Previous Page Table of Contents Next Page

Session 1 - Importance and development of biological agriculture

Session 1,1 - Principles and development of the structure of biological farming in Europe
Session 1,2 - L'agriculture biologique dans la pratique
Session 1,3 - Agriculture biologique en Europe

Session 1,1 - Principles and development of the structure of biological farming in Europe

Principles of biological agriculture
The development of biological agriculture in Europe
A look at some obstacles for a faster development of biological agriculture

International Federation of Organic Agriculture Movements


Nowadays agriculture is not only in a crisis, but is also approaching the wall of a dead-end road. The most radical alternatives for the problems of conventional agriculture are offered by biological farming methods, which are not "do-nothing" methods. The basic principles of biological agriculture leading to an agricultural method which is not only ecologically, but also economically and socially sound, are outlined. The roots and the development of biological agriculture in Europe are also described, giving some indication of the potential of these methods in the future. This is followed, finally, by a presentation of the obstacles for an even faster development.


Since there are still many rumors about biological agriculture around in the world I would like to start my presentation by stating clearly what biological agriculture is not:

It is not a "do-nothing" method (no fertilizer, no sprays) and it is not simply a return to the methods of our grandfathers. It would be also wrong to define biological agriculture easily as an extensive method. It is certainly extensive from a chemical-syntethical point of view, but from a biological view one has to characterize it as a quite intensified system.

It is self-evident nowadays (but there are also countless studies, reports and catastrophic facts to prove it) that conventional agriculture with the high input from outside the farming circle is fast approaching the wall of a dead-end road. Key factors like soil erosion, surface and groundwater contamination (pesticides and nitrate), serious illness problems of farmers, destruction of social and rural structure (every two minutes a farm in EC must be given up), over production, hormone scandals and catastrophes like Seveso, Sandoz/Basel and Bopal should be enough for the given short time to make clear why we urgently need a radical (in the true sense of the word) change to a really sustainable and therefore biological agricultural system.

Principles of biological agriculture

If one has to give a rather short definition of biological agriculture, it probably could be summarized in the following guidelines:

- The production of plants and animals and the use of raw materials in harmony with natural control mechanisms.

- Optimum - not maximum - production, which is mainly achieved by a planned diversity.

- Soil fertility is not only maintained, but also improved to achieve the optimum production, primarily by using renewable resources.

- New and appropriate technologies - the result of a better understanding of natural biological systems - are an integrated part.

- Foods of optimal nutritional value and minimal residual contamination are produced.

- Suitable technologies - especially mechanical solutions - are developed and used.

- The animals integrated in the production system are housed and fed in a manner appropriate to their species.

- Biological agriculture also brings an aesthetic satisfaction to those working in it and to those outside (landscaping).

- The people living on and from the land are also an important factor and must once come to play a central role, reflecting their needs, within the agricultural system.

The guidelines mentioned here provide the basis for the development of a method of agriculture which is not only ecologically but also economically and socially sound.

The development of biological agriculture in Europe

The methods of biological agriculture are not something new or which came out of the sixties. The first clearly defined principles go back at least to the mid twenties, when Rudolf Steiner gave his agricultural course on biodynamic agriculture. Immediately afterwards the first farms started to convert and this means that there are farms existing with now more than 60 years of experience. Also in England, Switzerland and other places pioneers realized soon the fact that agriculture was heading down the wrong road. For many decades this different approach to agriculture was not only extremely marginal with regard to its proportion, but was also hardly known and recognized. This has changed significantly with the increase in ecological catastrophes and the growing awareness of ecological issues, which has led also to an increasing demand for healthy food. On the other hand more and more farmers have realized that they, their families and their animals have become the first victims of this chemo-intensive agricultural method. Nevertheless, in terms of converting farmers the development has been rather slow. The consumer demand for biological food has grown a lot faster, but it is obvious that it is far easier for consumers to change their eating habits than it is for a farmer to completely convert and reorganize his farm. This is especially true considering the fact that the time of conversion demands a lot from the farmer and his family and at least in the past also economical sacrifices. These difficulties have not prevented a steady increase of biological farms, and latest developments show the enormous potential for a dynamic growth of these farming systems. West Germany ought to provide an interesting example here. In the last 25 years about 2000 biological farmers have so far taken up these methods. With the introduction of a governmental extensification programme including the possibility of supporting the conversion to organic agriculture last year alone about 1500 farmers registered for a controlled conversion to biological agriculture.

Within Europe various systems of organic agriculture are practised (e. g. biodynmic, organic-biological). All organized biological farmers have based their production standards on the IFOAM basic standards that have been accepted world-wide.

To help us appreciate the very recent international development of organic agriculture, maybe a look at the membership growth of IFOAM can give us an indication. In the first 15 years of IFOAM's existence about 100 farmers associations, research institutes etc. joined the international federation. In the following last 3 years this number has increased to almost 300. This is doubtless an impressive development, but still, looking at the problems we face, one could ask: Why does the biological movement not develop like, say, the microchip and computer business?

A look at some obstacles for a faster development of biological agriculture

We have to realize that a comparison to the growth of the computer industry is not correct, because biological agriculture is not just another product on the market. It is after all a radical new way of thinking and acting. And it is something that cannot just be sold, but has to be understood and learned intensively.

There are definitely a number of obstacles which are in the way for an even faster development of biological agriculture. The following obstacles can be identified as of major importance:

- Lack of advisers and extension services;
- Lack of research;
- Lack of teaching (farmers and advisors);
- Strong opponent lobbies and forces (e.g. chemical industries, partly farmers unions, parties);
- A fast growing "grey-market" with dubious labeling and even fraud;
- Lack of favourable laws for the development of biological agriculture.

Of the points mentioned above maybe the last is at the moment one with the most hopeful changes. Politicians, who have often not taken biological agriculture seriously or even ridiculed in the last decades, realize now the potential these methods offer in solving agriculture's current problems. If we manage in the future to minimize the impact of the obstacles to biological agriculture, we will come a lot faster and closer to the main aim of our farming methods: Based on healthy soil and healthy animals we want to produce healthy food for healthy human beings.


De nos jours l'agriculture n'est pas seulement dans une crise, mais elle s'approche au mur d'une impasse. Les alternatives les plus radicales pour les problèmes de l'agriculture conventionnelle sont offertes par les méthodes de culture biologique qui ne sont pas des méthodes "rien faire". Un accent est met sur les principes de l'agriculture biologique qui n'est pas seulement écologiquement, mais aussi économiquement et socialement saine. Les racines et le développement de l'agriculture biologique en Europe sont aussi décrites indiquant le potentiel de ces méthodes dans le future. Finalement, les obstacles d'un développement plus vite sont présentés.

Session 1,2 - L'agriculture biologique dans la pratique

1. Introduction
2. Rotation
3. Travail du sol
4. Fumure
5. Cultures
6. Protection phytosanitaire
7. Production animale
8. Commercialisation
9. Conclusion
Summary: Biological farming in practice


(Association PROGANA: Produits Garantis Naturels)


L'exploitation agricole biologique doit constituer une unité écologique, ce qui demande en général une organisation polyvalente. L'importance de la rotation des cultures est décrite. Le traitement du sol et la fumure soulignent l'importance de l'activité biologique, de la structure et du taux d'humus. Ensuite, les cultures les plus importantes sont brièvement passées en revue. La protection phytosanitaire met l'accent sur la prévention. En ce qui concerne la production animale, les exigences du bien-être des animaux ainsi que les critères économiques sont mentionnés. Pour la commercialisation, la restriction de croissance provient plutôt d'un manque d'offre en produits biologiques que d'un manque de demande. La conclusion souligne des bénéfices sociaux de cette méthode de culture.

1. Introduction

Dans la pratique, une exploitation doit être vue comme une unité écologique. C'est par l'intensification des processus biologiques avec un minimum d'apports en auxiliaires de l'extérieur que les rendements de l'exploitation sont obtenus. Le but est donc de structurer l'exploitation de façon aussi autonome que possible, ce qui demande en général une organisation polyvalente (cultures et production animale). L'expérience pratique ainsi que les recherches scientifiques démontrent que les engrais de ferme - surtout bovins - ont une grande importance pour la fertilité permanente des sols. Plus une exploitation ainsi que sa rotation de cultures son variées, plus les chances de succès d'autonomie sont grandes.

2. Rotation

Une bonne rotation constitue l'une des bases essentielles pour le maintien et l'augmentation de la fertilité des sols. La lutte contre les mauvaises herbes est facilitée par une bonne rotation. Le blé d'automne, par exemple, favorise le développement du chien-dent (Agropyron repens) s'il est trop souvent dans la rotation: par contre, les mélanges trèfles-graminées de deux à trois ans, ainsi que le seigle et l'orge, sont des cultures concurrentes au chien-dent et limitent l'expansion générale des mauvaises herbes.

En ci qui concerne les maladies des plantes de cultures, la rotation joue un rôle décisif, car elle favorise une amélioration de la structure du sol. En plus, l'utilisation des engrais de ferme varie d'une culture à l'autre; une rotation judicieuse permet donc de tirer tout le profit possible des différents engrais de ferme à disposition.

3. Travail du sol

La charrue et les machines sont à utiliser avec ménagement. D'un côté, nous aspirons à l'activité biologique du sol, mais de l'autre nous essayons aussi de maintenir la structure du sol et le taux en humus: Le compactage et l'érosion sont deux facteurs que nous devons essayer d'empêcher. S'est pour ces raisons que nous travaillons en labourant avec une profondeur restreinte, soit environ 15 - 20 cm. Un tournage du sol plus profond perturberait trop son système biologique. L'agriculture biologique tente de respecter au mieux les systèmes naturels et de perturber aussi peu que possible les différentes couches du sol. C'est pourquoi les vibroculteurs et les herses rotatives qui travaillent en peu de profondeur et qui préserve mieux la structure naturelle du sol sont conseillées.

Les méthodes mécanique pour la lutte contre les mauvaises herbes sont pratiquées depuis longtemps dans l'agriculture biologique. Ainsi, l'étrillage à l'aveugle est une technique découlant de pratiques paysannes anciennes. D'autres techniques ont été développées ces dernières années, comme le hersage du blé avec une bineuse à étrille munie de longues dents à ressorts, le sarcleuse à céréales, la sarcleuse à brosse ou la technique du brûlage. Si les conditions météorologiques le permettent, la-dite "cure de mauvaises herbes" est fortement recommandée: la préparation du sol se fait en deux fois, en permettant aux mauvaises herbes de lever entre les deux passages avec un vibroculteur ou une herse rotative.

4. Fumure

La fumure doit être accordée aux facteurs de production, de rotation et de travail du sol: elle ne peut remplacer une rotation et un travail du sol adaptés aux conditions du milieu. Le point de vue de l'agriculture biologique en ce qui concerne la fumure est le suivant: nourrir le sol et pas la plante; la substance nutritive doit être relâchée de sa composition au fur et à mesure, et ceci dans des proportions aussi harmonieuses que possible. Ces procédés devant être d'origine biologique, nous sommes, par la force de choses, spécialement axés sur la fumure organique.

Les engrais de ferme tels que le fumier et le purin constituent donc la principale source de fertilisation de l'exploitation d'agriculture biologique. Le compostage du fumier et l'aération du lisier représentent de possibilités d'utilisation plus variées et souvent plus efficaces. Ces avantages ne doivent cependant pas être surestimés; des facteurs tels que la quantité, l'époque et le mode d'application des engrais de ferme ont une influence plus importante sur leur efficacité que leur traitement. Un plan de fumure en fonction d'analyses du sol et de la culture prévue ainsi qu'un bilan nutritif de l'exploitation nous aident à atteindre l'utilisation optimale des engrais organiques.

Dans ce contexte, il faut aussi mentionner les engrais verts: ce sont des plantes cultivées pour servir d'engrais, activer la vie du sol et améliorer sa structure. Par la faculté des plantes de fixer des éléments nutritifs solubles, une réduction du lessivage est obtenue. De nombreux engrais verts sont utilisés comme fourrages dérobés; ils sont donc uniquement constitués par les racines. La culture dérobée peut être utilisée comme engrais vert ou comme fourrage.

5. Cultures

a) Céréales

Les céréales sont considérées comme peu exigeantes. Des légumineuses telles que pois et féveroles constituent d'excellents précédents. Les céréales dont en général cultivées après des cultures exigeantes telles que pommes de terre, betteraves, légumes de plein champ ou mais. Par rapport à la culture précédente, une fumure de complément peut être nécessaire. Un apport de purin au printemps est bénéfique au développement et rendement des plantes. En général, le travail du sol consiste en un labour superficiel et, pour la préparation du lit de semences, d'une cure de mauvaises herbes, c'est-à-dire deux hersages avec intervalle; la quantité de semences est majorée de 10 à 30% pour compenser les pertes lors du passage de la herse ou de la sarcleuse.

b) Pommes de terre

En tant que culture exigeante, la pomme de terre peut être placée dans la rotation après une prairie temporaire, des légumineuses ou des céréales, l'état du sol étant toutefois plus important que la culture précédente. La fumure sera de préférence le fumier, mais l'engrais vert est également recommandé; un apport de purin peut être bénéfique lorsque les plantes ont atteint 10 cm de hauteur. Etant donné que la pomme de terre aime un sol meuble avec une bonne rétention de l'eau, un labourage d'hiver est à prévoir. Pour lutter contre les mauvaises herbes, deux hersages avec intervalle sont recommandés. Après la plantation, pour lutter contre les mauvaises herbes, on utilise le principe étrillage-sarclage-buttage.

c) Légumineuses

La rotation des légumineuses, soit Tes féveroles et les pois, exige un interval de trois à six ans au minimum (Fusariose). Les légumineuses sont cultivées de préférence après des pommes de terre ou des céréales dans un sol aussi dépourvu de mauvaises herbes que possible. La fumure de limite à un engrais vert et un apport de fumier composté. Pour ces légumineuses, il faut labourer un peu plus profond que pour les céréales, avec la même préparation du lit de semence. Le semis doit se faire assez profond afin de permettre le passage de la herse-étrille par un encracinement plus grand et afin d'éviter les dégâts d'oiseaux. Un sarclage est conseillé avant la fermeture des interlignes.

d) Maïs

Dans la rotation, le maïs est généralement cultivé après une rompue ou après des céréales suivies d'une dérobée ou d'un engrais vert qui gèle en hiver. Le maïs mettant bien en valeur l'azote du fumier, il devrait être épandu juste avant le labour du printemps. Trois semaines après la levée, il faut un apport de purin aéré ou dilué afin d'éviter les brulûres. Le lit de semence doit être préparé comme pour les autres cultures, car la suppression des mauvaises herbes est extrêmement importante, le maïs supportant très mal la concurrence des mauvaises herbes dans sa jeunesse. Il faut lutter contre les mauvaises herbes par un hersage avant le semis et un semis profond pour permettre un étrillage à l'aveugle. Un semis tardif favorise une germination plus rapide que celle des mauvaises herbes, ce qui permet un sarclage plus précoce. En général, il faut faire deux passages avec la sarcleuse, puis éventuellement un buttage plus tard. Le maïs exigeant des interlignes de 70 à 80 cm, il est nécessaire de protéger le sol par un semis de couverture. Quand le maïs atteint une hauteur de 15 cm, on sème du trèfle souterrain ou du trèfle blanc mélangé à du ray-gras.

e) Betteraves fourragères

Les prairies avec de la luzerne, les pommes de terre, le blé, le seigle, etc. représentent de bonnes cultures précédant la betterave. Il faut compter un intervalle de culture d'au moins quatre ans; ceci est valable également si le précédent cultural est une crucifère tels que colza, navettes, moutarde, etc. La préparation du sol exige un labour d'automne pour la rompue si une dérobée (pas de crucifère) est semée; un labour de printemps est également possible. Le lit de semence doit être bien rassis et en surface finement granuleuse. Comme fumure: du vieux fumier composté ainsi que du lisier bien aéré ou/et un engrais vert. L'apport de poudre de roche satisfait la demande en micro-éléments. La lutte contre les mauvaises herbes est importante à cause du manque de force de concurrence des petits plantons de betteraves. Il est nécessaire de faire un sarclage dès que les lignes sont bien visibles. Le démarrage ne se fait en général qu'au stade de quatre feuilles afin de désherber en même temps sur les lignes.

f) Prairies

Dans la rotation, les prairies représentent un repos et une récupération pour le sol. Elles jouent un rôle important dans le maintien de la fertilité du sol par leur mélange en espèces (légumineuses-graminées), ainsi que par un enracinement et une couverture totale du sol. Chaque espèce de plantes émet différentes sécrétions par ses racines et les résidus qui tombent sur la surface sont de nature différente. Cecsi permet aux animaux, champignons et bactéries de se développer et de constituer un édaphon riche en variétés différentes. Espaces, lumière substances minérales et eau ont une utilisation optimale malgré la concurrence naturelle des plantes. La sensibilité aux maladies de chaque espèce de plantes diminue en communauté avec d'autres espèces. Le succès de la prairie mélangée n'est pas assuré par l'ensemencement il faut l'exploiter en dirigeant la proportion de légumineuses et de graminées. L'optimum au point de vue valeur nutritive est de 30%: 70% = légumineuses:

graminées; cette proportion devrait être maintenue pendant toute la durée de l'utilisation de la prairie. La fréquence des coupes, l'alternance entre pâture et coupe et un purinage après chaque utilisation constitue un bon moyen pour garder l'équilibre entre légumineuses et graminées.

g) Culture maraîchère de plein champ

La culture maraîchère peut être intégrée dans la rotation d'une exploitation agricole; elle y alterne avec les céréales, les cultures sarclées et le cultures fourragères. Si, pour une raison ou une autre, cela n'est pas possible, la rotation en culture maraîchère devrait alterner entre légumes à racines, légumes à feuilles, légumes à fruits et engrais verts. Les sols moyens, pauvres en pierres, profonds, avec un pourcentage en humus de 2 à 5% se prêtent bien pour la culture maraîchère. Pour les cultures de printemps, il est nécessaire de labourer en automne ou moins trois semaines avant le semis. Le lit de semence ou de plantation doit être finement grumeleux et bien rassis. La fumure de fond doit être constituée de fumier composté, la quantité est relative aux besoins spécifiques des cultures, tout en tenant compte de la culture précédente. L'apport des engrais organiques commerciaux doit être modéré et utilisé uniquement en complément à la fumure de fond (teneur en nitrates). La lutte contre les mauvaises herbes se fait en travaillant le sol plusieurs fois avant le semis ou la plantation, en brûlant au gaz en prélevée (carottes, oignons) en effectuant des sarclages précoces et répétés. Il faut tenir compte du choix de variétés qui se prêtent spécialement bien pour la culture biologique.

h) Arboriculture fruitière

L'arboriculture biologique offre un espace vital à de nombreuses espèces animales auxiliaires (insectes accariens, oiseaux et reptiles), qui rendent de grandes services par leur fonction régulatrice sur les parasites. L'omission des produits de synthèse réduit les dépenses et contribue à ménager nos ressources naturelles en énergie. Afin de perturber aussi peu que possible des micro-organismes du sol et d'éviter le dessèchement, le sol dans l'arboriculture biologique doit être couvert; il faut essayer de créer des conditions de vie optimales pour le sol. L'herbe entre les lignes d'arbres doit être coupée plusieurs fois et laissée sur place, afin de donner de la nourriture aux vers, bactéries et champignons et par la suite, des substances nutritives aux plantes. Durant les années sèches, nous avons intérêt à tenir la couverture végétale du sol aussi courte que possible afin d'éviter une évapotranspiration excessive. Pour régler les mauvaises herbes, nous travaillons avec des couvertures de paille, compost, sciure, fumier, etc. sur la ligne des arbres, après avoir travaillée le sol à la main ou avec une machine spéciale.

Comme mentionné ci-dessus, les substances nutritives pour les arbres fruitiers proviennent de Ta vie du sol. Il faut donc ajouter de la fumure organique (p. ex. du fumier composté) ou d'autres engrais provenant de la ferme, ou encore des engrais organiques commerciaux tels que la farine de sang (effet rapide), la farine de corne (effet lent), etc. Des analyses périodiques du sol fournissent des indications précises et sont conseillées avant la fumure.

6. Protection phytosanitaire

Par protection phytosanitaire, il faut comprendre l'ensemble des mesures prises pour protéger les plantes cultivées contre les dégâts dûs aux maladies ou aux parasites. Dans l'agriculture biologique, l'accent est mis sur la prévention; les mesures préventives suivantes peuvent être utilisées:

- Choix de l'emplacement d'une culture et amélioration du microclimat par la plantation de haies ou un drainage du sol.

- Une préparation du sol qui assure une germination et une croissance optimales de la plante et qui élimine le plus possible la concurrence des mauvaises herbes.

- Une fumure balancée de la plante basée sur des analyses du sol, ce qui lui permet de tirer les substances nutritives du sol quand elle en a besoin.

- Une rotation des cultures afin d'éviter une accumulation d'agents de maladies dans le sol et d'éliminer les mauvaises herbes pluriannuelles.

- Un choix de variétés plus résistantes aux maladies, ou un mélange de plusieurs variétés de la même espèce (p. ex. les blés Arina-Sardona).

Si les mesures préventives s'avèrent insuffisantes, il y a certaines possibilités de lutte par des ennemis naturels des ravageurs, comme par exemple avec les Trichogrammes contre la pyrale du mais, ou la stérilisation des mâles des ravageurs, etc.

Selon de Cahier des Charges pour la commercialisation des produits de l'agriculture biologique (écologique), il existe encore d'autres possibilités de lutte, dont l'utilisation est cependant restreinte, p. ex.:

- Contre les ravageurs: Bacillus thurginiensis (préparation bactérienne), savon noir jusqu'à une concentration maximale de 3%, etc.

- Contre les champignons: Souffre mouillable - concentration maximale 0,7%, silicate de soude (Wasserglas) - concentration maximale 2%, cuivre-concentration maximale 0,1%.

7. Production animale

L'élevage des animaux de rente selon leurs exigences de bien-être d'une part et selon les critères économiques de l'autre part ne se contredisent pas. Dans l'agriculture biologique, la garde, l'alimentation et l'élevage des animaux forment un tout:

- La garde des animaux doit être caractéristique de l'espèce, éthologiquement juste et adaptée. Il faut prendre en considération le bien-être des animaux qui découle de l'observation de leur comportement spécifique. Les animaux doivent avoir une stabulation appropriée ainsi que la possibilité d'activités et de mouvement. Des sorties occasionnelles et la pâture contribuent à leur bien-être et sont donc nécessaires. Dans l'agriculture biologique, la limite est en général de 2,5 UGB par hectare en plaine.

- L'alimentation doit être naturelle et physiologiquement juste. Les animaux sont nourris essentiellement par les gourrages de la ferme; les fourrages achetés ne servent qu'à compléter la base alimentaire des fourrages de l'exploitation. L'adjonction aux fourrages de matières chimiques synthétiques telles que les antibiotiques, urées, hormones, sulfonamides, etc. est interdite.

- L'élevage de fait d'après les critères de sélection, de longévité et de production à vie. Chez les bovins, par exemple, le but de l'élevage n'est pas d'obtenir des lactations records, mais des productions de lait régulières et élevées pendant une longue durée de vie. Pour y parvenir, une vache doit être féconde et bien-portante; son métabolisme doit réaliser une haute performance

- La santé du bétail doit être assurée en premier lieu par des mesures préventives. L'administration prophylactique de médicaments chimio-thérapeutiques est interdite; cependant, en cas de maladie, des antibiotiques et les sulfonamides sont utilisables. L'agriculteur doit être un véritable éleveur prodiguant les soin nécessaires à son bétail; l'animal de rente devient alors une collaborateur dans le cycle biologique de l'exploitation.

8. Commercialisation

En Suisse, la difficulté de la commercialisation ne provient en général pas du manque de demande pour les produits biologiques: le blé ne couvre de loin pas la demande; nous n'avons aucune difficulté avec l'écoulement des primeurs de même qu'avec les légumes de garde; les petits fruits semblent manquer sur le marché, les fruits sont écoulés facilement. A ma connaissance, le marché biologique de tous les produits végétaux n'est pas saturé, et la demande augmente.

Toutefois, en ces qui concerne la production animale en Suisse, les marchés ne sont pas satisfaisants, mises à part quelques bonnes initiatives dans le secteur lait - la majeure partie de la production animale est vendue dans le secteur conventionnel. Pourtant, la demande, surtout en ce qui concerne les produits laitiers, dépasse l'offre; mais les réglementations ne sont pas encore mises au point, ce qui fait que la plupart des exploitants voient peu de possibilités officielles pour commercialiser leurs produits biologiques sans contraintes.

En ce qui concerne la vente de viande biologique, il n'y a à ma connaissance qu'une seule boucherie en Suisse (dans le Canton de Thurgovie). Des essais dans ce secteur sont en train de se faire par la Biofarm et par Progana (deux organisations de producteurs biologiques suisses).

En conclusion, on peut dire qu'en Suisse, la demande augmente et que la restriction de croissance provient plutôt d'un manque d'offre en produits biologiques et le manque de structure de commercialisation.

9. Conclusion

En conclusion de ce bref aperçu sur l'agriculture biologique, j'aimerais souligner des bénéfices sociaux de cette méthode de culture.

La protection des espèces en est un bon exemple, car les listes rouges des espèces animales et végétales en voie de disparition s'allongent de plus en plus: les biocides, la destruction des haies, des lisières, des zones humides par régulation des eaux, l'agriculture intensive monotone, etc. y contribuent; l'érosion du sol constitue un grave problème dans les régions d'agriculture d'intensive, de même que la charge des eaux en nitrates et pesticide (atracine) occasionnée par les cultures intensives ou les fabriques d'animaux. Au contraire, la prolifération et l'agrandissement des populations de parasites est freinée par une agriculture mixte. L'effet bénéfique à long terme de l'agriculture biologique est évident si l'on prend au sérieux certains dégâts irrémédiables qui se sont produits ces dernières décennies.

Summary: Biological farming in practice

A biological (organic) farm must from an ecological unit, which generally means a mixed one (cattle and crops). The importance of rotation between the different crops is highlighted. The treatment of the soil and its fertilization underline the importance of the biological activity, the structure and amount of humus. This is followed by a description of the most important crops. Plant desease protection emphasizes its preventive character. As far as animal production is concerned, animal welfare as well as economic criterions are mentioned. As for marketing, growth restriction is due largely to a shortage of products rather then to a lack of demand in biological products. In conclusion, the social benefits of biological (organic) farming are demonstrated.


- Ratgeber für den biologischen Landbau. Herausgegeben von Georg E. Diebeneicher. Südwest Verlag München, 1985.

- Cours de perfectionnement en agriculture biologique en Suisse romande, IRAB, 1987 - 1988.

- Vers une agriculture viable. IFOAM, Conférence internationale à Sissach (Suisse). Wirz Verlag Aarau, 1977.

- Cahier des charges pour la commercialisation des produits de l'agriculture biologique (écologique) de l'Association Suisse des organisations d'agriculture biologique (écologique) - ASOAB et ses règlements, 1989.

Session 1,3 - Agriculture biologique en Europe

Avant propos
Contexte historique
Les principales options de l'agriculture biologique
Une estimation de la production
I. Le développement de l'agriculture biologique dans le contexte officiel
II. Autres actions des pouvoirs publics
Organic agriculture in Europe

C.R.A.B.E.- Département Agriculture


L'Agriculture biologique, longtemps restée marginale montre un développement plus important depuis 1980. Bien structurée au niveau de ses organisations nationales fédérées en mouvement international (IFOAM), ses principes et objectifs ont un certain écho officiel depuis lors:

- Au niveau réglementaire certains pays ont élaboré des textes spécifiques sur l'agriculture biologique. Le projet de règlement européen contribuera sans aucun doute à clarifier la situation de l'ensemble du marché et sera une garantie à la fois pour le consommateur mais également le producteur.

- D'autres initiatives ont également été prises par certains pays en matière de formation, conseil, recherche. Dans le domaine de la reconversion des aides directes aux producteurs sont octroyées dans certains cas.

Si l'importance de l'Agriculture biologique reste encore faible en terme de production ses pratiques et son soucis relatif à l'environnement ont par contre un plus grand impact au niveau de la société.

Avant propos

Avant d'entamer la partie plus spécifique dont il nous est demandé de vous entretenir aujourd'hui, je voudrais rapidement resituer le contexte générale et historique du développement de l'agriculture biologique pour permettre ainsi une vue d'ensemble préalable.

Nous verrons donc rapidement:

- un rappel historique des principales étapes marquantes de l'évolution de l'agriculture biologique;
- les principaux concepts qui gouvernent sa reconnaissance au niveau de sa profession;
- une estimation de son importance au niveau producteurs dans la CEE.

Contexte historique

Sans vouloir entrer trop dans le détail de révolution historique de l'agriculture biologique, nous nous limiterons à situer les principales époques qui ont, d'après nous, marqué la progression et l'intérêt pour ce mode de production.

- La première époque clef, nous la situerons vers les années 30 à 60. Plusieurs pays européens connaissaient un développement d'idées, de conceptions nouvelles pour cette période.

En Allemagne, dans les années 20-30, les anthroposophes jetaient les bases de l'agriculture biodynamique et la société allemande se voyait contestée par la Lebensreform Bewegung. Cette dernière préconisait une vie et une alimentation plus saines malgré une agriculture que l'on ne pouvait encore qualifier d'intensive car les pesticides et les engrais chimiques n'existaient pas vraiment.

La Suisse fit également sentir son influence par des courants d'idées faisant prévaloir l'autonomie du producteur les circuits courts producteur-consommateur.

En Grande-Bretagne, dans les années 40, les écrits de Sir Howard relancent la dynamique de l'agriculture biologique sur la Grande Ile.

La Soil Association sera pionnière pour une agriculture plus naturelle et respectueuse de l'environnement.

En France, le courant "Lemaire-Boucher" basé sur l'utilisation du lithotamme (algue calcaire) fera de nombreux adeptes et donnera une impulsion au développement de l'agriculture biologique dans ce pays.

- La deuxième époque significative, nous la situerons vers la fin des années 60 et les années 70.

Celle-ci se caractérise par un développement assez important d'associations, d'organisations comprenant des consommateurs et producteurs et qui prônent l'agriculture biologique à plus large échelle.

C'est également à cette période que la plupart des ces associations définissent la notion de cahiers des charges de l'agriculture biologique (au sens large), que l'idée de labels, mentions de qualité fait une apparition plus marquée.

En 1972, à Paris, se mettent en place les bases de ce qui deviendra l'IFOAM (International Federation of Organic Agriculture Movements) et qui donnera un caractère plus international à l'agriculture biologique et aux règles et garanties qu'elle veut se donner et défendre:

- Enfin, la troisième époque peut être considérée comme celle des années 80. Elle met en évidence le développement de l'agriculture biologique dans de nombreux pays européens et tiers (USA,...).

Le nombre de producteurs augmente et leur capacité et potentialité de production vont permettre un démarrage du secteur agro-alimentaire des grossistes-transformateurs.

Les consommateurs, de leur côté, sont de plus en plus concernés par les problèmes de santé et d'environnement et recherchent des produits de qualité.

Plusieurs pays entament des programmes de recherche en agriculture biologique (Allemagne, Pays-Bas), ce qui permet de placer le débat à un autre niveau et donne une crédibilité et ouverture nouvelle à ce secteur.

La France sera le premier pays européen en 81 à se doter d'une législation en matière de produits biologiques et sera précurseur d'une prise en considération officielle par des autorités nationales et européennes.

Enfin au niveau officiel, certains pays se dotent d'outils législatifs spécifiques (Autriche, France, Danemark,...) ou mettent à disposition certains moyens permettant de soutenir le développement de l'agriculture biologique.

Le projet de règlement européen dans ce domaine permettra d'accélérer l'harmonisation, la différence nationale au sein du Grand Marché Intérieur mais servira également à se positionner vis-à-vis des Pays Tiers dont certains deviennent d'importants exportateurs.

Les principales options de l'agriculture biologique

Avant propos

Malgré d'éventuelles approches différentes (philosophique, technique) de la part d'associations à travers l'Europe, il apparaît cependant que certaines lignes directrices sont reconnues de tous et marquent clairement l'évolution de l'agriculture biologique.

1. Définition

L'agriculture biologique, au niveau agricole, se définit tout d'abord en terme de mode de production, ou méthode de culture. On ne s'attache donc pas uniquement au produit final et aux éventuelles analyses du produit, mais bien plus au processus d'ensemble qui a permis la production de ce produit tout en ne négligeant bien sûr pas non plus la qualité du produit final.

La philosophie de cette approche vaut tant pour les producteurs que les transformateurs.

2. Cadre

Qui dit mode de production, sous-entend donc clairement l'existence de règles, indications qui permettront tant au producteur qu'au transformateur d'évoluer et de développer ses activités dans un cadre donné.

C'est le rôle principal des cahiers des charges qui ont été définis par les organismes certificateurs, détenteurs d'une marque (label).

Ce cahier des charges est souvant l'expression d'un consensus entre les professionnels et les consommateurs.

3. Inspection

Le cadre dans lequel la production biologique se conçoit étant fixe, les organismes certificateurs sont amenés à vérifier et à certifier les produits pour lesquels ils veulent attribuer un signe distinctif: le label.

En général, la vérification (ou inspection) se fait de préférence par un organisme tiers, dont l'indépendance du secteur commercial est bien démontrée et la compétence reconnue.

Les rapports d'inspection doivent couvrir l'exploitation ou la firme dans son ensemble et vérifier le respect du cahier des charges.

4. Certification

Les rapports d'inspection doivent également servir de base de travail à la certification, c'est-à-dire l'octroi ou le refus d'un label pour un produit précis.

En général, les organisations certificatrices ont mis en place des comités de certification où il est conseillé d'avoir des personnes représentatives de plusieurs origines (producteurs, transformateurs, consommateurs,...).

Ce groupe est tenu de respecter une certaine confidentialité vis-à-vis des informations présentées par l'inspection.

Ils portent également la responsabilité de la crédibilité du label et sont donc un centre nerveux important du système (voir schéma).

Une estimation de la production

Situation de l'Agriculture Biologique contrôlée en Europe - Estimation 89




























Surface (ha)














I. Le développement de l'agriculture biologique dans le contexte officiel

1. Labels officiels de l'agriculture biologique

Les réglementations en matière d'agriculture biologique ou suivant une terminologie parfois différente -écologique, alternative, biodynamique, organique - présentent différents cas de figure.

Actuellement en Europe et au niveau national, seuls la France, le Danemark et très récemment l'Espagne et l'Autriche (hors CEE) ont mis en place une réglementation spécifique sur les produits biologiques.

- D'un côté, la France se fonde sur le travail des associations pour le contrôle de l'utilisation du logo officiel en homologuant leur cahier des charges et plan de contrôle.

- De l'autre, le Danemark a mis en place un cahier des charges cadre et il revient aux pouvoirs publics d'effectuer le contrôle qui permet l'octroi du futur label national.

L'Espagne quant à elle semble prendre, dans les grandes lignes, la même option que le Danemark.

1.1 Le cas de la France

La Direction de la Qualité du Ministère de l'Agriculture s'est inspirée du fonctionnement des labels agricoles traditionnels pour mettre en place le label pour les produits biologiques.

Les pouvoirs publics ont ainsi défini dès 1981 les conditions de production pour les produits végétaux non transformés en spécifiant une liste des matières fertilisantes, supports de culture, produits antiparasitaires susceptibles d'être utilisés en agriculture appelée officiellement "agriculture n'utilisant pas de produits chimiques de synthèse".

Toutefois, la France a pris comme option de se reposer sur les associations pour le contrôle et l'utilisation du logo officiel. Pour ce faire, celles-ci sollicitent l'homologation de leur cahier des charges et de leur plan de contrôle. Elles doivent être sans but lucratif, indépendantes de la production, la transformation et du commerce et aptes à faire respecter les contraintes de leur cahier des charges. On les appelle souvent organismes gestionnaires ou certificateurs.

Une commission nationale d'homologation, nommée officiellement et composée de représentants des pouvoirs publics, de professionnels et de consommateurs est chargée quant à elle:

- d'instruire les dossiers de demandes et de donner un avis aux Ministères de l'Agriculture et de la Consommation responsables de la décision finale;

- de se prononcer sur toutes les questions relatives à l'agriculture "biologique".

Pour mener à bien son travail elle a entre - autre mandaté un groupe de travail pour mettre au point les règles techniques d'homologation concernant:

- les produits végétaux non transformés;
- les produits à base de céréales;
- les produits concernant les fruits et légumes transformés;
- les produits laitiers et les produits animaux (encore en préparation).

Cette homologation qui concerne actuellement près de 10 organismes certificateurs, permet ainsi l'utilisation du logo officiel par les producteurs certifiés par les associations agréées.

1.2 Le cas du Danemark

Votée en juin 87, la loi vise la promotion de l'agriculture écologique au Danemark, tant au niveau de la reconnaissance des produits que du développement de ce type d'agriculture.

Le Ministère de l'Agriculture, secondé par un Conseil de l'agriculture écologique "composé de nombreux représentants" des pouvoirs publics, de la profession et de consommateurs en a fixé les grands axes:

- La nécessité d'avoir un cahier des charges national tant au niveau de la production (87) que de la transformation (mars 90) (avec des règles techniques strictes quant aux produits et procédés acceptables).

- L'organisation d'un contrôle national

- Des orientations dans le domaine du commerce et du marketing (juin 89) - L'importance de prévoir des aides pour le développement du secteur à savoir:

- la recherche
- le développement (encadrement, promotion)
- les aides directes à la reconversion.

(Ce dernier point est vu plus en détail dans une autre partie de ce document).

Signalons toutefois dès à présent qu'en 1989, quelques 40 Mio de DKr ont ainsi été affectés à l'agriculture biologique au Danemark. Un label national est en cours d'élaboration.

1.3 Cas de l'Espagne

L'Espagne a abordé l'aspect légal de l'agriculture biologique par un règlement (4 oct. 1989) sur la dénomination générique "Agriculture Ecologique" et la création d'un Conseil prévisionnel (Interprofession) qui va se pencher sur les aspects des normes techniques de l'agriculture biologique en Espagne.

Les premières structures se mettant en place seulement maintenant (premier semestre de 1990) ne nous donneront ici que les grandes lignes des objectifs envisagés:

- L'Agriculture écologique sera définie par un cahier des charges et des règles techniques pour chaque production.

- Les producteurs et transformateurs seront repris dans un registre central de dénomination.

- Seuls ces inscrits seront autorisés à utiliser la terminologie appropriée (biologique, écologique, biodynamique,...) après avoir été contrôlés.

- Le contrôle sera géré par le Conseil (interprofession) élu et supervisé par le Ministère de l'Agriculture.

- Le contrôle quant à lui sera effectué par des contrôleurs agréés par le Ministère de l'Agriculture.

- Un label officiel national sera délivré aux produits de l'Agriculture écologique.

1.4 Les autres pays

Si les autres pays n'ont pas encore de législation spécifique sur l'agriculture biologique, il faut toutefois signaler que bon nombre attendent à ce sujet le règlement européen qui devra les guider dans ce domaine.

Plusieurs pays comme les Pays-Bas (SKAL), le Royaume-Uni (UKROFS), ont déjà entamé un travail de préparation très avancé en collaboration avec les principaux acteurs de la profession sous forme de plate-forme d'échange ou de Commission de travail.

En Italie signalons toutefois que la Région du Lazio s'est également dotée d'un texte législatif sur l'agriculture biologique mais qu'une approche nationale n'est pas encore de rigueur.

1.5 Projet de règlement du Conseil des Communautés européennes

A l'heure actuelle, la CEE, dans la perspective dû grand marché de 1992 et son soucis de défendre le consommateur mais aussi le producteur, élabore une législation (règlement) sur les produits de l'agriculture biologique (COM 89(552) final 50)

Il apparaît de plus en plus indispensable de mettre en place ce genre de législation car elle doit pouvoir protéger la notion de produits biologiques et contrecarrer toutes les sortes d'abus dont le consommateur serait la première victime.

Cette législation est également importante pour le producteur qui fait l'effort de suivre un cahier des charges et se prête aux différents contrôles.

L'actuel projet s'applique aux produits végétaux et aux produits végétaux transformés contenant des matières premières "biologiques".

Ces produits ne peuvent porter d'indication comme "biologique"., "cultivés sans engrais chimiques",... que si:

1. Les règles de production correspondent à celles fixées par la Commission.
2. L'opérateur le produisant ou l'important:

· soit s'est soumis au régime de contrôle régulier,
· soit a notifié son activité à l'autorité compétente du pays.

Les règles de production

Les règles de production proposées correspondent à la majorité des standards actuels: la fertilisation est organique (pour l'azote) et complétée par d'autres engrais minéraux limités et les substances chimiques de synthèse sont en principe interdites. Une période minimum de reconversion d'un an est également demandée.

Régime de contrôle régulier

Le contrôle régulier est fait par les autorités ou par une organisation privée agréée par les autorités nationales.

Ce régime permet une indication communautaire de contrôle sur l'emballage. Il y aura donc une indication particulière pour ce type de produits, mais alors tous les opérateurs devront être soumis à ce contrôle: de l'agriculteur jusqu'au produit emballé.

Notification de l'activité

Toutes les personnes produisant, transformant ou commercialisant (sauf pour les produits préemballés) des produits de l'agriculture biologique, s'ils ne se soumettent pas au système de contrôle régulier, doivent notifier leur activité à l'autorité compétente qui doit effectuer des contrôles au moins par sondage.

Importations pays tiers

Une liste est établie par la Commission reprenant les pays tiers et leurs organismes de certification ayant des règles de production et des exigences de contrôle équivalentes. Les produits provenant de ces pays doivent être accompagnés de certificats reconnus.

Modalités de contrôles

Exploitations agricoles:

Un premier rapport reprend une description complète de l'exploitation et des mesures concrètes à prendre. Une comptabilité permet de suivre les matières premières et leur utilisation, ainsi que les produits agricoles vendus. Un programme de production et une visite de contrôle complètent annuellement ce contrôle.

Unités de transformation et de conditionnement:

Au début, un premier rapport reprend une description complète de l'unité de transformation avec description des installations et les mesures concrètes à prendre.

Dans le cas où des produits classiques sont aussi transformés dans la même unité, les lieux de stockage avant et après opération doivent être séparés et les opérations doivent être effectuées par série et séparément. Toutes les mesures doivent être prises pour assurer l'identification, limiter les mélanges et permettre le contrôle. De plus, deux contrôles physiques par an permettent de suivre l'origine, la nature et les quantités de matières premières, ainsi que la destination.

II. Autres actions des pouvoirs publics

1. L'Encadrement et le Conseil

Sans attendre nécessairement de réglementation officielle sur l'agriculture biologique, certains ministères ou parfois certaines administrations régionales ayant des compétences dans les secteurs concernés, ont pris des initiatives pour pouvoir fournir, en partie, aux producteurs biologiques, des services qu'ils sont en droit d'attendre. Soit sous forme de formations de leur propre personnel ou, le plus souvent, sous forme de subvention de techniciens d'association.

Quelques exemples:

a) En Allemagne plusieurs Länder subventionnent des techniciens d'associations biologiques pour leur travail d'encadrement plutôt que de prendre en charge eux-mêmes ce travail pour lequel leur personnel n'est pas toujours qualifié. Cette démarche concerne quelques 30 à 40 techniciens.

b) Au Pays-Bas le Ministère de l'Agriculture finance depuis 1979. 50% des coûts de 4 techniciens destinés exclusivement au secteur de l'agriculture biologique/biodynamique.

c) En France, on tolère dans certaines Chambres d'Agriculture qu'une fraction du temps puissent être affectée aux Agrobiologistes. Des efforts sont toutefois fait dans le domaine de la formation à ces techniciens. Des structures (CIVAM) plutôt d'animation donnent également des possibilités d'information aux agriculteurs.

d) Au Danemark, 5 techniciens subventionnés à 100%, encadrent les producteurs. De plus, une formation appropriée est proposée aux techniciens traditionnels

e) Dans les autres pays de la CEE, ces aides sont en général inexistantes - ou très limitées dans le temps ne permettant pas vraiment d'entamer un processus à long terme.

2.2 Formation - Enseignement

Dans ce domaine, les pouvoirs publics de certains pays essentiellement l'Allemagne, le Danemark, la France, les Pays Bas et récemment la Belgique ont mis en place des structures et financent des institutions qui se sont spécialisées dans l'agriculture biologique. Suivant le cas, ces initiatives touchent plus le secteur universitaire et/ou le secteur de la formation agricole et professionnelle.

Enseignement secondaire et professionnel

Quelques exemples:

- Au Danemark l'une des 25 écoles professionnelles agricoles s'est spécialisée en agriculture biologique depuis 1981 et forme de futurs chefs d'exploitation.

- Au Pays Bas, une école secondaire privée et reconnue par l'Etat propose un enseignement en Agriculture biodynamique (Wamonderhof). Des cours à option se donnent toutefois dans d'autres établissements.

- En France plusieurs lycées agricoles sont habilités à donner un enseignement spécialisé en agriculture biologique (BTA module d'approfondissement (6 lycées). Dans le cadre de la formation continue (professionnelle agricole) deux certificats sont accessibles:

- conduite d'une exploitation en production agrobiologique
- technique d'agriculture biologique (niveau technicien agricole)

Enseignement universitaire

Dans ce secteur on trouve des universités proposant des modules et présentant suivant les cas un éventail allant de l'initiation au programme de perfectionnement. Nous en présenterons brièvement les principales.

- Enseignement dans le cadre de chaires spécialisées

Au Pays Bas (l'université de Wageningen); en Allemagne l'école supérieure de Witzenhausen - Kassel, l'université de Bonn (et probablement bientôt les universités de Giessen et Kiel) ont mis en place des enseignements se voulant plus exhaustifs dans ce domaine (des cours sur plusieurs semestres, visites, travaux de groupe, travail de fin d'étude).

- Enseignements complémentaires

La Belgique (Faculté des Sciences Agronomiques de Gembloux) propose depuis septembre 89 une formation post-universitaire échelonnée sur 1 année dans le domaine de l'Agriculture biologique.

Dans d'autres pays (Allemagne, Danemark, Royaume-Uni) certaines universités comme précisé précédemment offrent des cours dans le cadre du programme de leurs départements respectifs.

2.3 Recherche officielle

L'attitude des pouvoirs publics en la matière a été longtemps très réservée. Ce n'est vraiment que vers les années 70 qu'un début d'ouverture s'est manifestée, surtout en Allemagne et aux Pays Bas.

Des études, suivis de fermes, expérimentations essentiellement comparatives ont ainsi vu le jour.

La mise en place de chaires universitaires spécialisées en agriculture écologique dans ces pays a quelque peu permis un développement des activités de recherche.

A part certaines exceptions dans les pays précités auxquels s'ajoutent le Danemark et la Belgique depuis 1989, on ne peut pas affirmer que la recherche appliquée officielle soit très développée en agriculture biologique ni qu'elle ait les moyens nécessaires pour s'y engager. Néanmoins, il ressort de plus en plus, pour certains ministères, qu'il serait intéressant de développer les points positifs de l'agriculture biologique afin d'en faire profiter l'ensemble des agriculteurs.

2.4 Aide a la reconversion

Avec la fin des années 80 et sans doute une prise de conscience de l'ensemble des problèmes d'environnement certains pays ont manifesté le désir d'intervenir dans la phase de transition vers l'agriculture biologique qu'ont choisi un certain nombre d'agriculteurs.

Cette période doit permettre au producteur d'entamer graduellement sa reconversion pour aboutir finalement à l'exploitation de la totalité de sa ferme suivant les techniques de l'agriculture biologique et en concordance avec le cahier des charges.

Quelques exemples:

- Au Danemark la législation de juin 87 prévoit une aide à la reconversion échelonnée sur 3 ans et basée sur la densité animale par hectare

Charge animale/ha

Aides en DKr/ha

1ère année













- En Allemagne le Land de Saar avait inauguré en matière d'aide à la reconversion dès 1987.

Actuellement plusieurs Länder, se basant sur les possibilités qu'offrent les primes européennes sur l'extensification, proposent aux producteurs en reconversion des aides significatives:

- 450 DM/ha pour des terres de culture
- 300 DM/ha pour des prairies

A cela s'ajoute parfois encore une aide complémentaire régionale.

- Au Royaume Uni c'est également en utilisant la Directive CEE sur l'extensification que le gouvernement envisage d'aider les Agro-biologistes en reconversion.

- En Hollande, l'aide à la reconversion est plus indirecte. En effet le choix fait vise plus à favoriser l'encadrement et la formation des producteurs. 1,2 Million de Guldens ont ainsi été octroyés en 89 pour cet objectif.

2.5 Autres aides européennes

En dehors du projet de règlement européen sur l'agriculture biologique citons brièvement certains autres points où la Commission des CE a montré une certaine ouverture vis-à-vis de l'Agrobiologie:

- Programme de recherche en Agriculture (1989-1993)

Celui-ci prévoit, dans le cadre des activités de recherche prévues, une rubrique sur le développement des pratiques en agriculture alternative (agriculture biologique) dans le but de conserver les ressources naturelles et les paysages.

- Règlement CEE sur la transformation et la commercialisation des produits agricoles (866/90 JO L 91 du 6.4 1990)

Ce règlement prévoit entre autre, l'attribution d'une priorité aux investissements qui ont trait à la commercialisation et, dans ce contexte, montre un encouragement à l'émergence de nouveaux marchés comme celui des produits issus de l'agriculture biologique;

- Règlement CEE concernant l'amélioration de l'efficacité des structures de l'agriculture (797/85) modifié

Ce dernier prévoit que les Etats membres peuvent, sur demande, accorder aux groupements de producteurs ayant comme but "l'introduction de pratiques culturales alternatives" certaines aides.

D'autres textes ne visent pas directement l'agriculture biologique mais sont envisagées dans le cadre général de l'amélioration et la protection de l'environnement.


Bilan des connaissances et des applications de l'agriculture biologique et intérêt pour l'agriculture communautaire. Volumes 1&2 Commission des Communautés Européennes rapport EUR 12346 -FR 1 et 2. Office des publications officielles L-2985 Luxembourg.

Organic agriculture in Europe


Organic agriculture, marginal for a long time, has developed significantly since 1980. It is well structured at the level of national organizations as well as at the international level (IFOAM), its principles and objectives have had certain success namely:

- Concerning the legal point of view, some Member States have established a specific regulation on organic agriculture. The European regulation proposal will contribute to clarify the market situation and will provide a guarantee for the consumer as well as for the producer.

- Other initiatives have also been taken in certain countries in the field of training, advise, research.

In the field of conversion to organic agriculture, some direct grants have been given to producer in certain cases. Although organic agricultural production still remains low in comparison to conventional agriculture, its practices and concerns as related to environmental matters, are having an increasing impact on society.

Previous Page Top of Page Next Page