English || Español
    AQUASTAT Accueil        À propos d'AQUASTAT   FAO Eau     Les statistiques à la FAO

Produits phares

Base de Données Principale
Barrages
Carte mondiale des superficies d'irrigation
L'eau pour l'irrigation
L'eau et le genre
Outil d'info climatique
Institutions

Entités géographiques

Pays, régions, bassins fluviaux

Thèmes

Ressources en eau
Usages de l'eau
Irrigation et drainage
Eaux usées
Cadre institutionnel
Autres thèmes

Type d'information

Ensembles de données
Publications
Tableaux récapitulatifs
Cartes et données spatiales
Glossaire

Info pour les médias

Le saviez-vous...?
Visualisations et infographies
ODD Cible 6.4
KWIP
UNW Synthèses
     

À propos d'AQUASTAT


Introduction Produits Histoire Défis Carte du site Contacter AQUASTAT

Produits

Aperçu de l'information disponible dans AQUASTAT:

  • 180+ variables et indicateurs
  • 220 000+ points de données (année x variable x pays)
  • 1 600+ sources utilisées
  • 80 000+ métadonnées de points de données
  • 500 définitions multilingues se rapportant à l'eau
  • 150+ profils de pays détaillés
  • 570+ points de données sur les ressources en eau transfrontières
  • Info géoréférencée sur ~14 000 barrages
  • 160+ calendriers de cultures irriguées au niveau des pays
  • 15 000+ zones d'irrigation sous-nationales
  • 40+ documents publiés (plusieurs milliers de pages)
  • Info sur 650+ institutions nationales chargées de l'eau
  • 150+ cartes de pays, de régions, de bassins, mondiales
  • Coûts d'investissement de 250+ projets d'irrigation


Description d'une selection de produits (par ordre alphabétique):


AQUASTAT Base de Données Principale

Aller à la page

La principale base de données de pays d'AQUASTAT utilise MySQL et est disponible en trois langues: français, anglais et espagnol. Elle fournit des informations sur l'eau et l'agriculture par pays, y compris des métadonnées. Au total 180+ variables et indicateurs peuvent être obtenus, par pays ou par région et par période, dans les principales catégories suivantes: utilisation des terres et population; ressources en eau; utilisation de l'eau par secteur et par source; développement de l'irrigation et du drainage; environnement et santé. Par ailleurs, 70+ autres variables ne peuvent être suivies qu'au niveau interne dans la principale base de données soit parce qu'elles contribuent peu au dialogue international tout en étant utiles pour AQUASTAT soit en raison de l'insuffisance du fonds de données ou de leur faible qualité. Les résultats des requêtes peuvent être téléchargés sous format CSV à partir de la page des résultats de recherche.

Les métadonnées sont assignées à trois niveaux: au niveau de la base de données, de la variable ou du pays et du point de données (variable, pays et année spécifiques). Les cellules à fond vert sur les résultats de recherche indiquent que les métadonnées sont disponibles pour ce point de données et qu'elles peuvent être visualisées en cliquant sur cette cellule. Elles seront également téléchargées lors du téléchargement des résultats d'une requête sous format CSV. Les métadonnées accessibles au niveau des points de données offrent:

  • des informations supplémentaires sur les composantes qui ne sont pas des variables formelles ou des zones physiques dans la base de données d'AQUASTAT, ou toute autre information contextuelle;
  • plus de souplesse pour expliquer l'usage possible des données communiquées lorsqu'une légère incertitude subsiste (par opposition au choix binaire: publier/ne pas publier);
  • la possibilité d'étayer le processus de décision en stockant des notes internes qui expliquent l'acceptation ou le rejet de points de données spécifiques.

Haut

AQUASTAT site internet

Aller à la page

LLa totalité du site AQUASTAT est librement accessible en trois langues: français, anglais et espagnol. Les principales mises à jour du site sont communiquées via RSS Feed, également dans les trois langues. On trouvera ci-dessous la description de quelques ensembles de données principaux et pages importantes.

Haut

Barrages

Aller à la page

Au cours des processus de mise à jour des données sur les pays, AQUASTAT rassemble des informations détaillées sur les barrages, en particulier sur la localisation, la hauteur, la capacité des réservoirs, la superficie et les principaux usages. Actuellement, ces informations concernent environ 14 000 barrages. Les données d'AQUASTAT ont largement contribué à l'établissement de la Base de données mondiale sur les réservoirs et les barrages ((GRanD) database), en particulier en ce qui concerne les barrages africains. La base de données d'AQUASTAT est également utilisée pour estimer l'évaporation de l'eau des réservoirs, générant une donnée nationale pour une statistique souvent ignorée mais relativement significative dans certaines régions.

Haut

Carte mondiale des zones d'irrigation par source d'eau

Aller à la page

En collaboration avec l'université de Bonn (et auparavant avec les universités de Francfort et de Kassel), une carte mondiale des zones irriguées a été élaborée en combinant les statistiques d'irrigation sous-nationales avec l'information géospatiale sur la localisation et l'étendue des périmètres afin de calculer la portion équipée pour l'irrigation à l'intérieur de petites cellules de 5 minutes d'arc, c'est-à-dire pour établir la densité d'irrigation.

Alors que l'étendue des terres irriguées et l'ampleur des utilisations d'eaux d'irrigation sont établies dans des bases de données statistiques ou peuvent être estimées par simulation à partir de modèles, l'information sur la source d'eau d'irrigation est rare et très éparse. Aussi l'université de Bonn et AQUASTAT ont-ils entrepris la préparation d'un nouvel inventaire mondial des superficies irriguées par prélèvement d'eaux souterraines, superficielles ou non conventionnelles et déterminé les utilisations consommatrices d'eau correspondantes. L'inventaire présente des données fournies par 15 038 unités administratives nationales et sous-nationales. Les superficies irriguées proviennent de statistiques établies par des organisations internationales et nationales sur la base de recensements. Un modèle mondial a ensuite été appliqué pour simuler les utilisations consommatrices d'eau en irrigation par source d'eau.

Malgré les incertitudes liées aux statistiques disponibles pour l'établissement des tendances en matière d'utilisation des eaux souterraines pour l'irrigation, cet inventaire constitue une étape majeure vers une évaluation plus informée de l'utilisation de l'eau en agriculture et de ses conséquences pour le cycle mondial de l'eau.

Haut

Comprendre les méthodes d'évaluation des ressources en eau et de leur utilisation

Aller à la page

Pour pouvoir interpréter correctement l'information fournie par les pays et maintenir la plus haute qualité de données dans la base de données, AQUASTAT a cherché à mieux comprendre les différentes méthodes techniques utilisées par les pays pour produire l'information sur l'eau qu'ils communiquent. Des questionnaires ont été envoyés à la quasi-totalité des pays pour qu'ils présentent leurs méthodes. Les résultats de cette enquête ont été classés parmi les métadonnées destinées à apporter des éclaircissements sur les statistiques difficiles à interpréter. AQUASTAT a également tenté de se focaliser sur une région géographique particulière pour voir si d'autres améliorations pouvaient être apportées dans le cadre de conversations ouvertes entre des collègues et experts régionaux. À cet effet, un « Atelier d'experts sur les méthodes d'évaluation des ressources en eau et de leur utilisation en Amérique latine » a été organisé, avec deux objectifs: 1) permettre à AQUASTAT d'apporter des éclaircissements sur des concepts du questionnaire manquant de clarté ou reposant sur des données insuffisantes; 2) exposer les professionnels de l'eau aux différentes méthodes employées dans leur région et mettre au point des accords bilatéraux/multilatéraux d'entraide pour la réalisation de leurs objectifs communs.

Haut

Agriculture de conservation

En collaboration avec des experts de l'agriculture de conservation travaillant à la FAO ou extérieurs à l'Organisation, une définition quantifiable de l'agriculture de conservation a été arrêtée. Les efforts déployés pour obtenir des données comparables au plan international sur cette activité à travers le monde ont abouti à l'inclusion de cette information dans la base de données d'AQUASTAT. Il s'agit, à ce jour, de l'ensemble de données actualisées sur l'agriculture de conservation le plus complet au monde. Cette information est publiée sur la page Agriculture de conservation du site la FAO et mise à jour en temps réel via la base de données d'AQUASTAT, qui dresse ainsi les derniers bilans de l'adoption de cette forme d'agriculture dans le monde.

Haut

Coûts d'investissement en irrigation

Aller à la page

En 2003, AQUASTAT a réalisé une étude documentaire pour recueillir, à partir de sources diverses, des données sur les projets d'irrigation, s'appuyant principalement sur les informations du Centre d'investissement de la FAO et de la Banque mondiale. Les rapports d'évaluation de projet représentent la majeure partie des sources d'information. Plusieurs centaines de projets ont été étudiés et parmi ceux-ci 248 ont été évalués plus en détail et leurs coûts d'investissement ont été analysés et présentés en format standard.

Haut

Données sur l'eau et l'agriculture désagrégées par sexe

Depuis de nombreuses années, AQUASTAT tente d'améliorer la disponibilité des données et informations ventilées par sexe. L'information basée sur cette désagrégation constitue un outil nécessaire pour traiter les problèmes d'égalité entre les sexes. La disponibilité de données quantitatives et qualitatives par sexe aidera à mieux comprendre et analyser la situation aux niveaux national, régional et international. Il s'agit d'un outil essentiel pour l'élaboration de politiques, programmes et projets intégrant les objectifs d'égalité entre les sexes et tenant compte des rôles et responsabilités spécifiques des femmes et des hommes dans la production agricole. Alors que des progrès considérables ont été accomplis dans le développement de données décomposées par sexe dans les statistiques générales, cela n'a pas été le cas pour les statistiques sur la gestion des eaux agricoles.

Pour combler ces lacunes dans les statistiques ventilées par sexe concernant l'accès et la gestion des eaux agricoles, AQUASTAT a co-organisé une réunion d'experts sur « le rôle des femmes dans la gestion des ressources en eau, en particulier en irrigation, dans les pays d'Afrique du Nord et du Proche Orient » qui s'est tenu en Tunisie en 2006. L'un des objectifs était de lancer une réflexion sur le choix des indicateurs et/ou variables fournissant des données par sexe à inclure dans la base de données AQUASTAT.

Suite à cet atelier, AQUASTAT a travaillé pendant de nombreuses années, avec le Centre de la femme arabe pour la formation et la recherche, à la mise au point d'outils méthodologiques pour la conception d'indicateurs sensibles aux spécificités hommes-femmes et la sélection de tels indicateurs pour la gestion de l'eau dans la sous-région de l'Afrique du Nord, en commençant par l'Algérie, le Maroc et la Tunisie, en vue de leur intégration dans AQUASTAT. Voir cette presentation CAWTAR (page 9-15) pour plus d'information sur l'étude. Cette étude a donné des résultats intéressants mais reste un projet pilote et jusqu'à présent il n'a pas été possible de créer des variables décomposées par sexe dans AQUASTAT en raison de l'absence totale de ce type de données au niveau national. Le rapport final de cette étude est disponible ici.

À l'heure actuelle AQUASTAT mène une activité de suivi en Algérie et en Tunisie.

Malgré les difficultés, d'autres options sont activement étudiées, compte tenu de l'importance de la question. Entre-temps, des données qualitatives concernant la place des femmes dans la gestion des pratiques d'irrigation sont incorporées, autant que possible, dans les profils de pays mis à jour.

Haut

Données spatiales

Aller à la page

AQUASTAT prépare divers ensembles de données téléchargeables. Ces couches de données numériques sont utilisées par la FAO pour des analyses spatiales régionales, continentales et mondiales touchant aux domaines des ressources en eau et de l'irrigation.

Des ensembles de données nationales, régionales et mondiales ont été préparés concernant les éléments suivants: bassins hydrologiques, cours d'eau, barrages, zones d'irrigation, précipitations, aridité, évapotranspiration, humidité du sol. Tous les ensembles de données sont également accessibles via le logiciel libre GeoNetwork de la FAO qui permet aux utilisateurs de partager des informations thématiques géoréférencées entre différentes organisations.

Haut

Eaux usées

Aller à la page

AQUASTAT recueille, analyse et valide les meilleures données disponibles sur la production, la collecte, le traitement, le rejet et l'utilisation directe en irrigation des eaux usées municipales. Alors que d'autres bases de données sur les eaux usées se concentrent souvent sur le pourcentage de couverture des installations d'assainissement ou les charges de pollution, AQUASTAT se focalise sur les volumes annuels au niveau national. Le choix du volume comme paramètre répond à la volonté de faciliter la prise en compte de ce type de données dans les comptes nationaux relatifs aux ressources en eau et à leur utilisation. À la fin de 2013, AQUASTAT a également commencé à collaborer avec l'Institut international de gestion de l'eau (IWMI) pour la collecte et l'analyse des données sur les eaux usées.

Haut

Enveloppes d'investissement et portefeuilles de projets en faveur de l'eau en Afrique

Aller à la page

La FAO - en tant que présidente d'ONU-Eau, mécanisme de coordination inter-institutions des Nations Unies, pour la période 2006-2009 - a organisé une conférence ministérielle sur le thème: « L'eau pour l'agriculture et l'énergie en Afrique: les défis du changement climatique » en collaboration étroite avec la Libye, l'Union africaine, le Conseil des Ministres africains chargés de l'eau, la Banque africaine de développement et la Commission économique pour l'Afrique. Cette conférence s'est tenue à Syrte (Libye) du 15 au 17 décembre 2008.

L'un des principaux résultats de la conférence a été la production, pour tous les pays africains, de notes d'information nationales sur l'investissement contenant une estimation des besoins d'investissement dans le secteur de l'eau pour l'agriculture et l'énergie, basée sur une étude et une mise à jour menées par le Programme global pour le développement agricole en Afrique (CAADP) du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD). Cette conférence a également permis d'élaborer d'autres projections en matière d'investissement au niveau des pays et des bassins hydrographiques. Pour cette rencontre, AQUASTAT était le principal fournisseur d'informations nationales sur l'eau et l'agriculture irriguée. Un projet similaire est en cours dans la région du Moyen Orient, lui aussi tributaire d'AQUASTAT pour l'essentiel des données.

Haut

Gestion de l'information sur les eaux et les terres en Somalie (SWALIM)

Pendant une dizaine d'années, AQUASTAT a dirigé le projet FAO Gestion de l'information sur les eaux et les terres en Somalie (SWALIM). Il s'agit d'une unité de gestion de l'information qui dessert les administrations somaliennes, les organisations non gouvernementales, les agences de développement et les institutions des Nations Unies qui portent assistance aux communautés du pays dont l'existence dépend directement des ressources en eau et en terres. Vingt années de guerre civile ont fait disparaître ou endommagé la plupart des informations sur ces ressources qui avaient été rassemblées pendant un demi siècle. Le projet SWALIM tente de récupérer le plus grand nombre possible de données perdues, en produisant des informations de base, en effectuant des évaluations des ressources naturelles et en menant des recherches dans diverses sources d'information à travers le monde. En collaboration avec les organismes partenaires, il reconstitue des réseaux de collecte pour permettre de mieux évaluer la pluviométrie, les débits de cours d'eau, les ressources souterraines, les caractéristiques des terres, la dégradation des ressources et l'adéquation des terres et améliorer les avertissements à l'approche d'inondations et la gestion des inondations.

Haut

Glossaire en ligne en 6 langues

Aller à la page

AQUASTAT a préparé un glossaire dans les six langues officielles de la FAO: arabe, chinois, anglais, français, russe et espagnol. En plus des définitions détaillées des 180+ variables de la base de données, il contient les définitions de 300 autres termes.

Haut

Harmonisation des données, de la terminologie et des définitions dans les statistiques de l'eau

En tant que principale source de statistiques internationales sur l'eau, AQUASTAT joue un rôle de premier plan dans les discussions internationales sur l'harmonisation des termes et définitions relatifs aux statistiques de l'eau. Il faisait partie du sous-groupe sur les statistiques de l'eau du Groupe de travail inter-secrétariats sur les statistiques de l'environnement (ISWGES). Ce sous-groupe, créé en 2005 lors de la Séance de travail internationale sur les statistiques de l'eau de l'ISWGES, a été chargé d'harmoniser les termes et définitions utilisés pour les statistiques de l'eau. AQUASTAT a ensuite participé à la préparation des "Recommandations internationales sur les statistiques de l'eau(IRWS)", s'appuyant sur le « Système de comptabilité environnementale et économique de l'eau » ainsi que sur les efforts de l'ISWGES. Les Recommandations internationales sur les statistiques de l'eau fournissent une liste convenue de points de données et de définitions approuvées en matière de statistiques de l'eau que les pays sont invités à compiler et qui forment ainsi la base des programmes de statistiques sur l'eau.

AQUASTAT joue un rôle clé dans les exercices d'harmonisation de données et de terminologie entrepris à intervalles réguliers avec, entre autres, les Département des statistiques de l'ONU, Eurostat et l'OCDE.

Profitant de la collaboration étroite qui s'est instaurée entre diverses institutions, AQUASTAT a pu diriger une série de projets qui ont permis de rassembler sous un portail commun des données sur l'eau issues de différentes organisations, de concevoir une méthode d'amélioration de la qualité des données et de fournir au entités ministérielles des informations en retour sur les sessions d'harmonisation mises en place en vue d'améliorer la qualité des données fournies. Cette approche conjointe permet aussi de mieux comprendre quelles données sont disponibles dans quels pays et à quels endroits le renforcement des capacités produirait d'importants retours sur investissement. On trouvera plus d'informations sur ces projets dans la section Projets de cette note d'information.

Haut

Informations pour les médias

Certaines données essentielles sur l'eau extraites de la base de données ainsi que des informations provenant du site internet ont été rassemblées dans des fiches d'information et des graphiques faciles à comprendre, accessibles à travers la page Visualisations et infographies. En outre, une page Le saviez-vous...? a été créée, contenant une grande quantité de faits et de chiffres.

Haut

Institutions liées aux domaines de l'eau et de l'agriculture

Aller à la page

Une base de données de 650+ institutions actives dans les secteurs de l'eau et de l'agriculture peut être consultée par pays, type d'organisation et type d'activité. Au cours des mises à jour nationales, ces institutions font l'objet de vérifications et d'actualisations. Les profils de pays consacrent également une section spéciale à ces institutions.

Haut

ONU-Eau Notes d'information sur l'eau par pays

Les notes d'information sur l'eau par pays d'ONU-Eau, réalisées par AQUASTAT pour le compte d'ONU-Eau avec le soutien financier du Département d'État des États-Unis, a pour objectif de mieux montrer l'importance critique des investissements dans le secteur de l'eau pour le développement humain et économique. Il s'agit de donner un nouvel élan pour renforcer les interventions des responsables politiques sur les questions d'eau, en abordant diverses questions, concernant la paix et la sécurité, les investissements dans les infrastructures, l'agriculture, la santé, l'éducation et l'environnement ainsi que les perspectives macro- et micro-économiques. Les objectifs ultimes sont les suivants: mobiliser des investissements financiers et institutionnels plus importants en faveur des interventions sur l'eau; et servir d'outil pour le plaidoyer sur les questions d'eau en général et d'instrument d'aide à la décision dans les processus de formulation des politiques. Les gouvernements sont plus particulièrement ciblés mais les principales organisations de la société civile, les acteurs du secteur privé et les médias figurent également parmi les intervenants clés. Au cours de la phase pilote, des notes d'information ont été élaborées pour 13 pays.

Haut

ONU-Eau Système fédéré de suivi des ressources en eau et Portail des principaux indicateurs sur l'eau

Le Système fédéré de suivi des ressources en eau et le Portail des principaux indicateurs sur l'eau, mis en œuvre par AQUASTAT pour le compte d'ONU-Eau, vise à améliorer la clarté des statistiques sur les ressources hydriques:

  • En organisant des conversations techniques spécifiques avec d'autres organismes de diffusion des données sur l'eau, afin d'améliorer réellement la qualité des données. Il y a lieu pour cela de résoudre les différences méthodologiques entre ces organisations et d'améliorer la compréhension des statistiques nationales transmises.
  • En ayant recours à une technologie de l'information qui présente toujours les données disponibles les plus récentes sur le site d'ONU-Eau, dans un format accessible aux utilisateurs non techniques. Ce portail présente également différentes statistiques provenant d'autres organismes, même lorsqu'apparaissent des différences. On y explique les raisons de ces disparités.

Cette initiative améliore le corpus de connaissances d'ONU-Eau et donne aux statistiques un front plus cohérent et transparent.

Haut

ONU-Eau Contribution aux équipes spéciales et publications

AQUASTAT joue un rôle dans plusieurs activités de l'ONU-Eau, telles que des équipes spéciales, domaines thématiques prioritaires et groupes de travail, notamment l'Équipe spéciale sur les indicateurs, le suivi et le compte rendu, le Domaine thématique prioritaire sur la rareté de l'eau, le Groupe de travail sur le suivi et le compte rendu et le Groupe de travail sur l'efficience et la productivité de l'eau. Pour ce dernier groupe, l'objectif était de fournir des connaissances et des normes concernant les termes « efficience » et « productivité » ainsi que les questions relatives à la comptabilisation des ressources en eau en agriculture, en particulier un cadre de référence sur les politiques et mesures qui pourraient être mises en place pour améliorer l'efficience et la productivité des eaux agricoles. AQUASTAT fournit des données et informations importantes pour les rapports préparés pour le compte d'ONU-eau.

Haut

Outil d'information climatique

Aller à la page

Cet outil interactif permet d'extraire un ensemble de données spatiales contenant des statistiques climatiques mensuelles moyennes à long terme. L'ensemble de données couvre la surface terrestre mondiale à une résolution spatiale de 10 minutes pour la période 1961-1990. Il indique la latitude, la longitude et l'altitude du site choisi et présente plusieurs variables climatiques mensuelles (moyenne pour cette période): précipitations, température, humidité relative, ensoleillement, vitesse du vent, évapotranspiration de référence.

Haut

Profils et cartes des pays, bassins hydrographiques transfrontières et régions

Aller à la page

Environ 150 profils de pays, 5 synthèses régionales et 10 synthèses sur les bassins hydrographiques transfrontières décrivent l'état des ressources en eau et leur utilisation ainsi que la situation de la gestion des eaux agricoles dans chaque pays. Le but est de présenter les particularités des pays, régions ou bassins hydrographiques et les problèmes rencontrés dans la mise en valeur des ressources en eau, en particulier concernant l'irrigation. On y trouve également des informations sur les tendances de l'irrigation, les politiques et législations existantes sur l'usage de l'eau en agriculture, les traités et accords entre pays ainsi que les perspectives pour la gestion de l'eau agricole. Les profils et synthèses contiennent des tableaux standardisés sur les principales statistiques. Les synthèses régionales fournissent des analyses sur les groupes de pays présentant des conditions géographiques et socio-économiques similaires.

Dans chaque profil, il est également possible de consulter les sections thématiques de façon individuelle, ce qui offre un double accès à l'information: par pays ou par thème.

Haut

Publications AQUASTAT

Aller à la page

La page internet sur les publications d'AQUASTAT contient une sélection de 40+ rapports, études et articles produits au cours des vingt dernières années.

AQUASTAT contribue également dans une large mesure à des publications phares, notamment de la FAO, telles que: les Annuaires statistiques de la FAO; l'État des ressources en terres et en eau dans le monde: gestion des écosystèmes à risque (FAO-SOLAW); Agriculture: horizon 2015/30; Agriculture: horizon 2030/50; Agriculture: horizon 2050/80 (FAO); le Rapport mondial sur la mise en valeur des ressources en eau (ONU-Eau); le Rapport sur le développement humain (PNUD); les Objectifs du Millénaire pour le développement (ONU); les Objectifs du développement durable (ONU).

Haut

Renforcement des capacités nationales de suivi des ressources en eau au Bénin et en Éthiopie

Aller à la page

AQUASTAT a dirigé, de 2008 à 2010, le projet FAO « Renforcement des capacités nationales de suivi des ressources en eau, en particulier pour la gestion de l'eau agricole » au Bénin et en Éthiopie. Tirant parti de l'expérience de la FAO en matière de collecte et d'analyse des données sur l'utilisation de l'eau en agriculture pour AQUASTAT, le projet a permis de mettre au point, en collaboration avec les principales institutions intéressées, un système national d'information sur la gestion de l'eau agricole. Au lieu de s'engager dans la collecte d'informations, l'accent a été mis sur le renforcement des capacités nationales pour la collecte, l'analyse, l'interprétation et la diffusion d'informations à l'appui des décisions concernant les politiques de l'eau et la gestion des ressources en eau. Le projet qui fait suite à cette intervention -Faire face à la rareté de l'eau – le rôle de l'agriculture- met au point des audits de l'eau nationaux en Afrique. Il est actuellement mis en œuvre dans plusieurs pays et bassins hydrographiques africains.

Haut

Ressources en eau

Aller à la page

AQUASTAT recueille à partir de sources nationales des statistiques sur les ressources en eau. Ces données sont systématiquement étudiées pour s'assurer de la cohérence des définitions et de la concordance entre les pays partageant le même bassin hydrographique. Une méthodologie a été mise au point et des règles ont été établies pour le calcul des différents éléments des ressources hydriques nationales. Ces règles de calcul sont fournies dans les fiches des ressources en eau des pays. Ces fiches sont accessibles via un menu déroulant à la page d'accueil et la page sur les ressources en eau et sont générés dynamiquement par la base de données de manière à pouvoir obtenir un produit actualisé simple sans disposer des compétences nécessaires pour la navigation dans la base de données. Récemment, la méthodologie utilisée pour prendre en compte les flux transfrontières a été complètement remaniée afin de pouvoir incorporer certains passages frontaliers de cours d'eau particulièrement complexes. Le nouveau système suit chaque flux de chaque côté de la frontière puis totalise tous les flux transfrontières dans une matrice globale et enfin cumule ces résultats au niveau national. Cette approche permet d'augmenter considérablement la qualité des données et de fournir des détails spécifiques, non communiqués précédemment, sur ces débits.

Haut

Base de données sur les apports de sédiments dans les cours d'eau

Aller à la page

Cette base de données contient des statistiques sur les apports annuels de sédiments dans les cours d'eau et les réservoirs. Elle peut être consultée par cours d'eau, pays et continent. Elle a été établie sur la base de différentes par HR Wallingford (Royaume-Uni) pour le compte de la Division des terres et des eaux de la FAO. Non actualisée depuis 2000, elle a cependant été gardée en ligne à la demande de certains utilisateurs qui y trouvent des informations utiles.

Haut

Utilisation de l'eau par secteur et par source

Aller à la page

On distingue trois types de prélèvements d'eau dans AQUASTAT: l'auto-captage d'eaux agricoles, industrielles et municipales (y compris domestiques). Il existe un quatrième type d'utilisation anthropique: l'eau qui s'évapore de lacs artificiels ou de réservoirs retenus par des barrages. L'information sur l'évaporation à partir de lacs artificiels est traitée pour être mise à disposition dans la base de données d'AQUASTAT.

Pour l'Afrique, l'Asie, l'Amérique latine et les Caraïbes, les valeurs de prélèvement publiées dans AQUASTAT proviennent de ministères ou d'autres organismes gouvernementaux. D'autres agences des Nations Unies comblent certaines lacunes. Pour l'Europe et l'Amérique du Nord, le Japon, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, Eurostat et l'OCDE constituent des sources d'information précieuses et permettent de remédier aux lacunes.

Pour réduire encore le nombre de données manquantes, AQUASTAT a effectué quelques modélisations pour certaines données de prélèvement d'eau non disponibles à l'aide de SIG, de modèles de bilan hydrique et d'analyses de régression.

L'information sur l'utilisation de l'eau par source concerne les eaux de surface, les eaux souterraines et l'utilisation directe de sources d'eau non conventionnelles, à savoir les eaux usées municipales et les eaux agricoles de drainage destinées à l'irrigation et l'eau dessalée.

Haut

Utilisation de l'eau pour l'irrigation

Aller à la page

AQUASTAT fournit des informations sur les superficies équipées pour l'irrigation, les superficies réellement irriguées et les superficies irriguées et récoltées ainsi que sur les besoins en eau d'irrigation et les prélèvements d'eau d'irrigation. L'approche utilisée pour obtenir cette information se fonde à la fois sur les statistiques nationales et sur la modélisation afin d'obtenir un ensemble de données mondiales plus fiable et plus homogène sur l'utilisation de l'eau agricole par pays. Un modèle conceptuel largement reconnu et fiable - combinant l'information disponible sur la localisation des zones d'irrigation dans les pays, les systèmes de cultures irriguées et les différents éléments du climat - permet d'évaluer avec exactitude la quantité d'eau requise et dérivée pour l'irrigation. La mise au point de « calendriers culturaux en irrigation » pour 160+ pays, basée sur la connaissance que possède la FAO de l'agriculture des pays, a été un bon moyen d'évaluer l'utilisation de l'eau en agriculture irriguée.

L'amélioration de l'évaluation et du suivi de l'utilisation de l'eau agricole passe par une amélioration des capacités nationales de suivi. Au niveau mondial, la méthodologie présentée dans AQUASTAT restera sans doute la plus appropriée pour fournir des statistiques systématiques, homogènes et relativement fiables sur l'utilisation de l'eau agricole dans les pays. Une nouvelle validation de cette méthode devient possible car les pays sont de plus en plus nombreux à présenter des données de plus en plus fiables.

Haut

     
   
   
       
arrow Format d'impression
     

^ haut de page ^

   Citer comme suit: FAO. 2016. Site web AQUASTAT. Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture. Site consulté le [aaaa/mm/jj].
  © FAO, 2016   |   Questions ou commentaires?    aquastat@fao.org
   Votre accès à AQUASTAT et l’utilisation de toute information ou donnée est soumis aux termes et conditions spécifiés dans le User Agreement.