FAO.org

Accueil > El Niño

El Niño


El Niño est un phénomène naturel caractérisé par le réchauffement anormal de la température de surface de la mer dans la partie centrale et orientale de l'océan Pacifique équatorial. En moyenne, ce phénomène se produit tous les deux à sept ans et peut durer jusqu'à 18 mois. Pendant les épisodes d’El Niño, le déroulement normal des précipitations tropicales et la circulation atmosphérique sont perturbés, déclenchant ainsi des événements climatiques extrêmes dans le monde entier.

Pour en savoir plus: La FAO en situations d’urgence et SMIAR: El Niño

Zones touchées

La FAO et El Niño

L'agriculture est l'un des principaux secteurs de l'économie qui pourrait être durement touché par le phénomène El Niño. Si la sécheresse constitue la principale menace pour la production alimentaire, El Niño peut aussi provoquer de fortes pluies, des inondations, des vagues de froid ou de chaleur extrêmes. Cela peut conduire à l’apparition de foyers d’épidémies animales, y compris des zoonoses et des maladies d'origine alimentaire, à la présence de ravageurs dans les plantes et à des incendies de forêt. Au cours des précédents épisodes d’El Niño, les personnes qui dépendent de la pêche pour survivre ont été durement touchées dans certaines régions. Selon les climatologues, le phénomène El Niño 2015-2016 pourrait être l'un des plus forts jamais observé. En conséquence, la FAO prépare des plans spécifiques d’intervention rapide dans le cadre de son système d'alerte précoce et de réponse rapide.

Réponse rapide et préparation

Le système d'alerte précoce et de réponse rapide est une nouvelle initiative de la FAO qui repose sur une intervention avant que la crise ne dégénère en situation d’urgence. Cela permet de réduire considérablement les pertes liées à la catastrophe et les coûts d'intervention d'urgence. Intervenir rapidement renforce également les capacités d'adaptation des populations à risque – c’est l’une des priorités de l'Objectif stratégique 5 de la FAO qui vise à «renforcer la résilience des moyens de subsistance face aux menaces et aux crises».

Quatorze pays d’Afrique, du Pacifique Sud, d’Asie et d’Amérique centrale sont spécifiquement visés en raison du risque accru de phénomènes météorologiques extrêmes et de leurs effets négatifs sur les personnes vulnérables. Dix-neuf autres pays sont classés dans la catégorie risque modéré.

Réponse

La FAO surveille le phénomène El Niño en cours. Elle conçoit et met en œuvre rapidement des interventions précoces en vue de réduire les effets sur les populations vulnérables dans tous les pays à haut risque et dans certains des pays à risque modéré.

·         En Somalie, les berges des fleuves ont été renforcées. Des sacs de sable et du plastique ont été distribués pour protéger les stocks de semences.

·         La FAO développe ses activités de lutte contre l'insécurité alimentaire croissante dans la majeure partie de l'Afrique australe, en raison des faibles récoltes. Au Malawi, l'Organisation aide les pouvoirs publics à préparer un plan d'intervention face à l'insécurité alimentaire.

·         Au Zimbabwe, la FAO fournit un appui à 40 000 ménages de petits exploitants afin qu’ils s’orientent vers la production animale à vocation commerciale. L’Organisation s’efforce de faire face à l'épidémie de fièvre aphteuse pour laquelle 5,4 millions de doses de vaccins sont encore nécessaires. La FAO a également préparé un programme d’atténuation des effets de la sécheresse.

·         La FAO soutient les pays du «couloir sec» en Amérique centrale pour accroître la résilience des ménages, des communautés et des institutions en vue de prévenir et de lutter en temps utile et de manière efficace contre les risques de catastrophe qui affectent l'agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. En savoir plus sur le programme de gestion des risques de catastrophe.

Partagez