Cinq leçons que nous avons tirées du lancement de l'Année internationale des légumineuses

Le lancement officiel de l'Année internationale des légumineuses a eu lieu le 10 novembre au siège de la FAO à Rome. Les organisateurs se sont réjouis de la forte participation, avec plus de 200 participants issus de ministères nationaux, de la société civile et du secteur privé. De nombreuses personnes à travers le monde ont regardé cet événement. Les conférenciers et les invités spéciaux ont souligné les nombreux avantages des légumineuses et ont mis en lumière certains des obstacles auxquels sont confrontés la production, l’offre et le commerce de ces cultures à l’échelle mondiale.

Voici cinq faits importants que nous avons appris sur les légumineuses grâce aux invités de prestige et aux conférenciers lors du lancement:

1. Les légumineuses sont une culture indispensable pour les communautés vulnérables dans les pays en développement.

Dans les pays en développement, les légumineuses constituent 75 pour cent de l'apport alimentaire moyen, contre 25 pour cent dans les pays industrialisés. Elles fournissent une alternative bon marché aux protéines animales: les légumineuses contiennent des protéines (de 20 à 25 pour cent de leur poids), alors que le blé en contient 10 pour cent et la viande de 30 à 40 pour cent. Les légumineuses constituent une culture de plus en plus importante pour les petits agriculteurs, en particulier pour les agricultrices qui sont plus représentées que les hommes dans ce secteur.

2. Les lentilles, les haricots et les pois chiches font partie intégrante de l’alimentation humaine depuis des siècles.

Des vestiges archéologiques découverts en Anatolie (la Turquie actuelle) montrent que la production agricole de pois chiches et de lentilles remonte à 7 000-8 000 ans avant JC. Aujourd'hui, les variétés sauvages de lentilles et de pois sont encore présentes dans la région d'Anatolie du Sud-Est. Des échantillons ont été prélevés et sont préservés dans des banques de gènes turques.

3. La consommation de légumineuses est en baisse.

Bien que la production mondiale de légumineuses ait augmenté de plus de 20 pour cent ces 10 dernières années, la consommation a enregistré une baisse lente mais régulière au cours de  cette même période, aussi bien dans les pays développés que dans les pays en développement. Cela pourrait en partie s’expliquer par une incapacité du secteur productif à suivre le rythme de la croissance démographique, ainsi que par une évolution dans de nombreux pays vers des régimes alimentaires basés sur la viande.

4. Les innovations scientifiques et technologiques peuvent contribuer à combler l'écart de rendement dans le secteur de la production de légumineuses.

Il a été démontré que l'amélioration génétique, la reproduction sélective des plantes cultivées et l'agriculture intensive durable augmentaient le potentiel de rendement et la résilience des légumineuses face au changement climatique. Les variétés améliorées de fèveroles résistantes à la chaleur au Soudan ont contribué à accroître la production de 600 kilogrammes par hectare. En Turquie, la variété de pois chiche Gokce, développée spécialement pour répondre aux conditions de culture de ce pays, a résisté à des conditions de sécheresse sévère et a même produit une récolte là où la plupart des autres cultures avaient échoué.

5. La production de légumineuses est très économe en eau, en particulier par rapport aux autres sources de protéines.

Il faut 1250 litres d'eau pour produire un kilogramme de dal (lentilles) alors qu’il faut 4 325 litres d'eau pour un kilogramme de poulet, 5 520 litres pour un kilogramme de viande de mouton, et 13 000 litres d'eau pour produire un kilogramme de viande de bœuf. Le choix de cultiver des légumineuses dans les zones et les régions sèches et celles sujettes à la sécheresse est donc judicieux du fait de leur faible empreinte en eau.

Pour un résumé complet de l’événement, vous pouvez lire le communiqué de presse et consulter le récit Storify ci-dessous.

20/11/2015

Partagez