Initiative Villes vertes

L’initiative vise à améliorer l’environnement urbain en resserrant les liens entre les villes et le monde rural et en renforçant la résistance des systèmes, des populations et des services urbains aux chocs extérieurs. En se fixant pour objectifs de garantir l’accès à un environnement sain et à une alimentation salubre grâce à des systèmes agroalimentaires durables et de mettre à disposition davantage d’espaces verts par le développement de la foresterie urbaine et périurbaine, elle contribuera également à l’adaptation au changement climatique et à l’atténuation de ses effets ainsi qu’à la gestion durable des ressources.

En septembre 2020, la FAO a inauguré son initiative Villes vertes, qui a pour objectif d’améliorer les conditions de vie et le bien-être des populations urbaines et périurbaines dans une bonne centaine de villes d'un bout à l’autre de la planète au cours des trois prochaines années, et dans 1 000 villes d’ici à 2030.

If we rethink our cities, we can reshape our future

Domaines d’action:

Environnement porteur, qui facilite les évaluations des risques et de la vulnérabilité, les politiques inclusives fondées sur des éléments concrets, les cadres de planification et de gouvernance en vue de stimuler l’investissement et d’encourager l’innovation en faveur d’espaces verts résilients et de systèmes alimentaires urbains durables.

Mesures pour les villes métropolitaines, qui les rendent capables de contribuer à la croissance et à la prospérité du pays sur le long terme, avec un accent sur l’innovation et les technologies respectueuses de l’environnement en faveur des systèmes agroalimentaires et de l’infrastructure verte, l’amélioration des systèmes de distribution alimentaire et des environnements alimentaires, et l’optimisation de la gestion des déchets alimentaires et des eaux usées grâce à une planification urbaine bien pensée et aux liens entre zones rurales et milieux urbains.

Mesures pour les villes intermédiaires, qui renforcent leur rôle dans la mise en relation entre zones rurales et urbaines et installations et services de base, avec un accent sur le juste équilibre à trouver entre productivité et environnements verts et sains, la production d’aliments locaux, l’intégration des producteurs sur les marchés locaux, les plateformes agro-industrielles novatrices et les emplois verts, les marchés de producteurs et l’économie circulaire.

Mesures pour les petites villes, qui renforcent la nutrition, améliorent la qualité de l’alimentation et resserrent les liens avec les lieux de production alimentaire, avec un accent sur la gouvernance au service de territoires fonctionnels, l’innovation et les technologies respectueuses de l’environnement pour des infrastructures et des systèmes alimentaires verts, l’amélioration des plateformes agro-industrielles et des relations entre les villes et le monde rural, la promotion de possibilités d'emploi non agricoles, la réduction des pertes de produits alimentaires et l’amélioration de la gestion des déchets alimentaires et des eaux usées.

Le rôle de la FAO

La FAO passera à la vitesse supérieure dans les activités urbaines et périurbaines en intensifiant sa collaboration avec les pouvoirs publics locaux et nationaux, les conseils municipaux, les maires, le secteur privé, les instituts universitaires et les organisations internationales, et travaillera aux côtés des communautés urbaines, notamment avec les femmes et les jeunes.

Le saviez-vous?

55 pour cent de la population mondiale vit en zone urbaine.
La population urbaine devrait atteindre 68 pour cent à l’horizon 2050, principalement dans les pays à faible revenu.
Les villes utilisent déjà près de 80 pour cent de toute l’énergie produite dans le monde et consomment jusqu’à 70 pour cent de l’approvisionnement alimentaire.
Environ 70 pour cent des déchets produits dans le monde viennent des villes.
Les zones métropolitaines abritent environ 41 pour cent de la population mondiale et représentent environ 60 pour cent du PIB mondial.
Les taux de pauvreté sont plus élevés dans les petites villes que dans les grandes.
S’ils sont bien gérés, les arbres et les forêts en milieu urbain peuvent réduire la température atmosphérique de 8 °C, abaisser les coûts de la climatisation de 40 pour cent, réduire les écoulements d’eaux pluviales et améliorer la qualité de l’air en filtrant les poussières et les polluants.

Stories

Partagez