands. Pacific Island Discussion Paper Series No.9, Papua New Guinea and Pacific Islands Country Unit.

Bettencourt, S. et Gillett, R. 2001. Learning from Communities: Coastal Resource Management in the Pacific Islands. In: Proceedings of the International Coral Reef Symposium, Bali, Indonésie, octobre 2000.

Carleton, C. 1983. Guideline for the Establishment and Management of Collection, Handling, Processing, and Marketing Facilities for the Artisanal Fisheries Sector in the South Pacific Commission Area. Working Paper 6, 15th Regional Technical Meeting on Fisheries, Commission du Pacifique sud, Nouméa.

Clark, L. 1983. A Study on Fees and other economic Benefits from Foreign Fishing Access to the Fishery or Exclusive Economic Zones of the States Participating in the South Pacific Forum Fisheries Agency. Report 1983/2, FFA, Honiara.

Crossland, J. et Granperrin, R. 1979. Fisheries Directory of the South Pacific Commission region. Commission du Pacifique sud, Nouméa, Nouvelle-Calédonie.

Dalzell, p., Adams, T. et Polunin, N. 1996. Coastal Fisheries in the Pacific Islands. Volume 34, Oceanography and Marine Biology: an Annual Review. UCL Press.

FFA. 1995. Director's Report 1994–1995. Forum Fisheries Agency, Honiara.

FFA. 1996. Director's Report 1995–1996. Forum Fisheries Agency, Honiara.

Gillett, R.D. 2002. Pacific island fisheries: regional and country information. Asia-Pacific Fishery Commission, FAO Regional Office for Asia and the Pacific, Bangkok, Thaïlande. RAP Publication 2002/13, 168p.

Gillett, R., McCoy, M., Rodwell, L. et Tamate, J. 2001. Tuna: A Key Economic Resource in the Pacific Islands - A Report Prepared for the Asian Development Bank and the Forum Fisheries Agency. 95p.

Gillett, R. et Lightfoot, C. 2002. The Contribution of Fisheries to the Economies of Pacific Island Countries. Pacific Studies Series, Asian Development Bank, World Bank, Forum Fisheries Agency, Secretariat of the Pacific Community, 218p.

Johannes, R. 1998. The case for dataless management of marine resources: examples from tropical nearshore fisheries. Trends in Ecology and Evolution, 13(6).

Lehodey, p. 1996. Defining a Large Marine Ecosystem in the Western Equatorial Pacific. pp. 101–110 IN Anon. ACP-EU Fisheries Research Initiative. Proceedings of the Third Dialogue Meeting, Caribbean and Pacific and the European Union. Belize City, Belize, 5–10 décembre, ACP-EU Fish. Res. Rep. (3).

Lehodey, p., Bertignac, M., Hampton, J., Lewis, A. et Picaut, J. 1997. El Niño southern oscillation and tuna in the western Pacific. Nature, 389: 716–718.

Lewis, A., et Williams, p. 2002. Overview of Western and Central Pacific Ocean tuna fisheries, 2001. Working paper 15, 15th meeting on the Standing Committee on tuna and billfish. Honolulu, Hawaï.

Longhurst, A. 1995. Seasonal cycles of pelagic production and consumption. progress in Oceanography, 36(2):77–167. Cité dans Lehodey, p. 1996.

McCoy, M. 1991. Survey of Safety at Sea Issues in Pacific Island Artisanal Fisheries. Field Document 91/3, FAO/UNDP Regional Fisheries Support Programme, Suva, Fidji.

SCTB. 2000. Report of the Thirteenth Meeting of the Standing Committee on Tuna and Billfish. Commission du Pacifique sud, Nouméa.

Van Pel, H. 1961. A guide to the South Pacific fisheries. Commission du Pacifique sud, Nouméa, Nouvelle-Calédonie.

Van Santen, G. et Muller, p. 2000. Working apart or together - the case for a common approach to management of the tuna resources in the exclusive economic zones of Pacific island countries. Number 10, Pacific Island Discussion Paper Series, Banque mondiale, Washington.

Visser, T. 2001. Status of Fishery Statistics in the South Pacific. Pacific Islands Workshop on Fishery Statistics, Food and Agriculture.

Wright, A. 1993. Shallow Water Reef-Associated Finfish. In: A.Wright et L.Hill (éd.) Nearshore Marine Resources of the South Pacific, Institute of Pacific Studies, Université du Pacifique, Suva.

Zann, L. 1992. The Inshore Resources of Upolu, Western Samoa. Field Report number 2, Projet FAO/PNUD SAM/89/002, Apia, Samoa de l'ouest.

* Gillet, Preston et associés.

B17. OCÉAN AUSTRAL
Zones statistiques 48, 58 et 88 de la FAO

Ross Shotton *

INTRODUCTION

L'Océan Austral entoure le continent Antarctique et représente environ 15 pour cent de la superficie aquatique mondiale. Il va de la côte du continent vers le nord jusqu'à la convergence antarctique, une zone frontale physiquement et biologiquement distincte où l'eau froide de l'Océan Austral rencontre l'eau subantarctique plus chaude et plus salée des Océans Atlantique, Indien et Pacifique sous laquelle elle coule. La position de la convergence antarctique varie en fonction des saisons et des zones géographiques mais elle est généralement située à proximité de 50° S dans les secteurs atlantique et indien de l'Océan Austral et de 60° S dans le secteur Pacifique. L'Océan Austral (Figure B17.1) comprend trois zones statistiques: la zone 48 (Atlantique, Antarctique) entre 70° O et 30° E, la zone 58 (Océan Indien, Antarctique) entre 30° et 150° E et la zone 88 (Pacifique, Antarctique) entre 150°E et 70° O. Chacune de ces zones est subdivisée en sous-zones et en divisions.

L'Océan Austral est caractérisé par un Courant circumpolaire antarctique (CCA) de direction est et par une série de tourbillons tournant dans le sens des aiguilles d'une montre qui vont grossir un courant de dérive vers l'ouest dû au vent qui longe la côte antarctique. L'Océan Austral est constitué de trois zones écologiques distinctes: une zone sans glace au nord, une zone étendue de banquise saisonnière, entre 55–60° et 70–75°S et une zone de banquise permanente adjacente au continent. Le krill antarctique, Euphausia superba , est abondant dans la zone de banquise saisonnière où il est l'aliment de base des nombreuses espèces de baleines, de phoques, d'oiseaux et de poissons vivant dans la zone.

Figure B17.1 - L'Océan Austral (Zones 48, 58 et 88)

Figure B17.1

Les ressources marines vivantes de l'Océan Austral sont exploitées depuis 1790, date où les phoques ont commencé à être chassés pour leur fourrure. En 1825, la chasse avait mis quelques populations de phoques à fourrure au bord de l'extinction si bien que les chasseurs se sont réorientés vers les éléphants de mer et vers quelques espèces de manchots pour leur huile. Dans cette zone, la chasse à la baleine a commencé en 1904 et les sept espèces présentes dans l'Océan Austral étaient exploitées de façon extensive. La pêche à grande échelle n'a démarré qu'à la fin des années 60.

Figure B17.2 - Captures nominales annuelles ('000t) par groupes d'espèces CSITAPA dans l'Océan Austral (Zones 48, 58 and 88)

Figure B17.2

Source FAO

La gestion des ressources marines vivantes de l'Océan Austral relève de la Commission baleinière internationale (CBI) établie en 1946, de la Convention pour la protection des phoques de l'Antarctique (CCAS) ratifiée en 1978 et de la Commission pour la conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique (CCAMLR) établie en 1982 (pour plus d'informations, voir http://www.ccamlr.org).

Figure B17.3 - Captures nominales annuelles ('000t) d'espèces choisies des groupes CSITAPA 33, 34 et 46, Océan Austral (Zones 48, 58, 88)

Figure B17.3

Source FAO

Figure B17.4 - Captures nominales annuelles ('000t) d'espèces choisies, dans l'Océan Austral (Zones 48, 58, 88)

Figure B17.4

Source FAO

PROFIL DES CAPTURES

Les captures cumulées de krill et de poissons en provenance de l'Océan Austral ont atteint près de 9,0millions de tonnes entre 1969–70, où l'on a commencé à recueillir des statistiques sur la pêche commerciale, et la fin de la campagne de 2001–02 (dans l'Océan Austral, la campagne de pêche va du 1er juillet au 30 juin de l'année suivante). La majorité des captures nominales (80,5 pour cent) ont été prises dans la zone 48 (Atlantique, Antarctique) entre 1976–77 et 1991–92 (Figure B17.2 et TableauD16), et l'espèce dominante était le krill (Figure B17.3). La zone de l'Océan Indien Antarctique venait en seconde position avec 19 pour cent des captures. Mais en 2002, ces pourcentages étaient devenus de 93 pour cent pour la zone de l'Atlantique, de 6 pour cent pour la zone de l'Océan Indien et d'environ 1 pour cent pour la zone du Pacifique. Les principales espèces commerciales étaient auparavant le poisson lanterne (myctophidés - principalement Electrona carlsbergi); le poisson des glaces antarctique (Champsocephalus gunnari), la bocasse marbrée (Notothenia rossii) et la bocasse de Patagonie (Patagonotothen guntheri), mais ces ressources se sont fortement amenuisées à force d'être exploitées. La principale pêcherie est maintenant dirigée sur des espèces prisées de légine australe (Dissostichus eleginoides et D. mawsonii) qui représentaient, en 2002, 63 pour cent des captures totales, en poids, sans compter le krill.

Le krill est exploité à des fins commerciales depuis 1972 et entre 1980 et 1992, les captures annuelles ont presque toujours dépassé les 300000 tonnes, avant de fléchir à 80000–130000 tonnes dans les années récentes (Figure B17.3). Au plus fort de sa production, à 528200 tonnes en 1982, la pêcherie fournissait environ 13 pour cent des captures annuelles mondiales de crustacés et les captures plus faibles qui ont suivi (126000 tonnes en 2002) reflètent une diminution des débarquements et non une surexploitation. Cette pêche a principalement été pratiquée dans la Zone 48, autour des îles Shetland du Sud (sous-zone 48.1) et des îles Orkney du Sud (sous-zone 48.2) en été et dans la région adjacente à la Géorgie du Sud (Sous-zone 48.3) en hiver.

Dans cette pêcherie, les captures officielles de bocasse marbrée ont culminé à 399700 tonnes en 1969–1970, puis sont tombées en chute libre à 101560 tonnes en 1970–71 car le stock était surexploité et la pêcherie s'est effondrée (Figure B17.3). Le chalutage pélagique du poisson des glaces antarctique a commencé au début des années 70 et cette pêcherie a été caractérisée par des pics de captures très élevés (219340 tonnes en 1978 et 162600 tonnes en 1983) suivis de périodes de faibles captures et d'un épuisement possible localisé du milieu des années 70 à la fin des années 80.

Ces dernières années, les pêcheries de l'Océan Austral ont été dirigées sur le krill dans la zone 48, la légine et le poisson des glaces dans les zones 48 et 58 (Figure B17.4). Des activités de pêche exploratoire d'encornet étoiles (Martialia hyadesi) et de crabes (essentiellement Paralomis spp.) ont été menées dans la zone 48. Les premières pêches exploratoires de légine antarctique (Dissostichus mawsoni) dans la zone 88 ont donné naissance à une pêcherie de petite taille mais à l'échelle commerciale.

ÉTAT DES RESSOURCES ET GESTION DES PÊCHES

Après l'introduction, en 1987, d'un moratoire sur la chasse commerciale à la baleine, de vastes sanctuaires, à l'intérieur desquels ces animaux sont protégés de toute exploitation commerciale, ont été établis dans l'Océan Indien en 1979 et dans l'Océan Austral en 1994. La CBI évalue actuellement la reconstitution des stocks de baleines et l'efficacité du moratoire et des sanctuaires. Il semblerait que certaines espèces de baleines soient en phase de reprise, mais il est difficile, compte tenu de la faible abondance de quelques-unes des plus grosses espèces, d'estimer les effectifs totaux à partir d'observations visuelles. Chaque année, le Japon capture plusieurs centaines de petits rorquals (sur un effectif estimé à 700 000) dans cette zone, aux fins de la recherche. Autrement, les stocks de baleines du sud se reconstituent plus ou moins lentement suivant les espèces. La gestion des baleines dans l'Antarctique et ailleurs relève de la Commission baleinière internationale.

L'exploitation commerciale des phoques est réglementée par la Convention sur la conservation des phoques de l'Antarctique. Des plafonds annuels de captures ont été établis pour les phoques crabiers (175000 individus), les léopards de mer (12000 individus) et les phoques de Weddell (5000individus), et la chasse commerciale des phoques à fourrure, des éléphants de mer et des phoques de Ross est interdite. Au cours des années récentes, ces animaux n'ont pas été exploités à des fins commerciales.

En 1982, les Parties au Traité antarctique ont établi la Commission pour la conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique (CCAMLR) dans le cadre d'une Convention internationale reposant sur une approche écosystémique de la conservation des ressources marines vivantes de l'Océan Austral, dans laquelle le terme «conservation» comprend la notion d'utilisation rationnelle. Les principes de conservation énoncés dans la Convention stipulent que l'abondance des populations exploitées ne doit pas descendre en deçà du niveau proche de celui qui assure leur accroissement maximum annuel net, que les populations épuisées doivent être reconstituées à ces niveaux d'abondance et que les risques de modification de l'écosystème qui ne seraient pas potentiellement réversibles en deux ou trois décennies doivent être minimisés. Il est également important de maintenir les rapports écologiques entre les espèces exploitées, dépendantes et associées.

Ces principes rigoureux incorporent une approche écosystémique de la gestion des ressources vivantes et distinguent la Convention CCAMLR des autres régimes régionaux de gestion des ressources marines. La gestion des pêches doit non seulement viser à conserver les espèces ciblées mais aussi tenir compte de l'impact de la pêche sur leurs prédateurs et leurs espèces concurrentes. Interprétée dans son sens le plus large, la Convention exige que les mesures de gestion prennent en considération l'impact des activités sur tous les organismes vivants de l'écosystème ou des sous-systèmes antarctiques.

L'état et la gestion de l'écosystème marin de l'Océan Austral sont passés en revue chaque année par les 23 pays membres de la Commission CCAMLR, sur la base d'informations fournies par les pêcheries ou les prospections halieutiques, le Système international d'observations scientifiques à bord des navires de pêche et le Programme de contrôle de l'écosystème de la CCAMLR. Les ressources halieutiques sont réévaluées et le régime d'aménagement est défini par des mesures de conservation qui règlementent toutes les pêcheries existantes, nouvelles et exploratoires ainsi que les opérations de pêche axées sur la recherche à l'intérieur de la zone de la Convention CCAMLR (Zones 48, 58 et 88).

Des mesures de gestion complémentaires sont aussi en vigueur dans les eaux territoriales adjacentes à l'île du Prince Edouard et à l'île Marion (Afrique du Sud) et aux îles Crozet et Kerguelen (France) dans la zone 58. La récente création de la plus grande réserve marine du monde entièrement protégée dans la zone subantarctique australienne mérite en particulier d'être signalée. Grâce à la Réserve marine des îles Heard et Mc Donald, qui couvre 6,5 millions d'hectares, un des derniers écosystèmes vierges du monde restera intact. Cette réserve entoure l'archipel inhabité de Heard et Mc Donald et englobe deux grandes zones de l'Océan Austral. La réserve de Heard a pour objet de protéger les habitats et les sources d'alimentation des phoques, des manchots et des albatros, et de préserver la vie marine.

Krill

Le Krill est un élément clé du réseau trophique de l'Océan Austral et la biomasse du stock circumpolaire est généralement estimée à 500 millions de tonnes, mais les estimations relatives à la production de krill restent très incertaines. Les captures annuelles de la dernière décennie, comprises entre 84000 et 118705 tonnes - le chiffre le plus élevé ayant été signalé pour la campagne de 2001–02 - sont très inférieures aux limites de captures fixées à titre de précaution par la CCAMLR à 1,5 million de tonnes dans la zone 48 (avec un maximum de 620000 tonnes par sous-zone) et à 1,225 million de tonnes dans la Zone 58 (775000 tonnes dans la Division 58.4.1 et 450000 tonnes dans la Division 58.4.2).

Le déclin des captures de krill observé en 1992 (Figure B17.3) est attribué à des facteurs économiques, plutôt qu'à un effort de pêche excessif, à une désaffection pour ce type de pêche au profit de la pêche de poisson, et à la dissolution de l'Union soviétique qui dominait jusque là cette pêche. Une éventuelle reprise des pêcheries de krill dépendra des progrès des technologies d'exploitation et de transformation et de l'éventuelle création de produits pharmaceutiques à base de krill.

Les navires visant des concentrations de krill sur les plateaux ou les accores sont surveillés de près car, bien souvent, leurs opérations sont menées à proximité des sites de reproduction terrestres de prédateurs de krill tels que les manchots. On craint que, dans ces régions, les captures de krill ne privent les prédateurs de leur source de nourriture. La CCAMLR effectue des recherches sur l'interaction des pêcheries de krill et des prédateurs de krill se reproduisant à terre dans le cadre de son Programme de contrôle de l'écosystème (CEMP). L'impact potentiel du réchauffement de la planète sur la superficie de la calotte glaciaire dans l'Antarctique et ses incidences possibles sur le cycle biologique du krill suscitent aussi des préoccupations.

Légine

La légine australe est exploitée dans des pêcheries réglementées et évaluées de la Zone 48 (Sous-zone 48.3) et de la zone 58 (Sous-zones 58.6 et 58.7 et Divisions 58.5.1 et 58.5.2). Depuis 10ans, les captures annuelles se sont situées entre 5613 tonnes et 17575 tonnes, avec un pic durant la campagne de pêche de 1998–99; pendant la campagne plus récente de 2001–02, les captures déclarées ont été de 12057 tonnes (Figure B17.4). À l'extérieur de la zone de la Convention de la CCAMLR, les captures se sont chiffrées à 9017 tonnes pendant cette campagne, contre 25054 tonnes durant la campagne précédente. Selon les rapports, la majorité de ces captures provenaient des zones statistiques 52, 57 et 87 de la FAO. Plusieurs pêcheries nouvelles et exploratoires ont aussi été identifiées, certaines ciblant à la fois la légine australe et la légine antarctique (Dissostichus mawsoni) dans les secteurs sud des zones 58 et 88. La légine se pêche à la palangre, sauf dans les Divisions 58.5.1 et 58.5.2 où elle est pêchée au chalut.

Des règles strictes sont en vigueur pour réduire au minimum la capture accidentelle d'oiseaux et de mammifères marins. On note entre autres la pose de banderoles, l'utilisation d'appâts décongelés - qui garantit une immersion rapide - le calage des palangres la nuit avec un éclairage minimal sur le pont, l'interdiction de rejeter des déchets de poisson pendant le calage des palangres et l'interdiction d'utiliser des câbles de sondeurs de filets dans les pêcheries chalutières.

Les limites de capture et les zones d'opérations de la pêche à la légine sont définies par les Mesures de conservation. Pour la campagne de pêche de 2002–03, les totaux admissibles des captures commerciales (TACC) de légines (Dissostichus spp.) ont été fixés à 7810 tonnes pour la zone 48.3, alors que pour la zone 58.5.2. (Îles Heard et MacDonald) un TAC de 2879 tonnes a été recommandé. Dans plusieurs autres zones de conservation, il a été jugé impossible de donner des avis de gestion ou recommandé que la pêcherie soit ou reste fermée (CCAMLR, 2002).

Les taux élevés de pêche illicite, non déclarée et non réglementée à la légine enregistrés depuis quelques années, notamment dans la zone 58, mais probablement aussi dans les zones 88.1 et 51, suscitent une grave inquiétude. Cette activité destructrice menace de surpêche les stocks de légine et pose un risque de capture accidentelle, souvent mortelle, pour les populations d'oiseaux de mer dans les pêcheries à la palangre. La CCAMLR doit absolument limiter ces activités illégales pour atteindre ses objectifs.

Le Comité scientifique de la CCAMLR a reconnu la nécessité d'inclure des estimations exactes des captures illicites, non réglementées et non déclarées d'espèces de poissons dans la zone de la Convention et que leur prise en compte dans le TAC réduirait considérablement la production à laquelle auraient accès les pêcheurs opérant dans la légalité. Il a été reconnu que l'estimation des captures illégales, non réglementées et non déclarées serait difficile et nécessiterait des compétences supérieures à celles dont dispose le Comité scientifique de la CCAMLR.

Poisson des glaces

Il semblerait que l'abondance des stocks de poisson des glaces subisse d'importantes variations naturelles, aussi la pêche commerciale de cette espèce n'est-elle autorisée que dans les périodes d'abondance maximale. Malgré cela, on n'a noté aucun signe de reprise de ce stock. En effet, alors que les captures avaient atteint 162598 tonnes en 1983, elles n'étaient plus que de 1324 tonnes par an en moyenne au cours de la dernière décennie, avec même à trois reprises, des niveaux inférieurs à 100tonnes, durant cette même période. Des campagnes d'évaluation par chalutage des prérecrues sont conduites régulièrement pour estimer l'abondance des poissons de glace, les informations ainsi recueillies servant de base pour donner des avis de gestion. La pêche ciblée sur les poissons de glace dans la Zone 48 a été interdite durant les campagnes de pêche de 1991–92 et de 1994–95. Les limites de captures ont été fixées à 5557 tonnes pour 2000–01 dans la sous-zone 48.3, même si les chances d'atteindre ce plafond semblaient maigres. Ainsi, le TAC a été abaissé à 2181 tonnes pour 2002–03. Dans la zone 58.5.1 (îles Kerguelen), la pêcherie est restée fermée et dans la zone 58.5.2 (îles Heard et McDonald) le TAC a été relevé à 2980 tonnes, contre 885 tonnes durant la campagne précédente.

Autres espèces

La pêche commerciale des trois autres groupes d'espèces cibles est actuellement autorisée par les Mesures de conservation de la CCAMLR à l'intérieur de la zone 48 (Sous-zone 48.3). Les captures annuelles ont été plafonnées à 109000 tonnes pour les lanternes durant la campagne 1999–00 mais aucune capture n'a été déclarée pour cette espèce.

La CCAMLR examine aussi les informations relatives aux espèces prises dans les captures accessoires. À part les espèces dominantes de la zone présentes dans les captures accessoires (légine et poisson de glace) dont s'occupe la CCAMLR, les principales espèces concernées sont les macrouridés et les rajidés. On dispose de données sur les captures accessoires d'espèces pêchées au chalut et à la palangre. La CCAMLR (2002) signale que dans les sous-zones 88.1 et 88.2 les pourcentages de macrouridés et de rajidés ont respectivement oscillé entre 1 et 27 pour cent et 1 et 15 pour cent. Pendant la campagne de 2001–02, les captures de Macrourus whitsoni et d'élasmobranches ont représenté respectivement12 pour cent et 2 pour cent des captures totales. En général, les macrouridés représentent environ 10 pour cent des captures totales dans la plupart des zones et les élasmobranches moins de 10 pour cent. La CCAMLR a introduit des règles opérationnelles de pêche qui obligent les navires à se déplacer vers d'autres fonds de pêche si le volume des captures accessoires dépasse un certain seuil. Par exemple, dans la sous-zone 88.1 pendant la campagne de pêche de 2001–02, le déplacement des bateaux a été déclenché à 20 pour cent des captures par palangres calées pour les macrouridés et à 4 pour cent des captures par trait de chalut pour les élasmobranches.

RÉFÉRENCES

CCAMLR. 2002. Report of the Twenty-first Meeting of the Scientific Committee (Hobart, Australie, 21–25 octobre 2002). SC-CCAMLR-XX1. 75p.

* FAO, Service des ressources marines, Division des ressources halieutiques.


Page précédente Début de page Page suivante