FAO.org

Accueil > Publications > sofa > La situation mondiale de l'alimentation et de l'agriculture 2016
La situation mondiale de l'alimentation et de l'agriculture 2016

Changement climatique, agriculture et sécurité alimentaire

L’Accord de Paris, adopté en décembre 2015, est un nouveau départ dans l’action mondiale visant à stabiliser le climat avant qu’il ne soit trop tard. Il reconnaît toute l’importance de la sécurité alimentaire dans la réaction internationale au changement climatique, comme en témoignent les contributions prévues, en terme d’adaptation et d’atténuation, de nombreux pays, qui placent l’agriculture au premier plan.
Afin d’aider à traduire ces plans en actions concrètes, le présent rapport met en lumière les stratégies, les modes de financement possibles et les besoins en données et en informations, et brosse un tableau des politiques de transformation et des institutions qui peuvent faire tomber les obstacles à la mise en oeuvre.

 

Messages clés

Sécurité alimentaire et changement climatique: les défis d'aujourd'hui et de demain

Sécurité alimentaire et changement climatique: les défis d'aujourd'hui et de demain

  • Le changement climatique pèse déjà sur l’agriculture et la sécurité alimentaire et, sans action immédiate, il constituera une menace pour des millions de personnes qui risquent de souffrir de la faim et de la pauvreté.
  • Même si les effets du changement climatique sur les rendements et les moyens d’existence agricoles varieront selon les pays et les régions, ils deviendront au fil du temps de plus en plus néfastes, voire catastrophiques dans certaines parties de la planète.
  • Limiter la hausse de la température mondiale à 1,5 °c par rapport aux niveaux préindustriels permettrait d’atténuer de manière significative les risques et les répercussions du changement climatique.
  • De profonds changements devront être apportés à l’agriculture et aux systèmes alimentaires, de la préproduction à la consommation, afin de maximiser les retombées bénéfiques conjointes des efforts d’adaptation au changement climatique et d’atténuation de ses effets.
  • Les secteurs de l’agriculture ont le potentiel de limiter leurs émissions de gaz à effet de serre, mais pour assurer la sécurité alimentaire des temps à venir, il faut nécessairement mettre l’accent sur l’adaptation.
  • D’ici à 2030 environ, le réchauffement climatique devrait entraîner à la fois des hausses et des baisses de la productivité des cultures, de l’élevage, des pêches et des forêts, selon les endroits et les conditions.
  • Au-delà de 2030, les effets négatifs du changement climatique sur les rendements agricoles s’accentueront dans toutes les régions.
  • Dans les pays tropicaux en développement, les incidences négatives pèsent déjà sur les moyens d’existence et la sécurité alimentaire des ménages et des communautés vulnérables.
  • Compte tenu de leur contribution non négligeable aux émissions de gaz à effet de serre, l’agriculture et l’exploitation des terres et des forêts peuvent jouer un rôle considérable en matière d’atténuation.

     

Les besoins des petits exploitants en soutien à l'adaptation au changement climatique

Les besoins des petits exploitants en soutien à l'adaptation au changement climatique

  • On ne pourra pas éliminer la pauvreté dans le monde sans renforcer la résilience des petites exploitations agricoles face aux incidences du changement climatique.
  • Les petits exploitants peuvent adapter leurs systèmes au changement climatique en adoptant des pratiques intelligentes face au climat, en diversifiant la production agricole sur l’exploitation et en cherchant d’autres sources de revenus et des emplois en dehors des exploitations.
  • Il sera essentiel de gérer durablement les ressources naturelles pour s’adapter au changement climatique et garantir la sécurité alimentaire.
  • Il est nécessaire d’améliorer les infrastructures, la vulgarisation agricole, les informations sur le climat, l’accès aux marchés, le crédit et l’assurance sociale pour faciliter l’adaptation et la diversification des moyens d’existence des petits exploitants.
  • L’inaction coûtera bien plus cher que  les interventions qui permettraient aux agriculteurs, aux pêcheurs, aux bergers et aux forestiers de réagir efficacement au changement climatique.

Les systèmes alimentaires dans l'atténuation du changement climaque

Les systèmes alimentaires dans l'atténuation du changement climaque

  • Les secteurs de l’agriculture font face à un défi sans précédent: produire plus de nourriture tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre provoquées par la production alimentaire.
  • L'agriculture pourrait diminuer l'intensité de ses émissions, mais pas suffisamment pour contrebalancer l'augmentation prévue de ses émissions totales.
  • Il est essentiel de s'attaquer aux émissions causées par le changement d’affectation des terres qui accompagne l'expansion agricole, mais la réussite de l'entreprise passe par un développement agricole durable.
  • L'amélioration de la gestion du carbone et de l'azote permet également de réduire les émissions, mais il est probable qu'elle sera motivée par des objectifs d'adaptation et de sécurité alimentaire et non par des objectifs d'atténuation.
  • La baisse des émissions agricoles dépend aussi des mesures tendant à limiter les pertes et le gaspillage de nourriture et à promouvoir des régimes alimentaires durables.

Transfomer les engagement des pays en action

Transfomer les engagement des pays en action

  • Les secteurs de l'agriculture tiennent une place prépondérante dans pratiquement toutes les contributions prévues déterminées au niveau national présentées par les pays en préparation de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques qui s'est tenue à Paris (COP21).
  • Dans leurs contributions prévues déterminées au niveau national (cpdn), les pays ont pris des engagements forts s'agissant des mesures d'adaptation et d'atténuation dans l'agriculture.
  • Les plans d'action pour le suivi ne seront efficaces que s'ils s'inscrivent dans des politiques plus larges de transformation portant sur l'agriculture, le développement rural, la sécurité alimentaire et la nutrition.
  • La communauté internationale doit aider les pays en développement à renforcer leur capacité de concevoir et de mettre en oeuvre des politiques intégrées visant l'agriculture et le changement climatique.

Le financement de la marche à suivre

Le financement de la marche à suivre

  • Le financement public international de l'adaptation au changement climatique et de l'atténuation de celui-ci représente une part croissante, quoique relativement faible encore, du financement global des secteurs de l'agriculture.
  • Les mesures prévues par les pays en développement dans le domaine agricole pour parer au changement climatique nécessitent qu'on augmente le financement de l'action climatique disponible.
  • À condition que les politiques et les cadres institutionnels nécessaires à la  transformation soient en place, le financement public international de l'action climatique peut agir comme un catalyseur et permettre de mobiliser des flux plus importants de fonds publics et privés pour une agriculture durable.
  • L'insuffisance des capacités fait actuellement OBSTACLE aussi bien à l'accès des pays en développement au financement de l'action climatique destiné à l'agriculture qu'à l'utilisation efficace de ces fonds.
  • Des mécanismes innovants peuvent renforcer la capacité des fournisseurs de services financiers de gérer les risques liés au changement climatique, contribuant ainsi à accroître les investissements en faveur d'une agriculture intelligente face au climat.

La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture

À propos de la collection

La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture, principale publication annuelle de prestige de la FAO, a pour objectif d’offrir à un public plus large des évaluations équilibrées reposant sur des données scientifiques sur des aspects importants de l’alimentation et de l’agriculture mondiale. Chaque édition du rapport présente un panorama très complet, mais facilement accessible, de questions qui revêtent une importance capitale pour le développement rural et agricole et pour la sécurité alimentaire mondiale.