FAO.org

Accueil > Situation alimentaire mondiale > Indice FAO des prix des produits alimentaires
Situation alimentaire mondiale

Indice FAO des prix des produits alimentaires

L'indice FAO des prix des produits alimentaires mesure la variation mensuelle des cours internationaux d'un panier de denrées alimentaires. Il est établi à partir de la moyenne des indices de prix de cinq catégories de produits, pondérés en fonction de la part moyenne à l'exportation de chacune des catégories pour la période 2002-2004. Pour plus d'informations (dans toutes les langues), veuillez consulter le dossier spécial publié dans l’édition de novembre 2013 des Perspectives de l’alimentation. Une version plus développée de l'article, contenant plus de détails techniques est disponible uniquement en anglais.

Dates de sortie mensuelle pour 2019 : 10 janvier, 7 février, 7 mars, 4 avril, 9 mai, 6 juin, 4 juillet, 1 août, 5 septembre, 3 octobre, 7 novembre, 5 décembre.

L’Indice FAO des prix des produits alimentaires est resté stable en septembre et s’est maintenu au dessus de son niveau de l’année dernière

Date de parution: 03/10/2019

» L’Indice FAO des prix des produits alimentaires* s’est établi en moyenne à près de 170 points en septembre 2019, soit un niveau inchangé par rapport à août, mais en hausse de 3,3 pour cent par rapport à l’année dernière à la même période. Les prix du sucre ont nettement reculé en septembre, mais cette baisse a été presque entièrement compensée par la hausse des prix des huiles végétales et de la viande. l’Indice des prix des produits laitiers n’a que légèrement reculé et celui des céréales est resté stable.

» L'Indice FAO des prix des céréales s'est établi en moyenne à 157,6 points en septembre, un niveau presque identique à la moyenne d’août, mais en baisse de 3,9 pour cent (6,4 points) par rapport à septembre 2018. Toutefois, les prix des principales céréales n’ont pas tous évolué de la même manière. Les prix du blé se sont affermis en septembre dans un contexte d’échanges commerciaux soutenus, mais sont tout de même restés bien en dessous (moins 11 pour cent) du niveau de l’année dernière à la même période, sous l’effet de perspectives d’offre globalement bonnes. En revanche, les cours du maïs ont reculé en glissement mensuel, les prix internationaux ayant continué à fléchir en raison d'abondantes disponibilités à l’exportation dans les pays exportateurs de l’hémisphère Nord comme de l’hémisphère Sud. Les prix internationaux du riz sont eux restés stables ou n’ont que très légèrement baissé en septembre car le soutien apporté par le resserrement saisonnier et l’évolution des cours du change ont été contrebalancés par la faiblesse de la demande à l’importation et par les incertitudes concernant les politiques qui seront suivies aux Philippines et au Nigéria.

» L'Indice FAO des prix des huiles végétales s'est établi en moyenne à 135,7 points en septembre, en hausse de 1,8 point (ou 1,4 pour cent) par rapport à août et son plus haut niveau depuis treize mois. Cette modeste augmentation s’explique principalement par la hausse des cours de l’huile de palme et de l’huile de colza; les cours de l’huile de soja et de l’huile de tournesol ont, quant à eux, reculé par rapport au mois précédent. Les cours internationaux de l’huile de palme ont progressé sous l’effet d’une demande à l’importation stable en Inde et en Chine et les cours de l’huile de colza ont continué à augmenter en raison de perspectives de production moins bonnes en Europe et d’une demande soutenue dans le secteur de l’agrogazole. En outre, la hausse des prix de l’huile minérale brute a contribué à soutenir les cours de l’huile végétale. En revanche, les prix de l’huile de soja et de l’huile de tournesol ont reculé, sous l’effet, respectivement, d’un ralentissement de la demande mondiale à l’importation et de la perspective d’une offre abondante dans la région de la mer Noire.

» L’Indice FAO des prix des produits laitiers s’est établi en moyenne à 193,4 points en septembre, soit une baisse de 0,6 pour cent (1,1 point) par rapport au mois précédent, mais toujours en progression de 1,3 pour cent par rapport au même mois de l’année dernière. En septembre, les cours du fromage et du beurre se sont contractés, en particulier dans la section inférieure de la fourchette des prix. La faible augmentation des disponibilités exportables, principalement en Nouvelle-Zélande où la production laitière s’approche de son pic saisonnier, a contribué à ce repli. En revanche, les prix du lait écrémé en poudre et du lait entier en poudre se sont affermis sous l’effet d’une forte demande à l’importation, dans un contexte de disponibilités exportables limitées, en particulier en Europe.

» L'Indice FAO des prix de la viande* s'est établi en moyenne à 181,5 points en septembre, en hausse de 0,8 pour cent (1,4 point) par rapport à août, ce qui prolonge la tendance à la hausse modérée des prix en glissement mensuel constatée depuis février 2019. En septembre, les cours de la viande ovine et de la viande bovine ont continué à progresser en raison d’une solide demande à l'importation, en particulier en Chine, malgré d’importantes disponibilités exportables en Océanie. En revanche, les prix intérieurs de la viande porcine en Chine, premier marché mondial, sont restés aux niveaux élevés enregistrés le mois dernier, mais sur les marchés internationaux les prix de la viande porcine ont faibli, sous la pression de l’augmentation des disponibilités exportables en Europe. Les cours de la viande de volaille sont restés stables car les disponibilités exportables ont permis de répondre à la demande à l’importation.

» L'Indice FAO des prix du sucre s'est établi en moyenne à 168,0 points en septembre, en retrait de près de 6,8 points (3,9 pour cent) par rapport à août. Ce recul d’un mois sur l’autre est en grande partie due au fait qu’on s’attend à des stocks de sucre abondants en raison de bonnes perspectives de production pour la campagne de commercialisation 2019-2020. En outre, la baisse des prix internationaux de l’énergie lors de la deuxième quinzaine de septembre a contribué à faire baisser les cours internationaux du sucre car les producteurs ont été incités à utiliser moins de canne à sucre pour produire de l’éthanol, en particulier au Brésil, premier exportateur mondial de sucre.

 

* À la différence des autres catégories de produits, la plupart des prix utilisés pour calculer l'Indice FAO des prix de la viande ne sont pas disponibles au moment où l'Indice général est calculé et publié; c'est pourquoi la valeur de l'Indice des prix de la viande concernant les mois les plus récents est obtenue en panachant des projections chiffrées et des prix avérés. Ceci peut parfois donner lieu à des révisions non négligeables de la valeur finale de cet Indice, lesquelles peuvent, par suite, impliquer une modification de la valeur de l'Indice FAO des prix des aliments.

Télécharger l'ensemble des données: Excel, CSV

| Pour plus d'informations contactez-nous.


Télécharger l'ensemble des données: Excel