Site web des Organes directeurs et statutaires
 

Comité de la sécurité alimentaire mondiale (ESA-728)

Prochaine session CSA - 41ème session - 13-18 Octobre 2014
Sessions précédentes et documents CSA - 40ème session - Octobre 2013
CSA - 39ème session - Octobre 2012
CSA - 38ème session (extraordinaire) - Mai 2012
CSA - 37ème session - Octobre 2011
Voir la suite...
Cadre juridique
Article de l'Acte constitutif

Article III, paragraphe 9

Historique

Créé par la Conférence à sa dix-huitième session (1975, Résolution 21/75), en tant que Comité du Conseil.

Règlement intérieur

Adopté à la première session (1976). Révisé par le Comité à sa vingt-quatrième session, afin d'être aligné sur l'Article XXXIII du RGO tel  qu'amendé. En cours de révision pour refléter la réforme du CSA (CFS:2009/2 Rev.2) et être conforme à l’Article XXXIII du RGO tel qu’amendé.
Voir Textes fondamentaux, Vol. I - Section L, Règlement intérieur du Comité de la sécurité alimentaire mondiale

Catégorie Cat.1
Rôle

Le mandat du Comité est défini à l'Article XXXIII du Règlement général de l'Organisation (RGO). Voir également le document sur la réforme du CSA (CFS:2009/2 Rev.2) intégré dans la Section Q du Volume II des Textes fondamentaux de la FAO. Les rôles du Comité de la sécurité alimentaire mondiale sont les suivants:


a) Coordination à l’échelle mondiale. Offrir une plate-forme de débats et de coordination, afin de renforcer la collaboration entre les gouvernements, les organisations régionales, les organisations et instances internationales, les ONG, les OSC, les organisations de producteurs vivriers, les organisations du secteur privé, les organisations philanthropiques et les autres parties prenantes concernées, en fonction du contexte et des besoins spécifiques de chaque pays.


b) Convergence des politiques. Favoriser une plus grande convergence et coordination des politiques grâce, notamment, à l’élaboration de stratégies internationales et de directives volontaires sur la sécurité alimentaire et la nutrition sur la base des pratiques optimales, des enseignements tirés des expériences locales, des apports reçus aux niveaux national et régional et des avis d’experts et opinions des différentes parties prenantes.


c) Appui et avis fournis aux pays et régions. À la demande des pays et/ou des régions, faciliter l'appui et/ou l'émission d'avis concernant l’élaboration, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation de leurs plans d’action faisant l’objet d’une prise en charge nationale et régionale pour l’élimination de la faim, l’instauration de la sécurité alimentaire et l’application concrète des directives volontaires pour le droit à l’alimentation, qui seront fondées sur les principes de la participation, de la transparence et de l’obligation de rendre compte.


Dans la Phase II, le CSA exercera progressivement des fonctions supplémentaires, notamment:


a) Coordination aux niveaux national et régional. Faire office de plate-forme pour promouvoir le renforcement de la coordination et un meilleur alignement des actions sur le terrain, encourager une utilisation plus efficace des ressources et identifier les lacunes de celles-ci. Au fur et à mesure que la réforme progresse, le CSA s’appuie en tant que de besoin sur les travaux de coordination de l’Équipe spéciale de haut niveau des Nations Unies. Cette fonction s’appuiera sur un principe directeur consistant à tirer parti des structures et des liens existants avec les principaux partenaires, à tous les niveaux, et à les renforcer. Les principaux partenaires sont notamment les réseaux et mécanismes nationaux pour la sécurité alimentaire et la nutrition, les équipes nationales des Nations Unies et d’autres mécanismes de coordination comme l’Alliance internationale contre la faim et ses alliances nationales, des groupes thématiques sur la sécurité alimentaire, des organes intergouvernementaux régionaux et un grand nombre de réseaux de la société civile et d’associations du secteur privé opérant aux niveaux national et régional. Dans chaque cas, il conviendra d’établir la nature des contributions fonctionnelles de ces partenaires ainsi que la manière dont le CSA pourrait resserrer les liens et accroître la synergie avec eux.


b) Promouvoir l’obligation de rendre compte et la mise en commun des pratiques optimales à tous les niveaux. L’un des principaux objectifs du CSA a été de « suivre activement l’application du Plan d’action du Sommet mondial de l’alimentation de 1996 » (PA du SMA). Bien que les pays prennent des mesures pour lutter contre l’insécurité alimentaire, les programmes spécifiques, tels qu’ils sont présentés, ne facilitent pas nécessairement le suivi quantitatif des progrès accomplis dans la réalisation des objectifs du PA du SMA. Le CSA devrait aider les pays et régions, selon qu’il convient, à établir si les objectifs sont bien en voie de réalisation et comment l’insécurité alimentaire et la malnutrition peuvent être réduites plus rapidement et plus efficacement. Cela supposera la mise au point d’un mécanisme novateur, comportant notamment la définition d’indicateurs communs, pour suivre les progrès accomplis vers les objectifs et les actions convenus, en tenant compte de l’expérience acquise par les CSA et autres initiatives de suivi précédents. Les observations de toutes les parties prenantes du CSA devront être prises en compte et les nouveaux mécanismes s’appuieront sur les structures existantes.


c) Élaborer un cadre stratégique mondial pour la sécurité alimentaire et la nutrition, en vue d'améliorer la coordination et de guider les actions synchronisées d’un large éventail de parties prenantes. Le cadre stratégique mondial est suffisamment souple pour pouvoir être ajusté en fonction des changements de priorité. Il s’appuie sur les cadres existants, comme le Cadre global d’action des Nations Unies (CGA), le Programme détaillé pour le développement de l’agriculture africaine (PDDAA) et les Directives volontaires à l’appui de la concrétisation progressive du droit à une alimentation adéquate dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale.

Secrétaire M. Kostas Stamoulis, Directeur, ESA
Composition

Le Comité est ouvert à tous les États Membres de la FAO, au Programme alimentaire mondial et au Fonds international de développement agricole, ou à des États non membres de la FAO qui sont membres des Nations Unies ou de l'une quelconque de ses institutions spécialisées. Le Comité comprend les États ou l’Organisation Membre de la FAO qui notifient par écrit au Directeur général leur désir d'être membres et leur intention de participer à ses travaux. La notification peut être faite à tout moment et la qualité de membre est considérée comme acquise à moins que le Membre ne se soit pas fait représenter à deux sessions consécutives du Comité, ou qu’il ait notifié son retrait du Comité.

Président Mme Gerda Verburg (Pays-Bas)
Nombre de membres 127
Liste des Etats membres
  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Algérie
  • Allemagne
  • Angola
  • Arabie saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Australie
  • Autriche
  • Bangladesh
  • Bélarus
  • Belgique
  • Bénin
  • Bolivie (État plurinational de)
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Cabo Verde
  • Cameroun
  • Canada
  • Chili
  • Chine
  • Chypre
  • Colombie
  • Congo
  • Costa Rica
  • Côte d'Ivoire
  • Cuba
  • Danemark
  • Égypte
  • El Salvador
  • Émirats arabes unis
  • Équateur
  • Érythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • États-Unis d'Amérique
  • Éthiopie
  • ex-République yougoslave de Macédoine
  • Fédération de Russie
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guinée
  • Guinée équatoriale
  • Haïti
  • Honduras
  • Hongrie
  • Inde
  • Indonésie
  • Iran (République islamique d')
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Japon
  • Jordanie
  • Kenya
  • Koweït
  • Lesotho
  • Liban
  • Libéria
  • Libye
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Mali
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mexique
  • Mozambique
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Oman
  • Ouganda
  • Pakistan
  • Panama
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Pérou
  • Philippines
  • Pologne
  • Portugal
  • Qatar
  • République arabe syrienne
  • République centrafricaine
  • République de Corée
  • République dominicaine
  • République populaire démocratique de Corée
  • République tchèque
  • République-Unie de Tanzanie
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Saint-Marin
  • Sénégal
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suède
  • Suisse
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Togo
  • Trinité-et-Tobago
  • Turquie
  • Ukraine
  • Union européenne (Organisation membre)
  • Uruguay
  • Venezuela (République bolivarienne du)
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe
Langues Anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe
Cote des documents CFS
Fréquence des sessions

Deux sessions par exercice biennal – les années paires après la tenue des conférences régionales, de manière à leur permettre de présenter un rapport sur les progrès qu’elles ont accomplis dans le cadre du suivi du Plan d’action du Sommet mondial de l’alimentation. Au besoin, le Comité peut tenir des sessions supplémentaires (Article XXXIII-3 et 4 du RGO).

Division Division de l'économie du développement agricole (ESA)
Contacter

CFS@fao.org

Working Space

Site internet

Comité de la sécurité alimentaire mondiale

Première session Avril 1976