Situation alimentaire mondiale

Indice FAO des prix des produits alimentaires

L’indice FAO des prix des produits alimentaires est une mesure de la variation mensuelle des cours internationaux d’un panier de produits alimentaires de base. Il s’agit de la moyenne des indices des cinq groupes de produits de base, pondérée selon la part respective moyenne des exportations de chacun des groupes pour la période 2014-2016. Un article publié dans le numéro de juin 2020 des Perspectives de l’alimentation présente les modifications apportées à l’indice, à savoir la révision de la période de référence et l’élargissement du panier de produits, qui seront appliquées à partir de juillet 2020. Cet article de novembre 2013 contient des informations techniques sur les formules précédemment employées pour composer l’indice.

Dates de sortie mensuelle pour 2021: 7 janvier, 4 février, 4 mars, 8 avril, 6 mai, 3 juin, 8 juillet, 5 août, 2 septembre, 7 octobre, 4 novembre, 2 décembre.

L’Indice FAO des prix des produits alimentaires enregistre sa dixième hausse mensuelle consécutive

Date de parution: 08/04/2021

» L’Indice FAO des prix des produits alimentaires s’est établi en moyenne à 118,5 points en mars 2021, en hausse de 2,4 points (2,1 pour cent) par rapport à février. Il s’agit de la dixième hausse mensuelle consécutive de la valeur de l’indice, qui atteint son plus haut niveau depuis juin 2014. Cette hausse est principalement imputable aux gains enregistrés dans les sous-indices des huiles végétales, de la viande et des produits laitiers, alors que ceux des céréales et du sucre ont perdu du terrain.

» L’Indice FAO des prix des céréales a affiché une valeur moyenne de 123,6 points en mars, en baisse de 2,2 points (1,7 pour cent) par rapport au mois de février, ce qui met un terme à huit mois de tendance à la hausse. Il reste toutefois supérieur de 25,9 points (26,5 pour cent) à son niveau du mois de mars 2020. Concernant les principales céréales, les prix du blé à l’exportation sont ceux qui ont le plus reculé. En effet, ils baissent de 2,4 pour cent, mais restent en hausse de 19,5 pour cent par rapport au même mois l’année dernière. La baisse des prix du blé en glissement mensuel s’explique principalement par une offre globalement satisfaisante et des perspectives de production favorables pour les récoltes de 2021. Les prix internationaux du maïs et de l’orge ont, eux aussi, reculé en mars, même si la demande à l’importation, qui reste forte en Chine, a empêché une baisse plus importante et a même fait augmenter les prix du sorgho. Après trois mois de gains constants, les prix internationaux du riz ont diminué en mars, car les cultures fraîchement récoltées ont commencé à arriver sur le marché et la demande à l’exportation de riz non Japonica est restée faible dans tous les principaux pays producteurs, à l’exception de l’Inde.

» L’Indice FAO des prix des huiles végétales s’est établi en moyenne à 159,2 points en mars, soit une hausse de 11,8 points (ou 8,0 pour cent) par rapport à février et son plus haut niveau depuis juin 2011. La vigueur persistante de l’indice est imputable à la hausse des valeurs des huiles de palme, de soja, de colza et de tournesol. Les prix internationaux de l’huile de palme ont enregistré leur dixième hausse mensuelle consécutive, car des craintes perdurent quant à la faiblesse des stocks dans les principaux pays exportateurs alors que la demande mondiale à l’importation reprend progressivement. Les prix de l’huile de soja ont fortement progressé, en grande partie parce que les prévisions indiquent une forte demande, en particulier dans le secteur de l’agrogazole. En ce qui concerne les huiles de colza et de tournesol, le resserrement prolongé des disponibilités, respectivement au Canada et dans la région de la mer Noire, a continué de soutenir les prix.

» L’Indice FAO des prix des produits laitiers a affiché une valeur moyenne de 117,4 points en mars, soit une hausse de 4,4 points (3,9 pour cent) par rapport au mois de février. Il s’agit du dixième mois consécutif de hausse de l’indice, qui est désormais en hausse de 16 pour cent par rapport à sa valeur de l’année dernière à la même période. En mars, les prix internationaux du beurre ont augmenté, principalement sous l’effet de disponibilités quelque peu limitées en Europe, où la campagne de production laitière a démarré lentement et où la demande interne s’est renforcée en prévision d’une reprise du secteur de la restauration. Les prix du lait en poudre ont également progressé, soutenus par une poussée des importations en Asie, principalement en Chine, car on craint d’éventuels problèmes d’approvisionnement à court terme dans un contexte où la production laitière connaît un déclin saisonnier et où les conteneurs d’expédition disponibles manquent en Europe et en Amérique du Nord. En revanche, les prix du fromage ont enregistré leur troisième mois consécutif de légère baisse en raison d’une demande limitée sur le marché au comptant.

» L’Indice FAO des prix de la viande* s’est établi en moyenne à 98,9 points en mars, soit une hausse de 2,2 points (2,3 pour cent) par rapport à février. La tendance à la hausse se poursuit pour le sixième mois consécutif, mais l’indice se situe encore légèrement en dessous (0,5 pour cent) de sa valeur d’il y un an. Les cours de la volaille et de la viande de porc ont progressé, en raison du rythme soutenu des importations des pays d’Asie, surtout de la Chine. La forte poussée des ventes internes en Europe en vue des célébrations de Pâques a également soutenu les prix de la viande de porc. Les prix de la viande bovine sont restés stables et proches des niveaux de février, car les hausses des cours enregistrées au Brésil et aux États-Unis d’Amérique ont compensé la baisse des prix à l’exportation en Australie. En revanche, les prix de la viande d’ovins ont reculé sous l’effet de l’augmentation des disponibilités en Nouvelle-Zélande, où les agriculteurs ont commencé tôt la vente de leurs animaux en raison du temps sec qui prédomine.

» L’Indice FAO des prix du sucre s’est établi en moyenne à 96,2 points en mars, soit une baisse de 4 points (4,0 pour cent) par rapport au mois de février. Il s’agit du premier recul après les fortes hausses enregistrées les deux mois précédents. En revanche, les cours du sucre sont toujours en hausse de 30 pour cent par rapport à leurs niveaux à la même période l’année dernière, car on s’inquiète d’un resserrement des disponibilités mondiales en 2020-2021. La récente baisse mensuelle des cours internationaux du sucre s’explique par les importantes exportations prévues en Inde, malgré des contraintes logistiques qui perdurent. La pression à la hausse exercée sur les prix par une forte demande à l’importation, en particulier en Chine, et l’augmentation des prix du pétrole brut ont empêché un recul plus marqué des prix ces dernières semaines.

* À la différence des autres catégories de produits, la plupart des prix utilisés pour calculer l'Indice FAO des prix de la viande ne sont pas disponibles au moment où l'Indice général est calculé et publié; c'est pourquoi la valeur de l'Indice des prix de la viande concernant les mois les plus récents est obtenue en panachant des projections chiffrées et des prix avérés. Ceci peut parfois donner lieu à des révisions non négligeables de la valeur finale de cet Indice, lesquelles peuvent, par suite, impliquer une modification de la valeur de l'Indice FAO des prix des aliments.

Télécharger l'ensemble des données: Excel, CSV

| Pour plus d'informations contactez-nous.

 


Télécharger l'ensemble des données: Excel