Previous Page Table of Contents Next Page


11. Summary Programme of Work and Budget, 1980-81 (continued) (CL 75/3; CL 75/4 (paras 1.2-1.5? 2.6-2.109; 3.5-3.49)
11. Sommaire du Programme de travail et budget 1980-81 (suite) (CL 75/3, CL 75/4 (par. 1.2-1.5; 2.6-2,109; 3.5-3,49)
11. Resumen del Programa de Labores y Presupuesto, 1980-81 (continuación) (CL 75/3; CL 75/4 (párrs.1.2-1.5; 2.6-2.109; 3.5-3.49)

A. MARTOSUWIRYO (Indonesia): First of all, on behalf of my delegation I would compliment the Director-General and his staff on the documentation which contains the facts of information and the ingredients which are necessary for achieving the objectives of the FAO in a really integrated manner. We want to compliment the Programme and Finance Committees for their useful work in assisting the Council in its deliberations on the Programme of Work.

My delegation feels that the policy issues which are highlighted and the consideration underlying the preparation of the Summary Programme of Work and Budget are on the whole realistic and we fully support them. In doing so, may I refer to two points contained in document CL 75/2, which deals with the Current World Food Situation. We learnt from that document that the increase in world food production in 1978 is estimated at about 3 percent and that the average annual rate of growth for the developing countries during 1970-78 stands at 2.9 percent. These figures are well below the target of 4 percent set for the Second Development Decade. At the same time, the number of the world population continues to rise further, particularly in the Third World, Poverty, hunger and malnutrition appear to follow very closely the increase in the number of those populations.

My delegation is of the opinion and I believe that the members of the Council will agree that highest priority should be accorded to those activities that best fulfil FAO's main objective of overcoming hunger and malnutrition. The focus of those activities should of course be the geographic areas with the greatest need. It is important not only that more food be produced but that sufficient income be generated among the afflicted people. The implementation of appropriate and well-defined agricultural development Programmes call for huge amounts of funds and expertise, and it is understandable that FAO, as the most important international organization dealing with the solution of the world food problem, must do everything possible to carry out its task successfully.

After having assessed the grim situation as depicted in the Reports on the World Food Situation, particularly in developing countries, which show various degrees of suffering, my delegation is of the opinion that the Programme of Work and Budget proposed by the Director-General for the next biennium is very modest in comparison with the real need for helping the developing countries to free themselves from hunger, malnutrition and poverty. Accordingly, my delegation supports the proposal of the Director-General with the understanding that the level of the proposed budget is a minimum one.

If our approaches are based on humanitarian considerations, the provision of food for needy people through their efforts - and this should be the case - then there would be no objections to effecting an increase in the Programme of Work and Budget for the next biennium. A positive response to an increased budget would to a large extent reflect the good will and deep concern for the speedy solution of the problem of hunger and malnutrition which prevails in many parts of the world.

My delegation is satisfied to note that the background of the proposed Programme of Work and Budget includes also the World Forestry Congress. This very important international congress will encourage more countries, regional and international organizations, to make efforts towards an economic utilization of forests. Forestry for people implies many aspects like the betterment of environment, natural resource conservation, including soil conservation which is absolutely necessary for successful farming, and others.

My delegation is indeed grateful that the strategy for 1980-81 will continue to work and concentrate on increasing food production in developing countries, and intensify increasing activities in rural areas, which means to help poor people and farmers directly.

As to investment in the agricultural sector, the FAO Field Programme should be enlarged more in order to establish and provide a broad and solid foundation for food and agricultural development, and my delegation is satisfied that high priority is being accorded to the Programme for 1980-81 ,

In this context, investment in new agricultural areas should be promoted, since it will not only facilitate efforts to increase production but also help the country concerned, like my country, to cope with re-settlement problems or transmigration.

With regard to the Technical Cooperation Programme which has been instituted in recent years, it has shown its usefulness in helping developing countries to meet their urgent needs within a relatively short time. My delegation is in favour of this Programme being continued and strengthened.

Finally, as regards the FAO's representation, my delegation would express its satisfaction with the increased number of FAO representatives in developing countries, including Indonesia. The FAO representation has improved the effectiveness of FAO's functioning in the countries concerned. My delegation supports the proposal for increasing the number of FAO Country Representatives in the future.

D. WARE (Canada): On behalf of the Canadian Delegation, I am pleased to speak on the proposed Summary Programme of Work and Budget, 1980-81. We consider the Secretariat has done an excellent job in putting together the Summary which we have before us.

We have, as a member of the Finance Committee, been made acutely aware of the difficulties of budget preparation and forecasts for an Organization as large, as complex as the FAO, especially in the face of a growing number of variables, which include erratic inflation, unpredictable rates of exchange between the Lira and the U.S. dollar, change in interest rates and difficult related staff salary and othe personnel cost factors linked to contracts and cost-of-living indexes. Salaries, as you know, Mr. Chairman, make up a high proportion of the FAO Regular Budget. We hope that the staff numbers, particularly here at Headquarters, can be kept to a minimum.

The impact of all these variable factors I have mentioned is magnified and multiplied by the time element - by the need to prepare a budget so far in advance of its coming into effect. In acknowledging these hurdles for the Director-General and his staff, I would remind you that we as countries face precisely the same difficulties when we set out to assess and study the Budget proposals.

Turning now to the Programme aspects of the document, which generates the financial need, Canada finds little difficulty with the general thrust and supports the continuing trend to the more practical action-orientation of our Organization.

We are pleased at the progress made in reducing the number of meetings and the cost of back-up - and we hope this trend continues. I am sure those in the Secretariat who must dedicate so much of their time to the preparation of follow-up of meetings would agree, too. On this point, we suggest that even further economies might yet be found. We also suggest when the country offices come into place the necessity for the number of consultants, or the number of Headquarters staff, to move out into the field to identify projects might be reduced. This is a factor we think should be taken into account in future.

Mr. Chairman, as you know, the FAO is one of the oldest United Nations Organizations. Indeed, it pre-dates the foundation of the United Nations itself, reflecting very early international recognition of the importance of the agricultural development and food assistance to the international development assistance process. In the past thirty years, there have been periods of rapid expansion of the FAO and periods of slower budget and programme growth, combined with consolidation of activities and priorities. We now have, we believe, a mature, well-functioning organization, with a solid base of programmes, activities and services in place, and making regular and important contributions to increasing world food production.

There still is, however, a capacity for programmes and priorities within this base to reflect new and evolving needs, and by drawing on resources freed by accomplished tasks and declining or redundant activities. This is the point which I would draw to your attention which is indeed indicated in paragraph 4.7 on page 6 of document CL 75/3.

Coming now to the level of the Budget, Canada believes there is justification for continued real growth in addition to allowances for inflation. As you know, we have suggested a figure of 2 percent per annum. Because of the status of the FAO in the family of the United Nations Organizations, it is difficult to compare the evaluation of its resource needs with some of the more recently formed members. The increasing attention paid to agriculture in the Development Assistance priorities in some of the development banks; the formation of IF AD; the growth of bilateral agricultural funding; the demands from research organizations and the UNDP, are all part of the International Agriculture Development Assistance effort which call upon our limited national resources.

I would like to say a few words on the Canadian national situation which I think may help you in understanding our special approach to this particular Budget. Some of those factors I mentioned as influencing the preparation of the FAO Budget have been working two-fold against Canada's obligations to the international organizations. In contrast to many people's currencies, our dollar has declined considerably during the past year. A rough calculation of the combined impact of, inflation and devaluation of our dollar against the United States dollar during the past year, for example, suggests that we will have about a 40 percent increase in Canadian dollar terms, for us to cover our assessment of this draft budget. The final budget will probably be larger because of the current United States dollar /lira exchange rate which can only be decided at the Conference this Fall.

An additional factor for Canada at this particular point is the state of our national budget and the funds that our Government has available for all government spending, both internal and external. You may know, Mr. Chairman, that we now have a new government in Canada, as of two weeks ago. Our present government, working from an already severely cut back federal spending, has instructed a freeze on all our increases in spending and in our commitments to spend until it has had an opportunity to undertake a review of all its programmes, and the issues involved, and then approve or adjust their priorities one to another.

What we in Canada are faced with at present, then, is a tight lid on our government spending and a bold, no-growth instruction for federal departments.

Canadian policies will evolve over the next few months as our progress is reviewed, but as you will appreciate, Mr. Chairman, I must at this time on behalf of my government, reserve our position on the Budget until the FAO Conference in November 1979.

KONG CAN-DONG (China) (interpretation from Chinese): The Chinese Delegation has studied document CL 75/3 and related documents, and would like to present its views on the Summary Programme of Work and Budget for the next biennium.

The Chinese Delegation supports the basic strategy for the Programme of Work and Budget of the Organization proposed by the Director-General in document CL 75/3, that is to "continue to be working towards the New International Economic Order", "emphasize the increasing of food production in developing countries, and increasing activities aimed at rural development", and "to emphasize Technical Cooperation among Developing Countries."

We have noted that apart from readjustments between various items of the budget, funds have been increased for some priority items. Among the priorities stipulated in the document, while necessary work is to be carried out to coordinate and plan international food policies, special emphasis hias been given to the key problem in the development of food production of Member Nations, particularly developing countries, which in our view is quite appropriate.

In this respect, the strengthening of organizational work for promoting technological exchanges between Member Nations in the light of the actual regional conditions, would also help the developing countries in increasing their food and agricultural production.

As regards rural development, we hope, through the deliberations of the upcoming World Conference, a better understanding will be achieved on the contents and priorities of this important work, and this Organization will be enabled to proceed from the actual conditions of each country and make concrete contributions to the solution of the pressing problems confronting the vast rural poor population of the developing countries in developing production and improving their life. In international trade of agricultural products, if the Organization could provide analysis of information and suggestions for improving the unfavourable position of developing countries, it would be in keeping with the aspirations of most Member Nations and conducive to the efforts of developing countries to develop their national economy. In this regard document CL 75/14 outlines the work FAO is to undertake to expand technical cooperation among developing countries. This, we hold, is a question of great importance in establishing a New International Economic Order, and the related measures proposed by this Organization are feasible.

As for the Technical Cooperation Programme of this Organization, there have been affirmative evaluations and recommendations for its improvement. We think it appropriate for the Summary Programme of Work and Budget to take due consideration of these evaluations and recommendations.

The Chinese delegation would like to express its appreciation of the Director-General's often expressed conviction that FAO should streamline administration and practice economy and strive to serve Member Nations better by improving and readjusting its work, cutting down unnecessary expenditures, particularly purely administrative costs such as documentation, meetings and other institutional costs, and by focussing its funds on priority items.

We also subscribe to the view contained in document CL 75/3 that the Organization focuses activities on assistance to Member Nations in developing and strengthening their own capabilities in meeting the basic needs of their people. Therefore, emphasis has also continued to be placed on actual effectiveness and efficient management activities. We shall continue to support the Director-General's sustained efforts towards these aims, as before.

The Chinese delegation therefore endorses in principle the Summary Programme of Work and Budget as presented in document CL 75/3. With this as the basis and taking into full consideration all rational proposals put forward at this Council Session, the full Programme of Work and Budget should be formulated for the next biennium and submitted to the Twentieth Session of the FAO Conference for approval.

M. ROSALES RIVERA (EL Salvador): Después de que mi delegación ha hecho el análisis de los documentos CL 75/3 y CL 75/4 relativos al presupuesto para el bienio 1980-81 y luego de oídas las explicaciones referentes a los mismosf principalmente la presentada por el Director General, ha llegado a la conclusión de que el documento que contiene el presupuesto que está bajo nuestro análisis no sólo es aceptable, sino que reúne nuestro más decidido respaldo.

EL Programa es realista y balanceado, tomando en consideración los intereses en juego de los países que aportan a la FAO; además se ajusta a la técnica presupuestaria, habida cuenta de las políticas que corresponde desarrollar a la Organización. Pero, también hay que expresarlo, es el mínimo que se puede esperar; hubiésemos querido un Presupuesto mayor, lógicamente.

En efecto, nos habría gustado, por ejemplo, que el Programa de Cooperación Técnica que nació en los momentos en que el PNUD decreció en sus aportes a los países en desarrollo, fuera incrementado en una cuantía que permita una mayor área de cobertura, así en éste y otros campos. Nuestras especta-tivas estarán cortas y distan mucho de lo que hubiésemos deseado, pero, con todo, en aras de un eventual consenso durante la Conferencia General, aceptaríamos el nivel actual; de lo contrario, o sea, de no lograrse un acuerdo por consenso nos uniríamos en su oportunidad con los países que propugnan por un presupuesto mayor; no es necesario abundar en la razón del por qué, basta con recordar que al inicio del presente período de sesiones del Consejo tuvimos ante nosotros, dentro del tema de la seguridad alimentaria mundial, datos que incuestionablemente reflejan el deterioro de la situación mundial en esta materia.

Por otra parte, los programas que desarrolla la FAO quedan insertos en la lucha por obtener un nuevo orden económico internacional. No creo que requiera entrar en los detalles de cifras que se consignan en los distintos capítulos, ya muchos oradores los señalaron y hacerlo ahora sería repetitivo; pero el estudio en forma, tanto parcial como global, refleja un equilibrio que fundamentalmente responde a principios de justicia. No hay, por consiguiente, lesión ni cargas excesivas para ningún miembro de la Organización.

Señor Presidente, la reflexión que merece un presupuesto no es exclusivamente si éste ha experimentado un incremento o una rebaja; hay que cotejar las cifras con las metas que se pretenden a la luz del mandato que al organismo le toca desarrollar. Un rechazo al Programa de Labores y Presupuesto entraña un juicio negativo a la finalidad de la Organización y un desconocimiento velado o una voluntaria omisión a cumplir con compromisos aceptados en un marco mucho más general, pero que en este caso toca a necesidades básicas que tienen que ver con el hambre y las secuelas de males que ésta acarrea, en suma, con necesidades vitales.

¿0 es, señor Presidente, que estamos cuestionando la existencia de esta Organización?. Mi delegación espera que no y que un espíritu constructivo prevalecerá y hará factible la aprobación del Presupuesto por consenso; consenso que equivale a un reconocimiento de la ejecución de los programas que la FAO tiene obligación de desarrollar.

En síntesis, mi delegación apoya totalmente en esta instancia el Presupuesto presentado por constituir la mejor transacción que pueda lograrse.

C. BATAULT (France)s Lors du brillant exposé qu'il a fait en ouvrant nos travaux, le Directeur général a insisté sur son Credo, ce Credo qui est aujourd'hui celui de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture: impact des efforts vers des besoins concrets et urgents sur le terrain, politique de décentralisation, complémentarité entre le Siège, les Bureaux régionaux et l'action dans les pays. Ceci afin de rendre la coordination de plus en plus opérationnelle.

La délégation française partage pleinement ces vues et voudrait adresser ses félicitations à M. Saouma et á ses collaborateurs pour les avoir, définis si aettement dans le sommaire du Programme de travail et budget 1980-81.

Je voudrais également rendre hommage à la qualité des documents préparés pour la soixante-quinzième session de notre Conseil: le Secrétariat a fait là un travail remarquable qui nous est de la plus grande utilité. Ainsi le sommaire du Programme de travail et budget pour le biennium 198O-81 témoigne-t-il d'un souci de précision et de clarté dont nous nous félicitons vivement. Nous souhaitons que la présentation actuelle soit maintenue à l'avenir.

Lors de la discussion du rapport du document il nous avait été demandé d'éviter de parler du programme de travail qui a fait l'objet du document CL 75/3, ce problème devant être examiné dans le cadre du point 11 de l'ordre du jour du Conseil. La délégation française avait donc préparé deux interventions sur ce point, l'une sur le programme, l'autre sur le niveau du budget, basées sur le rapport du Comité des finances et du Comité du programme (dont nous souhaitons d'ailleurs, je le dis entre parenthèses, qu'un exemplaire soit envoyé à Paris afin de nous permettre de gagner du temps).

11 ressort du débat auquel nous assistons que beaucoup de délégations qui ont eu le privilège de la discussion sur le niveau du budget, réservent sans doute à la Conférence générale leurs observations en profondeur sur le programme de l'Organisation. Nous n'examinons en fait aujourd'hui qu'un excellent sommaire et c'est la raison pour laquelle la délégation française a décidé, si vous voulez bien, de remettre au Secrétariat le texte complet de l'intervention qu'elle avait préparée sur le programme de travail et sur certains aspects budgétaires.

CHAIRMAN: Thank you for shortening your statement in the interest of maintaining the time allocated for this subject. The Secretariat will include the rest of your statement in the record.

C. BATAULT (France): Le document 75/3, comme d'ailleurs tous les autres préparés pour la 75ème session du Conseil, témoigne d'un souci de précision et de clarté dont nous félicitons le Secrétariat. Nous souhaitons que cette presentation soit maintenue. Le document nous semble très satisfaisant, car il permet un bon aperçu de l'activité de la FAO, notamment en exposant les options qui devraient être retenues dans le cadre d'un redéploiement souhaitable des ressources ainsi que l'a dit le Président du Comité financier.

Quelques observations méritent cependant d'être formulées au regard de ce document CL 75/3.

S'agissant .maintenant des programmes techniques et économiques en général, en ce qui concerne ceux relatifs aux cultures (pages 24 à 27) et en ce qui concerne particulièrement la prévention des pertes alimentaires après récolte, nous avons noté avec intérêt que l'amélioration de l'emmagasinage est envisagé, a la fois, au niveau de la ferme, du village et de la communauté, de même que les différentes étapes de la gestion des récoltes prises en compte - (manutention et séchage - lutte contre les rongeurs et les ravageurs - carence des systèmes commerciaux) et nous pensons que les différents services français concernés qui ont établi une instance de coordination seraient à même de pouvoir contribuer, chacun selon sa spécialité, à la réalisation de ces actions de formation.

Par ailleurs, la part consacrée au soutien de la recherche (page 29) est maintenant notable, mais, à ce propos, on peut regretter que plus de moyens n'aient pas été consacrés à CARIS, encore très imparfait et à qui la France a toujours accordé son appui.

S'agissant de la décentralisation progressive au niveau des pays ou des régions du travail de rassemblement, de traitement et de publications de données (page 29 in fine), le Gouvernement français, convaincu du grand intérêt de CARIS pour le développement agricole des pays tropicaux et témoin de l'immense espoir placé en CARIS par les pays en développement après le projet pilote, se demande si la décentralisation du programme CARIS, telle qu'elle est envisagée par le Directeur général de l'OAA n'est pas prématurée et ne risque pas de conduire, en fait, à l'éclatement et à la disparition de ce programme.

On ne saurait perdre de vue, en effet, que bien peu d'Etats des régions tropicales - pour ne parler que d'eux - possèdent les moyens de traiter en ordinateur puis de diffuser les données recueillies. A notre connaissance le Brésil, les Philippines et la Tunisie seraient les seuls à avoir réalisé eux-mêmes un répertoire analogue à celui de CARIS. Nous savons que deux organismes régionaux de documentation ont été approchés par l'OAA pour leur demander de prendre en charge l'exécution du programme CARIS dans leur région: "L'Agricultural Information Bank for Asia (A.I.B.A.)" dont le siège est aux Philippines, pour l'Asie du Sud-Est; "el Centro Interamericano de Documentación y Información en Agricultura (C.I.D.I.A.)", localisé au Costa Rica, pour l'Amérique latine. Ces deux centres régionaux auraient donné leur accord mais force est de reconnaître que le passage à l'exécution rencontre des difficultés probablement sous-estimées ou imprévues.

Mais en admettant même que ces deux centres puissent éditer en 1981 ou 1982 des bandes magnétiques et des répertoires^on peut se poser des questions au sujet des autres régions du monde (Afrique, Asie, Moyen-Orient) qui représentent les trois quarts des pays tropicaux et subtropicaux.

Compte tenu des difficultés inhérentes à la réalisation de programmes de documentation informatisée (bande magnétique CARIS) par des Etats ou des centres régionaux encore insuffisamment équipés, et avec le souci de mettre en place le plus rapidement possible une source d'information indispensables à l'essor de la production agricole dans les pays en développement, le Gouvernement français propose:

Que le programme CARIS soit intégré, au moins dans un premier temps, aux activités du programme normal de l'OAA ainsi que le recommandait le CGIAR.

Que la collecte des informations sur les opérations de recherche soit reprise dans tous les Etats intéressés et acheminée et dans les meilleurs délais vers le bureau CARIS de l'OAA à Rome.

Que celui-ci, disposant d'un ordinateur et du logiciel simplifié de traitement des données, entre en mémoire les informations reçues.

Qu'un service payant de questions-réponses fonctionne au Bureau CARIS qui enverra à la demande les informations souhaitées et sous la forme souhaitée.

Enfin, qu'une décentralisation progressive s'instaure à la demande des états ou des centres régionaux qui auront réuni les moyens nécessaires et prendraient l'engagement de diffuser les informations recueillies.

Nous pensons également qu'une mise à jour de la documentation CARIS devrait être effectuée en 1980.

En ce qui concerne AGRIS, la délégation française est heureuse de faire -part au Conseil de ce que la France invitera la FAO à organiser, en France, dans le courant de l'année 1980, un séminaire en langue française, en vue de la formation de documentalistes francophones appelés à participer au système documentaire AGRIS de la FAO.

Un nombre assez important de bourses sera offert aux spécialistes de pays francophones soucieux de parfaire leur formation et susceptibles d'assurer dans leur pays un centre de liaison AGRIS.

Un accent particulier est mis sur la recherche et sur la création d'instituts nationaux de recherche. On semble malheureusement oublier que les ressources tant financières qu'humaines de nombre de pays en voie de développement ne leur permettent pas d'aborder l'ensemble des problèmes de recherche agronomique :

Il faudrait au contraire porter l'accent sur l'aspect de la régionalisation de la recherche (type ADRAO) en fonction des différentes écologies. L'aide extérieure serait beaucoup mieux utilisée et en outre cela permettrait de mieux former les chercheurs nationaux.

Cependant, si la poursuite des recherches en matière agricole présente un intérêt certain, il faut souligner que les résultats déjà connus en matière de cultures et de techniques agricoles en Afrique permettraient de très notables progrès; mais la diffusion de ces nouvelles techniques se fait lentement et rencontre de nombreux obstacles. L'un de ceux-ci, et non le moindre, est l'insuffisance du réseau de vulgarisation et de formation des paysans.

Ainsi, le développement rural ne peut être durable que s'il est soutenu par une recherche nationale dynamique et orientée sur le concret. La recherche internationale ne suffit pas et a déjà montré les limites de son action.

Il y a là un problème dont la solution passera par une concertation étroite, d'une part, entre la FAO et les centrales scientifiques intervenant dans un cadre bilatéral (dont le GERDAT) au plan français.

Des moyens plus importants seront nécessaires non seulement pour les actions citées mais aussi et surtout pour la formation des chercheurs, la création de centres de recherches et la circulation de l'information.

Au surplus, l'activité des réseaux coopératifs européens méritait à notre sens d'être évoquée au titre du soutien à la recherche. Cette activité est évoquée dans le rapport du COAG, aux pages 4 et 8 (par. 28 et 50).

La rubrique nutrition (pages 31 et 32) se situe maintenant à un niveau satisfaisant mais devrait rapidement déboucher sur des projets.

En tout état de cause, indiquer l'importance des denrées locales dans 1 amélioration du statut nutritionnel des plus pauvres n'est pas tout. Si elles devaient comme annoncé couvrir 50 pour cent des besoins alimentaires globaux, cela implique qu'un effort considérable de recherche soit fait pour en améliorer la productivité et les conditions de production. Or, tout reste encore à faire dans ce domaine, car même la connaissance de base sur certaines productions locales n'est pas encore acquise (graminées alimentaires secondaires, légumes locaux, fruits et tubercules de cueillette, importance du gibier, etc.).

Toutes les considérations sur la nécessité d'améliorer l'appareil statistique sfavèrent pertinentes, mais l'expérience prouve qu'il s'agit d'un voeu pieux et que les efforts faits n'ont pas permis a'éviter une dégradation continue.

Seules, semble-t-il, les techniques de télédétection associées à des cellules d'observations internationales implantées en des points stratégiques permettront de suivre avec suffisamment de fiabilité et de rapidité d'évolution des situations agricoles dans les zones les plus sensibles du monde. Sur ce point nous ne pouvons que féliciter la FAO d'y accorder des moyens accrus.

En tout état de cause, les options nutritionnelles définies à la page II de ce document, ont incontestablement fait l'objet d'un large consensus lors de la 2ème session du Comité ad hoc des politiques alimentaires et nutritionnelles, et de la 5ème session du Comité de l'agriculture.

Parmi les groupes menacés devraient être cités expressément en raison de la gravité des situations, les femmes gestantes et allaitantes, les enfants, les populations urbaines des quartiers pauvres.

Maintenant, Monsieur le Président, en me réservant d'intervenir à nouveau dans le cadre du point 12 de l'ordre du jour, je souhaiterais préciser quelques points.

Tout d'abord a.s. des Représentants par pays: il semble y avoir contradiction entre le rapport du Comité du programme 2.99, page 15 où il est écrit que chaque bureau de la FAO par pays doit disposer de 8 postes, outre celui du Représentant, et le Rapport du Comité financier, paragraphe 321, page 33, où le chiffre de 8 inclut le Représentant permanent. Quel est le chiffre réel?

Je dois dire que le chiffre de 8 ou 9 personnes par bureau nous paraît excessif pour certain pays et que notre propre expérience prouve qu'il n'est pas nécessaire de disposer de 6 Agents des services généraux, surtout à temps plein. Ce chiffre, nous semble-t-il, doit être modulé suivant l'importance du pays et des besoins.

Je serais également reconnaissant au Directeur général de nous rappeler de la manière qui lui paraîtra la plus opportune, combien de bureaux de Représentants par pays fonctionnent à ce Jour, quelle est leur emplacement et quel est le nombre d'agents dont ils disposent chacun.

Nous serions aussi heureux de savoir, pour les 15 bureaux qui doivent être créés, combien cela représentera de créations de postes, combien de transferts du siège aux représentations á l'étranger ou de redéploiement d'un poste à un autre. Enfin quel est le calendrier de ces créations et quels sont les pays bénéficiaires.

S'il était possible au Secrétariat de nous donner ces informations par écrit dans un bref document de synthèse, cela serait, j'en suis certain, fort utile, non seulement à la délégation française mais à tous les membres de ce Conseil.

Nous voudrions maintenant préciser notre point de vue sur deux sujets qui nous paraissent particulièrement importants. Ainsi appuyons-nous chaleureusement le programme de coopération technique dont l'augmentation nous paraît raisonnable et justifiée eu égard à son efficacité reconnue par tous et au fait que la proportion du budget qui lui est consacrée est maintenue à un niveau satisfaisant.

En revanche, je dois le dire, je suis un peu inquiet de voir que la création sans doute justifiée de quinze bureaux de représentants par pays supplémentaire entraîne la création de 8 à 9 postes chaque fois. Nous pensons que cela doit être modulé selon les besoins de chaque pays.

Maintenant, avant d'aborder la question du budget, je voudrais féliciter le Directeur général et ses services de leur excellente gestion des ressources accessoires mentionnées au paragraphe 3.71, page 42 du rapport. La France soutient également la position du Secrétariat concernant les problèmes des frais de soutien aux agents d'exécution du PNUD. Nous souhaitons que le taux actuel de remboursement soit au moins maintenu.

Enfin, nous avons noté, en page 43 du rapport du Comité financier, qu'est présenté un projet de résolution portant de 0,01 à 0,04 la quote-part des contributions d'un pays membre. Nous appuyons cette proposition puisque le barème proposé par la FAO correspond à celui des Nations Unies, lui-même proposé par le Comité des contributions après étude approfondie et voté par l'Assemblée générale.

Voilà ce que j'avais à dire sur certains aspects précis de ce point de l'ordre du jour. Je voudrais maintenant, en conclusion, préciser la position actuelle de la France au sujet du budget de l'Organisation.

Le Directeur général nous propose de porter le budget du biennium 1980-81 à un chiffre qui, d'ailleurs, ne correspond peut-être plus tout à fait à la réalité, au taux de change actuel de 271,66 millions de dollars, soit, si je ne m'abuse, une augmentation de 28,5 pour cent par rapport à celui du biennium 1978-79 qui était de 211 millions de dollars, ou encore une augmentation en termes absolus de 14,25 pour cent par an. A titre de comparaison, j'indique que l'augmentation du budget de la FAO pour l'année 1980 ne sera que de 12 pour cent, ce qui représente pourtant un déficit budgétaire particulièrement lourd du fait de l'augmentation du prix de l'énergie et du chômage engendré par la crise économique mondiale que nous vivons.

Toutefois, un tel calcul ne reflète pas la réalité des ressources mises à la disposition de l'Organisation, puisque la situation des taux de change, et notamment les fluctuations du dollar par rapport à la plupart des autres monnaies convertibles,se répercute directement sur les ressources de la FAO. Aussi devons-nous féliciter le Directeur général, car nous avons bien conscience des efforts qu'il a faits pour limiter la progression des programmes, puisque l'augmentation se chiffre à 5,3 pour cent contre 12,68 pour cent en 1978-79 et 23,4 pour cent en 1976-77.

Cependant, dans les circonstances actuelles, ce taux demeure élevé eu égard à la situation financière des gros contributeurs due à la détérioration de la situation économique mondiale que l'on peut attribuer à de nombreux facteurs, en ce qui concerne non seulement la France mais beaucoup d'autres pays membres de la FAO, développés ou en développement, le principal étant le coût croissant de l'énergie et des matières premières.

Pour tenir pleinement compte de cette situation mondiale, il serait sans doute nécessaire d'envisager des économies supplémentaires, comme par exemple l'a fait à New York notre maison-mère, l'Organisation des Nations Unies, pour son budget 1978-79.

Ainsi, à ce stade, la délégation française n'est-elle pas encore en mesure de faire connaître sa position définitive concernant ce budget. Elle la communiquera lors de la Conférence générale, lorsque sera connu le chiffre final du budget proposé, lorsque nous serons assurés que de nouveaux engagements de dépenses n'interviendront pas en cours d'année et que nous percevrons plus clairement l'inconnue que constitue actuellement l'évolution des taux de change.

Toutefois, tenant compte des buts et réalisations de la FAO, tenant compte de l'importance vitale pour l'humanité des problèmes qu'elle tente de résoudre et afin de rendre hommage à l'effort accompli dans le sens de l'économie et d'une bonne gestion par le Directeur général et ses collaborateurs, la délégation française ne s'opposera ni á une recommandation ni à un consensus sur le Programme de travail et budget qui nous a été présenté pour le prochain biennium et doit être soumis en novembre à l'approbation de la Conférence générale 1/.

O. GARANDI (Tchad): Je me réjouis de prendre la parole pour la première fois à cette séance très importante au nom de ma délégation pour vous féliciter, Monsieur le Président, car vous dirigez nos débats avec sagesse et compétence. Nos félicitations vont également à M. le Directeur général de notre organisation pour la qualité des documents présentés au Conseil.

Les contraintes que connaît mon pays ont fait que nous n'avons pas pu envoyer de délégués aux différentes réunions de travail qui ont précédé ce Conseil. Nous avons tenu, malgré tout, à assister à ce Conseil en tant que membre, ceci pour témoigner de la confiance de mon pays en notre Organisation. Ma délégation profite de l'opportunité qui lui est offerte pour apporter un appui ferme au programme présenté par le Directeur général. Ce programme constitue pour nous un programme minimum, réaliste, tenant compte des restrictions liées à la conjoncture économique mondiale. En conséquence, les ressources équivalentes doivent être mobilisées pour financer ce programme que nous jugeons très modeste eu égard aux priorités et aux sollicitations de nos pays en développement, et nous demandons instamment aux pays riches de ne pas durcir leur position ni d'émettre des réserves au risque de maintenir le tiers monde dans son état actuel pendant encore longtemps.

Je ne m'étendrai pas davantage, car mon intervention pourrait répéter ce qui a été dit par ceux qui m'ont précédé, en particulier par la délégation rwandaise, qui a clairement exprimé ce matin l'inquiétude des pays africains, non seulement touchés par les calamités naturelles, mais aussi victimes des guerres. Les stratégies et les priorités retenues pour 1980-81 répondent bien à nos aspirations. Pour ce faire, ma délégation recommande au Conseil d'adopter par consensus le programme et le budget ainsi présentés.

1/ Texte reçu avec demande d'insertion au procès-verbal.

Je voudrais, avant de terminer, lancer un appel pressant, à travers la FAO, à tous les pays donateurs pour qu'ils puissent apporter une aide circonstanciée à la population tchadienne pour la campagne á venir, car celle-ci s'annonce catastrophique, compte tenu de la situation qui a prévalu au début de l'année 1979.

S.I. ALMANNAI (Kuwait) (interpretation from Arabie): I would like to express our full support to the proposals by the Director-General on the Summary Programme of Work and Budget for the 1980-81 biennium. We have studied the many proposals and the in-depth analysis made by the Programme and Finance Committees which is certainly a very comprehensive one.

The statements of the Director-General were very exhaustive and they had our full support.

The Summary Programme of Work and Budget is a very solid basis which will allow the Director-General to provide a Programme of Work and Budget which will be submitted to the general Conference.

We fully endorse the policies, strategies, resources and the means and methods for this programme, and because of our full trust in the Director-General we would have liked the level of this budget to be slightly higher but we realise that the Director-General is a very wise man and this is why he has presented the Programme of Work and Budget as it is now and therefore we also wish to support him for his position.

The many delegates who have taken the floor before me have mentioned the Programme they are most interested in, and if I may I would like to express our views. We give high priority to the role of the Organization in increasing investments and resources in the area of agriculture. We are fully satisfied with what is said about the investments of the Organization as we see in the Programme Committee's report. All these projects are of great importance for us and they are in line with the guidelines provided by the Director-General who would like to have full participation with research institutions in the Arab world. We hope that the Organization will help all these financial bodies to provide resources for those activities which are most beneficial to our countries and also channel investments towards agriculture, the agricultural area in developing countries.

I wish to seize this opportunity to express our full appreciation for the many programmes on Fisheries. Among these programmes we have one of great importance a new one which was started by the Director-General and which should lead to the establishment of a new international economic order. Sea and ocean resources are important, not only from a promotional trade point of view, but they can also improve nutrition and the food situation throughout the world. This is why we feel that we should all provide our assistance to coastal countries which have not yet attained their full potential and cannot benefit from this particular sector. This is why we would like the Organization to propose new programmes, new outlines, for cooperation with developing countries in this sector.

My delegation congratulates the Director-General on the wisdom of his proposals. We will endorse these detailed proposals at the general Conference. We truly hope that the Council will adopt by a consensus the Programme of Work and Budget for the 1980-81 biennium.

P. MORALES CARBALLO (Cuba): El Programa de Labores y Presupuesto para 1980-81 que hoy debatimos, constituye uno de los temas de mayor importancia para la FAO pues representa las directrices fundamentales para el próximo bienio. Dichas directrices se ven claras y precisas y permitirán a la Organización avanzar en el logro de sus objetivos primordiales, como son ayudar a los países subdesarro-llados en su desarrollo agrícola, pesquero y forestal, orientándolos a la vez hacia la obtención de incrementos sustanciales en los niveles alimenticios y nutricionales de sus pueblos, así como a cambios cuantitativos y cualitativos en sus desarrollos económicos y sociales.

En el curso de las deliberaciones que hemos venido sosteniendo en este Consejo de la FAO, he observado con regocijo el prestigio y la autoridad que ha alcanzado esta Organización. Todos los delegados que han hecho uso de la palabra han reconocido la encomiable labor desarrollada por la FAO y todos la han instado a que continúe su magnífico trabajo, y es evidente que, con mayores recursos económicos, esta Organización podría cumplimentar tales pedidos.

En las negociaciones relativas a la consecución del Nuevo Orden Económico Internacional, la FAO se halla, por su proceder, en la primera línea de los organismos internacionales. La FAO, por ello, se ha convertido en la columna vertebral de los países en desarrollo y en vocero de millones de personas que viven casi en la inanición y gravemente subnutridos.

Es por ello que, en estos momentos históricos en los que sobresalen por su fuerza las crecientes necesidades de alimentos aparejado a una población en constante incremento, y enfrentados a la baja constante de la producción agrícola en los países en desarrollo y a una disminución global de tierras cultivables, mi Gobierno entiende que la FAO debe continuar intensificando sus labores, atendiendo al mayoritario apoyo que ha recibido la Organización por su trabajo. Considero que el presupuesto propuesto por el sector general para el.próximo bienio será aprobado.

Para todos es conocido que el modesto aumento que nos plantea el Director General, no será suficiente para atender las grandes metas que se ha propuesto la FAO. Atendiendo lo antes expuesto, mi Gobierno apoya como cantidad mínima el presupuesto total efectivo de 271 millones de dólares que se nos propone. Al referirnos al valioso documento CL 75/3 que la Secretaría nos ha facilitado, queremos manifestar nuestro decidido apoyo al párrafo 2.11 que expresa, con mucha aceptación, que la disponibilidad del Programa de Cooperación Técnica para las operaciones de emergencia normales y en pequeña escala, ha sido muy apreciada por los países afectados.

Mi delegación se manifiesta en favor de que se sigan financiando los Programas Especiales de Acción, tales como el PCT, incluyendo el aumento que se propone; el Programa de Acción para Prevención de Pérdida de Alimentos, y el Plan de Asistencia para la Seguridad Alimentaria.

Consideramos de suma importancia que se sigan estableciendo las Oficinas de la FAO en los países en desarrollo, ya que las mismas han dado un considerable impulso a la labor de la Organización en los mismos.

El presuguesto que se nos propone, señor Presidente, es una nueva oportunidad de contribuir, siquiera en pequeña cuantía, a continuar avanzando en el camino del Nuevo Orden Económico y del que, aunque lejos, aún sigue siendo un objetivo a alcanzar, pero que requiere decisiones como ésta que tenemos aquí hoy ante nosotros.

Por ello, mi delegación no duda ni un segundo en dar su pleno apoyo a este modesto presupuesto para el próximo bienio, conscientes de que con ello cumplimos un deber como miembros de esta Organización y convencidos de que sus propósitos son justos y alcanzables.

Por último, señor Presidente, permítame expresar que hemos seguido con gran atención este debate y mi delegación ha tenido la posibilidad y la oportunidad de oír más de cuarenta intervenciones sobre este tema, en su mayoría de apoyo y ninguno en contra, lo cual da la impresión a mi delegación de que estamos arribando a un punto muy importante para tomar una decisión favorable sobre el presupuesto que se nos presenta.

S. de MARE (Sweden): Like other speakers today I would like to begin my intervention by complimenting the Director-General and his staff for the excellent way in which the different strategies and priorities have been presented in the Summary Programme of Work and Budget in document CL 75/3. This document gives a very good picture of the content of the programme of work, which is a most essential factor for the evaluation of the budget proposals. We also realize that real efforts have been made to change priorities, both between and within programmes, to comply with advice given by the Council and the Conference and to examine and make more efficient the work carried out by FAO. Thus we find that the Summary Programme of Work and Budget forms a good basis for further deliberation on a full Programme of Work and Budget for the Conference.

In this connexion I would like to make some comments on the proposed budget level. All bureaucracies have an in-built strength to grow by themselves. This is one of the reasons, besides the economic situation, why the Swedish Government have for some time advised all governmental agencies to present budget proposals based on zero growth. We feel, however, that the FAO budget should be judged on the merits of its programme. Against this background Sweden could, as already stated in the Programme Committee, accept the net real programme increase proposed by the Director-General in the document just mentioned despite the very stringent budgetary policy at the national level. My authorities would, however, have great difficulty in accepting any further programme increases if such increases were to be proposed between now and the Conference when the Programme of Work and Budget is finally approved.

When listening to the discussion we get a feeling that one aspect which was already mentioned by the delegate of Canada is somewhat overlooked. We discuss the FAO Regular Programme of Work and Budget as if in the present world food situation it is almost the only means of meeting the needs of the developing countries. We all know this is not the case. The extra-budgetary resources, including UNDP resources, in the hands of FAO for one year are coming close to the annual regular budget of this Organization. IFAD, the World Bank and the Regional Conferences contribute to this sector. We appreciate however that FAO must be given sufficient resources to be able to play its central role in support of these other development cooperation activities.

Sweden's membership of the Programme Committee has already given us the opportunity to make comments concerning the programme of work which also is reflected in the work of the Programme Committee. My delegation could thus associate itself with the conclusions in that report. Still, we would like to make some further comments concerning a limited number of main priorities in the programme of work and add some further viewpoints.

Sweden has always given full support to the policy of decentralization. In our view it is important that not only personnel resources but also different functions of the Organization and power over economic decisions are decentralized to the regional and country levels. Against this background, and despite the considerable costs incurred, we are quite prepared to accept the establishment of fifteenth new country offices by the end of 1981. The great number of country offices by that date and all requests for still more offices to be established in the future makes it urgent for some kind of evaluation of the total future need for country offices, taking into account such factors as multi-country coverage, etc. The multi-country coverage for some of these offices would also be a more efficient way to utilize these resources than to discuss the reduction of the minimum staff proposed by the Secretariat for country offices. The possibility of sharing premises with UNDP representation should however also be fully utilized.

As regards investment activities, a thorough examination has been made by the Programme Committee. Sweden appreciates the priority given to such activities and supports the comments given by the Programme Committee.

There are however a few aspects which we would like to underline: first, the inter-dependence between technical assistance, pre-investment and investment; secondly, the development towards programme and sector lending; and thirdly, the need to evaluate investment activities, especially at the project identification level in- the light of a more comprehensive independent agricultural outlook based upon agricultural sector plans or national development plans. Planning support for countries whenever requested for the formulation of agricultural sector plans is dealt with under food and agriculture policy. We find it important that FAO develops the capability to respond to such requests as well as training support and we stress the need for close cooperation between the Food and Agriculture Policy Division and the Investment Centre. Today about 45 percent of FAO's extra-budgetary needs are covered by different, trust funds. In view of the importance of the trust fund activities, the process of appraisal of different trust fund projects should in our view be even further developed. Also the possibilities of arriving at still greater similarity in the use of overhead cost compensation should be further explored. It is also important that further trust fund projects accepted by FAO for examination should be examined in the light of the objectives, priorities and plans of the host governments and the Organization and not of those of the donors.

Finally, we believe that the most spectacular change or policy is to be found in forestry activities, and we fully support the change of priorities in this programme.

E. HRAOUI (Liban) (interpretation de l'arabe): Au cours des trois dernières années, notre Conseil a adopté les stratégies et politiques nouvelles qui ont été proposées par le Directeur général de l'Organisation. Aussi, nous avons le plaisir de remarquer aujourd'hui que les activités de la FAO se sont basées sur les procédures effectives et réelles pour axer ses efforts sur le terrain et sur les petits agriculteurs. En fait, cette nouvelle stratégie a bénéficié de l'appui de pays membres, qu'ils soient développés ou en développement.

Le Comité plénier des Nations Unies a manifesté sa satisfaction pour les activités déployées par la FAO, surtout les activités destinées à instaurer un nouvel ordre économique international plus juste et plus équitable.

Au cours de la réunion de l'Assemblée parlementaire européenne qui s'est tenue dernièrement, cette Assemblée a adopté une résolution dans laquelle elle a rendu hommage aux efforts faits par la FAO dans ce sens.

Il est évident que le consensus se fait partout dans le monde sur la nécessité d'accorder la priorité au développement agricole et alimentaire, sur la nécessité d'augmenter la production agricole et alimentaire, et ce pour l'eradication de la faim dont souffrent des millions d'hommes dans le monde.

Il y a également un consensus à propos du fait que la FAO est l'organisation qui seule doit s'acquitter de cette tâche et doit oeuvrer pour le bien-être de toute l'humanité.

Devant toutes ces responsabilités auxquelles doit faire face la FAO, il nous faudra donner à la FAO les moyens de le faire. Aussi le sommaire du programme de travail et de budget qui nous a été proposé par le Directeur général, qui a été appuyé par le Comité du programme et le Comité financier, est en fait un programme que nous soutenons et que nous appuyons pleinement.

A ce propos, nous voulons dire très franchement que nous regrettons, à l'instar des autres pays, que le budget ne soit pas au niveau des aspirations des pays membres. Le budget proposé de 271 660 000 dollars a un montant très modeste, car en fait l'augmentation réelle du programme, tel qu'elle figure dans le tableau de la page 50, ne dépasse pas 2,7 pour cent. C'est une augmentation tres minime si nous prenons en considération la tâche que la FAO doit accomplir et si nous comparons ce budget au budget des autres organisations soeurs de la famille des Nations Unies.

Prenons l'Unesco, par exemple. Le budget de l'Unesco, au cours du prochain biennium, est de l'ordre de 303 milliards de dollars, avec une augmentation de 41 pour cent environ. La Conférence générale de l'Unesco a adopté ce niveau de budget. Cela me mène à me poser la question: est-ce que nos pays membres de l'Unesco, qui sont généralement membres de la FAO, considèrent que l'eradication de la faim dans le monde n'a pas la même importance que les efforts fournis par l'Unesco?

Je pense que notre Organisation a une tâche très lourde à remplir. C'est la raison pour laquelle nous nous rendons compte qu'au cours de notre vingtième siècle nous avons des défis énormes qui se posent à nous, à savoir le défi de l'énergie et le défi du manque des produits alimentaires.

Les pays en développement, pour relever ces défis, ont commencé à utiliser certains de leurs produits, comme par exemple l'alcool, à la place du pétrole, pour essayer de pallier au problème énergétique. C'est la raison pour laquelle notre délégation lance un appel à notre Conseil, un appel pressant pour que nos collègues ici présents, et surtout les pays qui ont manifesté certaines réserves sur le niveau du budget,se convainquent de la nécessité de cette augmentation.

Nous sommes également convaincus qu'ils sont d'accord avec le consensus qui se fait. Aussi, nous leur donnons rendez-vous au mois de novembre où j'espère l'accord sur le niveau du budget se fera sans aucune réserve. Nous ne voulons pas que ce budget soit imposé par la majorité.

Avant la fin de notre réunion, nous savons qu'une réunion internationale très importante aura lieu à Vienne, en Autriche. Nous attendons le résultat de la rencontre des deux présidents Carter et Brejnev. Nous formulons l'espoir que cette rencontre historique permettra de signer les accords de Sait 2 et qu'ainsi nous pourrons aboutir à une détente qui permettrait d'investir des milliards de dollars, qui étaient investis pour la destruction dans le monde, dans des programmes de développement agricole pour l'eradication de la faim et de la malnutrition. Nous voulons que l'espoir nous anime tous et nous espérons que les deux super-puissances ainsi que les organisations qui peuvent le faire, puissent aider notre FAO à s'acquitter de la tâche qu'elle s'était assignée et pour laquelle elle a été créée.

I. TAKI (Japan): First of all, my delegation would like to associate itself with other delegations in commending the Secretariat for its accomplishment of this voluminous work which is summarized in the documents before us, and my delegation also would like to show deep respect for the Director-General, Dr. Saouma, who made full use of his excellent leadership in this challenge.

My Government has studied the Summary Programme of Work and Budget with great attention. First, we would like to express our full support to the priorities selected for the Programme. Our endorsement especially goes to the Secretariat's support for the Centre for Integrated Rural Development in Asia and the Pacific, to the establishment of which Japan has contributed since its early stage.

We also support the Secretariat's giving priority to increasing activities on the development of rice production in Asia and the Far East, West Africa and other rice-producing areas, and we appreciate and support, like many other delegations, the Secretariat's strengthening of the Global Information and Early Warning System which provides us with very useful information.

Turning to the level of the budget, my delegation highly appreciates the efforts of the Director-General, Dr. Saouma, who has tried to rationalize the budget to the maximun extent possible. He best knows the serious situations and urgent requirements in the food-deficit developing countries. At the same time, he is in a position to learn to know the different difficult economic conditions in the developed countries.

My Government is now in serious financial difficulties. The amount of national bonds issued in 1979 reaches the critical level which represents 40 percent of the total revenue. The financial authorities cannot but estimate a zero increase in the national budget for 1980 in the initial stage. However, efforts are being made to curtail every expenditure. The value of the yen is declining. My country will have to pay more yens for the same amount of dollars in 1980 and 1981 that it paid in 1978 and 1979.

In view of such circumstances it would not be honest if I do not say that my Government cannot help being deeply concerned about the general trend of increase in the levels of the budget in the United Nations organizations, including FAO, and it would not be frank, either, if I refrained from saying that my Government earnestly hopes the Organization will carry out a tighter control on its budget. My delegation does not think that it is impossible to control the budget in a tighter manner without adversely affecting the important activities of FAO.

For example are the following measures that re-emphasize it: first, uniform composition of the staff for each country representative office may be reviewed in the light of flexibility. Secondly, a possibility of setting up one office in two or more countries may also be examined. Thirdly, in the case of IFAD, the new budget was recently approved for technical assistance of the nature similar to TCP, so some coordination between the two may be studied.

Having said this, I do not mean that my Government puts less emphasis on the role and functions of FAO.

My Government will give the highest appreciation in the future to the activities of FAO to be carried out under the magnificent leadership of the Director-General, Dr. Saouma.

In conclusion, my delegation would like to refrain from expressing a final view of the Japanese Government on the level of the Budget.

M. HAMDOON (Irak) (Interpretation from Arabic): On behalf of the delegation of my country I would like to express our reservation on the Summary Programme of Work and Budget presented to us by the Director-General for the biennium 1980/81. In our opinion, this Summary is below the aspirations and hopes of the Member Countries, and is not in keeping with the realities of the Third World and the developing countries, nor is it in keeping with the immensity of the problem of malnutrition and poverty existing in this part of the world.

It is certain that the Director-General in his preparation and elaboration of programmes of work and budget and in the representation of a budget in keeping with these budgets and programmes, the Director-General is aware there would be opposition on behalf of some donor countries to his proposals, and he knows quite well that he might not necessarily succeed,which is why he has presented a very modest budget. This unfortunately does not make it possible for him to fully meet the aspirations of the Third World.

In fact, the Summary of the Programme of Work and Budget for the next biennium 1980/81 was the subject of very strong criticism of certain developed countries this morning. If this criticism was expressed for.reasons of fluctuations, inflation etc., all we can do is simply take note of it and the consequences. If we want to try and excuse the Director-General for trying to adapt to the realities existing within the Organization, and the participation of the Member Countries, all we can do is to stand up against those developed countries who are trying to limit their participation in the budget of the FAO, a budget which has the objective of the elimination of poverty and hunger throughout the world.

We are certain the FAO is the only international body which can really do a great deal in this field. We are certain that the FAO, thanks to its experience in the past, and its full and complete grasp of the problem and possible solutions which would be the most appropriate, must see things clearly. It must clearly point out the problems as it sees them and also establish budgets which it feels are necessary to solve these problems, otherwise if this is not done, if the FAO is limited in its activities, then we can only regret this because the FAO will then in fact become an accomplice in this attempt at trying simply to throw crumbs to thousands and thousands of persons who suffer from malnutrition throughout the world. The FAO will be an accomplice to this general tendency of holding these peoples at a level of underdevelopment.

Therefore I would like to ask those members of the Council present at this meeting if the time has not come for the FAO to begin more audacious activities. Is the FAO going to limit itself simply to preparing simple techiques and carry out limited service, or is it not going to try to establish a more general approach in the developing world, and in at least ten developing countries, for each budgetary period so that these countries will have the ways and means available to have at least a minimum for establishing the basic commodities and producing the basic needs which are so important for the future development of their population and their resources? This can be further developed through water resources and through irrigation systems.

Should it not be FAO who should help in this preparation of the small-scale infrastructures? All these elements are well known to the Director-General, and in fact the Director-General is the person who is most aware of these problems. The Director-General is well aware of all these problems, but he also knows exactly what are the financial resources that are available to him and the Organization, and knows quite well if he had proposed such audacious activities to the Council they would not have received the support of certain developed countries, but would have been criticised by these countries.

Therefore, I fully support what was said by the delegate of Algeria when he talked about the sums which are earmarked for arms and the arms race. We wish here to refer to the fact that if one developed country could earmark for agricultural development those resources which they give to one country in our region for arms, it would eradicate this problem. However, this country does not want to understand these realities.

In summary, we would like to say we give our fullest support to the tentative efforts made by the Director-General to present a budget level which is in keeping with the limitations to which he is subject, and we are certain that when the Programme of Work and Budget is presented to the General Conference, we will once again make these same reservations on the very low level of the Budget which does not make it possible for the FAO to carry out to its best ability its objectives and role.

H. BAEYENS (Belgique): Les autorités belges ont examiné avec la plus grande attention le sommaire du Programme de travail et budget pour 1980-81, qui nous est proposé sous la cote CL 75/3.

Ma délégation tient à remercier le Secrétariat pour ce document à la fois concis et clair. Elle remercie également le Directeur général et les Présidents des Commissions, Comité du programme et Comité financier pour l'introduction qu 'ils ont faite pour ce point de 1 'ordre du jour. A ce propos, je voudrais vous dire tout d'abord que mon pays est convaincu de la valeur considérable que représente pour les populations du monde entier l'action de la FAO. C'est d'ailleurs en témoignage de cette conviction que la Belgique augmente, d'année en année, sa contribution volontaire à l'action de la PAD. Je pense qu'il est superflu de citer des chiffres. Je tiens néanmoins à bien faire comprendre que si je suis amené à formuler des remarques critiques sur l'une ou l'autre proposition contenues dans le document il n'y a pas lieu d'interpréter mes observations comme l'expression d'une évaluation néga -tive de l'Organisation et de ses activités. Bien au contraire, mon pays considère que la FAO fait un travail qui est essentiel et le fait bien.

Je voudrais maintenant présenter quelques commentaires sur certaines propositions contenues dans le sommaire du Programme de travail et budget pour discussion. Ma délégation appuie pleinement les priorités énoncées à la section V, particulièrement celles citées au point 5.2, et je voudrais les citer: "La stratégie fondamentale doit continuer à avoir pour objectif le nouvel ordre économique international en mettant l'accent, dans ce contexte, sur l'accroissement de la production alimentaire dans les pays en développement et le renforcement de l'action en faveur du développement rural et plus particulièrement en faveur des catégories sociales les plus pauvres et les plus déshéritées."

Ma délégation salue avec faveur la stratégie générale qui vise le renforcement des actions concrètes au travers de programmes d'action spéciaux alimentés au moyen d'un soutien financier extra-budgétaire. Le document sur le programme d'assistance à la sécurité alimentaire recueille la participation de mon pays. Je cite également le programme d'action pour la prévention des pertes alimentaires créé par la dernière Conférence. Mon pays envisage de poursuivre sa contribution à ce Programme dans l'avenir. A ce sujet, je voudrais me référer à l'Annexe au document où il est dit à la page 26: "le budget consacré à la prévention des pertes alimentaires après récolte sera accru de 175 000 dollars E.-U. pour donner satisfaction aux gouvernements qui ont demandé une aide directe et concrète afin d'améliorer l'emmagasinage au niveau de la ferme, du village ou de la communauté." Certes, ainsi que je viens de le dire, nous appuyons le Programme de prévention des pertes alimentaires mais il n'apparaît pas clairement pourquoi les contributions versées au Compte spécial ouvert à cet effet et qui s'élèvent à 14,5' millions de dollars E-Ü. ne peuvent fournir que les 175 000 dollars E.-U. mentionnés ici. Je sais que c'est un détail mais il se trouve que ce détail figure dans notre résumé de programme et budget, par conséquent il est déplacé de le relever.

Mon pays soutient également avec conviction le programme "Engrais" de la FAO. Ma délégation y reviendra plus en détail sous un autre point de l'ordre du jour.

Quant au programme de coopération technique, à la différence des programmes précités, celui-ci est essentiellement à charge du budget ordinaire. Ma délégation est d'avis que ce programme, dans les limites que lui fixent d'une part les critères établis pour son fonctionnement, et d'autre part les 12 pour cent environ de l'ensemble du budget ordinaire ont non seulement prouvé sa valeur mais se sont avérés parfois d'une utilité exceptionnelle.

Il y a toutefois un programme aui ne manque pas d'inspirer quelques inquiétudes à ma délégation. C'est celui des missions de la FAO dans les pays. La mise en place de ce réseau de missions ira en s' aggravant au fur et à mesure. Il représente déjà plus de 11 millions de dollars E.-U. soit environ 6 pour cent dans le budget proposé pour 1980-81. La comparaison de son coût, c'est-à-dire 15 millions, avec celui du programme de coopération technique, c'est-à-dire 28 millions, fait saisir le poids de ce boulet budgétaire. Un certain nombre de questions ne peuvent manquer de nous venir à l'esprit: quel sera le coût de ce programme lorsque les 62 postes, dont la mise en place est prévue ici d'ici à la fin du prochain biennium, seront effectivement tous opérationnels ? Ces postes sont-ils vraiment tous justifiés ? Ne peut-on accréditer certains de ces représentants dans plus d'un pays ? Les bureaux doivent-ils vraiment tous comporter la structure en personnel prévu, c'est-à-dire deux fonctionnaires professionnels, plus 6 employés des services généraux ? et bien d'autres questions encore pourraient être posées à propos de ce programme qui, je le répète, nous pose quelques problèmes. Je ne veux pas entrer dans le détail à propos de l'assistance, dans chaque section en particulier. Il me reste néanmoins à faire un commentaire plus général. Nous savons tous que nos gouvernements respectifs doivent faire face à une situation financière extrêmement difficile et contraignante, situation encore aggravée par les récentes majorations du prix du pétrole. Notre budget national a été établi sur la base d'une croissance nulle et des instructions strictes ont été envoyées à mes collègues auprès d'autres institutions spécialisées du système des Nations Unies pour qu'ils fassent comprendre que la Belgique ne peut en principe accepter une croissance budgétaire dépassant 2 pour cent par an.

Bien que le budget qui nous est proposé ici dépasse nettement un tel taux de croissance, mes autorités reconnaissent que le Directeur général, compte tenu du contexte dans lequel la FAO opère, compte tenu aussi de la tache exceptionnellement importante et urgente qui incombe à l'Organisation, a fait un effort méritoire de modération budgétaire. Ma délégation est en mesure de donner son appui aux propositions qui nous sont soumises ici.

Je dois cependant insister pour qu'il soit évité que certains postes budgétaires soient majorés ou que de nouvelles dépenses soient ajoutées. Ceci ne serait acceptable que dans la mesure où les crédits nécessaires seraient prélevés sur d'autres articles moins prioritaires. Il ne faut pas perdre de vue, les moyens étant limités, qu'il convient d'établir des priorités. Ne devons-nous tous pas agir ainsi, tant sur le plan privé que sur le plan national ? Les dépenses les moins

prioritaires doivent, le cas échéant, être éliminées et lés programmes les moins prioritaires doivent être réduits, suspendus ou même arrêtés. Certaines"mesures, dont l'introduction a été en principe décidée, peuvent être échelonnées sur une période plus longue. Il faut aussi chercher, dans la mesure du possible, à faire usage de financementsextrar-budgétairee, particulièrement dans le domaine de l'assistance technique. Je songe ici au nouveau programme des zones économiques exclusives dans le domaine des pêcheries; je songe aussi au programme de prévention de pertes après récolte, au programme élevage, etc.

Ceci dit, je répète ue ma délégation rend hommage à la direction de l'Organisation et marque son appui au sommaire du Programme de travail et budget pour le biennium 1980-81.

T.J. KELLY (Australia): We have a profound appreciation of the problem the Director-General has faced in determining a suitable degree of responsiveness to the competing pressures upon him for expansion and restraint. We are most appreciative of the helpful way in which, in introducing this item yesterday, the Director-General placed that dilemma in perspective. So far as the Programme is concerned, it is impossible, we believe not to be influenced by the contributions of the many delegates who have explained to us in flat and unemotional terms the problems of their peoples. Thus we see the general thrust of the Programme as sound and the Programme priorities as well based.

Turning now to the level of the budget, we have already explained in the appropriate Committees and need not labour here the general policy of the Australian Government in relation to international organizations, that desirably there should be nil growth, consonant with domestic restraints which are being imposed on every internal programme. At the same time we recognize what I suppose can only be described as the unique character of this Organization and the work that it is doing around the world. In consequence of that, the Government has agreed that certainly there should be no such attempt at containing the expenditure of this Organization to a zero real growth level and -for reasons which we have explained elsewhere- we have said that the Government presently contemplates some figure in the order of 3 percent real growth as being reasonable in terms of our own capacity to contribute. However, I should like to make a brief reference to the general money supply management and budgetary approach being made by Australia in relation to the forthcoming financial year.

It is the custom in Australia that final decisions on national budgeting are made in the months of June and July and announced in August. This year, uniquely in thirty years of my own experience, the Government has been so determined to contain its domestic expenditures that it introduced in May -four weeks ago- a preliminary budget which is directed to severe reductions in the expenditure on health and education services, and -of particular relevance in our discussion here- severe reductions in expenditure on agricultural adjustment, extension and research. We normally have a reasonable idea at this stage of what will be possible in terms of national budgeting at the August announcement date. The most I could foreshadow at this stage - and prophecy in this area is something of a luxury- is that the indications we have from the preliminary budget and from the targets given to domestic ministries, is that there will be a general all-around containment of expenditure.

The purpose of explaining in this perhaps tedious detail the domestic budgetary processes is to explain to all the delegates, whose contributions have made a significant effect on our thinking, that it is not possible for the Australian delegation at this stage to give a final answer about our view on the level of the budget. What we can do is to assert Australia's continuing support for this Organization, to reiterate in particular our support for the principles and priorities of the Programme we have before us and to say that this Organization is one to which we will always direct our best efforts in terms of financial support.

A. Y. BUKHARI (Saudi Arabia) (Interpretation from Arabic): I do not think I shall go into all the details of the many points we have bear here before us because these matters have already been discussed at length and we have had a great many explanations in the Finance Committee meeting, so I shall not dwell upon these matters here. It is very simple for people to ask for a decrease in the budget of an organization, but convincing reasons for such requests should be put forward. Unfortunately, we have had no such valid reasons. We have a modest budget before us and at the same time we have certain very important matters to solve, such as the food crisis in the world. Considering this, do we have a single convincing reason to reduce the budget? I do not really think that any such reasons exist. We must convince ourselves of this. Some States have expressed reservations; some have called for a reduction in the budget; some have expressed arguments such as inflation, but we feel that inflation is a problem for all the world and not only for one State or a group of States. Inflation should make the hearts of developing countries bleed. It would in no way affect the hearts of developed countries, During the discussion one reason was given and it is to do with the devaluation of the currencies of some of the States. Personally, I feel that this argument has no valué whatsoever. Can the Secretariat prove to us or present us with a budget which would reflect the inflation rate, which would consider all these matters? The Secretariat can present us with a budget which will reflect the increase which is due to the economic situation of these States. Then would these States accept that budget and what would be the level of contribution of these developed countries and of the major developed countries which are participating in this budget?

If my country and other developing countries have the picture of this situation correctly as we realize that this Organization has the purpose of fostering the well being of man throughout the world then I would say that my Government, the Government of the Kingdom of Saudi Arabia has a full understanding of the needs of these developing countries. We are a developing country, we are part of the developing world. It is stated here, and if I may I would like to read out from the report which I have here, a report from the EEC, a report which was circulated this year. This report mentioned that despite the fact that the United Nations has approved the fact that countries should contribute 0.7 percent of their GNP, Saudi Arabia, as well as Kuwait and the United Arab Emirates, and I am reading from the report, these countries have offered for development in developing countries over 5 percent of their GNP. This is not all. This report also mentions the fact that Saudi Arabia is considered the second state in the world after the United States of America, the second state in terms of contributions to developing countries and therefore, despite the fact that we are a developing country, a country which has to import everything from abroad, not only food but we are importing paper and even pencils, this should clearly indicate to what an extent some developing countries have very special feelings for countries in need, how our country envisaged its role in favour of that part of the world where famine and hunger are rampant.

After this brief statement I would first like to pay tribute to the close cooperation and the fruitful cooperation between the Organization and the Near Eastern region in recent years. This cooperation has shown its true and real aspect in recent years and I am pleased to say that this cooperation appears in paragraph 2.90 and 2.146 of the document before us in the report of the Finance and Programme Committees.

On behalf of the delegation of my country I would like to pay tribute to the very effective steps which have been taken and are being taken to bring an end to centralization and bureaucracy which was present in this Organization and others as well. We are convinced that the results of these steps that have been taken will appear in the coming years, we will not have results in the coming months or in the near future. Some very bold steps have been taken and I am sure that results are forthcoming.

The slight increase in the Technical Cooperation Programme among developing countries has been made to the detriment of other activities and problems which are also of interest to our region, the region of the Near East. These problems, which are of importance to our development, the development of agriculture in our country, water management and proper and suitable water management, rainwater and other additional water, we all know that our needs are not very large, they are limited. It is not because we do not need the organization but we are making a tremendous sacrifice to provide assistance to those countries which are more in need for such aid, for such assistance, as our own region.

Fourthly and lastly, we are all looking forward to constructive and objective technical cooperation between this Organization and other similar organizations and institutes in our region and with agricultural sectors. We have the Arab Agricultural Development Organism and the Arab Centre for the Development of Arid Areas willing to cooperate and we would like to have further information at the next Council meeting. The development of our region is also dependent upon the development of other regions of the world.

Personally and on behalf of my Government I hope that wellbeing and prosperity will find a place in the world and that there will be friendship and brotherly feeling among all the countries of the world and I hope that the Director-General and this Organization will be successful in their work to obtain our common objectives.

S. MADEMBA SY (Sénégal): Je ne sais pas si je suis le dernier orateur inscrit ou s'il y en a d'autres après moi. Quoi qu'il en soit, je me trouve dans une situation un peu périlleuse, dans la mesure où je risque de donner l'impression de tirer les conclusions générales du débat que nous avons eu, qui a été abondant et constructif, au cours duquel d'éminents orateurs se sont déjà exprimés.

Rassurez-vous, mon intervention n'aura pas de prétention et sera d'ailleurs courte, parce que je voudrais me limiter simplement au budget, plus précisément aux questions qui ont été soulevées au sujet de son niveau.

Je ne voudrais pas du tout avoir l'air d'apporter une voix discordante à ce concert d'éloges et d'approbations, mais je suis impressionné devant ce spectacle étonnant de contribuables applaudissant, voire même demandant l'augmentation de leurs impôts.

Je crois que cela tient un peu à la situation ambivalente dans laquelle nous nous trouvons. Nous représentons nos gouvernements auprès de la FAO, et en même temps nous sommes aussi partie intégrante de la FAO.

Hier après-midi, Monsieur le Président, vous avez rappelé de manière anecdotique le cas de M. West, représentant du Gouvernement britannique, et qui, par conséquent, lorsqu'on propose le budget dit immédiatement "non", mais qui, en tant que partie intégrante de la FAO, vous dit quand il vous voit: "effectivement, il faut augmenter le budget".

Nous sommes à la fois le gouvernement, les contribuables, mais en même temps nous sommes aussi la FAO.

Nous donnons donc ce spectacle étonnant de contribuables qui applaudissent aux impôts et qui demandent qu'on les augmente. On a même entendu hier certains délégués dire: "Cela ne suffit pas, il faudrait porter le budget de la FAO à un milliard".

Mais, ce milliard qui va le payer? Les gouvernements, les pays, mais les pays ce sont les individus, et chacun d'entre nous, à la fin de l'année, s'en rend compte en voyant sa feuille d'impôts.

Il est probable que ce spectacle étonnant est dû à la personnalité du Directeur général qui est l'auteur du budget, qui le présente, cela est dû probablement à son charisme, au charme qu'il a exercé sur nous. Mais cela est dû certainement aussi au fait qu'il a su nous faire partager sa foi dans la mission qu'il mène à la tête de l'Organisation.

Je crois que le mot "budget" est d'origine anglaise. Si je me souviens bien, éthymologiquement, il signifierait "bourse" - on peut éventuellement me donner un démenti si je n'ai pas raison. Psychologiquement, dès qu'on touche à la bourse de quelqu'un, le premier réflexe est un réflexe de défense. En En l'occurrence, si l'on va vraiment au fond des choses, devant le Budget que nous examinons, ce ne sont pas les représentants des pays riches qui devraient avoir ce réflexe de défense, mais c'est bien nous, les représentants des pays pauvres, car en définitive c'est pour les pays pauvres que la charge est la plus lourde. C'est pour les pays pauvres que les sacrifices sont les plus grands. Ils contribuent au même titre et à égalité avec les pays développés, chacun suivant ses facultés contributives respectives.

Il faut donc abandonner cette distinction entre gros contributeurs et petits contributeurs. Il faut abandonner cette mentalité de donneurs et d'assistés. Nous sommes tous des contributeurs et nous sommes tous des égaux en droit. Au point de vue de la contribution, nous sommes tous égaux en droit, mais je ne dis pas que nous sommes tous égaux en sacrifices. Ce sont des choses qu'il faut dire pour que les représentants des pays développés le sachent et puissent intervenir auprès de l'opinion publique.

Sait-on que dans la plupart des pays en voie de développement les impôts absorbent deux mois de salaire? Que dans ces pays il n'y a pas de troisième mois, de quatorzième mois, voire de quinzième mois de salaire? Sait-on que dans la plupart des pays en voie de développement il y a chaque année un prélèvement exceptionnel dfun jour de salaire en faveur du monde rural et que tout le monde doit le payer?

Donc, les sacrifices sont plus grands pour les pays en voie de développement à l'égard des contributions obligatoires qu'ils doivent verser aux organisations internationales.

J'ai ici le budget du Ministère des affaires étrangères du Sénégal. En 1978, comme contribution aux organisations internationales, nous avons dû payer plus de 15 millions de dollars. Ce sont les Sénégalais qui les ont payés, les fonctionnaires, les commerçants, mais ce sont aussi les paysans, les cultivateurs.

Le distingué délégué du Bangladesh, que j'ai eu plaisir à écouter ce matin, a été le premier à mettre l'accent sur cet aspect du problème, et nous approuvons absolument tout ce qu'il a dit à ce sujet. Il faut en effet prendre en considération cet aspect du problème pour éclairer le débat et éclairer éventuellement l'opinion publique sur la part du fardeau qui revient aux uns et aux autres.

Quand on examine un budget - c'est du moins ce qu'on nous a appris quand nous étions sur les bancs de l'école - on doit l'examiner à la lumière de deux principes pour mieux apprécier son niveau: le principe des service votés, et le principe des mesures nouvelles.

Les services votés n'offrent pas de problème. Ce qui est voté est acquis, éventuellement sous réserve de réajustement, tenant compte plus ou moins du coût de la vie.

Mais lorsqu'il s'agit de mesures nouvelles, c'est là où l'autorité budgétaire devient exigeante, et cela à juste titre, parce qu'il faut justifier ces mesures nouvelles pour pouvoir emporter son adhésion.

Si maintenant, à la lumière de ces deux principes que je viens de dégager brièvement, on regarde le projet de budget préparé et présenté par le Directeur général, on peut dire qu'au fond il n'y a pas de mesures nouvelles, et le distingué délégué de la Colombie, le Président Bula-Hoyos, a déjà souligné que l'accroissement du niveau du budget, que nous sommes en train d'examiner actuellement, est dû essentiellement à l'accroissement des coûts.

Que l'on se rapporte maintenant au document CL/3 au paragraphe 4.6, On y lit: "Le Directeur général n'a jamais cru à l'efficacité automatique de gros budgets " et au paragraphe 9: "La structure en programmes et l'organigramme restent les mêmes, à part quelques différences mineures" - sur lesquelles d'ailleurs il faudrait que le Président du Comité financier s'explique, parce que nous ne savons pas quelles sont ces différences mineures. Le Président Bula Hoyos a eu raison de demander des éclaircissements. Il est bien entendu qu'en tant que Conseil nous n'avons pas d' autorité sur le budget, mais devant la Conférence, il faudrait expliquer quelles sont ces différences mineures.

Etant donné que tout le monde a parlé d'un niveau très bas du budget, on peut se demander si éventuellement ceux qui l'ont préparé n'ont pas sacrifié à l'essentiel.

L'examen du budget en général offre toujours l'occasion de demander des explications, comme c'est le cas en ce moment, mais il offre aussi l'occasion de présenter un bilan. A cet égard, je donne raison à l'Ambassadeur d'Italie, qui a parlé hier soir, lorsqu'il demande que l'on fasse un bilan de l'activité de la FAO dans les pays. En principe, nous n'avons pas de documents sur les activités dans les pays; on ne sait pas ce que la FAO a fait au Panama, au Bangladesh, etc. Je crois savoir que des brochures ont été éditées, mais elles doivent être faites uniquement à l'usage des bureaux, pays par pays. J'ai eu par exemple l'occasion de prendre connaissance d'une excellente brochure pleine d'enseignements: la FAO au Sénégal, là, j'ai vu ce que la FAO fait au Sénégal. On pourrait donc répondre à la demande très fondée et très justifiée de M. Borin, Ambassadeur d'Italie, pour que l'on ait, à l'occasion de l'examen du budget, un document général du bilan de l'activité de la FAO dans les différents pays. Cela permettrait finalement de vaincre éventuellement les résistances qui peuvent se présenter lorsqu'on expose un budget.

En passant, puisque j'ai parlé de l'Ambassadeur d'Italie, je voudrais profiter de l'occasion pour remercier en sa personne le Gouvernement italien qui va mettre de nouveaux bâtiments à la disposition de notre Organisation.

Presque tous les délégués ici présents ont trouvé que le budget qui a été présenté par le Directeur général a été fixé à un niveau modeste, comme je l'ai dit tout à l'heure. Certains, toutefois, ont été d'un avis, je ne dirai pas contraire, mais disons réservé. On a mis en avant des arguments tirés de la crise, de l'inflation.

Mais quels sont ceux qui en souffrent le plus? Ne sont-ce pas les pays pauvres parce que non seulement eux ils en souffrent mais ils les subissent, non pas de leur fait mais du fait des pays développés eux-mêmes qui exportent ces maux dans leurs pays.

Si malgré tout cela ils acceptent de prendre leur part du fardeau, il me semble difficile aux pays développés de ne pas se joindre à eux. Les pays en développement ne peuvent pas à eux seuls construire le monde. Je constate d'ailleurs que personne ne s'est opposé au délégué de Cuba lors de son intervention. Il y a eu bien sûr des nuances qui ont été exprimées, cela est compréhensible. Je pense donc qu'une porte reste ouverte et, pour l'heure, nous espérons que le Conseil pourra partager favorablement ces vues pour un consensus sur le projet de budget qui a été préparé par le Directeur général et qu'il présentera à la Conférence de novembre 1979 pour approbation définitive.

L.C.J. MARTIN (United Kingdom): At this late hour I will not make a long intervention. The United Kingdom is in general strongly behind what the Director-General is proposing for the next biennium. We have comments to make here and there, but will not take up the time of the Council now; we will send those in to the Secretariat in writing. Because we are in general agreement with the content of the programme and think that it is generally in the right direction that leads us naturally to think very deeply about the budget.

Now when it comes to the budget and especially at this moment in my country where there is cutting of public expenditure all across the board, we have to decide what is really important and what can be either reduced or done away with, exactly in the way that Senegal spoke. It may be that our support for the present figure put forward by the Director-General will remain there - I personally hope so - but once a figure comes into the open and especially in an atmosphere where people are looking for cuts and certainly not looking for increases, our difficulties would grow daily for various reasons if the level of the budget grew towards the time of the General Conference.

Now, none of us know quite what will happen. All I think I need say at this moment is that we will do our best. We will do our best in the sense expressed by France and Belgium and we will hope; and in that spirit we can go along with the consensus of this so long as it is realized that that is the spirit, and let us all hope that we can arrive at a common solution.

CHAIRMAN: Thank you for shortening your statement. The Secretariat will include the rest of your statement in the record.

L.C.J. MARTIN (United Kingdom): Detailed point on Agriculture. The draft PWB makes sensible proposals for the continuation of activities already under way, and the changes in emphasis are in line with the priorities outlined in "Medium and Long-term Outlook for Food and Agricultural Development". Presentationally the paper is much improved, providing a greater depth of detail and hence a useful perspective of the overall programme in Agriculture.

Natural Resources (pages 23 and 24). It is gratifying that due attention is being paid to farm management and production economics with emphasis being placed on the small farmer sector. This remains a weak element in development planning in many countries.

While "appropriate farming systems" is given a brief mention the paper leads one to surmise that it is the agro-socio-economic aspects thereof which are to be concentrated on. Adequate emphasis is not being given to the technical aspects of farming systems including intercropping, integration of livestock and crops (including forestry and pastures) and so on, under both rainfed and irrigated conditions. There are no plans at present for further UK contributions of fertilizers through the International Fertilizer Supply Scheme, but we are this year increasing our modest support for various fertilizer projects under the FAO Fertilizer Programme.

Crops (pages 24 and 25). Whilst recognising the importance of rice as a staple food and welcoming the emphasis to be given to this crop, it would be useful to know of other major crops which are to receive attention. The Programme Committee's report (para 2.27 page 5) mentions the FAO Seed Improvement and Development Scheme, endorsed recently by the UN Committee of the Whole. We will continue to consider projects under this Programme on their individual merits, rather than contribute to the Programme itself.

We welcome the increased support for the desert locust control system, and in particular for the surveillance and forecasting side of this. We are very pleased that the Centre for Overseas Pest Research in London has been able to play such a useful role here.

Nutrition (page 29). To be consistent with the medium-term objectives of FAO on nutrition, mention should be made in this section of the priority attention to be given to implementing group feeding programmes where fifty per cent of the food used will come from local sources. There are two points of general application. First, although some of the proposed expenditure increases within each programme are detailed, the breakdown of increases according to activities is not adequate and needs to be included throughout the paper for a full understanding of the changes.

Finally, with the exception of the Rural Development Programme, and to a lesser extent the Livestock programme, virtually all of the proposed budget increases fall under the HQ category. There may be good reasons for allocating the funds in this way, but it would be helpful to have them explained a lot more fully. Is FAO now leaving the field to concentrate its activities at Headquarters?

Fisheries. We support the general FAO proposals on EEZs, which we think are well prepared and thought out, building on established ground and a logical development of previous discussions. (It may be worth pointing out that the UK is also doing much similar work in a bilateral role, often in conjunction with FAO). 1/

G. GAMO-KUBA (Observateur pour le Congo): Vous comprendrez facilement qu'un sujet aussi important ne puisse pas nous laisser indifférents et bien que nous n'ayons pas le droit,, comme certains de nos collègues du Conseil de dire s'ils approuvent ou désapprouvent le projet de sommaire du programme' de travail et budget proposé, nous pouvons au moins dire quel est notre sentiment car vous êtes censés savoir qu'à la Conférence, tous les Etats ont le droit de donner leur opinion.

Je voudrais seulement rappeler que le Conseil est responsable devant la Conférence et que les membres du Conseil ont été désignés par la Conférence. Donc c'est une confiance que la Conférence, c'est-à-dire, l'ensemble des Etats Membres de notre Organisation a donné à certains de nos états pour nous représenter et pour essayer de suivre les travaux du Secrétariat. Nous pensons qu'il serait tout à fait normal que les membres du Conseil essaient de mériter au maximum la confiance qui leur a été faite par l'ensemble des Etats Membres. Nous estimons que lorsque la Conférence a pris des résolutions et qu'elle a décidé de mettre en oeuvre certains programmes prioritaires il n'appartient pas au Conseil de remettre en cause ce qui a été décidé par la Conférence. Le Directeur général nous a fait des propositions et vous ne serez pas étonné que je rejoigne ce qui a déjà été dit par plusieurs délégués. Il revient malheureusement toujours aux pays en développement de dire que nos espoirs ont été quelque peu déçus car ce sommaire du Programme de travail et budget ne répond pas à ce qui a été demandé par la Conférence.

Nous pensons que si le Directeur général n'avait pas été contraint d'aller à la rencontre de certaines craintes qui se faisaient jour, peut-être aurions-nous pu avoir un programme de travail plus vigoureux et plus audacieux. Au lendemain de la Conférence mondiale de l'agriculture tout le monde reconnaissait unanimement que la situation était grave et qu'à une situation grave il fallait répondre par des moyens radicaux. Plus d'une vingtaine de résolutions ont été prises, malheureusement la mise en oeuvre a souffert d'une certaine passivité de la part de ces mêmes Etats qui ont pris ces résolutions.

Je ne voudrais pas abuser de mon droit de parole en tant qu'observateur mais vous me permettrez de relever certains points de détail. Nous nous réservons le droit d'y revenir, afin de montrer que ce sommaire du Programme de travail et budget est nettement en dessous de nos espoirs.

Depuis hier, nous entendons parler de gagner cinq kilos, d'en perdre quatre et d'en regagner plus d'un, ou moins d'un. Je crois que l'on parle souvent du problème de la sous-alimentation et de la malnutrition. Mais ce problème est peut-être souvent compris dans un sens unilatéral. La malnutrition ou, sous-alimentation, ce n'est pas seulement se nourrir très peu ou mal, c'est aussi se nourrir plus qu'il ne le faut. Peut-être faudrait-il essayer de sensibiliser certains pays où, je ne l'apprendrai à personne on peut aussi bien mourir de la suralimentation que de la sous-alimentation. Si vous voulez bien accepter cette image du principe des vases communiquants: la suralimentation des pays développés dans le système des vases communiquants pourrait venir apporter du secours aux pays développés, nous aurions moins de cadavres de sous-alimentés et moins de cadavres de suralimentés.En ce qui concerne les problèmes ponctuels, j'ai été quelque peu surpris par l'allusion faite par notre ami l'Ambassadeur du Sénégal et je crains qu'il y ait une erreur d'interprétation lorsque l'on se réfère par exemple au problème de la représentation de la FAO dans les pays. A notre avis, je crois que le programme proposé par le Directeur général n'a nullement été mis en cause. Même les réserves qui ont été faites n'ont nullement ....


CHAIRMAN: On a point of order, I give the floor to the delegate of Senegal.

S. MADEMBA SY (Sénégal): Je m'excuse vivement auprès de mon ami du Congo, M. Gamo-Kuba. Mais ce qu'il vient de dire ne traite pas d'une interprétation erronée. Je n'ai pas mis en cause le programme de représentation de la FAO au niveau des pays.

CHAIRMAN: Observer from the Congo, you will have noticed that no delegate during this debate has mentioned another delegate by name, so if you could state your own views and finish quickly because we have four others after you.

G. GAMO-KUBA (Observateur pour le Congo) (suite): Je suis désolé d'avoir provoqué cet incident. Si mon cher ami du Sénégal m'avait laissé poursuivre, il aurait compris que je ne l'avais nullement mis en cause. Je répète que je ne veux pas abuser de mon droit de parole en tant qu'observateur et je tiens à dire que la représentation de la FAO au niveau des pays revêt une importance capitale pour nos pays et chaque pays ici qui a déjà bénéficié de cet appui pourrait en témoigner et c'est ce que je voulais dire, et je suis surpris que l'on puisse demander la documentation; d'un autre côté on demande d'effectuer des économies et l'on voudrait que l'on fournisse de la documentation simplement à titre informatif quant à la validité de certaines tâches de la FAO dans tel ou tel pays. C'était le but de mon propos ,et j'aimerais que cela soit compris dans ce sens.

Quant au problème de la coopération technique, je me rappelle que le Directeur général a eu le premier le courage de réaliser des économies, or depuis que je suis à la FAO on a rarement entendu parler d'économies qui aient été réalisées. Je crois que le Directeur général a été l'un des premiers à avoir tenté d'effectuer des coupures pour réaliser cette oeuvre qui est maintenant acceptée par tout le monde et mon pays qui a été l'un des premiers bénéficiaires de ce programme de PCT pourrait en témoigner valablement.

Je voudrais parler du fait qu'aucun argument n'a été avancé pour la diminution de ce budget, mais par contre ce que nous voudrions savoir c'est qu'avant la tenue de ce Conseil plusieurs Comités ont eu lieu, (le Comité de l'agriculture et plusieurs autres comités), où des priorités ont été soulignées. On a parlé de la nutrition, de l'appui à la recherche et même de renforcer la coopération technique des pays en développement et, comme l'a dit le délégué de la Hongrie ce matin, au mois de juillet nous assisterons à la Conférence mondiale sur la Réforme agraire et le Développement rural qui aura un impact financier très important.

Si ce sommaire de Programme et budget doit être révisé, qu'il soit révisé en hausse, qu'il soit révisé pour tenir compte de toutes ces autres priorités. Nous aurons largement l'occasion d'y revenir lors de la Conférence, et je ne voudrais pas trop vous retarder mais simplement dire que nous sommes satisfaits de la tournure des débats qui ont eu lieu et se sont déroulés sans animosité et, je voudrais une fois de plus m'excuser auprès de mon collègue et ami du Sénégal, car je ne voulais nullement susciter un incident mais tout simplement notifier qu'il fallait éviter de multiplier les documents ce qui apporterait de nouvelles coupures dans les. projets de développement.

CHAIRMAN: It is now half past five but I would like Council to extend the time so that we can give the chance to the other Observers to very quickly intervene and then wind up the subject which has been debated so well and so efficiently.

LE VAN SINH (Observateur pour le Viet Nam): C'est la première fois que j'ai l'honneur de prendre la parole.

Je tiens tout d'abord à remercier le Directeur général de la FAO d'avoir fourni un document très bien préparé concernant le Sommaire du Programme de travail et budget 1980-81.

Je voudrais également remercier le Comité du programme et le Comité financier de l'excellent rapport qu'ils ont présenté au Conseil.

Ces documents,étant très complets, nous ont mis au courant des problèmes très importants et intéressants des stratégies,des priorités ainsi que des activités concrètes de notre Organisation.

Le Gouvernement du Viet Nam appuie sans réserve les efforts de la FAO et du Directeur général pour l'accroissement de la production alimentaire et le renforcement de l'action en faveur du développement rural.

Nous appuyons pleinement l'initiative de Son Excellence M. Saouma dans l'application de nouvelles politiques en jouissant et en mobilisant des ressources pour une action pratique sur le terrain au niveau des pays.

Nous voudrions renouveler ici, une fois de plus, la haute appréciation de notre gouvernement au programme de coopération technique de la FAO, programme qui nous permet d'obtenir rapidement une aide dont nous avons besoin. Notre Organisation a un but très noble, celui de contribuer par une action particulière et collective à l'expansion de l'économie et de libérer l'humanité de la faim et de la malnutrition. Certes, étant noble, mais aussi difficile, cette tâche demande du temps. Elle est devenue plus difficile à cause du budget limité dont la FAO dispose, ne pouvant pas répondre d'une façon satisfaisante aux besoins croissants des pays en développement.

Nous appuyons pleinement le niveau du budget proposé par le Directeur général pour 1980-81, mais nous devons dire que c'est une augmentation trop modeste. Trop modeste encore, si l'on tient compte de l'inflation fatale actuelle que nous devons tous supporter.

Me référant au rapport du Comité financier concernant la quote-part du Viet: Nam dans le budget de la FAO, nous voudrions présenter quelques idées ci-dessous.

Nous avons remarqué qu'il y a une forte augmentation dans la contribution de notre pays, qui passe de 0,01 pour cent en 1978-79 à 0,04 pour cent pour 1980-81, soit quatre fois plus. Alors qu'il y a une diminution pour trois pays, et cette diminution de ces trois pays est tombée strictement sur le Viet Nam (Annexe C, document 75/4, paragraphe 11).

Le revenu national est le seul indicateur qui peut être utilisé comme mesure principale de la capacité de paiement et le revenu national du Viet Nam reste encore trop bas. Suivant l'estimation de la Banque mondiale, le produit national brut du Viet Nam avec sa population de 50 millions d'habitants...


CHAIRMAN: On a point of order, I.would like to inform the delegate of Viet Nam that this is a matter with which the Council is not directly concerned. If you have a problem on you contribution, it is better to take it up with the Secretariat. So if you could limit yourself to the Programme of Work and Budget contents other than your own contribution, you have the floor now.

LE VAN SINH (Observateur pour le Viet Nam): ... au prix courant en 1975 est de 4 500 millions de dollars. Dans son annuaire 1978, la Banque mondiale a précisé que le revenu national par habitant est de l'ordre de 100 à 150 dollars au Viet Nam. Ce revenu national trop faible est dû à beaucoup de facteurs: les conséquences d'une longue guerre qui a détruit l'infrastructure socio-économique du pays, les catastrophes naturelles consécutives trop défavorables à l'agriculture pendant ces dernières années (sécheresse, typhons, inondations ...) et d'autres épreuves abattues sur le peuple du Viet Nam...

CHAIRMAN: Observer for Viet Nam, will you please keep to the agenda. Carry on.

LE VAN SINH (Observateur pour le Viet Nam): Je dois donc m'arrêter ici. Je veux cependant vous faire savoir que, selon la résolution adoptée à l'unanimité le 14 octobre 1977 par l'Assemblée générale de l'ONU, la République socialiste de Viet Nam doit être inscrite sur la liste des pays les plus gravement affectés. J'ai le texte intégral de cette résolution devant moi, mais je n'ose pas me permettre de le lire en raison du temps limité qui nous est imparti...

S. CAMARA (Guinée): J'ai suivi avec grande attention le débat au Conseil sur le point 11 de l'ordre du jour. En tant que membre du Comité du programme, j'ai déjà eu l'occasion d'analyser suffisamment ce document CL 75/3, de faire des commentaires et de donner le point de vue de mon gouvernement, à savoir son plein appui aux propositions du Directeur général, comme cela d'ailleurs a été dit par le président de notre Comité.

Je voudrais, cette fois-ci, faire une déclaration d'ordre général et lancer un appel aux Etats Membres du Conseil.

Le sommaire du Programme de travail et budget soumis par le Directeur général à la réflexion du Conseil reflète les préoccupations d'un homme d'action et sa détermination d'insérer la FAO beaucoup plus encore que par le passé dans le processus de développement des pays éprouvés par une longue période de domination et d'exploitation.

On a souvent fait référence dans certaines interventions à la crise économique que traversent les pays développés. Certes, les Etats traversent une phase délicate dans leurs relations, phase due à la lutte que mènent les Etats jusqu'alors dominés et l'affirmation de leur droit inaliénable au progrès et à disposer pleinement de leurs ressources.

Lorsqu'on évoque la crise, on se refuse de parler des vraies raisons, les responsabilités étant rejetées sur d'autres (taux élevé de l'énergie et des matières premières. Mais, qui est la victime, qui est l'exploité, qui est celui qui souffre de la faim? Par ailleurs, qui est celui qui pratique une politique de domination, d'agression économique et de gaspillage?

Ce sont là des questions qui ont des réponses précises et connues de tout le monde.

Point n'est besoin d'être grand clerc, ni statisticien distingué, pour souligner combien le problème de l'alimentation mondiale est déjà alarmant et combien il s'aggravera encore au cours des prochaines années si les tendances actuelles ne subissent pas un profond changement. Près de la moitié de la population du globe souffre aujourd'hui de la faim et près de 500 millions de personnes de la malnutrition. Pour parvenir à un résultat tout juste satisfaisant, une augmentation de 30 pour cent de la production cérêalière s'imposerait immédiatement.

Cette litanie est chantée tous les jours dans de nombreuses enceintes. Mais qui, plus que la FAO, peut attirer l'attention des gouvernants de ce monde? En proposant donc un budget, retenu d'ailleurs assez modeste, le Directeur général souligne l'urgence et l'importance des mesures à prendre. Je n'apprends rien à personne en disant cela. Je tiens cependant à relever que face à un certain comportement, certains ne cherchent-ils pas à se jouer d'autres en leur faisant miroiter une aide visant à les maintenir dans un perpétuel état de quémandeur?

Lorsque je pense à certains écrits d'hommes illustres ou à certains documents pertinents de la FAO traitant du probléme de la faim, je ne peux pas dire que je suis surpris mais bien au contraire je me sens renforcé dans ma conviction que la bataille sera dure pour briser les chaînes que les multinationales font peser sur le tiers monde.

Jean Ziegler a écrit que "le monde dans lequel nous vivons est un immense camp d'extermination" et Susan George lui fait écho lorsqu'elle relève que "la faim n'est pas un fléau, mais un scandale". Ce sont là deux phrases fort pertinentes qui nous situent au coeur du problème.

Conformément, donc, aux déclarations faites les jours précédents sur l'évaluation de la situation agricole dans le monde et l'appui apporté au plan du Directeur général sur la sécurité alimentaire, mondiale et si la volonté politique existe, nous devons décider de rompre avec une attitude qui ne trompe plus personne, pour donner un appui sans faille et constant au Programme et au Budget dont les grandes lignes viennent de nous être présentées.

Répondre positivement aux propositions du Directeur général, c'est se munir d'une conscience historique contraignante qui nous fait percevoir le devenir des masses paysannes de façon claire en fonction de ce que nous entendons fournir comme effort pour atteindre les secteurs les plus défavorisés, combattre la pauvreté, accroître l'investissement dans l'agriculture.

Savoir ce dont on souffre est déjà une première démarche nécessaire à l'efficacité de l'homme dans l'action d'amélioration de ses conditions de vie. Cela, nous l'avons fait lorsque nous avons abordé les points 4, 5, 6 et 8 de l'ordre du jour. Mais cela ne suffit pas, il ne suffit pas que l'homme se rende compte du mal dont il souffre; le diagnostic du mal, sa localisation ne sauraient suffire; il faut à cet homme une autre démarche complémentaire et plus utile: soigner le mal et s'en débarrasser. C'est dire que les objectifs et le programme ne sont qu'une simple projection des vues que nous avons de nous-mêmes et de nos activités futures pour une période déterminée et à tous les échelons. Ce qui est déterminant, c'est l'exécution des programmes, c'est leur application et leur traduction en réalisations nouvelles.

Pour ce faire, les Etats Membres ne peuvent pas se montrer d'accord uniquement par de vaines déclarations avec la politique, la stratégie et le programme du Directeur général, sans lui donner les moyens pour que la FAO participe de façon efficace, même si ces moyens sont réduits, à l'édification d'un ordre nouveau.

Alors, et j'en aurai terminé, si le Conseil est convaincu que l'autre moitié du monde meurt de faim, pas uniquement par manque de ressources ou de volonté pour produire pour se suffire, mais par suite d'une politique délibérément voulue et imposée, il se doit, à cette session et avant la Conférence, de renforcer l'action du Directeur général et de l'Organisation, il se doit d'approuver à l'unanimité le projet de budget proposé, démontrant ainsi sa volonté de répondre en partie, si infime soit-elle, mais importante quand même, aux graves problèmes auxquels sont confrontés les deux tiers de l'humanité.

D. VUJICIC (Observer for Yugoslavia): As an Observer, I will not go into detailed analysis of the various chapters of the Summary Programme of Work and Budget at this late hour, as it has been sufficiently dealt with in the reports of the Programe and Finance Committees and also in statements of more than 50 speakers who intervened before me. My intention is only to use this opportunity to express my Government's support of the proposal of the Director-General concerning the level and structure of the Programme of Work and Budget for the next biennium.

However, I would like to stress that my delegation, rendering its support to the level of the budget proposed, does it with a certain degree of reluctance which is caused by the fact that the level of resources proposed will not be sufficient to implement all planned programmes of the Organization* Even more, it is probable that with this amount FAO will not be able to implement all heavy tasks and responsibilities which have been given to this Organization by resolutions of previous FAO Conferences, as well as by the United Nations General Assembly, World Food Conference, and other bodies.

Also, we are afraid that the lack of resources will be a limiting factor in the Director-General's practical policy oriented clearly towards revitalization and activization of FAO in order to be more beneficial to all Member Countries, and especially useful to developing countries, in particular to the rural poor which is a very disadvantaged segment of the world's society,

I would like to express the hope and conviction that the Director-General, despite all difficulties and lack of resources, will continue with determination to implement this new trend in the activity of FAO, which has already started to produce positive results.

Expressing the opinion that the budget of FAO should be of a higher level than proposed, we have specifically in mind some projects which should be implemented with much greater speed than envisaged.

First of all, we think that TCP has, over the last two years, proved, to be a very useful and effective tool in solving some of the emergency problems of developing countries and as a catalyst for development. We would be much more satisfied if the proposal of the budget would envisage a much higher increase in the level of TCP than 5 percent, as reçpiested in the budget. We also think that other activities of FAO directed towards a larger Utilization of resources for the development of agriculture in developing countries should get greater support than envisaged. Here we would like to stress the need for greater resources for the speedy implementation of those programmes of FAO which have already been approved and given priority by the FAO Conference. Among those I should like to mention specifically reduction of post-harvest losses, a 50 percent reduction by 1985, because this is one of the effective means to achieve a decrease in the need for food. Then, to mention another one, enlargement of seed improvement programmes for which there was a resolution at the last Conference. Then, provision of fertilizers to developing countries and, to mention one specifically, to achieve the goal established by the General Assembly, achieving a supply to the MSA's to the level of one million pounds of nutrients. Then, improvement of the FAO Fertiliser Programme and the continuation of the enlargement of the Fertiliser Supply Scheme.

We share the views expressed that all efforts should be made to economise with the resources available but we do not think that the savings should be effected at any cost nor in cases where an exaggerated economisation could result in a slowing down of implementation of programmes which have a keen significance for the development of developing countries. With this in mind, my delegation would also like to support the Director-General's proposal for the continuation of the policy of decentralization including the establishment of the Country Representatives in developing countries; in accordance with the principle that the main coordinating authority of development in each country should be the government of the country concerned, we should also bear in mind that the presence of qualified and authorised representatives of FAO would enable and assist developing countries in identifying needs and possible projects and help the country concerned in preparing those projects in a manner to be acceptable for financing by international organizations for development and bilateral donors. In this manner the conditions for a solution of the so-called problem of absorptive capacity of developing countries| or of the lack of viable projects, will be created.

We therefore fully support the proposed continuation of establishment of FAO representatives in the developing countries while at the same time encouraging the Director-General to implement this policy in the most effective manner and optimally using available resources for the benefit of the developing countries. Having carefully followed all previous statements, I note that there is general agreement as to proposed priorities and programmes; even some developing countries wanted somewhat larger programmes. Unfortunately there was no such a degree of agreement on the level of the budget.

What surprises me is the feeling that the richest countries are least responsive to the need for a real increase in the level of budget which has to be used primarily for the benefit of the poorest countries. Also, Mr. Chairman; you and delegates probably noted that, speaking of the level of budget, the developing countries kept silent, while many developed countries complained about their economie difficulties and about present or prospective economic recession, about budgetary difficulties and the high burden of taxes on tax payers, the necessity to cut spending, and so on and so forth. The discussion here seems to imply that the developed and rich countries need to be pitied, in a way, and if possible assisted in solving their problems.

In conclusion, confirming again my delegation's full support for the proposed level of the Programme and Budget, and despite our expressed opinion that it is too low to meet the needs and expectations of developing countries, I should like to join all those who appealed to those countries who advocated a lower level of budget to accept and approve the level proposed by the Director-General.

T. MINKOUE (Observateur pour le Gabon): En ma qualité d'observateur, je ne tenais pas à priori à intervenir au cours de la présente session, mais je dois reconnaître que l'enjeu en vaut la peine, pour que l'opinion de la délégation gabonnaise soit, avant la vingt-cinquième session de la Conférence, connue des titulaires des décisions de la présente Assemblée sur le sommaire du programme de travail et budget 1980-81.

Il est des fois que la position d'observateur revêt certains avantages pour le délégué. Tout d'abord, il demande la parole le plus souvent parmi les derniers, après les ténors titulaires du Conseil, et ensuite il a tout le temps de faire le point de l'évolution des débats. Il va sans dire que dans de pareilles conditions ma tâche devient plus simple.

Bien qu'observateur, donc, j'ai cependant examiné avec le plus grand sérieux les documents relatifs au sommaire du programme de travail et de budget pour le biennium I98O-8L Mon intérêt a été également ravivé par la pertinente déclaration du Directeur général sur ce point, sans oublier les brillantes déclarations des présidents du Comité du programme et du Comité financier. Au Directeur général et à son équipe vont toutes mes félicitations pour la valeur de leur travail, oh combien construotif pour l'Organisation.

Au demeurant, mon propos va se limiter non pas à justifier le niveau de 271 600 000 dollars proposé par le Directeur général, et que je me plais à déclarer qu'il acquiert l'appui de la déclaration gabonaise, mais à faire remarquer ce qui suit:

Lorsqu'on aborde l'étude du programme de travail et budget de n'importe quel organisme ou institution, on assiste le plus souvent à une manifestation de passions les plus diverses. Permettez-moi de dire, Monsieur le Président, que pour l'examen de ce point de l'ordre du jour, la passion la plus positive, la plus constructive et la plus légitime de la part des membres de ce Conseil, est celle qui vise à renforcer l'action de l'organisation. Les propositions du Directeur général vont dans ce sens. Malgré la modestie du niveau de ce budget, notre éloquence le montre, notre sens critique du devoir envers les millions d'affamés que nous sommes oensés défendre doit nous amener à approuver sans ré -sserve ce projet de programme de travail et de budget pour le biennium suivant, budget, nous en convenons volontiers, modeste, voire très faible eu égard à l'étendue du problème à resoudre, le problème de la faim, de la malnutrition et de la pauvreté dans le monde.

Le problème qui se pose à á Conseil n'est pas de redéfinir le rôle de la FAO, ses stratégies et ses priorités, comme le rappelle le Directeur général,mais uniquement de trouver des ressources qui permettraient à l'Organisation de remplir sa mission, celle de répondre aux voeux de beaucoup de nos Etats, c'est-à-dire continuer de mettre en oeuvre de manière efficace les stratégies et les politiques approuvés à l'unanimité en 1976.

De ce programme de travail et de budget 1980-61, il ressort que les augmentations préconisées ne visent qu'à mettre en évidence les efforts de la FAO vers les besoins concrets et urgents sur le terrain, la poursuite de la politique de décentralisation, la complémentarité entre le siège et les bureaux régionaux, et l'action dans les pays

N'est-ce pas là l'accomplissement de nos voeux loseque nous approuvions à l'unanimité - j'insiste sur le mot unanimité - les propositions du Direoteur général en 1976? Cette unanimité,acquise en 1976 pour saluer la nouvelle direction des programmes et politiques de l'Organisâtion,doit nous servir aujourd'hui pour faire disparaître, au sein du Conseil, les quelques hésitations que j'ai eu de la peine à relever parmi les principaux détenteurs des moyens dont l'Organisation a besoin pour fonctionner dynamiquement dans le sens que nous lui avions donné il y a deux ans.

B.E. PHIRI (Observer for Zambia). we have listened attentively to the various interventions mads by delegations on the Programme of Work and Budget. Many of the delegations have commended the Direotor-General and his staff ; they have praised the documents before us. We have noticed that when making their interventions, some delegations have been approving parts of the Programme to support and they have supported the budget with some - I would not say reservations - with some caution. If the Director-General and his staff were to run this Organization on the shower of praise which they received this morning and this afternoon, they would go to bed on a golden bed tonight. They would dream sweet dreams about transforming the world tomorrow into a Utopia, because they have had enough of such praise today. But unfortunately this Organization is not going to be run on praise for the wonderful work they have done on writing up the paper, but by actually providing the financial means to run the Organisation.

When we look at ourselves in the mirror, some of us are probably lucky in that we were made without any flaws at all. When we look at our image we find we look beautifully symetrical. But some of us unfortunately will find that there are some flaws in our human anatomy: we may have one ear bigger than the other or we may have a nose which is slanting to one side* We may have a flaw such as a tummy that is too big for the body; but this is how we are, and we like ourselves the way we are. We look after ourselves; when we are sick, if we have an earache we rush to the doctor so he can treat it. But let us look at FAO: while people are praising the work done by the Secretariat, they begin picking at individual organs, at this or that particular project which is not very good, But what is this whole Programmé supposed to be? What is it supposed to do? Why has this Programme come before us and why did we shower praise on the Director-General and the Secretariat? There is not one project or programme in this document which has received complete condemnation from those who have spoken to it and if there is not one such project which is so bad that everybody is saying this is a bad project and must be condemned, I think there is need to reflect afresh and probably consider our position anew.

Anyone who might have been listening, not particularly to a member of this group here, but listening to the discussions in this room today, they would think that the world is falling to pieces tomorrow economically because of those that appear to be the bulwarks of the world economy today then say in one way or another that the economy is falling apart, therefore they find it difficult to support this figure which has been put before us. But we know that the world is not falling apart, we know that there is adequate capacity for the world to go on economically and despite the problems the international community can support this figure without much problem. People have talked about outting here, cutting there, we are seriously thinking of pruning our budget, national budget. This pruning of national budgets is not something now, it has not only taken place in 1979. The pruning of the budget is something that is looked at all over the years. Twenty years ago budgets were being pruned; twenty years to come they will be pruning this budget. No government just showers money into a budget like that and therefore we cannot use that as an excuse when we have certain obligations here that because we are pruning the budget at home, therefore we are not very willing to stretch and give to this Organisation. The problems of the world probably will never end but the world must go on.

Now many delegations, particularly from the developed world have been talking of sero growth and that sort of thing* It is easy for people who have to decide on a sere growth budget but for people who are starving, people who are /?/ , to think of sero growth is coamitting suioide. I do not know whether the proponents of this sere growth think that 500 million people who are starving today below the breadline, some of them only average one meal a day, they should plan on a zero growth, in other words maintaining that one meal a day, they should not have one and a half meals per day. I do not understand this kind of thinking in the world today.

Let me say one thing which probably is not connected with this meeting. Some years ago there was a man called Dr. Livingstone, he was an explorer. He went into the black continent of Africa. He did not speak the local languages, nor did the people he found there speak his language, but he went there all the same. He did not have enough food to carry him for ten months or for ten weeks but he was sure he was going to feed himself there and he was going to find people who were going to look after him; and they did look after him, right up to his death. When he died in the part of the continent with no roads, no airport those people felt "we have got to assist this man even in his death. We shall carry his body from the land-locked country" and that country is still landlocked today. They carried his body from there to the sea. I do not know whether people have ever thought how these people transported the body. They were carrying it on their shoulders, over mountains, across the forests, across the rivers, with hyenas howling around them, lions, snakes, but they felt "we have got to help this man even in his death and see that his body gets back home to his relatives. Probably in the future he will help us". The body finally went home. They travelled miles over what you would normally call virgin land in agriculture, they were travelling on virgin land, undeveloped land. They carried the body of this man; they sacrificed the little they had. They themselves could have been eaten by wild animals but they felt "We have got to help another man even in his death". We come here, you find that countries have got enough resources to help each other but what do they do, they talk of zero growth, they talk of "We can't do this when we are cutting our budget. How can we do that? How can you expect us to help here? How can you expect us to help there?". That kind of spirit of sacrifice has died down. But why am I saying all this? I wanted to tell our colleagues that the survival of this world probably lies in the hand of the fed world countries. Today the developed world has got the resources; these resources may be petering out; tomorrow probably the resources on which the world will fall back are those in the developing world, are those in the third world and it is to the advantage of not only the developing countries but also to the advantage of the developed countries to see that economic growth in developing countries is supported today, not with zero growth philosophies but certainly with an arm -stretched. Probably tomorrow we shall mutually support each other.

We know that FAO is not the only organization which is helping developing countries. We understand this. There are other organizations multilateral as well as bilateral but FAO happens to be the lead organization in agriculture and the starting point in economic growth of developing countries today is agriculture, therefore FAO is the lead organization today in developing the third world.

It is the basis of development today and that is why we feel without flinching we should support whatever measures are being proposed, and as I say the measures have been supported, when I was listening to the delegations I have not seen one particular project which has been condemned by all the delegations who spoke, all the projects have been supported but the problem comes in the financing of those particular projects. What sort of people are we? We support, yes let us do this, but when they say this is what you have to do they say that we are not going to support it. What sort of people are they?

I am appealing to our colleagues since they have not wanted to come out now to support the Programme of Work and Budget, they wanted to come and reflect on it in November, probably hoping that between now and November the economies in their countries are going to pick up. I do not know if this is the thing, if this is what they think.

CHAIRMAN: Zambia, can you please restrict yourself to your own opinion.

B.E. PHIRI (Observer for Zambia): Yes.

CHAIRMAN: Oh, you have already given up!

This brings us to the last speaker in this very interesting debate. As the United Kingdom said we have concentrated on policies rather than politics and I think everybody has done his very best to speak from the bottom of his heart to the problems that face the Director-General and his colleagues in preparing the Summary Programme of Work and Budget. We have not been burdened with the details of this programme and sub-programmes which are to follow and therefore in responding to some of the points made I am sure that the Chairmen of the Programme and Finance Committees and the Director-General himself will not go into detail on each project and sub-project, These we know are coming. Therefore I am sure they will give us a broad response to the policy issues that have been raised.

M. TKRULJA (Chairman of the Programme Committee): I doubt if I have any questions to answer except perhaps that one member of the Committee, Mr. John Baker, who represented the United States Government in the Committee, wanted me to witness that he had brought up the same issues in the Committee that he did today before the Council . Yes, I would say that had happened. In the Committee he identified a few areas where he thought some savings might be possible or feasible being not very much detrimental to the overall Programme of Work and Budget, as he pronounced very clearly himself today, but after considerable debate the Committee arrived at what you have seen in our report. The Committee really believed, as I stressed in my opening comments, that the Director-General had pursued a very rigorous programme budgeting method and that he had searched very vigorously again for all potential savings and the Committee believed and concluded that no additional savings would be possible without being really detrimental to the overall objectives and aims of the Programme of Work and Budget.

Besides that I could not but use this opportunity to say a few words on behalf of the Committee. First of all I want to thank warmly the Council for having given, at least indirectly, full support to the Committee's views.

I want to thank you, fellow delegates, for the nice words that you have addressed to us. But much more by your words,I think the Committee will be encouraged by the clear consensus that has emerged from your debate as far as the Programme is concerned. We will certainly do our best to serve you. Our next session will be pretty heavy, the heaviest agenda ever to my knowledge. The Committee needs to consider the full Programme of Work and Budget, the evaluation report and the field programme, besides many other things. But I am sure that the Committee will work for the Council to the best of its ability, which will hopefully lead the Council, and indeed the Conference, to arrive at a full consensus not only so far as the programme is concerned but also the budget, thus giving the Director-General a full and unquestionable mandate to carry on his policy with greater vigour, which is certainly promising, as you yourself said, to bring fruitful results.

M. BEL HADJ AMOR (President du Comité financier): Je crois que vous avez précédé ma pensée. Tout d'abord, je voudrais remercier tous les membres qui ont soutenu sans réserve les recommandations du rapport du Comité des finances et exprimer le vif espoir que les quelques réserves qui ont été formulées, ainsi que les raisons qui les ont motivées, soient levées d'ici à la Conférence.

Pour ce qui est des quelques questions do détail qui ont été posées ou les quelques clarifications qui ont été demandées, je voudrais préciser á ce propos que toutes ces questions trouveront leurs réponses lorsque le Comité se réunira pour examiner l'édition finale du Programme de travail et budget qui sera présentée à sa session de septembre. Je ne peux pas anticiper sur une édition finale alors que le Comité, au mois de mai, comme je l'avais souligné dans mon introduction, ne s'est penché que sur le Sommaire.

LE DIRECTEUR GENERAL: Mes collègues et moi-même avons écouté avec beaucoup d'attention les 53 délégués et observateurs qui ont pris la parole et je voudrais, au nom de mes collègues et en mon nom personnel, leur exprimer notre gratitude pour l'intérêt considérable qu'ils ont apporté à l'examen du Programme de travail et budget, et aussi pour la confiance et l'appui qu'ils nous ont manifestés à cette occasion.

Ceci est pour nous une source d'encouragement et de stimulation. Je serai très bref et voudrais simplement dire que nous avons noté très minutieusement les commentaires et les observations que Messieurs les délégués ont bien voulu faire à propos du sommaire de Programme de travail et budget. Ceci nous sera très utile dans l'élaboration et la formulation du Programme complet de travail et budget.

J'ai noté qu'un petit nombre de délégations auraient souhaité un niveau de budget moins élevé et j'ai également noté qu'un grand nombre d'autres auraient souhaité un budget plus important et davantage de ressources. C'est vous dire que j'ai la conscience tranquille. J'ai essayé d'être impartial. Il est impossible de satisfaire tout le monde et je n'ai pas essayé de satisfaire un groupe plutôt que l'autre.

J'ai noté également qu'un nombre impressionnant de représentants des pays en développement ainsi que ceux de quelques pays développés, ont proposé que le budget soit adopté par consensus.

Je voudrais remercier, d'ores et déjà, les délégations de la France, de la Belgique et du Royaume-Uni qui ont répondu à ces appels et exhortations en se déclarant prêtes à se rallier à un consensus.

Je suis confiant que le budget et le programme de travail seront adoptés à l'unanimité au moment voulu, c'est-à-dire lors de la Conférence de novembre.

Quelqu'un a dit enfin, en parlant de la FAO et la comparant à une armée, que cette armée devait être svelte, "lean"; à ce sujet, je voudrais rappeler le mot de Napoléon, qui était je crois un expert en la matière et qui disait "que l'armée doit marcher sur son estomac".

Nous avons besoin de ressources pour faire la guerre à la famine et à la pauvreté.

En conclusion, je voudrais remercier une fois encore tous les délégués et leur souhaiter un agréable week-end. Nous leur donnons rendez-vous la semaine prochaine pour continuer ensemble nos travaux, dans un climat aussi agréable et harmonieux que celui qui a régné durant ces deux journées. Permettez-moi, finalement, Monsieur le Président, de vous dire que nous vous devons beaucoup; je vous en remercie sincèrement au nom de tous mes collaborateurs et en mon nom personnel.

CHAIRMAN: Thank you,, Mr. Director-General and Chairmen of the Programme and Finance Committees. Ï would also like to thank the members of the Council and the observers for the wonderful cooperation that we have had. In the nearly 20 years that I have been coming here this is the nearest we have got to a unanimous agreement on programmes and budget levels. In the past, as I said, it has been a very big battle - accusations and counter-accusations, political rhetoric, and so on. But today we are all aware of the grave situation of food and agriculture in the world, that people are in fact starving as we are speaking here. Therefore nobody has tried to score any points for his arguments, apart from the fact that everybody wants the problems to be solved. Therefore everybody agreed with the strategy and priorities in the programmes submitted by the Director-General. There has been unanimous agreement that he is going in the right direction in the strategy and priorities of the programme. As the Director-General said, the only slight difficulties came in the budget level. Here the overwhelming majority throught they wanted a higher budget, but they agreed to go along with what has been proposed by the Director-General and a few reserved their views for later on. Also one or two wanted a lower level but this was not done simply to bring down the programme or to criticise the Director-General or the Organization in the way it is conducting its work - no, these hesitations are a result of perhaps circumstances beyond the control of delegates, which I am sure will be sorted out at home, and when the Ministers come there will be complete unanimity. What Council has done is to give the Director-General and his staff by consensus permission to go ahead and prepare a detailed Programme of Work and Budget for 1980-81 to be presented to the Conference as proposed by the Director-General in the Summary Programme of Work and Budget. I am very glad that the outcome has been what it is and not what it used to be.

LE SECRETAIRE GENERAL: J'ai pensé qu'il pourrait être utile aux membres du Conseil, durant le week-end, de compulsen leurs documents afin de prendre connaissance dans le détail des questions qui leur seront soumises lundi matin, car vous constaterez que dans le calendrier qui a été distribué certains points ne seront pas inscrits, et après la discussion tout á 1 l'heure du rapport des deux Comités, Programme et Financier, je présume que les indications suivantes vous seront utiles.

Lundi matin nous considérerons le point 12 comme indiqué dans le-calendrier et votre attention sera particulièrement appelée sur les paragraphes suivants du document CL 75/4. Il s'agit des paragraphes 2.116 à 2.166 ; 2.169 à 2.170 ; 3.50 á 3.54 ; 3.87 à 3.90 ; 3.100 à 3.112 et 3.122 à 3.125.

En ce qui concerne les amendements aux Règles XXVI/9 du Règlement général de l'Organisation, vous aurez à consulter dans ce même document CL 75/4 les paragraphes suivans : 2.172 à 2.174 et les paragraphes 22 á 27, ces derniers concerant le document CL 75/5.

Pour ce qui est de la position financière de l'Organisation, les paragraphes 3.55 á 3.73 vous seront soumis, ainsi que le document CL 75/LIM/l.

Le niveau des contributions pour 1980-81 est indiqué dans les paragraphes 3.74 à 3.80 et l'autorisation d'emprunt est contenue dans les paragraphes 3.81 et 3.86.

La Commission de la fonction internationale sera traitée dans les paragraphes 3.91 et 3.99.

Enfin, la nomination des Commissaires aux comptes sera traitée dans les paragraphes 3.126 à 3.132 dans le document CL 75/4.

Ce sont les points de l'ordre du jour dont vous aurez à discuter le lundi matin et le reste demeure inchangé.

CHAIRMAN: The meeting is adjourned.'

The meeting rose at 18.30 hours
La séance est levée à 18 h 30
Se levanta la sesión a las 18.30 horas

1/ Statement inserted in the verbatim records on request.

Previous Page Top of Page Next Page