Situation alimentaire mondiale

Indice FAO des prix des produits alimentaires

L’indice FAO des prix des produits alimentaires est une mesure de la variation mensuelle des cours internationaux d’un panier de produits alimentaires de base. Il s’agit de la moyenne des indices des cinq groupes de produits de base, pondérée selon la part respective moyenne des exportations de chacun des groupes pour la période 2014-2016. Un article publié dans le numéro de juin 2020 des Perspectives de l’alimentation présente les modifications apportées à l’indice, à savoir la révision de la période de référence et l’élargissement du panier de produits, qui seront appliquées à partir de juillet 2020. Cet article de novembre 2013 contient des informations techniques sur les formules précédemment employées pour composer l’indice.

Dates de sortie mensuelle pour 2020: 9 janvier, 6 février, 5 mars, 2 avril, 7 mai, 4 juin, 2 juillet, 6 août, 3 septembre, 8 octobre, 5 novembre, 3 décembre.

L’indice FAO des prix des produits alimentaires a poursuivi sa tendance haussière en octobre

Date de parution: 05/11/2020

» L’indice FAO des prix des produits alimentaires* s’est établi en moyenne à 100.9 points en octobre 2020, soit une hausse de 3.0 points (3,1 pour cent) par rapport au mois de septembre et dépasse à présent de 5,7 points (6,0 pour cent) sa valeur enregistrée il y a un an. La valeur d’octobre, la plus haute depuis janvier 2020, correspond à la cinquième hausse mensuelle consécutive. Le solide raffermissement des prix du sucre, des produits laitiers, des céréales et des huiles végétales est à l’origine de cette dernière hausse de l’indice, alors que le sous-indice de la viande a légèrement reculé pour le deuxième mois consécutif.

» L’indice FAO des prix des céréales s’est établi en moyenne à 111.6 points en octobre, en hausse de 7,5 points (7,2pour cent) par rapport au mois de septembre et de pas moins de 15,8 points (16,5 pour cent) par rapport au même mois de l’année dernière. La hausse d’octobre était la quatrième hausse consécutive. Les prix du blé ont encore grimpé en octobre, sous l’effet d’une forte demande dans un contexte de réduction des disponibilités à l’exportation, de mauvaises conditions de culture en Argentine et d’un temps sec qui nuit à la culture du blé d’hiver dans certaines régions d’Europe, d’Amérique du nord et de la mer Noire. Les cours internationaux du maïs ont également atteint des sommets inégalés depuis six ans, stimulés par l’accélération des achats en Chine, les prélèvements plus importants que prévu sur les stocks aux États-Unis d’Amérique ainsi que par la forte baisse des disponibilités exportables au Brésil et en Ukraine. Les prix de l’orge fourragère et du sorgho ont également augmenté en octobre, soutenus par une forte demande et par les retombées de la hausse des prix du maïs et du blé. En revanche les cours internationaux du riz ont atteint leur niveau le plus bas depuis sept mois, alors que les récoltes des cultures principales commençaient en Asie et que les efforts s’intensifiaient pour attirer les acheteurs.

» L’Indice FAO des prix des huiles végétales s’est établi en moyenne à 106,4 points en octobre, soit une hausse de 18 points (ou 1,8 pour cent) en glissement mensuel et son niveau le plus élevé depuis neuf mois. L’indice a continué de progresser sous l’effet de l’affermissement des prix des huiles de palme et de soja, alors que ceux de l’huile de colza ont reculé modérément. Les cours internationaux de l’huile de palme ont progressé pour le cinquième mois consécutif, ce qui s’explique par des perspectives de production inférieures au potentiel dans les principaux pays producteurs et par la vigueur de la demande mondiale à l’importation. Dans le même temps, la tension sur l’offre qui devrait persister en Amérique du Sud a contribué à soutenir les prix de l’huile de soja. En revanche, après une hausse de cinq mois consécutifs, les cours internationaux de l’huile de colza ont accusé une baisse en octobre, compte tenu de l’incertitude croissante qui pèse sur la demande aux États-Unis d’Amérique par suite de la détérioration récente de la situation de la COVID-19 dans la région.

» L’Indice FAO des prix des produits laitiers s’est établi en moyenne à 104,4 points en octobre, en hausse de 2,2 points (2,2 pour cent) par rapport au mois de septembre, marquant la cinquième hausse mensuelle consécutive et relevant l’indice de 3,6 points (3,5 pour cent) au-dessus de sa valeur par rapport au même mois l’année dernière. En octobre, les cours de tous les produits laitiers pris en compte dans le calcul de l’indice ont augmenté. Ce sont ceux du fromage qui ont le plus progressé, suivi du lait écrémé en poudre, du lait entier en poudre et du beurre. Cette hausse des prix en octobre était due dans une certaine mesure à une contraction du marché des livraisons à court terme, stimulée par la forte demande à l’importation des marchés asiatiques et moyen‑orientaux alors que les disponibilités exportables en Océanie devraient diminuer plus tard dans l’année, lorsque la production connaîtra un repli saisonnier. En outre, le dynamisme de la demande intérieure s’agissant des futures livraisons en Europe, où la production entre dans sa période creuse, ont également contribué à un resserrement du marché au comptant et à un raffermissement des prix.

» L’Indice FAO des prix de la viande** s’est établi en moyenne à 90,7 points en octobre, en léger recul (0,5 points ou 0,5 pour cent) par rapport au mois de septembre. Il enregistre sa neuvième baisse mensuelle depuis janvier. Il perd ainsi 10,9 points (10,7pour cent) par rapport à sa valeur enregistrée l’année dernière. Les prix de la viande de porc ont chuté, en raison de la baisse des cours des produits allemands, sous l’effet continue des restrictions à l’importation imposées par la Chine à l’Allemagne, laquelle a été compensée par une hausse de ceux du Brésil s’expliquant par la solidité de la demande à l’importation. Les cours de la viande de bovins ont quant à eux diminué en raison de la faiblesse de la demande aux États-Unis d’Amérique, conjuguée à une hausse des livraisons en provenance d’Amérique du Sud, en dépit d’une contraction des disponibilités en Australie, du fait de la hausse de la demande de bétail pour la reconstitution du cheptel. Les cours de la viande de volaille ont également accusé une légère baisse sous l’effet de la diminution des commandes en provenance de Chine et d’Arabie saoudite. En revanche, les prix de la viande se sont raffermis, stimulés par la stabilité de la demande intérieure et par le volume restreint des disponibilités exportables, notamment en Australie.

» L’Indice FAO du prix du sucre s’est établi en moyenne à 85,0 points en octobre, en hausse de 6,0 points (7,6 pour cent) par rapport au mois de septembre et de 7,2 points (9,3pour cent) par rapport à l’année dernière. Cette progression s’explique essentiellement par la baisse escomptée de la production de sucre au Brésil et en Inde, qui sont les deux plus grands producteurs de sucre, résultant de précipitations inférieures à la moyenne. Les cours du sucre ont également été soutenus par la situation en Thaïlande, où la production de sucre a chuté de près de 5 pour cent par rapport à l’année dernière du fait d’une sécheresse prolongée. La pression a également été accentuée par la stratégie d’achat des fonds, comme l’indique le Commitment of Traders (COT) dans son rapport hebdomadaire. En outre, les incertitudes qui règnent sur le marché du pétrole brut et les variations du réal brésilien par rapport au dollar des États‑Unis ont aussi contribué à la forte volatilité des cours du sucre.

* À compter de juillet 2020, l’indice FAO des prix des produits alimentaires est élargi et sa période de base est 2014-2016. Pour plus d’informations sur cette révision, veuillez consulter l’article consacré à ce sujet dans le numéro de juin 2020 des Perspectives de l’alimentation.

** À la différence des autres catégories de produits, la plupart des prix utilisés pour calculer l'Indice FAO des prix de la viande ne sont pas disponibles au moment où l'Indice général est calculé et publié; c'est pourquoi la valeur de l'Indice des prix de la viande concernant les mois les plus récents est obtenue en panachant des projections chiffrées et des prix avérés. Ceci peut parfois donner lieu à des révisions non négligeables de la valeur finale de cet Indice, lesquelles peuvent, par suite, impliquer une modification de la valeur de l'Indice FAO des prix des aliments.

Télécharger l'ensemble des données: Excel, CSV

| Pour plus d'informations contactez-nous.


Télécharger l'ensemble des données: Excel