FAO.org

Accueil > Situation alimentaire mondiale > Indice FAO des prix des produits alimentaires
Situation alimentaire mondiale

Indice FAO des prix des produits alimentaires

L'indice FAO des prix des produits alimentaires mesure la variation mensuelle des cours internationaux d'un panier de denrées alimentaires. Il est établi à partir de la moyenne des indices de prix de cinq catégories de produits, pondérés en fonction de la part moyenne à l'exportation de chacune des catégories pour la période 2002-2004. Pour plus d'informations (dans toutes les langues), veuillez consulter le dossier spécial publié dans l’édition de novembre 2013 des Perspectives de l’alimentation. Une version plus développée de l'article, contenant plus de détails techniques est disponible uniquement en anglais.

Dates de sortie mensuelle pour 2018 : 11 janvier, 1 février, 1 mars, 5 avril, 3 mai, 7 juin, 5 juillet, 2 août, 6 septembre, 4 octobre, 1 novembre, 6 décembre.

L’Indice FAO des prix des produits alimentaires reste stable

Date de parution: 06/09/2018

» L’Indice FAO des prix des produits alimentaires* s’est établi en moyenne à 167,6 points en août 2018. Son niveau reste ainsi quasiment inchangé par rapport à l’estimation révisée pour juillet, mais il perd 9,6 points (5,4 pour cent) par rapport à l’année dernière à la même période. Si les cours des céréales et, dans une moindre mesure, ceux de la viande se sont affermis en août, les valeurs des autres sous‑indices, à savoir le sucre, les huiles végétales et les produits laitiers, ont en revanche baissé.

» L’Indice FAO des prix des céréales était en moyenne de 168,4 points en août, ce qui représente un rebond de 6,5 points (4,0 pour cent) par rapport à juillet, et de 15 points (10 pour cent) par rapport à août 2017. Les cours du blé ont connu la plus forte progression (plus de 8 pour cent en glissement mensuel), en grande partie en raison du resserrement des disponibilités à l’exportation dû à la dégradation des perspectives de récoltes, en particulier dans l’UE et dans la Fédération de Russie. Les cours internationaux du maïs se sont eux aussi affermis, de plus de 3 pour cent par rapport à juillet, sous l’influence du rythme moins soutenu des ventes de l’Argentine et du Brésil, ainsi que de la hausse des prix du blé. En revanche, les prix internationaux du riz ont fléchi, dans un contexte d’efforts déployés pour attirer des acheteurs et ménager un espace pour les nouvelles récoltes.

» L’Indice FAO des prix des huiles végétales affichait une valeur moyenne de 138,2 points en août, cédant ainsi 3,7 points (2,6 pour cent) par rapport au mois de juillet et descendant ainsi à son niveau le plus bas en 35 mois. La baisse observée en août est principalement due à la chute des prix des huiles de palme, de soja et de tournesol. Les cours internationaux de l’huile de palme accusent leur cinquième baisse mensuelle consécutive en raison de la faiblesse persistante de la demande mondiale à l’importation et de l’accumulation des stocks qui en découle dans la plupart des pays producteurs. La baisse des cours de l’huile de soja s’explique en grande partie par l’importante activité de broyage aux États-Unis et au Brésil. Quant à la récente baisse des prix de l’huile de tournesol, elle a été favorisée par les bonnes perspectives de récolte dans la région de la Mer Noire.

» L’Indice FAO des prix des produits laitiers s’est établi en moyenne à 196,2 points en août, soit un recul de près de 3 points (1,5 pour cent) par rapport à juillet. Il s’agit du troisième mois consécutif de baisse. Les cours du beurre, du lait écrémé en poudre et du lait entier en poudre ont chuté pour le deuxième mois consécutif, alors que ceux du fromage ont légèrement rebondi après la chute de juillet. L’évolution récente des prix reflète la faible activité des marchés, qui n’est pas inhabituelle à cette période de l’année, ainsi que l’incertitude concernant le volume final des disponibilités à l’exportation. La croissance de la production laitière pourrait être négativement affectée dans certaines régions d’Europe et d’Australie en raison de la sécheresse, mais la Nouvelle-Zélande devrait produire plus de lait au cours de la campagne 2018/2019 que ce qui avait été précédemment estimé.

» L’Indice FAO des prix de la viandes* atteignait en moyenne 166,3 points en août, soit un niveau quasiment identique à sa valeur révisée pour juillet, mais en baisse de 4,6 pour cent par rapport à août 2017. Les valeurs de l’indice des prix de la viande de juin et de juillet ont été sensiblement corrigées, principalement en raison des récentes révisions officielles à la baisse du Brésil en ce qui concerne les exportations de viande bovine pour ces deux mois. En août, les hausses des cours de la viande ovine et porcine ont été compensées par de légères baisses des prix de la viande de bovins et de volaille. Les cours de la viande ovine se sont renforcés pour le troisième mois consécutif en raison de la forte demande à l’importation et d’une offre atone en Océanie. Ceux de la viande de porc ont augmenté du fait du fort intérêt de la Chine pour l’importation dans un contexte de réaction assez lente de l’offre en Europe. Les importantes disponibilités à l’exportation des États-Unis ont favorisé la faiblesse des prix de la viande porcine, tandis que l’affaiblissement de la demande à l’importation a fait chuter les cours de la viande de volaille.

» L’Indice FAO des prix du sucre était en moyenne de 157,3 points en août. Il accuse ainsi une baisse de 8,9 points (5,4 pour cent) par rapport à juillet et son niveau le plus bas depuis dix ans. La chute observée en août est essentiellement due à la dépréciation continue des devises brésiliennes et indiennes par rapport au dollar des États-Unis. Les exportations du Brésil et de l’Inde sont plus concurrentielles lorsque les monnaies de ces deux très importants exportateurs de sucre se déprécient par rapport au dollar des États-Unis, ce qui entraîne une augmentation de l’offre de sucre sur les marchés mondiaux. Les inquiétudes concernant les perspectives de production dans l’UE et en Asie, notamment en Inde et en Indonésie, n’ont pas suffi pour compenser la dynamique de baisse des cours internationaux du sucre induite par le rapport de change.

* À la différence des autres catégories de produits, la plupart des prix utilisés pour calculer l'Indice FAO des prix de la viande ne sont pas disponibles au moment où l'Indice général est calculé et publié; c'est pourquoi la valeur de l'Indice des prix de la viande concernant les mois les plus récents est obtenue en panachant des projections chiffrées et des prix avérés. Ceci peut parfois donner lieu à des révisions non négligeables de la valeur finale de cet Indice, lesquelles peuvent, par suite, impliquer une modification de la valeur de l'Indice FAO des prix des aliments.

Télécharger l'ensemble des données: Excel, CSV

| Pour plus d'informations contactez-nous.


Télécharger l'ensemble des données: Excel