English || Español
    AQUASTAT Accueil        À propos d'AQUASTAT   FAO Eau     Les statistiques à la FAO

Produits phares

Base de Données Principale
Barrages
Carte mondiale des superficies d'irrigation
L'eau pour l'irrigation
L'eau et le genre
Outil d'info climatique
Institutions

Entités géographiques

Pays, régions, bassins fluviaux

Thèmes

Ressources en eau
Usages de l'eau
Irrigation et drainage
Eaux usées
Cadre institutionnel
Autres thèmes

Type d'information

Ensembles de données
Publications
Tableaux récapitulatifs
Cartes et données spatiales
Glossaire

Info pour les médias

Le saviez-vous...?
Visualisations et infographies
ODD Cible 6.4
KWIP
UNW Synthèses
     

À propos d'AQUASTAT


Introduction Produits Histoire Défis Carte du site Contacter AQUASTAT

Histoire

Assurer la sécurité alimentaire pour tous est au cœur des efforts de la FAO: garantir un accès régulier à une nourriture de qualité et en quantité suffisante pour pouvoir mener une vie active et saine. Les trois objectifs principaux de la FAO sont: (i) l'éradication de la faim, de l'insécurité alimentaire et de la malnutrition; (ii) l'élimination de la pauvreté et l'impulsion du progrès économique et social pour tous; et (iii) la gestion et l'utilisation durables des ressources naturelles, notamment de la terre, de l'eau, de l'air, du climat et des ressources génétiques pour le bénéfice des générations actuelles et futures. Pour appuyer ces objectifs, l'article 1 de l'Acte constitutif de la FAO demande à l'Organisation de « recueillir, interpréter et diffuser l'information relative à la nutrition, l'alimentation et l'agriculture ». L'information sur les ressources naturelles, en particulier les terres et les eaux, est essentielle à cet égard.

En 1980, la FAO avait mis au point un système d'information géoréférencé sur les ressources en terres basé sur la carte mondiale des sols de la FAO/UNESCO mais il n'existait alors pas de base de données mondiale sur les ressources en eau de type géographique.

En 1992, la Division des terres et des eaux de la FAO proposa d'instaurer un système mondial d'information sur l'eau afin de fournir des informations de qualité sur les ressources en eau et ses utilisations, principalement pour l'agriculture, comme base d'analyse et de planification aux niveaux national et international. À l'échelon national, ces données devaient aider chaque pays à concevoir des politiques et stratégies appropriées pour la mise en valeur et la gestion de ses ressources hydriques. Elles devaient également permettre à chaque pays de comparer sa situation et ses réalisations avec celles d'autres pays. À l'échelon international, les données devaient constituer une base pour évaluer l'évolution de la mise en valeur des ressources en eau, les niveaux relatifs de rareté de l'eau, les potentiels et les tendances. Le système devait également présenter les données nécessaires pour les prévisions et l'étude de phénomènes tels que l'impact du réchauffement de la Terre sur l'eau et l'agriculture.

En 1993, le système mondial d'information sur l'eau fut lancé. Les statistiques nationales et les études de pays spécifiques étaient collectées et traitées pour en extraire l'information requise et élaborer des données régionales et continentales, en plus des données nationales.

Cette approche eut deux implications. Premièrement, il fallut établir des normes très détaillées pour calculer les différents indicateurs représentant au mieux l'état des ressources en eau et leur utilisation en agriculture. Les définitions des termes relatifs aux ressources en eau, à l'irrigation, aux prélèvements d'eau, etc. ont leur importance et peuvent varier largement selon les pays. Un ensemble de variables et indicateurs décrits avec précision fut donc conçu au début du programme et est constamment amélioré sur la base des expériences acquises dans la collecte progressive des informations auprès des pays. Deuxièmement, l'eau constitue souvent une ressource transfrontière. En fait, le mode de calcul des ressources en eau peut non seulement varier d'un pays à l'autre mais le calcul des débits transfrontières s'effectue souvent différemment des deux côtés de la frontière. Il s'avéra donc nécessaire de superposer une approche physique cohérente, basée sur la division hydrologique des terres, aux divisions des pays et aux unités administratives pour assurer l'intégrité des données et de l'analyse des ressources au niveau mondial.

Le système mondial d'information sur l'eau se développa ainsi pour former deux programmes complémentaires:

  1. Collecte de statistiques sur les principales variables et les indicateurs clés concernant les ressources en eau et leur utilisation en agriculture aux niveaux national et sous-national;
  2. Développement d'une capacité hydrologique à base de SIG pour rassembler l'information recueillie auprès des pays et fournir ainsi un aperçu mondial des ressources en eau basé sur une division hydrologique des terres (par bassins hydrologiques).

En 1994, le premier de ces programmes fut appelé AQUASTAT, le système mondial d'information de la FAO sur l'eau et l'agriculture, conçu pour fournir les informations nationales les plus fiables sur les ressources hydriques et leurs utilisations et les mettre à disposition, dans un format standard, aux utilisateurs souhaitant s'informer sur les perspectives mondiales ou régionales. Si AQUASTAT poursuit sa vocation première qui est de recueillir et publier des informations statistiques, le programme a considérablement évolué au cours des 20 dernières années, incorporant également l'objectif du second programme, à savoir la perspective hydrologique transfrontière.

Le secteur de l'agriculture, de loin le principal consommateur d'eau, est le premier à souffrir de la raréfaction croissante de l'eau, bien davantage que les municipalités et les industries. Bien que le mandat d'AQUASTAT concerne principalement l'eau et l'agriculture, il apparut qu'il ne pourrait se limiter aux eaux agricoles, étant donné l'absence générale d'informations nationales suffisantes sur les autres secteurs. Il est en effet indispensable de disposer d'informations sur les autres secteurs consommateurs d'eau ainsi que sur les ressources en eau pour pouvoir dresser un tableau plus complet de la situation de l'eau dans le monde, vu la compétition croissante entre les différents secteurs, et pour évaluer la pression exercée sur les ressources hydriques. À partir de là, AQUASTAT devint le leader mondial de la communication des données nationales sur les ressources en eau renouvelables et l'extraction d'eau.

     
   
   
       
arrow Format d'impression
     

^ haut de page ^

   Citer comme suit: FAO. 2016. Site web AQUASTAT. Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture. Site consulté le [aaaa/mm/jj].
  © FAO, 2016   |   Questions ou commentaires?    aquastat@fao.org
   Votre accès à AQUASTAT et l’utilisation de toute information ou donnée est soumis aux termes et conditions spécifiés dans le User Agreement.