Bureau régional de la FAO pour l'Afrique
©FAO/J.C. Henry

Cadre pour stimuler le commerce intra-africain des produits et services agricoles

Le Cadre pour stimuler le commerce intra-africain (BIAT) des produits et services agricoles est un plan directeur pour favoriser l’expansion du commerce entre les pays africains dans le cadre de l’accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf). Il vise aussi à libérer le potentiel du secteur agricole à contribuer à une croissance durable et inclusive en Afrique.

Consulter en ligne

Ressources et multimédias

Vidéos

L'agrobusiness comme outil durable pour atténuer l'exode rural des jeunes au Kenya-Ruth Story

Une histoire de coexistence intercommunautaire dans le Greater Karamoja Cluster

Modalité de transfert de fonds par argent mobile biométrique de la FAO en Somalie

Publications et documents

Une alimentation saine composée de légumes, de protéines et de fruits frais est un ingrédient essentiel pour éliminer la faim et toutes les formes de malnutrition et atteindre l'objectif de développement durable n° 2, Faim zéro, d'ici à 2030. Malheureusement, une alimentation saine est devenue un luxe inabordable pour près d'un milliard d'Africains, selon le rapport L'état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2020.

Au niveau mondial, le coût d'une alimentation saine est supérieur au seuil de pauvreté international, ce qui signifie que les personnes gagnant moins de 1,90 dollar par jour ne peuvent pas se permettre de consommer des calories et des nutriments adéquats provenant de divers groupes d'aliments. Par rapport à d'autres régions, cette crise d'accessibilité financière constitue le plus grand défi en Afrique. Le COVID-19 a aggravé le problème en perturbant les chaînes d'approvisionnement alimentaire et les moyens de subsistance, à des degrés divers sur le continent. En fin de compte, cela signifie que certains ménages sont confrontés à des difficultés accrues pour accéder à des aliments nutritifs. Et ce n'est pas tout. Au plus fort de la pandémie, les restrictions de circulation ont entraîné une diminution de la clientèle sur les marchés de fruits et légumes de certains centres urbains, ce qui a entraîné le gaspillage de produits frais. Les poissonniers ont été confrontés à des problèmes similaires.

La FAO travaille en Afrique depuis plus de 50 ans, fournissant une expertise technique et politique aux gouvernements, partenaires et communautés. La résilience est un élément essentiel de notre travail en Afrique, car la région a été victime de catastrophes naturelles et humaines. La FAO a aidé les communautés, en particulier les petits exploitants, à améliorer leur résistance et leur rétablissement face à divers chocs. Voici les histoires de réussite des hommes, des femmes et des communautés qui ont surmonté et prospéré dans des circonstances difficiles à travers le continent.

Ce cadre présente dix principes/éléments interdépendants pour guider la mécanisation agricole durable en Afrique (SAMA). En outre, il présente les questions techniques à prendre en compte dans le cadre de la SAMA et les options à analyser aux niveaux national et sous-régional. L'analyse du cadre appelle à une approche spécifique, impliquant de tirer les leçons d'autres parties du monde où une transformation significative du secteur de la mécanisation agricole a déjà eu lieu dans un délai de trois à quatre décennies, et de développer des politiques et des programmes pour réaliser les aspirations de l'Afrique à une Faim Zéro d'ici 2025. Cette approche implique l'identification et la hiérarchisation d'éléments pertinents et interdépendants pour aider les pays à élaborer des stratégies et des plans de développement concrets qui créent des synergies en accord avec leurs plans de transformation agricole. Compte tenu des caractéristiques uniques de chaque pays et de la diversité des besoins de l'Afrique due à l'hétérogénéité écologique et au large éventail de tailles d'exploitations, le cadre évite d'être normatif.